background preloader

Que reste-t-il après avoir payé les factures ? Les dépenses contraintes minent le pouvoir d’achat

Le mouvement des « gilets jaunes », qui prend comme point de départ la hausse des prix du carburant, agrège de nombreuses revendications autour du pouvoir d’achat. Pourtant, si l’on en croit l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), cet indicateur devrait augmenter de 1,3 % en 2018, sous l’effet des baisses de cotisation salariale et de la taxe d’habitation. D’où vient le décalage entre ces chiffres, plutôt positifs, et la perception bien moins optimiste d’une partie croissante de l’opinion ? L’explication réside en grande partie dans le poids des dépenses contraintes, qui est proportionnellement très élevé pour les ménages les plus modestes. L’étude exclusive : Les Français et l’impôt : la grande défiance 1 – Toujours plus de dépenses contraintes Le pouvoir d’achat se calcule en comparant le niveau des prix et le revenu brut disponible, (c’est-à-dire les salaires et prestations sociales, dont on déduit les impôts directs et indirects). Anne-Aël Durand Related:  ecoGilets jaunesQuelle politique sociale en France ?

Crise : le comportement des consommateurs a changé depuis 2008 Pour franceinfo, le respect de votre vie privée est une priorité Vers un effondrement de la production de pétrole d'ici 2025? - Challenges Alors que les cours pétroliers sont en chute libre depuis début octobre - le WTI évolue à 57 dollars et le Brent à 67 dollars, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) vient de dresser un scénario assez sombre pour le secteur pétrolier. Selon l'institution basée à Paris, qui a publié mardi un rapport très dense de 650 pages, une pénurie d'or noir pourrait se profiler d'ici 2025. L'AIE appuie sa démonstration sur deux facteurs. D'une part, la demande de pétrole devrait connaître une forte hausse ces prochaines années. D'ici à 2025, elle devrait même progresser d'un million de barils par jour. Cette croissance de la demande mondiale de pétrole proviendra en totalité des économies en développement, Chine et Inde en tête, alors que la demande dans les économies avancées devrait se contracter de plus de 400.000 barils par jour en moyenne chaque année jusqu'en 2040, selon l'AIE. Déficit des investissements Un jugement qui est partagé par plusieurs experts du secteur.

Prix des carburants : les principaux arguments du débat vérifiés Taxes, pollution, diesel, kérosène, cargos… Les Décodeurs décryptent les principales positions. LE MONDE | 22.11.2018 à 12h30 • Mis à jour le 22.11.2018 à 16h07 | Par Les Décodeurs On a tendance à l’oublier au fil des jours, mais le mouvement des « gilets jaunes » s’est formé initialement pour protester contre la hausse des prix des carburants, en attribuant la responsabilité au gouvernement, aux taxes qu’il oblige à payer. Pour sortir de la confusion ambiante, voici un résumé des principaux arguments du débat que nous avons vérifiés au cours des dernières semaines. « La flambée des carburants est uniquement causée par les taxes » C’est exagéré Oui, les taxes sur le carburant ont sensiblement augmenté ces dernières années, et en particulier sur le diesel, qui subit un rattrapage de fiscalité depuis 2015. Mais les deux tiers de la flambée récente des prix à la pompe sont liés à un phénomène indépendant de la volonté du gouvernement : la flambée du cours mondial du prix du baril de pétrole.

Une semaine avec les gilets jaunes - 1jour1actu Parce que les gilets jaunes, un mouvement de protestation contre la hausse du prix des carburants, bloquent de nombreuses routes en France depuis une quinzaine de jours. Demain, samedi, ils veulent à nouveau manifester dans les grandes villes, notamment à Paris. Toute la semaine, tu as entendu parler des gilets jaunes : « Combien sont-ils ? », « Est-ce qu’ils vont encore bloquer les routes ? », « Ont-ils gagné ou perdu ? À Rochefort, dans le sud-ouest de la France, des gilets jaunes manifestent leur mécontentement (© XAVIER LEOTY / AFP) Lundi Les gilets jaunes ont entamé leur 2e semaine de manifestations. L'info à retenir : Jusqu'à présent, le mouvement des gilets jaunes n'avait pas de chef. Mardi Le président Emmanuel Macron a prononcé un discours très attendu. L'info à retenir : Emmanuel Macron a néanmoins promis de consacrer les 3 prochains mois à trouver des solutions à la colère des gilets jaunes, avec l'aide de ces derniers,en les invitant à des réunions. Mercredi Et aujourd'hui ?

Dix graphiques qui illustrent les inégalités en France Dans l’ambitieuse devise de la France « liberté, égalité, fraternité », le deuxième point tient davantage, dans les faits, de l’idéal que de la réalité, tant les écarts de situation persistent entre les citoyens. C’est ce que relève le deuxième rapport de l’Observatoire des inégalités, publié jeudi 1er juin. Cette association, qui rassemble depuis 2003 une trentaine d’experts et chercheurs, s’appuie sur des statistiques diverses (Insee, ministères…) et travaux universitaires pour dresser un état des lieux des domaines où il est « urgent d’agir » pour réduire les décalages. Plus d’un quart des revenus pour 10 % de la population La première des inégalités est financière et concerne les revenus. Malgré le système de redistribution (impôts et prestations sociales), les 10 % des Français les plus riches possèdent à eux seuls plus du quart des revenus, soit dix fois plus que les 10 % les plus pauvres. » A quel niveau vous situez-vous ? Des décalages qui s’amplifient dans le temps Le Monde

hausse du prix du poisson et consommation de poisson Sur un an, les prix du poisson frais ont augmenté de 6%. Résultat : les achats de poissons ont eux diminué de 2% et certaines espèces sont boudées par les consommateurs : la sole (-7%), la dorade (-11%) ou encore les coquilles Saint-Jacques (-29%). Alors les poissonniers s'adaptent. "À partir du moment où un produit dépasse un certain prix je ne le fais pas", explique Véronique Tranchant, poissonnière, au micro de France 2. Les Français sont très sensibles à la valse des étiquettes. Le JT Carburants : cette décision de l'Arabie saoudite pourrait augmenter les prix à la pompe 17h53 , le 11 novembre 2018 En France, l'augmentation des prix à la pompe est en grande partie due à la fiscalité, les taxes imposées par l'Etat représentant 61,4% du prix d'un litre d'essence sans plomb 95 et 58,6% du prix du litre de gazole. Mais le coût des carburants dépend aussi d'un autre facteur : le cours du baril de pétrole. Et la décision, dimanche, de l'Arabie saoudite de réduire sa production de pétrole en décembre pourrait bien avoir des conséquences directes pour les consommateurs français. Lire aussi - La baisse des prix du pétrole va-t-elle sauver Emmanuel Macron? En ouverture d'une réunion, à Abou Dhabi (Emirats arabes unis), entre les membres de l'Opep (l'Organisation des pays exportateurs de pétrole) et d'autres pays producteurs (comme la Russie), le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a en effet annoncé dimanche que son pays allait diminuer ses exportations de 500.000 barils par jour en décembre. La croissance mondiale liée aux cours du pétrole?

sans titre Radicalisation des Gilets jaunes, convergence des luttes, ou effet d’aubaine ? Observateurs et analystes peinaient à y voir clair ce mardi soir sur l’évolution de ce mouvement hétérogène et non coordonné dont chacun s’accorde sur le caractère inédit. Une chose est sûre : pour le ministère de l’Intérieur, le maintien de l’ordre est extrêmement compliqué à organiser alors que des milliers d’appels à bloquer Paris, samedi 24 novembre, fleurissent sur les réseaux sociaux, appelant à un « acte II » du mouvement. Christophe Castaner, le tout récent patron de la place Beauvau, aujourd’hui en première ligne, a haussé le ton. « On a une dérive totale d’une manifestation qui pour l’essentiel était bon enfant samedi » a-t-il déclaré sur France 2, pointant une « radicalisation » du mouvement. LIRE AUSSI >Le gouvernement mise sur la fermeté pour éteindre le feu Barres de fer et de cocktails Molotov Des rassemblements de lycéens préoccupants

"Gilets jaunes" et niveau de vie, les 10 graphiques de la colère - Le Monde Un niveau de vie qui stagne, des inégalités qui augmentent Depuis une dizaine d’années, le niveau de vie médian stagne en France autour de 1 700 euros, et pour une très grande partie de la population (des catégories populaires aux classes moyennes) les revenus n’ont pas progressé. Seuls les retraités et les professions intermédiaires et supérieures sont au-dessus de ce revenu médian. En parallèle, les inégalités de revenus augmentent, avec principalement une envolée du niveau de vie des 10 % les plus riches de la population, qui gagnent 1 000 euros de plus par mois en vingt ans alors que les 10 % les plus pauvres ne gagnent eux que 100 euros de plus. Des dépenses toujours plus pesantes pour les ménages modestes Les dépenses contraintes sont une part importante du budget des ménages, notamment pour les plus modestes (61 %, hors l’alimentation et transports). Des réformes fiscales controversées Des propos du chef de l’Etat mal reçus Service infographie

Vivre avec moins de 800 euros par mois en France Un quart des ménages craint de devenir pauvre dans les cinq ans, une inquiétude qui se diffuse dans les classes moyennes. LE MONDE | 05.11.2018 à 06h38 • Mis à jour le 05.11.2018 à 17h01 | Par Isabelle Rey-Lefebvre La pauvreté et le mot « pauvre » ont fait irruption dans le débat public, balayant les précautions oratoires comme « populations défavorisées », « précarité », « vulnérabilité » ou « exclusion sociale », comme si elle concernait désormais beaucoup plus de monde, notamment les classes moyennes. Selon Louis Maurin, fondateur de l’Observatoire des inégalités et co-auteur d’un rapport sur la pauvreté en France paru en octobre, « depuis 2000, elle ne recule plus comme nous nous y étions habitués depuis les années 1960, et c’est une rupture historique dans notre histoire sociale. Cinq millions de personnes, soit 628 000 de plus qu’en 2006, vivent aujourd’hui avec moins de 855 euros par mois (chiffres 2016), soit la moitié du revenu médian.

Hausse du prix du tabac : une mesure efficace contre le tabagisme ? L'augmentation du prix des cigarettes a-t-elle un réel impact sur la consommation ? "Oui, c'est très visible", répond le journaliste de France 2 Laurent Desbonnets, sur le plateau du 20 Heures. Sur 15 ans, le prix du paquet de cigarettes est passé de 3,20 euros à environ 7 euros aujourd'hui, et parallèlement, la consommation de tabac sur la même période a été pratiquement divisée par deux. Un effet particulièrement net lorsque la hausse du prix du paquet est brutale. Pas d'impact à court terme pour le paquet neutre Qu'en est-il de l'introduction du paquet neutre ? Le JT E-commerce : Jérémy Hodara a créé la première licorne africaine Jumia Jérémy Hodara, cofondateur de Jumia, leader de l'e-commerce en Afrique, ne ressemble pas à l'idée qu'on se fait d'un aventurier. Pourtant, ce jeune homme au look "bon chic, bon genre", fils d'un informaticien et d'une enseignante, passe d'une métropole africaine à l'autre avant de rentrer chez lui à Dubaï. « J'ai toujours eu envie de voyager, et surtout dans les pays émergents. À HEC, j'ai fait mon premier stage chez L'Oréal en Malaisie », raconte le trentenaire à l'allure juvénile. Cette envie de découvrir des contrées exotiques ne le quitte pas une fois entré au cabinet McKinsey, où il s'arrange pour être nommé à Mumbai, la capitale économique indienne. Chez McKinsey, il se spécialise en grande distribution, car « c'est concret : on parle de produit, de marketing, de logistique ». Après l'Inde, direction New York (où il rencontre sa femme, d'origine espagnole) une mégalopole qui, selon l'amateur de kite surf, possède « l'ADN des pays émergents ». Investissements en marketing

On peut se passer d’auto dans le rural, montrent l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche Jean Sivardière est vice-président de la Fnaut (Fédération nationale des associations d’usagers des transports). Les « gilets jaunes » dénoncent la hausse des taxes sur les carburants automobiles. Mais l’enjeu fondamental est la dépendance à la voiture, qui peut être réduite sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones périurbaines et rurales. 1. Le prix des carburants en France n’a rien d’exorbitant Il se situe dans la moyenne européenne. D’autre part, le prix réel des carburants (rapporté au pouvoir d’achat, c’est-à-dire à la valeur du Smic) a fortement diminué depuis 1970. 2. La hausse récente du prix des carburants est souvent attribuée, à tort, à la hausse des taxes : c’est la hausse du cours du pétrole qui en explique les trois quarts. Les taxes sont nécessaires pour modérer l’usage de la voiture et la facture pétrolière (déjà proche de 50 milliards d’euros par an), contribuer à la lutte contre la pollution de l’air et le réchauffement climatique. 3.

Related: