background preloader

La Silicon Valley, un territoire productif au cœur de l’innovation mondiale et un levier de la puissance étatsunienne

Bibliographie | citer cet article En Californie, au sud de la Baie de San Francisco, se déploie sur un espace restreint la Silicon Valley. Née sous l’impulsion de l’université de Stanford fondée en 1891, la Silicon Valley connaît un essor foudroyant à partir des années 1950-1960. Elle est aujourd’hui devenue un territoire productif au cœur de l’innovation mondiale en accueillant des firmes aussi emblématiques des nouvelles technologies que Hewlett-Packard, Intel, Apple, Google, Facebook, Yahoo, LinkedIn, Twitter, PayPal, eBay, Netflix, NetApp, Cisco, Oracle, Adobe, Symantec, Sandisk, Seagate Technology ou FireEye. Facteur d’efficacité, de compétitivité et de domination, l’innovation est un vecteur central de la puissance américaine puisque les États-Unis demeurent la première puissance scientifique et technologique mondiale. 1. 1.1. Figure 1. À une échelle régionale, la Silicon Valley peut être rattachée à trois entités plus larges. 1.2. Figure 2. 1.3. 2. 2.1. Figure 3. 2.2. 2.3. 3. 4.

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/etats-unis-espaces-de-la-puissance-espaces-en-crises/articles-scientifiques/silicon-valley-territoire-productif-innovation

Related:  La Silicon Valley : un espace productif intégré de l'échelle locale à l'échelle mondialeTravail conclusif - Les Etats-UnisRessourcesAxe 2 - Formes indirectesJALON 1: Lieux et formes de la puissance aux Etats-Unis

Les territoires sont plus ou moins insérés dans la mondialisation. Cette insertion dépend de plusieurs facteurs : capacité décisionnelle, capacité de financement, accessibilité, coût de la main d'œuvre... Certains territoires sont "moteurs" : ils sont en liaison avec d'autres territoires, créent des échanges... Silicon Valley : la technologie au service d’une idéologie? Le journaliste et documentariste Fabien Benoit nous livre une fresque de la Silicon Valey, cette "Mecque des nouvelles technologies" traversée par la route 101 et reliant San Francisco à San José. Son livre The Valley. Une histoire politique de la Silicon Valley (Arènes, 2019) montre comment la vallée de Santa Clara, maraîchère à l'origine, est devenue, à travers la fondation de l'université de Stanford pour concurrencer Harvard, la technologie des tubes à vide puis l'arrivée du silicium, un nouvel eldorado entrepreneurial. Forme d'"économie monde", selon l'expression de Fernand Braudel, la Silicon Valley est en outre traversée par les mythologies et les valeurs américaines de la conquête des territoires, espace géographique de cette "destinée manifeste" portée par les "pionniers" et censée bâtir un nouveau monde. L’histoire de la Silicon Valley épouse donc l’histoire des Etats-Unis. Extraits sonores :

Le Titanic n’a pas coulé, et autres complots J’ai déjà eu l’occasion de parler sur ce site, occasionnellement, du sujet de ma thèse qui étudiait l’exploitation de la ligne maritime transatlantique au début du XXe siècle, et donc du plus célèbre des paquebots concernés, le Titanic. J’ai également eu l’occasion à plusieurs reprises d’évoquer en coup de vent théories du complot, conspirations et complotisme, qui sont des problématiques importantes à l’ère d’Internet, mais loin d’être nouvelles. Imaginez-donc alors ma joie de vous parler ici du mélange entre les deux, à travers les théories du complot entourant le naufrage du Titanic !

Sur les routes de l'influence : forces et faiblesses du soft power chinois Bibliographie | citer cet article Énigmatique, voire effrayante, pour un Occident qui la voit à travers le prisme de ses propres valeurs, la Chine est encore perçue comme « un pays puissant, riche d’un immense marché, réinvestissant l’Asie de tout son poids géopolitique, irriguant l’économie mondiale de ses produits exotiques et/ou bon marché » (Sanjuan, 2001, p. 21). Parce que la Chine est vue comme une puissance économique qui bouleverse l'équilibre géopolitique hérité de la fin de la Guerre froide, sa montée en force s'accompagne en Occident d'un double sentiment paradoxal et contradictoire d'inquiétude et d'admiration (Shuo, Yé et Delattre, 2007).

La Statue de la Liberté : l’idée française devenue symbole de l’Amérique Elle symbolise l'Amérique, son idéal démocratique et l'accueil des immigrés mais elle a été imaginée en France sous le Second Empire. La Statue de la Liberté est née dans l’esprit de deux hommes au cours des années 1860 : Édouard René de Laboulaye - admirateur des États-Unis, abolitionniste et républicain convaincu - et son disciple Frédéric Auguste Bartholdi - sculpteur alsacien fasciné par les colosses de l’ancienne Égypte. Ensemble et contre vents et marées, les deux Français ont réussi à imposer leur projet mais il aura fallu plus de vingt ans entre le rêve et sa concrétisation. Naissance d’une idée L’histoire de la Statue de la Liberté commence lors d’un dîner chez Edouard René de Laboulaye à Versailles en juin 1865.

Cette image a été prise par le satellite Sentinel-2 le 19 février 2019. Il s'agit de la Silicon Valley, le pôle des industries de pointe et des universités prestigieuses situé dans la partie sud de la baie de San Francisco en Californie. Il s’agit d’une image en couleurs naturelles de résolution native à 10m. La Silicon Valley : un espace restreint et saturé au cœur de l’innovation étasunienne et mondiale Un vaste bassin encadré par des chaînes de hautes terres instables Comme le montre l’image, nous sommes ici au fond de la très vaste baie de San Francisco (San Francisco Bay Area) dont on n’aperçoit au centre-nord la terminaison (en vert), à environ 80 km au sud de la ville de San Franscisco. Hollywood, une expression de la puissance des États-Unis – Classe Internationale Hollywood est une industrie qui a produit, ces dernières décennies, plus de 500 films par an. Ces films occupent constamment les dix premiers rangs du box-office international. Ils permettent à Hollywood d’être en tête sur le marché international du cinéma. Mais que cache cette puissance cinématographique ?

France Culture lance une nouvelle série de podcasts originaux « Mécaniques du complotisme » 11 septembre, vaccins, premiers pas sur la lune, sionisme, grand remplacement, chemtrails… Hier cantonnées aux marges, les théories les plus improbables ont gagné en audience et en respectabilité. De l'internaute anonyme au chef d'Etat populiste, des librairies spécialisées aux plateformes de streaming, des cafés du commerce aux plateaux télé, on les retrouve désormais dans toutes les strates de la société. Par quelle mécanique une théorie complotiste née dans l’imagination de quelques-uns parvient-elle à devenir un phénomène culturel majeur ? Saison 1 : Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis

Où en est la francophonie ? Bibliographie | citer cet article Avec environ 300 millions de locuteurs en 2018 (Beck et al. 2018), le français est la cinquième langue mondiale (Le Monde, 2018) par le nombre de locuteurs, mais la dixième par le nombre de locuteurs natifs, c’est-à-dire pour lesquels il est leur langue maternelle. Le français est en effet, pour des raisons historiques, une langue véhiculaire, c’est-à-dire qui est parlée par des personnes dont ce n’est pas la langue maternelle pour se faire comprendre en dehors de leur groupe d’origine.

Que voir et faire à Cap Canaveral ? - Bons plans voyage Floride : Cap Canaveral Le Cap Canaveral, sur la côte Atlantique, se trouve à 4 heures de route de Miami. Cap Canaveral est une superbe destination qui abrite bien évidemment le fameux Centre spatial Kennedy, de belles plages mais aussi une foule de choses à faire. Vous pourrez, par exemple, observer la vue depuis la tour d’exploration, visiter le musée de l’espace et des missiles de l’armée de l’air ou encore partir à la découverte d’une brasserie artisanale de fabrication de bières. Visiter le Kennedy Space Center Aucun voyage à Cap Canaveral ne serait complet sans une visite au célèbre Kennedy Space Center d’où la première fusée a été lancé le 24 juillet 1950.

San Francisco contre la Silicon Valley De San Francisco, il a connu tous les combats : la procession aux chandelles dans Market Street le 27 novembre 1978, quelques heures après l'assassinat du maire, George Moscone, et du conseiller municipal homosexuel, Harvey Milk ; l'épidémie du VIH à laquelle il croyait avoir échappé mais qui l'a rattrapé en 2001. A 63 ans, Jeremy Mykaels ne s'attendait pas à devoir livrer bataille pour conserver le deux-pièces qu'il loue depuis près de vingt ans au coeur de Castro, le quartier gay de San Francisco. Jeremy Mykaels habite au 460, Noe Street, une rue qui grimpe soudainement à pic pour se terminer en plein ciel. Quand il est arrivé à San Francisco, en 1974, en provenance de l'Ohio, c'était « pour devenir une rock star ». Comment l’armée américaine prévoit la guerre du futur « Jusqu’à il y a peu, cet homme n’existait pas », déclare, manière de plaisanter, Nick Thomson, le rédacteur en chef du magazine Wired, en désignant l’homme assis en face de lui. Cet homme, c’est William Roper. Il dirige le Strategic Capabilities Office (SCO – « Bureau des capacités stratégiques »), une section du ministère de la défense américain chargée d’imaginer et d’anticiper les conflits armés du futur, de « faire le lien entre la science et le champ de bataille ». L’existence même de ce département était, encore récemment, classifiée. William Roper prévient : ses équipes se concentrent sur le futur proche. « Je suis incapable de voir à vingt ou trente ans », lance-t-il. Le jeu vidéo invité sur le champ de bataille

Related: