background preloader

Evaluer la fiabilité d'un site Web (suite)

Evaluer la fiabilité d'un site Web (suite)
Une troisième séance sur l’évaluation de l’information*, destinée cette fois à des élèves de Seconde. Elle est particulièrement intéressante pour sa grille, mais aussi pour les échanges fructueux qu’elle permet autour de la notion de fiabilité et d’intention de l’auteur. *lire sur ce sujet l’ouvrage d’Alexandre Serres "Dans le labyrinthe". Après avoir dégagé la notion d’auteur, que les élèves distinguent difficilement de l’éditeur, du Webmestre et de l’hébergeur, les collègues proposent aux élèves d’évaluer la fiabilité (A. Serres dirait la "crédibilité") de quatre sites, parmi lesquelles un site commercial, le site d’une secte...à l’aide d’une grille de questionnement. Les échanges qui suivent permettent de mettre en valeur l’importance du questionnement et de l’esprit critique de chacun. Sont proposés à votre lecture trois documents : Le déroulement de la séance Un premier exercice sur les acteurs du site La grille d’évaluation des sites

http://documentation.spip.ac-rouen.fr/?Evaluer-la-fiabilite-d-un-site-Web-suite

Related:  Fiabilité de l'information sur InternetFiabilité d'un site - théories du complotfiabilité de l'infoFaire des recherches

Évaluer l'information — Enseigner avec le numérique Quelques principes > exercer son sens critique est utile en toute occasion> se poser des questions préalables aide à établir les critères d'évaluation > Savoir déchiffrer les noms de domaine renseigne déjà sur la nature des sites et le pays d'origine. Des questions pour évaluer Au minimum Le site est-il fiable ? L'information est-elle intéressante ? Est-ce bien ce que je cherchais ?

Internet responsable & usages raisonnés du numérique 1-Les clés de l’internet : – Par exemple, une grille d’analyse des sites (fond et forme) : – Exemple de séquence pédagogique sur l’évaluation de la fiabilité d’un site Web (académie de Rouen – lycée) :

Comment valider l’information sur Internet ? Méthodologie Le journaliste plurimédia Cyrille Franck a réalisé un dossier pour des lycéens (dans le cadre de la 24e semaine de la Presse et des Médias dans l’Ecole) : Comment valider l’information à l’heure du Web et des réseaux de 35 diapositives (cf. ci-dessous). Méthodologie en 2 étapes pour vérifier l’information sur Internet Ce support de présentation élaboré pour une intervention auprès de lycéens présente une méthodologie de recherche et de qualification de l’information trouvée sur le Web en plusieurs étapes (et avec des exemples tirés de médias sous un point de vue journalistique) : Introduction – Pourquoi est-ce important de valider l’information ? – Des exemples d’erreurs commises par les médias ?

Etes-vous prêt à tout gober sur Internet ? Les réseaux sociaux constituent une arme à double tranchant pour les journalistes. D'un côté, ils leur donnent un accès privilégié à l'actualité la plus chaude en dehors des canaux officiels, des points de presse et des communiqués. De l'autre, tout va si vite qu'une fausse information peut circuler aussi rapidement qu'une vraie et créer une véritable confusion chez les lecteurs et les auditeurs. Les révolutions arabes de 2011 l'ont montré : l'information peut se propager à la vitesse de la lumière. Parfois, trop vite.

Méthodologie — EDUSCOL Une prise de notes s'avère très utile > ne pas naviguer au hasard > clarifier les concepts > trouver les termes les plus pertinents > définir sa stratégie, éventuellement la modifier De "bons" mots-clés Des mots suffisamment précis sur les moteurs - éviter les termes trop généraux qui risquent de générer trop de "bruit" dans les réponses, - choisir de préférence des termes spécifiques quitte à élargir par la suite votre requête. Des mots suffisamment larges sur les annuaires - pour trouver facilement les catégories et pour identifier les sites fédérateurs traitant du sujet, - quitte à préciser ensuite avec des termes plus précis. La langue - éviter les mots d'une langue autre que celle du moteur.

Fiabilité de l’information 2.0 Le web 2.0 a révolutionné l’usage d’internet au niveau de la stratégie des marques et du comportement des internautes. Dès lors que ceux-ci peuvent contribuer librement et de façon anonyme au contenu web, dans quelle mesure l’information est-elle biaisée ? Depuis plusieurs années, les métiers de la communication ont progressé au rythme des évolutions du web.

Les terroristes sont des internautes comme les autres La parabole de la paille et de la poutre Les terroristes djihadistes qui ont frappé en France ont acheté des armes dé- puis re-militarisées, des couteaux, mais aussi des pizzas, de l’essence, des billets d’avion… Ils ont aussi loué des voitures, un camion, des chambres d’hôtel, reçu et envoyé SMS, appels téléphoniques, utilisé la messagerie instantanée Telegram, Twitter et Facebook, et donc souscrit des abonnements téléphoniques et Internet. Certains percevaient même des allocations sociales. Il est possible que certains aient utilisé des logiciels de chiffrement afin de sécuriser leurs télécommunications, mais rien n’indique que cela ait pu jouer un rôle clef dans la préparation de leurs attentats, ni que cela ait pu empêcher les autorités de les anticiper, et entraver.

Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant » Paul Horner possède un petit empire de sites qui lancent des canulars en ligne. Il pense que la différence, après l’apparition du catalyseur Trump, est que les gens croient tout ce qu’ils lisent, même quand on leur prouve que c’est faux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Luc Vinogradoff On a beaucoup parlé ces dernières semaines des « fake news », de faux articles contenant de fausses informations publiés sur des sites obscurs qui sont partagés sur Facebook autant, voire parfois plus, que les articles de médias traditionnels. On sait que de plus en plus de gens partagent ces articles, ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils y croient ou même qu’ils les lisent.

Pourquoi (et comment) utiliser le document de collecte m'a permis d'abandonner la méthode de recherche par étapes Je parle du document de collecte dans mes différents billets mais je réalise que depuis le jour où j'ai décidé (grâce à l'enthousiasme d'une collègue d'Histoire-Géographie) de l'introduire dans mes séquences, je n'en ai pas vraiment fait de bilan. Pourtant, depuis ce jour, je ne l'ai plus lâché. Le document de collecte est devenu mon compagnon fidèle, celui de certains de mes collègues (même partis enseigner ailleurs, au lycée, où semble-t-il il séduit beaucoup) et celui de mes élèves. Je ne l'utilise qu'associé à la carte mentale de réorganisation des idées.

Apprendre aux élèves à évaluer la qualité d’un contenu sur internet Avec l’explosion d’internet, nos élèves sont confrontés à un volume d’informations de plus en plus important. En effet, chaque minute dans le monde, plus de 500 nouveaux sites sont créés et ce phénomène n’est pas prêt de se tarir. Face à la prolifération de contenus, il est indispensable de guider les élèves afin qu’ils puissent déterminer la pertinence des informations disponibles et qu’ils trient ce qui leur est indispensable et utile de ce qui leur est superflu. Alors même que les récents développement technologiques ne permettent plus aux élèves de vivre et de travailler sans internet, ces derniers ne savent pas forcément comment utiliser au mieux cet outil pédagogique ni comment aborder de manière critique les contenus qu’ils voient en ligne.

22 sites canulars pour travailler l'esprit critique Ci-dessous, une sélection de sites canulars permettant un travail avec les élèves dans le cadre du B2I et notamment le point "2 - Adopter une attitude responsable et 4 - S’informer, se documenter" La poudre verte Descriptif présent sur le site, avec les fautes d’orthographe en prime ! : "La solution à tous vos problèmes informatiques.

Évaluer un site — Enseigner avec le numérique Enseigner avec le numérique. éduscol : l'actualité du numérique Recherche avancée…

Related: