background preloader

The Habitable Exoplanets Catalog

The Habitable Exoplanets Catalog
The figure above shows all planets near the habitable zone (darker green shade is the conservative habitable zone and the lighter green shade is the optimistic habitable zone). Only those planets less than 10 Earth masses or 2.5 Earth radii are labeled. The different limits of the habitable zone are described in Kopparapu et al. (2014). Location in the night sky of all the known stellar systems with potentially habitable worlds (some systems have more than one planet). The Periodic Table of Exoplanets shows all known exoplanets, including a few still unconfirmed, classified into eighteen thermal-mass categories. Related:  Astronomy

Des astronomes découvrent une planète qui « ne devrait pas être là », orbitant très loin de son étoile Des astronomes ont découvert une planète géante orbitant autour de son étoile à 650 fois la distance Terre-Soleil, laissant ces derniers perplexes quant à la manière dont un tel système a pu se former. L’objet découvert par les astronomes, décrit comme une planète « qui ne devrait pas être là », donne l’impression de s’être formé à partir de rien dans l’espace, très loin de son étoile mère ou de la matière cosmique l’entourant. La jeune planète, appelée HD 106906 b, se situe à environ 300 années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Croix du Sud. Ce qui rends HD 106906 b si unique, c’est la distance à laquelle elle orbite de son étoile : 650 unités astronomiques (UA, soit 650 fois la distance Terre-Soleil). Possédant 11 fois la masse de Jupiter, la planète HD 106906 b est bien différente de tout ce que nous connaissons dans les systèmes stellaires et remet en question la théorie de la formation des planètes. Sources : Astrophysical Journal Letters : HD 106906, HD 106906 b

Low Earth Orbit Want to stay on top of all the space news? Follow @universetoday on Twitter Estimated number of objects in low Earth orbit. Credit: NASA Low Earth Orbit is an orbit that extends from the Earth’s surface at sea level to an altitude of 2,000 km. What is interesting about the majority of Low Earth Orbit is that most of it lies within the Earth’s atmosphere. Low Earth Orbit is a region that includes Earth at Sea Level and up to 2000 kilometers above sea level. Low Earth Orbit has been used for both military and aeronautical purposes. Other than lunar flights Low Earth Orbit defines the boundary of all human space exploration. We have written many articles about low Earth orbit for Universe Today. If you’d like more info on low Earth orbit, check out the types of orbit from the European Space Agency website. We’ve also recorded an entire episode of Astronomy Cast all about Getting Around the Solar System. Tagged as: low earth orbit, low orbit, spaceflight

Sommes-nous faits de poussières d'étoiles ? Vous avez sans doute déjà entendu l'expression « nous sommes faits de poussières d'étoiles »... S'agit-il d'un mythe ou de la réalité ? Une équipe d'astronomes, partie sur les traces de ces poussières, est remontée jusqu'à leurs sources. Pas de doutes, 97 % de nos milliards de milliards d'atomes proviennent bien du cosmos. L'expression « poussières d'étoiles », reprise par Hubert Reeves pour le titre de l'un de ses plus célèbres livres, est à l'origine de Carl Sagan. En effet, comme le montrent encore de récentes recherches sur la généalogie de la matière qui nous compose, nous tous, ce qui inclut évidemment tous les êtres vivants (et aussi tout ce qui nous entoure, la planète elle-même ainsi que tous les autres corps du Système solaire), sommes constitués d'atomes forgés à travers différents évènements cosmiques qui ont jalonné les 13,8 milliards d'années d'histoire de l'univers. Supernovae, explosions de naines blanches : d'où viennent nos atomes ?

Chart of the Nuclides 2010 WWW Chart of the Nuclides here is based on the compilation of experimental data until 2008 by H. Koura (JAEA), T. Tachibana (Waseda University), and J. A printed version of Chart of the Nuclides 2010, compiled by T. In this WWW Chart of the Nuclides, a decay mode of ground state is indicated with decay mode pattern. By clicking a box of each nuclide, information on the nuclide is shown, which contains spin and half-life, mass, strong gamma-rays from nuclear decay, decay data, and links to figures and tables of cross-section data stored in Japanese evaluated nuclear data library JENDL-4.0. When a box of atomic numbers located at the left side is clicked, an isotope list of corresponding element is displayed. WWW Chart of the Nuclides 2010 was created by using gd2.0.35 which was originally developed by Thomas Boutell and is now maintained by Pierre-A.

La sonde Juno de la NASA nous livre de nouveaux clichés exceptionnels de Jupiter ! La sonde Juno de la NASA a pris de nouvelles images exceptionnelles de Jupiter. Juno a été lancée en août 2011 et a mis cinq ans pour atteindre Jupiter et s’installer en orbite. La géante gazeuse se situe à 670 millions de kilomètres de la Terre. Jusqu’à présent, la sonde a photographié les pôles de Jupiter, détecté des formations de nuages étranges, des aurores mystérieuses et scanné profondément les sommets épais de la planète. La NASA avait prévu de déclencher les propulseurs de Juno en octobre 2017 pour augmenter la fréquence des survols (un survol toutes les deux semaines au lieu de tous les 53,5 jours) mais un incident avec les vannes du moteur a saboté l’opération. De ce fait, les manœuvres ont lieu une fois tous les deux mois environ. La sonde Juno a terminé la cinquième manœuvre le 27 mars dernier, fournissant un tout nouveau lot de données et de nouvelles images spectaculaires de la planète gazeuse. Crédits : NASA/SwRI/MSSS/Roman Tkachenko Crédits : NASA/SwRI/MSSS/

Nuclear Physics: The Core of Matter, The Fuel of Stars Below are the first 10 and last 10 pages of uncorrected machine-read text (when available) of this chapter, followed by the top 30 algorithmically extracted key phrases from the chapter as a whole.Intended to provide our own search engines and external engines with highly rich, chapter-representative searchable text on the opening pages of each chapter. Because it is UNCORRECTED material, please consider the following text as a useful but insufficient proxy for the authoritative book pages. Do not use for reproduction, copying, pasting, or reading; exclusively for search engines. OCR for page 19 --> 2 The Structure of the Nuclear Building Blocks Introduction It is a remarkable fact of nature that the average distance between protons and neutrons inside an atomic nucleus is only half again as large as the individual protons and neutrons themselves. OCR for page 19 --> within neutrons, protons, or other strongly interacting particles built from quarks and gluons.

Spectacle exceptionnel : une collision de deux étoiles sera visible à l’œil nu en 2022 Préparez-vous à voir une nouvelle étoile dans le ciel en 2022. Enfin pas si nouvelle... En réalité, la luminosité de KIC 9832227 va considérablement augmenter quand les étoiles du couple vont se percuter. Si bien que nous pourrons l'observer à l'œil nu, et très facilement dans l'hémisphère nord, selon une équipe d'astronomes qui s'est intéressée à cette étoile binaire de la constellation du Cygne. D'après les prévisions de Larry Molnar et son équipe, les Terriens pourront voir à l'œil nu en 2022 un point brillant rouge surgir dans la voûte céleste, au sein de la constellation du Cygne. C'est une étoile binaire qui est responsable de l'événement. D'après les calculs du professeur du Calvin College, leur étreinte totale et définitive, absolument fusionnelle, semble imminente. Ce baiser final multipliera par 10.000 la luminosité de KIC 9832227, si bien qu'elle transpercera le firmament de son éclat rouge.

Science Questions with Surprising Answers La Voie lactée n'a plus que 4 milliards d'années à vivre ; mais notre Soleil survivra Accompagné de T.J. Cox, alors étudiant post-doctorat, Loeb a simulé la collision et la fusion d’Andromède et de la Voie lactée en utilisant les estimations du mouvement propre d’Andromède. Les résultats montrèrent une honnête chance de collision frontale des deux galaxies, avec la bonne possibilité que le système solaire se fasse propulser vers l’extrémité de la nouvelle galaxie elliptique, baptisée « Milkomeda » par Loeb. En 2012, une équipe d’astronomes basée au Space Telescope Science Institute a refait les calculs de la collision en utilisant cette fois-ci des mesures directes du mouvement propre d’Andromède. Après toutes ces années, l’équipe a pu récupérer ces mesures grâce au télescope spatial Hubble et a une mission d’observation rassemblant des années de données, dont les premières images capturées en 2002. L’équipe a conclu que le mouvement propre d’Andromède était petit, et qu’une collision frontale était à peu près inévitable. *21h45, heure du Pacifique, le 24 mars.

Physical Review X LES POINTS DE LAGRANGE LES POINTS DE LAGRANGE par Jean Pierre MARTIN DES RAPPELS DE PHYSIQUE INDISPENSABLESSoit un système où un corps tourne autour d'un autre beaucoup plus gros (par exemple, la Terre autour du Soleil ou la Lune autour de la terre etc..), on s'aperçoit qu'il existe 5 positions dans cet ensemble où un troisième corps (un satellite, des astéroïdes, etc..) peut résider de façon fixe stable ou instable. Pour calculer ces points nous avons besoin de quelques rappels mathématiques et physiques : Deux corps situés à une distance d l'un de l'autre sont attirés par une Force F qui est proportionnelle à leurs masses et inversement proportionnelle au carré de leur distance. C'est une force UNIVERSELLE, qui ne peut pas être annulée ni masquée et qui agit à distance. Avec : M et M' les masses respectives et d la distance. Rappel : sur Terre Γ est égale à g (accélération de la pesanteur) = 9,8 m/s/s Troisième Loi : Toute action entraîne une réaction égale et opposée. v = r ω

Kessler syndrome Space debris populations seen from outside geosynchronous orbit (GEO). There are two primary debris fields, the ring of objects in GEO, and the cloud of objects in low earth orbit (LEO). The Kessler syndrome (also called the Kessler effect,[1][2] collisional cascading or ablation cascade), proposed by the NASA scientist Donald J. Kessler in 1978, is a scenario in which the density of objects in low Earth orbit (LEO) is high enough that collisions between objects could cause a cascade—each collision generating space debris which increases the likelihood of further collisions.[3] One implication is that the distribution of debris in orbit could render space exploration, and even the use of satellites, unfeasible for many generations.[3] Debris generation and destruction[edit] Every satellite, space probe, and manned mission has the potential to create space debris. Implications[edit] Image made from models used to track debris in Earth orbit. Avoidance and reduction[edit] See also[edit]

SN 1987A : une Supernova fortement asymétrique Comment savoir si une supernova par effondrement de cœur, ce qu'on appelle une supernova de type II, explose de manière symétrique, ou bien asymétrique ? C'est une question que ce sont posée les astrophysiciens et à laquelle ils ont pu répondre en montrant que l'une des plus célèbres supernovae, SN 1987A avait explosé de façon totalement asymétrique. La supernova SN 1987A est célèbre car c'est la première que l'on a pu étudier de près avec des instruments modernes, elle se trouvait à une distance faible par rapport aux supernovas que nous observons habituellement (168000 années-lumière, une paille!) La question de la symétrie de l'explosion peut sembler sans grand intérêt, mais au contraire, c'est une information très importante pour mieux comprendre ce qu'est vraiment une étoile en fin de vie. Le résidu d'une telle supernova de type II comporte notamment une quantité importante d'un noyau radioactif, le titane 44. Source : S.

Related: