background preloader

The Habitable Exoplanets Catalog

The Habitable Exoplanets Catalog
The figure above shows all planets near the habitable zone (darker green shade is the conservative habitable zone and the lighter green shade is the optimistic habitable zone). Only those planets less than 10 Earth masses or 2.5 Earth radii are labeled. The different limits of the habitable zone are described in Kopparapu et al. (2014). Location in the night sky of all the known stellar systems with potentially habitable worlds (some systems have more than one planet). The Periodic Table of Exoplanets shows all known exoplanets, including a few still unconfirmed, classified into eighteen thermal-mass categories. Related:  AstronomyLes Exoplanètes - A Classer

Des astronomes découvrent une planète qui « ne devrait pas être là », orbitant très loin de son étoile Des astronomes ont découvert une planète géante orbitant autour de son étoile à 650 fois la distance Terre-Soleil, laissant ces derniers perplexes quant à la manière dont un tel système a pu se former. L’objet découvert par les astronomes, décrit comme une planète « qui ne devrait pas être là », donne l’impression de s’être formé à partir de rien dans l’espace, très loin de son étoile mère ou de la matière cosmique l’entourant. La jeune planète, appelée HD 106906 b, se situe à environ 300 années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Croix du Sud. Ce qui rends HD 106906 b si unique, c’est la distance à laquelle elle orbite de son étoile : 650 unités astronomiques (UA, soit 650 fois la distance Terre-Soleil). Possédant 11 fois la masse de Jupiter, la planète HD 106906 b est bien différente de tout ce que nous connaissons dans les systèmes stellaires et remet en question la théorie de la formation des planètes. Sources : Astrophysical Journal Letters : HD 106906, HD 106906 b

Private Firm Sets Sights on First Moon Base NASA may not be going to the moon anytime soon, but private companies plan to do so, a study by space habitat developer Bigelow Aerospace shows. The study, commissioned by NASA, is intended as a supplemental roadmap for the U.S. government as it charts human space initiatives beyond the International Space Station, a permanently staffed research complex that orbits about 250 miles above Earth. VIDEO: Is It Future Yet?: Moonbase “Instead of being the typical approach where we put together all the plans and we ask for participation, we wanted to look at it the other way and see what’s available,” NASA’s head of space operations, Bill Gerstenmaier, told reporters during a press conference on Thursday. “This is a holistic kind of effort,” added Robert Bigelow, president and founder of the Nevada-based firm that bears his name. NEWS: New Balloon-like Digs for Space Station “We think station can fly to 2028,” Gerstenmaier said. ANALYSIS: NASA's Original Inflatable Space Station

Que cache l'étrange étoile KIC 8462852 ? Est-ce la collision d’exocomètes qui est à l’origine des anomalies de l’objet observé en transit devant l’étoile KIC 8462852 ? © Nasa, JPL-Caltech, T. Pyle (SSC) Que cache l'étrange étoile KIC 8462852 ? - 2 Photos Il se passe quelque chose d’étrange autour de l’étoile KIC 8462852, située dans la constellation du Cygne, à environ 1.500 années-lumière de nous. Des baisses de luminosité irrégulières et importantes Dans le cas de KIC 8462852, c’est très surprenant. Les jours 788 à 795 et 1.510 à 1.570 ont particulièrement attiré l’attention des deux groupes de chercheurs qui ont consacré deux études publiées dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (disponible sur Arxiv). La luminosité de l’étoile a chuté jusqu’à 22 %. Cas de figure possibles et imaginables Pour tenter d’expliquer ce qui se passe là-bas, autour de KIC 8462852, les astronomes ont envisagé plusieurs scénarios. Enfin, la dernière hypothèse considérée par l’une des deux équipes est celle d’un objet artificiel.

Sommes-nous faits de poussières d'étoiles ? Vous avez sans doute déjà entendu l'expression « nous sommes faits de poussières d'étoiles »... S'agit-il d'un mythe ou de la réalité ? Une équipe d'astronomes, partie sur les traces de ces poussières, est remontée jusqu'à leurs sources. Pas de doutes, 97 % de nos milliards de milliards d'atomes proviennent bien du cosmos. L'expression « poussières d'étoiles », reprise par Hubert Reeves pour le titre de l'un de ses plus célèbres livres, est à l'origine de Carl Sagan. En effet, comme le montrent encore de récentes recherches sur la généalogie de la matière qui nous compose, nous tous, ce qui inclut évidemment tous les êtres vivants (et aussi tout ce qui nous entoure, la planète elle-même ainsi que tous les autres corps du Système solaire), sommes constitués d'atomes forgés à travers différents évènements cosmiques qui ont jalonné les 13,8 milliards d'années d'histoire de l'univers. Supernovae, explosions de naines blanches : d'où viennent nos atomes ?

Space Station Astronauts Log One Million Photos Space Station Astronauts Log One Million Photographs April 4, 2012 -- Two Russian spacecraft -- a Soyuz and Progress cargo ship -- hang above the Earth, docked to the International Space Station (ISS) while green wisps of auroral activity complete the scene. On any average day, this photograph would be a beautiful reminder of the serenity of space and the ingenuity of mankind. But this isn't any "average" photograph.

C’est officiel, il y a désormais plus de 1000 exoplanètes confirmées C’est officiel : l’Encyclopédie des planètes extrasolaires en compte aujourd’hui plus de 1000 ! 1010, pour être exact. 21 ans après les premières confirmations de l’existence de planètes hors de notre système solaire, c’est une grande étape. Le cap des 1 000 exoplanètes confirmées a été dépassé le 22 octobre 2013, après 21 années de découvertes. La bien établie et très reconnue Encyclopédie des planètes extrasolaires (The Extrasolar Planets Encyclopaedia) répertorie désormais 1 010 exoplanètes confirmées. Image d’entête : en rouge, le nombre d’exoplanètes confirmées dans chaque sous catégories de planètes telluriques et de géantes gazeuses. Les différents catalogues d’exoplanètes n’atteignent pas tous ce nombre, cela dépend de leurs critères de sélection. Le tableau périodique des exoplanètes candidates (donc non confirmées) de la mission Kepler (NASA) classifiées dans 18 catégories de grandeur thermale. Les découvertes d’exoplanètes ont été pleines de surprises dès le départ.

La sonde Juno de la NASA nous livre de nouveaux clichés exceptionnels de Jupiter ! La sonde Juno de la NASA a pris de nouvelles images exceptionnelles de Jupiter. Juno a été lancée en août 2011 et a mis cinq ans pour atteindre Jupiter et s’installer en orbite. La géante gazeuse se situe à 670 millions de kilomètres de la Terre. Jusqu’à présent, la sonde a photographié les pôles de Jupiter, détecté des formations de nuages étranges, des aurores mystérieuses et scanné profondément les sommets épais de la planète. La NASA avait prévu de déclencher les propulseurs de Juno en octobre 2017 pour augmenter la fréquence des survols (un survol toutes les deux semaines au lieu de tous les 53,5 jours) mais un incident avec les vannes du moteur a saboté l’opération. De ce fait, les manœuvres ont lieu une fois tous les deux mois environ. La sonde Juno a terminé la cinquième manœuvre le 27 mars dernier, fournissant un tout nouveau lot de données et de nouvelles images spectaculaires de la planète gazeuse. Crédits : NASA/SwRI/MSSS/Roman Tkachenko Crédits : NASA/SwRI/MSSS/

Kepler telescope's planet-hunting days crunch to a close - space - 15 May 2013 "Kepler was my North, my South, my East and West, my working week, no weekend rest, my noon, my midnight, my talks, my song; I thought Kepler would last forever: I was wrong." So laments planet hunter Geoff Marcy, with a due nod to W. H. Auden, upon hearing the news that NASA's Kepler space telescope is probably close to ending its search for extrasolar planets. Since its launch in 2009 , Kepler has discovered 132 exoplanets and identified nearly 3000 more possible planets, including a handful of potentially rocky worlds that may be able to host life. But the pioneering telescope has been hobbled by a damaged reaction wheel, NASA announced at a press conference today. Rest and relaxation The telescope has been watching some 150,000 stars near the constellation Cygnus for changes in brightness caused by a planet crossing, or transiting, its face as seen from Earth. Kepler started out with four reaction wheels – one to control its motion around each axis and one spare. Tragic timing

La détection des exoplanètes pour les nuls Une vue d'artiste d'une exoplanète en transit devant son étoile. © ESO, L. Calçada La détection des exoplanètes pour les nuls - 8 Photos Partez en quête la vie dans l'univers Il existe plusieurs méthodes pour détecter une exoplanète. La première qui vient à l’esprit est celle d’une observation directe comme dans le cas des étoiles binaires visuelles. Pour comprendre comment se sont formées les planètes du Système solaire et trouver une vie ailleurs, il faut détecter des exoplanètes. Malheureusement, la lumière de l’étoile hôte domine largement celle de l’exoplanète. 1/ La coronographie Ce genre de difficulté n’arrête cependant pas les chercheurs, tant l’envie de voir directement des mondes différents du nôtre est irrépressible. Comme son nom l’indique, la coronographie consiste à supprimer, à l’aide d’un instrument, la composante principale de la lumière d’une étoile. 2/ La méthode des microlentilles gravitationnelles 3/ La méthode des vitesses radiales D’autres complications surgissent.

Spectacle exceptionnel : une collision de deux étoiles sera visible à l’œil nu en 2022 Préparez-vous à voir une nouvelle étoile dans le ciel en 2022. Enfin pas si nouvelle... En réalité, la luminosité de KIC 9832227 va considérablement augmenter quand les étoiles du couple vont se percuter. Si bien que nous pourrons l'observer à l'œil nu, et très facilement dans l'hémisphère nord, selon une équipe d'astronomes qui s'est intéressée à cette étoile binaire de la constellation du Cygne. D'après les prévisions de Larry Molnar et son équipe, les Terriens pourront voir à l'œil nu en 2022 un point brillant rouge surgir dans la voûte céleste, au sein de la constellation du Cygne. C'est une étoile binaire qui est responsable de l'événement. D'après les calculs du professeur du Calvin College, leur étreinte totale et définitive, absolument fusionnelle, semble imminente. Ce baiser final multipliera par 10.000 la luminosité de KIC 9832227, si bien qu'elle transpercera le firmament de son éclat rouge.

Private Spaceflight Companies Eye Moon Bases Human exploration of deep space is looking more and more like a tag-team affair, with NASA jetting off to asteroids and Mars while the private sector sets up shop on the moon. While NASA has no plans to return humans to the lunar surface anytime soon, private industry is eyeing Earth's nearest neighbor intently, said Bigelow Aerospace founder and president Robert Bigelow. "The brass ring for us is having a lunar base — as a company and in conjunction with other companies, and even other, possibly, foreign entities as well," Bigelow said during a teleconference with reporters today (May 23). "That is an appetite and a desire that we've had for a long, long time." [3D-Printing a Future Moon Base (Gallery)] Two months ago, NASA tapped Bigelow Aerospace to sound out the private sector's interest and intent in going beyond low-Earth orbit, in an attempt to help map out possible public-private partnerships in deep space. The Space Act agreement set out a two-phase study approach.

Entre terre et ciel, André Brack, un chercheur de vie (rediffusion) - Sciences Exobiologiste, c'est le titre scientifique d'André Brack, exobiologiste ou, autrement dit, scientifique en quête des origines de la vie. André Brack et Frances Westall ©Radio France Chimiste de formation, docteur en Sciences Physiques, membre de l'Equipe Scientifique de la mission Mars Express de l'ESA (1997-1998), président de l'équipe scientifique associée à l'atterrisseur Beagle 2 de Mars Express (2002-2004), pour ne citer que ces expériences, André Brack est viscéralement curieux des phénomènes qui ont créé la vie sur terre. Il a souvent les yeux tournés vers le ciel en espérant pouvoir, un jour, découvrir des éléments de vie, ailleurs, pourquoi pas, sur d'autres planètes, dans un autre système solaire... Une vie extraterrestre née dans des conditions similaires à celles qui ont permis l'apparition de la vie sur notre planète terre, il y a 4 milliards d'années. Car c'est cette vie, vouée à la recherche, et cet espoir de pouvoir, un jour, répondre à la question "d'où vient la vie ?"

La Voie lactée n'a plus que 4 milliards d'années à vivre ; mais notre Soleil survivra Accompagné de T.J. Cox, alors étudiant post-doctorat, Loeb a simulé la collision et la fusion d’Andromède et de la Voie lactée en utilisant les estimations du mouvement propre d’Andromède. Les résultats montrèrent une honnête chance de collision frontale des deux galaxies, avec la bonne possibilité que le système solaire se fasse propulser vers l’extrémité de la nouvelle galaxie elliptique, baptisée « Milkomeda » par Loeb. En 2012, une équipe d’astronomes basée au Space Telescope Science Institute a refait les calculs de la collision en utilisant cette fois-ci des mesures directes du mouvement propre d’Andromède. Après toutes ces années, l’équipe a pu récupérer ces mesures grâce au télescope spatial Hubble et a une mission d’observation rassemblant des années de données, dont les premières images capturées en 2002. L’équipe a conclu que le mouvement propre d’Andromède était petit, et qu’une collision frontale était à peu près inévitable. *21h45, heure du Pacifique, le 24 mars.

Related: