background preloader

Jancovici : Pourquoi vous polluez quand vous êtes sur Internet ? 06/06/2019

Jancovici : Pourquoi vous polluez quand vous êtes sur Internet ? 06/06/2019
Related:  ÉcologieEnvironnement EDDNum et environnement

Le Groenland a perdu 2 milliards de tonnes de glace en une seule journée C’en est de plus en plus flippant. Jeudi 13 juin, le Groenland a perdu 2 milliards de tonnes de glace, relaye CNN. Deux milliards de tonnes, en une seule journée ! On vous laisse imaginer le nombre de verres de Spritz qu’on pourrait remplir avec. Une telle fonte est évidemment tout à fait inhabituelle, la période moyenne de celle-ci se situant entre juin et août avec un pic en juillet. Cet événement n’est toutefois pas une première puisqu’en juin 2012, la quasi-totalité de la glace avait fondu en l’espace d’un mois. « Nous avons assisté à une séquence de grandes saisons de fonte, commençant en 2007, qui serait sans précédent dans l’histoire, ajoute Thomas Mote, climatologue à l’université de Georgia et également cité par CNN.

Site de l'Education à l'environnement pour un développement durable à destination du monde éducatif Ressources pour l’étude de l’impact environnemental et social du numérique – Enseignant.e.s pour la planète Selon The Shift Project, le numérique comprend : les réseaux de télécommunication (d’accès et de transport, fixes, wifi, mobiles) ; data center ; terminaux (ordinateurs personnels fixes et portables, tablettes, smartphone, téléphones portables traditionnels, « boxes », équipements audiovisuels connectés y compris les téléviseurs ») ; les capteurs IoT (Internet of Things). En pleine implosion, le numérique a envahi à la fois dans notre quotidien et notre métier d’enseignant. Mais derrière le côté immatériel aux vertus tant louées se cache une réalité environnementale et sociale bien plus sombre, dont les principaux chiffres sont résumés dans l’infographie ci-dessous. Nous vous proposons donc un ensemble de ressources accompagnées d’une brève description afin d’explorer et de mieux appréhender les enjeux environnementaux et sociaux autour des technologies numériques. Nous avons classé ces ressources par type (cf sommaire ci-après). Sommaire Quelques spécialistes de la question : GDS Ecoinfo

La quasi-totalité de la planète vit sa période la plus chaude depuis deux millénaires Article réservé aux abonnés Etudier le passé pour comprendre le présent peut s’avérer crucial en matière de climat. Grâce à une analyse systématique inégalée, une équipe de recherche internationale vient de retracer deux mille ans de variations de températures à l’échelle planétaire. Son constat : non seulement le réchauffement climatique actuel est inédit du fait de son amplitude et de sa vitesse, mais il est aussi sans précédent de par son caractère universel. Il y a bien eu quelques périodes de réchauffement et de refroidissement entre l’an un et la fin de l’ère préindustrielle, mais aucune n’a touché de façon simultanée l’ensemble des régions de la planète. Ce sont ainsi près de 700 indicateurs climatiques, appelés « proxy », qui ont été étudiés par les scientifiques afin de reconstruire les variations de températures passées – les observations issues d’instruments de mesure ne couvrant que les cent cinquante dernières années. Lire aussi

Numérique : le grand gâchis énergétique Ordinateurs, data centers, réseaux… engloutissent près de 10 % de la consommation mondiale d’électricité. Et ce chiffre ne cesse d’augmenter. S’il n’est évidemment pas question de se passer des progrès apportés par le numérique, les scientifiques pointent un mode de fonctionnement peu optimisé et très énergivore. Cet article fait partie du Top 10 des contenus les plus lus sur notre site cette année. Nous vivons dans un monde de plus en plus dématérialisé. Nous payons nos impôts en ligne, regardons nos séries préférées en streaming, stockons nos milliers de photos dans le cloud… Dématérialisé, vraiment ? Des équipements surdimensionnés "Ferme de serveurs" de Facebook, aux Etats-Unis. Les infrastructures sont dimensionnées pour absorber les afflux de données liés aux pics d’utilisation, soit quelques heures par jour à peine, et demeurent sous-utilisées le reste du temps. Des « obésiciels » trop gourmands 35 "applis" tournent en moyenne sur un smartphone, qu’elles soient utilisées ou pas.

Loi des rendements décroissants Elle est aussi connue sous le nom de la loi des proportions variables, loi des rendements non proportionnels ou loi des rendements marginaux décroissants. Histoire[modifier | modifier le code] Le concept des rendements décroissants trouve son origine dans les travaux de Turgot, Von Thünen[réf. à confirmer], Adam Smith[réf. à confirmer] et David Ricardo. Dès 1768, Turgot décrit les rendements décroissants en ces termes[1] : « Les productions ne peuvent être exactement proportionnelles aux avances; elles ne le sont même pas, placées dans le même terrain, et l'on ne peut jamais supposer que des avances doubles donnent un produit double — Anne Robert Jacques Turgot, Observations sur le mémoire de M. Au XIXe siècle, les économistes se concentrent notamment sur la terre en tant que facteur de production (comme Malthus). En 1821, David Ricardo donne l'exemple suivant dans ses Principes de l'économie politique et de l'impôt : — David Ricardo, Des principes de l'économie politique et de l'impôt

Espace jeunes - Apprendre et comprendre les sciences & les technologies Vous souhaitez préparer un exposé en sciences, travailler un TIPE ? ou bien réviser certaines notions scientifiques ? Le CEA met à votre disposition de nombreux contenus pédagogiques et supports multimédias dans les domaines suivants : énergies, énergie nucléaire, énergies renouvelables, radioactivité, climat, technologies, santé et sciences du vivant, physique-chimie, Univers. Découvrez également les nombreux métiers de la recherche scientifique via des témoignages et des fiches métiers. Animations interactives (29 documents) Podcasts - La physique des super-héros (20 documents) Livrets thématiques (19 documents) Les Savanturiers (28 documents) ​Découvrir les métiers scientifiques

Des perturbateurs endocriniens imprègnent tous les Français et surtout les enfants Bisphénols, phtalates, parabens, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés, composés perfluorés (PFC)… Pour la première fois, Santé publique France a mesuré la présence de ces polluants dits « du quotidien » dans l’organisme des enfants et des adultes, auprès d’un large échantillon (1 104 enfants et 2 503 adultes) représentatif de la population française. Les résultats sont aussi édifiants qu’alarmants : ces substances omniprésentes dans les objets de la vie courante et qui sont souvent des perturbateurs endocriniens ou des cancérigènes, avérés ou suspectés, sont « présents dans l’organisme de tous les Français » et « des niveaux d’imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants ». Cette étude inédite a été publiée mardi 3 septembre. Etablir des valeurs de références d’imprégnation Cette première grande étude de biosurveillance sera par ailleurs suivie de deux autres volets, sur les métaux et les pesticides. Effets toxiques sur la reproduction Stéphane Mandard

« Tech for good » : le guide pour un numérique raisonné Machine à utopies devenue planche savonneuse, la tech nous glisse entre les doigts. Perçu comme mange-tout énergétique, prison dorée et tombeau de la vie privée, notre vie en ligne doit-elle pour autant être jetée avec l’eau du bain ? Pas nécessairement : après avoir été entraîné dans une spirale du « toujours plus », nous devons surtout (ré)apprendre à faire mieux avec moins. On vous aiguille dans ce parcours du combattant avec une liste de ressources, d’inspirations et d’outils qui aident à retrouver la foi dans la tech. Faire tomber les œillères — La Face cachée du numérique : un état des lieux du gouffre énergétique de nos quotidiens connectés, en 20 pages, ni plus ni moins. « Non il ne faut pas combattre la fracture numérique » Mettre sa vie numérique au régime — Cyberminimalisme : mi-essai critique, mi-manuel pratique, c’est le livre idéal pour celui qui n’arrive plus à « vivre sa vie sans l’enregistrer ». Binger pour la bonne cause Veiller sur son prochain Entrer en résistance

Le plastique marin transporte des bactéries dangereuses pour l’homme d’un pays à l’autre Le plastique ne fait pas que polluer les océans, il transporte aussi des agents pathogènes dangereux pour l’homme. C’est la découverte inquiétante de scientifiques écossais : les billes plastiques que l’on retrouve sur les plages et dans l’eau sont porteuses de bactéries provoquant la gastro-entérite ou le choléra. Le fléau du plastique envahit de plus en plus les océans, créant une pollution et un déséquilibre mortel dans la chaîne alimentaire. La découverte des ces chercheurs écossais leur a donc suscité une vive inquiétude : des agents pathogènes dangereux utilisent les billes plastiques pour passer des égouts aux rivières et océans, ce qui pourrait avoir de profondes répercussions sanitaires pour les populations du monde entier. Cinq plages désignées par l’UE sur l’estuaire du Forth, dans l’est du Lothian, ont été testées – Longniddry, Gullane, Yellowcraigs, Broad Sands et Milsey Bay, North Berwick – en juin et juillet de l’année dernière.

Voyage en Arctique, sur les traces de l'ours blanc décharné - 22 septembre 2015 ''C'était une scène si triste'' "C'était un jour de brouillard, le bateau naviguait à travers le détroit d'Hinlopen, dans l'archipel du Svalbard. Il y avait beaucoup d'eau et peu de banquise. Soudain, nous avons remarqué une petite plaque de glace sur laquelle un ours était allongé. Lorsqu'il s'est levé, nous avons découvert à quel point il était maigre. Comme l'animal semblait ne pas apprécier notre compagnie, le capitaine a pris la décision de faire machine arrière. ''Moins de glace signifie moins de nourriture'' "Une ourse avec son petit dans le nord du Svalbard. D'un morceau de glace à l'autre "Les ours polaires sautent sur les morceaux de banquises. Une famille dans le Svalbard "Une ourse avec ses deux petits, âgés d'environ sept mois. Les colons de l'Antarctique "Baie de St Andrews, île de Géorgie du Sud. Contre les éléments "De jeunes Manchots papous à Jougla Point, dans la péninsule Antarctique. ''Les colonies de Manchots diminuent'' "Yankee Harbour, dans les îles Shetland du Sud.

Usages numériques : Comment limiter ma facture environnementale ? - Curieux! Mauvaise nouvelle : La consommation énergétique liée au numérique pourrait représenter 7% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2025. Bonne nouvelle, en prenant conscience de l’impact de nos usages, il est possible de limiter l’impact 1- Polluant mon petit ordinateur portable ? Un portable de deux kilos a moins d’impact qu’une voiture ! Certes. Mais, c’est oublier ou feindre de ne pas savoir que la fabrication à l’autre bout du monde de nos ordinateurs portables ou de nos modems « mobilise 50 à 330 fois leur poids en matière » pour leur fabrication, souligne Maryline Vialles, co-rédactrice du Guide de l’Adème « La face cachée du numérique » (novembre 2018). La fabrication d’un ordinateur portable de 2 kilos nécessite ainsi 800 kilos de matériaux divers. Il importe alors de prolonger le plus possible la vie de ces appareils, « de les louer plutôt que de les acheter, de les faire réparer chaque fois que cela est possible, de les donner ou de les recycler en fin de vie ».

« La production de plastiques va augmenter de 40 % dans les 10 ans qui viennent » entretien avec Jacques Exbalin Jacques Exbalin est l’auteur du livre La guerre au plastique est enfin déclarée ! , une enquête riche en informations sur l’évolution de la production, les dangers, la géopolitique du plastique et les déboires des filières de recyclage. Il consacre également une partie de son livre aux solutions permettant de s’en passer. Le Vent Se Lève : Dans votre ouvrage, vous dites que la production de déchets plastiques va grandement augmenter dans le futur. Jacques Exbalin : Comme on peut le constater, la production de plastique est en perpétuelle augmentation depuis les années 60. Selon un rapport de l’ONU, la production pourrait atteindre 620 millions de tonnes d’ici à 2030. Selon le quotidien britannique The Guardian, les groupes qui gèrent les combustibles fossiles, notamment Exxon et Shell, ont investi depuis 2010 186 milliards de dollars dans 318 nouveaux projets qui pourraient contribuer à une augmentation de la production de plastiques de 40 % dans les 10 ans qui viennent. J. J. J. J.

Article de franceinfo : "On vous explique pourquoi le recyclage du plastique est en train de créer une crise mondiale des déchets" 7 juin 2019 Après la Chine, la Malaisie refuse d'être "la décharge du monde". Elle renverra désormais à leurs expéditeurs les déchets en plastique en provenance des pays occidentaux. François de Rugy a annoncé mardi son souhait que l'Union européenne les recycle sur place. "Nous exhortons les pays développés à cesser d'expédier leurs déchets dans notre pays". Voilà des années que le continent asiatique accueille les ordures d'une vingtaine de pays développés, dans des conditions environnementales catastrophiques. Comment le recyclage des déchets était-il géré jusqu'ici ? Si les pays industrialisés possèdent tous des centres de recyclage, ceux-ci ne sont pas capables pour autant d'absorber l'ensemble des détritus produits sur leur territoire. Sur des cargos, des tonnes de déchets sont quotidiennement envoyés vers la Chine, la Thaïlande ou encore la Malaisie. Pendant des décennies, les pays de l'Ouest ont donc vendu une grande partie de leurs déchets à l'Asie, et principalement à la Chine.

Related: