background preloader

Vaccination Info Service

https://vaccination-info-service.fr/

Related:  Agents pathogènesSanté

Les maladies émergentes - Corpus - réseau Canopé Le concept de maladie émergente concerne des pathologies concernant parfois les jeunes adultes. Tel est le cas du syndrome d’immunodéficience acquise ou Sida dont les premiers cas cliniques ont été décrits aux USA vers 1981. En inscrivant les élèves dans un cadre épidémiologique, il peut être intéressant de les inviter à retracer l’historique de ce syndrome ainsi que celui de l’agent pathogène responsable (le VIH).

Vaccins : un débat qui pique ! Pause ! Je me pose, j’écoute ou je lis, je prends du recul… Aujourd’hui sur la question brûlante de la vaccination obligatoire ; demain sur le fait de bannir les produits animaux de nos assiettes, ou d’installer des compteurs Linky chez soi. Tous ces sujets ont un impact sur notre quotidien. Ils piquent, grattent, opposent aussi les citoyen.ne.s, les familles et les cercles d’ami.e.s. Les colibris aussi. Nous n’avons pas eu envie d’éluder. La vaccination - Corpus - réseau Canopé Jean-François Bach explique que les vaccins, qui représentent une des plus grandes avancées médicales, ont permis d’enrayer de nombreuses maladies infectieuses, parfois mortelles. Pourtant, les campagnes de vaccination ne fonctionnent pas aussi bien qu’on l’espérerait. Des rumeurs persistantes apparaissent dans certains pays et laissent entendre la dangerosité des vaccins, même quand il est prouvé scientifiquement qu’ils sont efficaces et qu’il n’y a pas d’effets secondaires reconnus.Par crainte d’effets secondaires alors qu’il n’y en a pas, les gens renoncent au vaccin. C’est ce qui s’est produit pour la dernière épidémie de grippe : seuls 8 % de Français ont accepté de se faire vacciner, contrairement à d’autres pays européens (65 % en Suède).

Vaccin ROR et Autisme – Controverses sur l'autisme La possibilité d’un lien entre autisme et vaccin contre le ROR apparait dans un article du Lancet (Wakefield et al., 28 Fév 1998, pp351(9103):637-41) : Description d’une série de 12 enfants âgés de 9 à 12 ans adressés au Dr Wakefield, un gastroentérologue londonien, pour investigation sur des symptômes gastro-intestinaux avec syndrome neurologique régressif (autisme). Les troubles auraient commencé peu après (entre 1-2 jours et 1-2 semaines) la vaccination ROR.Voir l’histoireImportant écho de ce travail dans les médiasImpact fort également sur la vaccination: qui aurait entraîné baisse forte de la vaccination ROR en AngleterreEquation web of science: Title=(autis*) AND Title=(vaccin* OR measles OR Thimerosal OR MMR) Résultats: 338 articlesDe nombreux articles après le papier liminaire du Dr Wakefield au début des années 2000 qui semblent en général plutôt infirmer le lien causal entre le vaccin ROR et le syndrome autistique.

Comprendre la propagation des maladies - Corpus - réseau Canopé Cette séquence peut amener les élèves de cycle 4 à s’interroger sur le risque infectieux mondial, et peut être rattachée à l’actualité. Par exemple, il est possible de la compléter avec un extrait de journal écrit ou télévisé concernant la transmission du virus Ebola.Elle peut être exploitée en début de la partie « Risque infectieux », en illustrant visuellement comment un micro-organisme peut se propager d’un individu à un autre, et aboutir au problème suivant : comment se transmettent les micro-organismes pathogènes ?Le lien peut être fait avec d’autres disciplines (sciences, technologie et sociétés, épidémies, gestion de la santé publique).On peut également l’exploiter en complément de la notion de vaccination (corps humain et santé, politiques de prévention et de lutte contre la contamination et/ou l’infection), afin d’illustrer l’intérêt de la vaccination sur la propagation globale d’une épidémie.

Présentation / Objectifs,Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations Pourquoi réclamer la liberté des vaccinations ? Parce qu’ils sont de plus en plus nombreux ceux qui estiment que les vaccins ne sont pas l’unique moyen de prévention des maladies et que les chemins qui mènent à la santé sont multiples. Des menaces de plus en plus graves pèsent sur notre santé et sur l’avenir de l’être humain : vache folle, sang contaminé, amiante, hormone de croissance, pollutions diverses, Organismes Génétiquement Modifiés (OGM)… autant de titres qui font la une de la presse et qui ont fait naître une prise de conscience dans l’opinion. Mais les vaccinations sont encore considérées comme le moyen privilégié de prévenir les risques dus aux maladies infectieuses. Or il n’en est rien, de nombreux travaux scientifiques le prouvent, et d’éminents spécialistes contestent cette croyance.

Réseau Sentinelles > France > Accueil La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies de COVID-19, de GRIPPE ainsi que celles dues aux autres virus respiratoires saisonniers (VRS, rhinovirus et métapneumovirus). En France métropolitaine, la semaine dernière (2020s53), le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation (ou en téléconsultation) de médecine générale a été estimé à 75 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [62 ; 88]). Cette estimation est stable par rapport à la semaine 2020s52 (données consolidées : 54 [44 ; 64]). Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Provence-Alpes-Côte d’Azur (108 [34 ; 182]), Centre-Val de Loire (99 [12 ; 186]) et Pays de la Loire (83 [30 ; 136]). Surveillance de la GRIPPE : la semaine dernière (2020s53), aucun virus grippal n’a été détecté.

Tensions individuelles et collectives autour de la vaccination : des controverses publiques aux expériences ordinaires – Sciences, société, communication Le troisième séminaire “Sciences, Société et Communication” de l‘édition 2019, animé par Jérôme Gaillaguet, doctorant en sciences sociales à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), s’est tenu à la MSH-Alpes ce lundi 7 Octobre 2019. Le sujet portait sur les tensions publiques autour de la vaccination en France. La population maintient un taux de confiance dans les vaccins en général favorable, mais variable : en 2005, les français étaient 90% à être favorables aux vaccins, tandis qu’ils ne sont plus que 60% en 2010, puis 75% en 2016. Il existe donc des personnes qui peuvent changer d’avis sur ce qui est pourtant admis comme un consensus scientifique. Mais quelles sont les raisons de ces changements ? Un petit historique des controverses de ces dernières années est nécessaire pour le comprendre.

Antivaccins : des mensonges dans un débat légitime Le gouvernement souhaite passer de trois à onze vaccins obligatoires pour la petite enfance à partir de 2018. Les huit vaccins qui sont aujourd’hui simplement recommandés (contre la coqueluche, le virus de l’hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque, le méningocoque C et les virus de la rougeole, des oreillons et de la rubéole) s’ajouteront donc à ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). La ministre de la santé, Agnès Buzyn, entend aller vite sur ce dossier, en entérinant la mesure via une loi qu’elle veut voir examinée au Parlement dès l’automne. Il s’agit d’un choix majeur en termes de santé publique, qui fait donc légitimement débat.

Related: