background preloader

Facebook va à l'encontre du cerveau humain

Facebook va à l'encontre du cerveau humain
Rubin Dunbar, de l’Université d’Oxford vient de rendre les conclusions de son étude sur les groupements sociaux à travers les siècles: il serait impossible, pour le cerveau humain, d’entretenir un lien social avec plus de 150 amis, quel que soit le niveau de sociabilité. Selon ce professeur d'anthropologie, le néocortex, zone du cerveau qui gère la pensée consciente et le langage, serait responsable de cette restriction. Les recherches de Dunbar révèlent que l'arrivée des réseaux sociaux sur internet ne change rien à ces capacités neurologiques. «Ce qui est intéressant, c'est que vous pouvez avoir 1500 amis, mais quand vous regardez de façon précise le trafic sur le site, vous vous rendez compte que les gens gardent le même cercle d'environ 150 personnes, un nombre identique à celui du monde réel, et non virtuel» a-t-il expliqué au Sunday Times. D’autre part, les femmes seraient plus douées pour les relations sociales sur Facebook que les hommes. Image de une: Reuters publicité Related:  Cerveau Neuroscience CognitifLe CerveauTHE BRAIN

Avoir une vie sociale importante développe le cerveau Avoir une vie sociale importante et complexe nécessite de grandes qualités de compréhension de son environnement et des autres êtres humains. L'évolution du cerveau montre que l'homme n'a cessé de développer des outils pour améliorer ces relations sociales et une étude scientifique vient encore de le confirmer. Il en ressort que les personnes ayant une vie sociale importante développent bien plus que les autres une partie très spécifique de leur cerveau appelée l'amygdale, à ne surtout pas confondre avec les tissus se trouvant au fond de la bouche. Cette étude mise en avant par la BBC a porté sur 58 personnes. «Une plus grande amygdale permet probablement aux humains de plus facilement identifier, reconnaître et apprendre les signaux sociaux et émotionnels émis par les autres et nous permet de développer des stratégies complexes pour avancer dans notre vie. Photo: Dancing at the Latin Festival/Matito via Flickr CC License by publicité Devenez fan sur , suivez-nous sur

Des scientifiques ont mis au point la première carte interactive du cerveau Des scientifiques américains viennent de révéler la première carte détaillée du cerveau jamais réalisée, après quatre ans de recherche intensive, rapporte le New Scientist. Bien sûr, il existe déjà des cartes du cerveau et ce depuis le 19e siècle, mais celles-ci décrivent des zones anatomiques (où est le lobe frontal, où est l'hippocampe, etc). Alors que l'équipe qui a créé l'Atlas du cerveau humain cherchait à descendre au niveau des gènes et des neurones individuels, comme ils l'expliquaient en 2009: «Les cartes du cerveau que nous avons actuellement sont comme ces cartes antiques du Nouveau Monde que les gens dessinaient. On peut voir les contours de la structure, mais on n'a aucune idée de ce qui se passe à l'intérieur.» L'Atlas du cerveau humain veut permettre de savoir «ce qui se passe à l'intérieur». Les chercheurs ont trouvé qu'au moins 82% de tous les gènes humains étaient exprimés dans le cerveau: Photo: Cerveau/Dierk Schaefer via Flickr License CC by publicité Devenez fan sur

Les 7 règles de base pour réaliser une carte heuristique Voici les règles fondamentales pour concevoir et réaliser une carte heuristique efficiente 1 La feuille de papier est utilisée dans le format paysage. La feuille de papier sera orientée dans le sens panoramique, car nous avons une vision plus large que haute. Un dernier point, elle est de préférence sans lignes et sans carreaux. 2 Le cœur est beaucoup plus qu’un titre simplement informatif. Il doit posséder un pouvoir évocateur puissant. Il n’est pas enfermé dans un cadre ou un cercle, il inspire l’ouverture Une image est préférable à un mot. Pour des raisons pratiques, le cœur est bien au centre de la feuille pour que les branches puissent être ramifiées tout autour de façon équilibrée, ni trop sur un côté, ni trop en haut ou en bas. 3 Les branches sont par défaut de forme organique (qui s’inspire de la nature). Une forme trop rigide et anguleuse évoque instantanément une procédure. Pour économiser de l’espace, la longueur des branches est identique à celle des mots. Frédéric Le Bihan

Plus nous prenons de décisions, moins elles sont bonnes Nous avons une capacité psychologique limitée à faire des choix et prendre des décisions explique le New York Times magazine dans une grande enquête intitulée «Decision fatigue» (Fatigué de décider). Elle révèle un aspect méconnu du cerveau humain qui explique comment un chef de gouvernement, un dirigeant d'entreprise, un général mais aussi nous tous dans notre vie quotidienne prenons parfois des décisions totalement aberrantes ou sommes tout simplement incapables d'en prendre une. Le New York Times cite de nombreux exemples parmi lesquels celui d'un juge qui est systématiquement plus compréhensif et plus à l'écoute le matin qu'en fin de journée et ne rend pas les mêmes verdicts face aux mêmes cas sans en avoir conscience. Peu importe, que vous cherchiez à être extrêmement rationnel et juste, vous ne pouvez prendre des décisions les unes après les autres sans en payer le prix biologique. La deuxième stratégie est tout simplement de ne plus prendre de décisions, de gagner du temps.

Vers une mutation de la conscience humaine ? - Blog intégratif Blog intégratif L‘étrange effervescence actuelle des Etats Modifiés de Conscience (EMC) J’ai mis longtemps, très longtemps, presque deux mois, pour écrire ce texte prévu au départ dans le dossier « EMC » du magazine Santé Intégrative paru au mois de mai. Mon intention était peut-être trop ambitieuse : j’ai voulu faire une fresque la plus large possible des EMC, en essayant de leur donner une cohérence, une cohérence historique et une cohérence de sens. « La conscience se déploie de plus en plus, se réalise de plus en plus, se manifeste de plus en plus » Ken Wilber Petite histoire des EMC durant le siècle dernier… La crise actuelle n’est pas seulement économique et politique, elle est bien plus profonde, c’est une crise de la conscience humaine, bloquée dans son évolution et qui tente difficilement de se transformer, en voulant s’expanser, se manifester de plus en plus dans toutes ses dimensions. Mais la grande destruction cyclique (39 – 45) se déchaîne encore une fois en sa folie collective. 1. 2.

Cryptophasia Cryptophasia is a phenomenon of a language developed by twins (identical or fraternal) that only the two children could understand.[1] The word has its roots from crypto meaning secret and phasia meaning speech. Most linguists associate cryptophasia with idioglossia, which is any language used by only one, or very few, people. Cryptophasia also differs from idioglossia on including mirrored actions like twin-walk and identical mannerisms. While sources[2] claim that twins and children from multiple births develop this ability perhaps because of more interpersonal communication between themselves than with the parents, there is inadequate scientific proof to verify these claims. Classification[edit] Causes[edit] A delay in the phonological development of one or both twins (or two siblings at similar age of language development) is said to be a main cause of cryptophasia. Social effects[edit] See also[edit] References[edit]

Le cerveau est nativement transmédia - Auteur AudioVisuel Le transmédia n'a rien inventé. Il ne fait qu'appliquer aux médias des principes déjà explorés dans d'autres domaines. Quand j'étais en fac, fin des années 80, notre prof de sociologie nous parlait du changement de paradigme que nous vivions. Le passage de la pensée linéaire à la pensée systémique. Je potassais mes deux bible, le Mind Mapping, de Tony buzan et le Macroscope, de Joël de Rosnay, deux guides pratiques à ce nouveau mode de pensée. Pendant ce temps, le spectacle vivant explorait le transdisciplinaire, le nouveau cirque explosait. Sortir du binaire, mon prof avait raison, c'était un vrai changement de vie. Loin d'être innovant, le transmédia est plutôt à la bourre.

List of unsolved problems in neuroscience Some of the yet unsolved problems of neuroscience include: References[edit] External links[edit] CogniFit Brain Fitness And Memory Programs, Brain Training 8 Things Everybody Ought to Know About Concentrating “Music helps me concentrate,” Mike said to me glancing briefly over his shoulder. Mike was in his room writing a paper for his U.S. History class. On his desk next to his computer sat crunched Red Bulls, empty Gatorade bottles, some extra pocket change and scattered pieces of paper. In the pocket of his sweat pants rested a blaring iPod with a chord that dangled near the floor, almost touching against his Adidas sandals. Mike made a shift about every thirty seconds between all of the above. Do you know a person like this? The Science Behind Concentration In the above account, Mike’s obviously stuck in a routine that many of us may have found ourselves in, yet in the moment we feel it’s almost an impossible routine to get out of. When we constantly multitask to get things done, we’re not multitasking, we’re rapidly shifting our attention. Phase 1: Blood Rush Alert When Mike decides to start writing his History essay, blood rushes to his anterior prefrontal cortex. Phase 2: Find and Execute

Peut-on envisager un développement réellement durable sans un changement profond de nos comportements ? Mardi soir se tenait l’Entre-nous de Sidièse sur une thématique Ô combien intéressante « Peut-on envisager un développement réellement durable sans un changement profond de nos comportements ? ». L"intervenant n’était autre que Victor Ferreira… J’ai rencontré Victor Ferreira cet été lors de l’Université d’été de la communication et du développement durable. Victor est intervenu sur les changements de comportement. Je lui ai proposé de l’interviewer, j’ai réalisé le test de l’Institut de neurocognitivisme sur le stress disponible sur Facebook, apprécié les résultats mais dès septembre, j’ai manqué de temps, et les choses en sont restées là… Jusqu’à la semaine dernière. Mais tout d’abord, savez-vous qui est Victor Ferreira ? Pourquoi s’intéresser au changement de comportement ? Ces 20 dernières années, nous cherchions surtout à sensibiliser à l’action, mais cela ne touchait que les personnes en phase avec ces valeurs. Changer les comportements, qu’est-ce que cela recouvre ? Like this:

Try it: Ignore the red and find the 'T' Can you find the "T"? It won't be red. (Credit: Corbin A. Cunningham/JHU) You can find something faster if you know what to look for. But new research suggests knowing what not to look for is also helpful. Although previous studies concluded that attempting to ignore irrelevant information slows people down, psychologists found that when people are given enough time to learn to ignore irrelevant information, they’re able to search faster and more efficiently. The results, which offer new insight into how the mind processes difficult information, have been published online by the journal Psychological Science. “It’s what I think of as the dark side of attention.” “Individuals who explicitly ignore distracting information improve their visual search performance, a critical skill for professional searchers, like radiologists and airport baggage screeners,” said lead author Corbin A. Researchers asked participants to search for certain letters on a computer screen.

Institute of NeuroCognitivism, sharpen up your professionnal skills

Related: