background preloader

2014 Vers une nouvelle route de la soie Le dessous des cartes [ Arte ]

2014 Vers une nouvelle route de la soie Le dessous des cartes [ Arte ]

http://www.youtube.com/watch?v=4Hz1pgCpZIQ

Related:  Chemins puissance chinoise : La Chine et le monde depuis 1949Route de la soieThème 2 - Analyser les dynamiques des puissances internationales

La Chine et le monde depuis 1949 : histoire et explications simples Poster de Mao, 1968, par Liu Chunhua Reprenant un célèbre mot attribué à Napoléon, Alain Peyreffite publiait en 1973 Quand la Chine s’éveillera…le monde tremblera. Il y prophétisait la domination mondiale à venir du mastodonte chinois. Depuis, la Chine s’est effectivement éveillée.

Routes de la soie, nouvelle route de la soie La nouvelle route de la soie (parfois aussi au pluriel) est un projet stratégique chinois visant à relier économiquement la Chine à l’Europe en intégrant les espaces d’Asie Centrale par un vaste réseau de corridors routiers et ferroviaires. Dans son versant maritime, ce réseau de routes commerciales inclut les espaces africains riverains de l’Océan indien. Surnommé le « projet du siècle » par Xi Jinping, le programme OBOR, pour « One Belt, One Road » (« Une Ceinture, Une Route ») vise à créer une nouvelle génération de comptoirs transnationaux. C’est en 2013, lors d’une tournée en Asie centrale, que le président chinois nouvellement élu mentionnait à Astana (Kazakhstan) son projet de ressusciter la mythique route caravanière qui reliait, il y a près de 2 000 ans, Xi’an en Chine à Antioche en Syrie médiévale (aujourd’hui en Turquie). Depuis, ce projet est devenu central dans la politique économique chinoise.

L’heure du désenclavement en Asie centrale Une région enclavée au potentiel économique et stratégique Loin des grandes routes commerciales et stratégiques mondiales, l’Asie centrale a perdu depuis longtemps la place qu’elle occupait jusqu’au XIXe siècle, à l’époque du Grand Jeu entre les empires russe et britannique. La région reste convoitée en premier lieu pour ses matières premières. L’influence des géants russe et chinois Même libérés de la tutelle soviétique, les Etats de la région restent très dépendants de l’influence de Moscou, qui a retrouvé son rôle de garant sécuritaire. La Chine dans le monde. Entretien avec Alice Ekman Ivan Sand (I. S.) : Quel cheminement intellectuel vous a conduit à la publication de cet ouvrage ? Alice Ekman (E. K.) : Tout d’abord, un constat simple, en toute modestie : la politique étrangère chinoise est complexe, et pour l’analyser avec précision et rigueur dans toutes ses dimensions, il faut être plusieurs.

Chine et Eurasie. Le chantier - très géopolitique - des Routes de la soie LE PROJET chinois des « Routes de la soie », qui plonge profondément dans l’histoire, a été officiellement lancé en 2013 par le président Xi Jinping. Il s’agit de développer des lignes de communication routières, ferroviaires et maritimes pour relier la Chine à l’Europe et à l’Afrique orientale. Sur le plan terrestre, l’Asie centrale et le Caucase du Sud ex-soviétique ainsi que l’Europe orientale, mais aussi l’Iran et la Turquie, sont directement concernés par cette véritable geste géopolitique chinoise.

Moscou déploie le missile hypersonique Avangard, son « arme absolue » Ces armes sont vantées par le président russe, Vladimir Poutine, comme « pratiquement invincibles ». Moscou a annoncé, vendredi 27 décembre, la mise en service de ses premiers missiles hypersoniques Avangard. Ce système fait partie d’une nouvelle génération d’engins capables, selon les autorités russes, d’atteindre une cible quasiment partout dans le monde et de surpasser n’importe quel bouclier antimissile existant, tel que le système déployé par les Etats-Unis en Europe. « Le ministre de la défense Sergueï Choïgou a rapporté au président Poutine la mise en service à 10 heures, heure de Moscou, du premier régiment équipé des nouveaux systèmes stratégiques hypersoniques Avangard », a indiqué le ministère dans un communiqué. M.

En Chine, un système de notation des citoyens encore flou mais aux ébauches effrayantes Le « système de crédit social » (SCS) que le gouvernement chinois entend mettre en place à compter de 2020 ressemble à un épisode de la série d’anticipation dystopique Black Mirror. Les détails de ce que l’on présente couramment comme un système unifié de notation des citoyens, fonctionnaires et entreprises chinois sont encore flous. Et pour cause : Pékin expérimente encore plusieurs options avant d’en choisir la meilleure pour la déployer dans tout le pays. La « route de la liberté », contre-projet de l’Inde face à la « route de la soie » La « route de la liberté » contre la « route de la soie ». Seulement quelques jours après l’organisation du premier « sommet des routes de la soie » à Pékin, le premier ministre indien Narendra Modi a dévoilé, en mai, à l’occasion d’une réunion de la Banque africaine de développement (BAD) qui se tenait pour la première fois à Ahmedabad, en Inde, un autre projet de route commerciale : le « corridor de la croissance Asie Afrique » (AAGC, Asia Africa Growth Corridor), surnommé la « route de la liberté ». L’AAGC propose de créer une région Indo-Pacifique « libre et ouverte » en redynamisant d’anciennes routes maritimes reliant l’Afrique au Pacifique, en passant par l’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est. Le projet porté par le Japon et l’Inde est aux antipodes des « routes de la soie ».

Les nouveaux territoires de la puissance : les Etats-Unis à la conquête d’une puissance spatiale Le 20 décembre 2019, le président américain Donald Trump a inauguré une nouvelle branche de l’armée américaine. Retrouvez l’essentiel des connaissances à retenir ci-dessous ou bien dans la story interactive publiée sur le compte Instagram d’Historicophiles : Cette forme de puissance s’inscrit clairement dans le catégorie du hard power, c’est-à-dire la force coercitive qui arbore généralement une dimension militaire, voire économique. Les chapitres révisés Pour approfondir le sujet Que contient précisément le programme « Une ceinture, une route » ? Quelle est l’ambition politique de Xi Jinping à travers ce projet ? Je vous remercie pour cette invitation à venir partager quelques idées sur la route de la soie. Lors de la préparation de cette table ronde, vous m’aviez notamment demandé de préciser le contenu de ce grand projet multi-facette et d’envisager les prolongements géopolitiques de ce projet. La route de la soie est un projet très vaste, multi-facette, au point qu’on a parfois du mal à s’y retrouver quand on analyse les différents documents qui, depuis près de cinq ans, émanent du gouvernement chinois. On a souvent comparé le projet de la route de la soie au plan Marshall (1948-1951), en particulier pour sa version terrestre ciblant l’Eurasie.

Routes de la soie : « L’Occident incapable de trouver une stratégie cohérente, à la mesure du défi que jette la Chine » Tribune. La visite du président chinois Xi Jinping en Italie et en France préfigure-t-elle le monde de demain ? Son pays est, en tout cas, le grand bénéficiaire du nouvel ordre économique mondial. En 2050, la Chine en sera numéro un, distançant l’Inde et les Etats-Unis. Si la guerre n’a pas entre-temps fracassé ces projections en actionnant le « piège de Thucydide » : un conflit entre la puissance montante, la Chine, et la puissance établie, les Etats-Unis, comme dans l’Antiquité entre Athènes et Sparte. Cela fait déjà des décennies que, sans déclaration de guerre, la Chine et les Etats-Unis s’opposent sur trois fronts. Chine: « La Ceinture et la Route ». Un projet mondial qui a un train d’avance…. Le 14 et 15 mai 2017, 29 chefs d’Etats et de gouvernements se retrouvent à Pékin (Chine) pour participer au Sommet de coopération internationale « La Ceinture et la route » organisé à l’initiative du Président Xi Jinping. Cette entreprise de très grande envergure qui va redessiner le paysage géopolitique mondial vise à rouvrir et aménager des routes commerciales qui, pour certaines, empruntent les célèbres et antiques « routes de la Soie » suivies par les caravaniers du IIe siècle avant notre ère au XVe siècle. Michel Foucher, géographe, ancien ambassadeur et directeur du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie du ministère des Affaires étrangères (CAPS), titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales de Paris, décrypte ce vaste projet aux lourdes conséquences politiques et stratégiques. Le Président chinois Xi Jinping, pour qui la "Ceinture et la route" constitue une priorité diplomatique. © Mark Schiefelbein /AP/SIPA

Xinjiang : bienvenue dans l’enfer made in China Le train K179 file dans le bassin du Tarim, l’immense zone désertique qui occupe le sud de la région autonome du Xinjiang. On est ici encore en Chine et déjà en Asie centrale. Sur les rideaux du wagon-restaurant, des chameaux brodés rappellent qu’au temps de la route de la soie – et jusqu’au milieu du XXe siècle, des caravanes sillonnaient toujours ce territoire, cheminant d’une oasis à l’autre pour rejoindre le Kazakhstan ou le Kirghizistan tout proches. Par la fenêtre, une alternance de plaines pelées, de champs de maïs et de pomme de terre en fleur. Des peupliers droits comme des « i » bordent les chemins. Au loin, des collines martiennes, rouges et ocre, sans végétation.

Les nouvelles routes de la soie Analyser les dynamiques des puissances internationales : Les Nouvelles Routes de la Soie OBOR : Un objet d’étude au carrefour des enseignements d’histoire- géographie et de la spécialité « HGGPSP » Insertion dans les programmes

Related: