background preloader

Génération Y, génération casse-tête !

Génération Y, génération casse-tête !
La bonne entente est essentielle au fonctionnement d’une entreprise et la gestion des relations intergénérationnelles en est l’un des piliers. Comprendre ce qui caractérise chaque génération permet d’apprendre à travailler ensemble… et de sortir du casse-tête du management de la génération Y. Afin d’optimiser les relations intergénérationnelles dans le milieu professionnel, il faut commencer par connaître l’autre. Pour cela, comprendre ce qui fonde ses valeurs et savoir quels sont les leviers qui activent chaque être sont des bases incontournables d’une bonne gestion intergénérationnelle. Actuellement, trois générations sont dans la population active. Ce qui accentue la difficulté pour travailler ensemble est que chacune d’entre elles vit selon des valeurs directement basées sur des contextes d’enfance très différents. Portraits robot de 3 générations de pros La génération « Y », née entre 1980 et 1995, est celle de la mondialisation, de l’effondrement du mur de Berlin... Nos préjugés ?

http://www.dynamique-mag.com/article/generation-y-generation-casse-tete.3226

Related:  Motivation & implication

Motivation au travail et implication, sélection d'articles En effet, les enjeux dictés par la recomposition de l'environnement économique que nous connaissons nécessitent des équipes de plus en plus impliquées pour fournir le plus de valeur possible au client. Il devient alors stratégique de savoir retenir ses meilleurs éléments et compter sur l'adaptabilité de l'ensemble de ses collaborateurs. Les enjeux sont là : 1 - Savoir conserver ses talents au-delà même des considérations salariales en proposant un climat et des conditions de travail propices à l'investissement et à l'épanouissement personnel. Selon la génération Y, les bureaux n’ont plus leur raison d’être Oubliez les bas collants (et même les pantalons). Une étude récente suggère que les étudiants et les jeunes professionnels imaginent que leur journée de travail débutera, dans le futur, lorsqu’ils se retourneront dans leur lit, attraperont au vol leur ordinateur portable et leur appareil mobile préféré, puis plongeront immédiatement dans leur travail. Selon une enquête menée mondialement auprès de presque 3 000 étudiants et jeunes professionnels (les 18 à 29 ans du groupe de la génération Y), sept étudiants sur dix estiment qu’une présence régulière au bureau est inutile. Non seulement croient-ils qu’une présence régulière au bureau est inutile, mais trois étudiants sur cinq estiment qu’il est de leur droit (pas un simple privilège) de pouvoir travailler de la maison et de profiter d’un horaire flexible lorsqu’ils commenceront à travailler. Le télétravail et la flexibilité sont plus importants qu’une paye plus élevée Les jeunes professionnels de la génération Y croient que oui.

L'utilisation des technologies, pas forcément innée pour la génération Y La toute-puissance de la génération Y en matière de technologie aurait du plomb dans l'aile. En effet, toute la jeune génération ne serait pas hyper-connectée et une minorité ne maîtriserait pas totalement certains outils. Les nouvelles technologies ne seraient pas l'apanage de l'ensemble de la génération Y. En effet, l'argument qui prône une rupture générationnelle dans l'usage et la maîtrise des nouveaux outils serait remis en cause par Christopher Jones, chercheur à la Open University. Celui-ci a mené une étude auprès de plus de 2 000 étudiants de cinq universités britanniques qui montre que la différence entre la génération actuelle des jeunes, immergée dans les nouvelles technologies, et les générations plus anciennes, moins familières avec la technologie, est imparfaite. Disparités dans l'utilisation

Intégrer et manager la génération Y Il y a quelque mois que je n’ai pas abordé la question de la génération Y sur ce blog. A l’occasion de la sortie du livre de l’auteur du blog lagenerationy.com , Julien Pouget un ancien collègue, c’est l’occasion de revenir sur ce thème. Son livre, se découpe en 4 grandes parties : les grands principes et chiffres autour du concept de génération Y La question de l’attraction par les entreprises de cette génération Celle de son intégration Les « Gen Y » perçus comme individualistes et ambitieux par leurs collègues Le divorce intergénérationnel entre les salariés des entreprises est-il aujourd'hui entamé ? Oui, si l'on en croit les résultats du quatrième volet de l'Observatoire Social de l'Entreprise Ipsos/Logica Business Consulting, réalisé pour le CESI en partenariat avec Le Figaro et BFM. Celui-ci met en évidence la perception négative qu'entretient une majorité de salariés plus âgés envers les représentants de la Génération Y.

motivation Vs implication - Le blog de Louis de Cornulier Samedi 16 janvier 6 16 /01 /Jan 13:02 La motivation des salariés, clé de voûte de la réussite des entreprises? On serait tenté de le croire, au vu des efforts consentis par les entreprises pour motiver ou remotiver leurs salariés, et le nombre de travaux de recherche sur la même problématique. S’adapter aux jeunes… et pas l’inverse ! Le numéro de Personnel que vous tenez entre les mains fait partie de ceux qui vont vous marquer dans l’exercice de vos fonctions de DRH. Son thème central est celui de l’interpellation qui nous est faite par une génération qui arrive maintenant dans le monde du travail, avec un regard et un sourire, un peu comparable à celui des adolescents qui quittent l’enfance obéissante pour entrer dans un âge où l’on juge ses parents, et où des exigences naissent. Nos schémas d’organisation d’entreprise, nos lignes hiérarchiques, nos ambitions professionnelles, notre relation au pouvoir ou à l’information, tout est remis en cause. Au début, dans notre monde occidental, il y avait le papyboom.

Pourquoi il ne faut pas avoir peur de la Génération Y Faut-il avoir peur de recruter un jeune de la "Génération Y", c’est-à-dire né entre les années 1980 et 1990 ? A en croire, Marc Lebailly, anthropologue et co-auteur de Pour une anthropologie de l’entreprise, il faut "arrêter avec les idées reçues sur la Génération Y", et donc ne pas considérer le jeune comme un salarié différent des autres. Loin d'être des "zappeurs" comme il est souvent admis, ces jeunes sont en fait animés des mêmes motivations que leurs aînés. L’étude, dirigée par l'anthropologue du cabinet de conseil Alternative Consulting Group (ACG), a passé au crible avec l’Observatoire culturel pas moins de 26.675 réponses déposées sur le site l’Etudiant.fr. Conclusion : les attentes professionnelles de cette génération sont extrêmement... diverses. Comme les autres générations, celle-ci est composée d'idéalistes (20%) ou d'enthousiastes (20%), selon les résultats du questionnaire en ligne.

Lever les idées fausses sur la génération Y pour une meilleure performance de l’entreprise La génération Y composée de « Digital Natives » nés entre 1980 et 1994 et dignes successeurs des baby boomers issus de la génération X, a été maintes et maintes fois décrite et ses caractéristiques passées au peigne fin. Selon les analyses et les différents avis d’experts, les Digital Natives également appelés les « Yers » sont tour à tour, zappeurs, convaincus de leur bon droit en toute circonstance, considérés comme des Tanguy qui quittent tardivement le domicile parental, geeks et rebelles, indisciplinés remettant en cause la moindre trace d’autorité et particulièrement réfractaires à toute forme de hiérarchie. Le portrait n’est pas glorieux au premier abord et inquiète les entreprises.

Related: