background preloader

La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information

La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information
1Les sciences de l’information viennent de passer un cap. Elles s’étaient construites sur un ordre documentaire relativement stable durant le XXe siècle. Même s’il subissait une explosion quantitative, même s’il intégrait de nouveaux supports comme l’audiovisuel, sa structure générale suivait des règles et canaux qui étaient repérés. Les sciences de l’information pouvaient alors se construire sur un corpus de documents soumis à des contraintes connues et proposer des méthodes et des outils pour en tirer l’information utile comme le classement, l’indexation, des équations de recherche de plus en plus raffinées, la scientométrie, etc. pour les traditions issues de la bibliothéconomie, et d’autres encore, comme l’évaluation, l’élimination, le calendrier de conservation de son autre racine professionnelle, plus méconnue en France : l’archivistique. 4La proposition sera bâtie en trois temps. 9Le numérique, par nature, implique une re-documentarisation.

https://journals.openedition.org/edc/428

Related:  CAPES blancCulture de l'informationEMI revue scientifique et metadonnees

Introduction : Méthodes et stratégies de gestion de l'information par les organisations : des "big data" aux "thick data" - Christian Marcon, Sylvie Grosjean, Monica Mallowan - Revue Communication, Organisation, Société du Savoir et Information Christian Marcon, Sylvie Grosjean, Monica Mallowan La problématique de la gestion des données par les organisations n’est pas récente, mais l’accès à des données massives produites par le monde digital (e-commerce, requête internet, capteurs e-santé, objets connectés, etc.) conduit indéniablement les organisation à gérer, traiter, utiliser et réutiliser leurs données différemment voire à exploiter celles d’autres organisations. Confrontées à la pression concurrentielle, les organisations comptent sur la performance des technologies de l’information pour soutenir leurs processus organisationnels et pour les aider à maîtriser la masse d’information en circulation dans leur environnement interne et externe. Thème 1 - Les organisations face aux big data : des méthodes d’analyse à la réflexion critique en passant par les transformations organisationnelles

Brigitte Juanals, La culture de l’information. Du livre au numérique 1De l’idéal philosophique qui présida à L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert en 1751 à la huitième édition électronique de l’Encyclopaedia Universalis parue en 2002, Brigitte Juanals étudie selon quelles modalités la conservation des documents et l’accès à l’information et au savoir – enjeux fondamentaux de la société dite d’information et de communication – vivent leurs mutations. Ceci du livre aux réseaux numériques interconnectés, au long de dix chapitres qui mettent en lumière les problématiques associées à ce thème central. 2Au cours des premiers chapitres, l’auteur développe un propos introductif qui vise à nous familiariser avec l’histoire de l’encyclopédie et des utopies qui ont accompagné les premiers projets d’une part, les technologies numériques du multimédia, d’autre part, pour nous amener à comparer les deux dispositifs de la page du livre et de l’écran d’ordinateur. 3Son étude révèle les préférences du public, apparemment contradictoires mais explicables.

: Aide à la rédaction d'un article scientifique Par Jessica Durrieu, diététicienne, Master spécialité nutrition - alimentation Hôpital Haut-Lévêque - Avenue Magellan - 33604 Pessac et le comité scientifique de l'ADLF : Anne-Marie Adine, Monique Bicaïs, Dominique Combret, Brigitte Coudray, Virginie Grandjean, Françoise Mosser, Stéphanie Vidal, Malika Joëlle Wentz, Marie-Dominique Daniel-Lamazière. l'Agence Nationale d'Accréditation et d'Évaluation en Santé (ANAES) a listé dans la bibliographie scientifique différents types d'articles : revue de synthèse, article thérapeutique, article diagnostique, article de causalité, article de pronostic, article épidémiologique et des documents de recommandations ou conférence de consensus (1,2). Pour tous s'applique la démarche de nature scientifique. ils se doivent de répondre à des règles d'écriture et de présentation conventionnelles. 1- Pourquoi publier un article scientifique

Au-delà des big data 1 . Cet article a bénéficié des commentaires, critiques et suggestions d’un grand nombre de personnes (...) 1Les big data sont à la mode1. Dans les médias comme dans le débat public, le terme est évoqué de manière récurrente. L'éducation à la culture informationnelle - Presses de l’enssib La publication des actes du colloque international L'éducation à la culture informationnelle (Lille, octobre 2008 - sous le patronage de l'Unesco) présente les regards de chercheurs, de praticiens ou de représentants d'institutions sur cette notion et ouvre de larges perspectives interdisciplinaires. Le nouveau concept de « culture informationnelle » est proposé par la communauté internationale pour mieux appréhender la complexification actuelle des relations entre l'enseignement, l'éducation et l'information, liée au développement exponentiel des technologies numériques. Quel rapport entretient l'éducation à l'information (information literacy) avec l'éducation aux médias (media literacy) et l'éducation numérique (digital literacy) ? Le périmètre de la « culture informationnelle » s'étend maintenant clairement au-delà du monde de la documentation et des bibliothèques.

Mise en forme des articles Les textes soumis à la revue Communiquer doivent être présentés selon les règles énoncées dans ci-dessous. Les articles doivent comprendre entre 45 000 à 60 000 caractères, incluant les espaces (15 à 20 pages approximativement), sans les références. En cas de doute quant à la structure du texte, et afin de faciliter le travail d’évaluation, les auteurs sont invités à consulter le plan de rédaction d’un article scientifique disponible au bas de cette rubrique. Les articles doivent obligatoirement être accompagnés d’un titre, d’un résumé et de mots-clés, tous ces éléments en français ET en anglais. Le titre est composé d’un maximum de 10 mots ou 70 caractères (incluant les espaces). Les résumés doivent contenir environ 150 mots, ou 800 caractères.

L'amélioration du reciblage par les Big Data : une aide à la décision qui menace l'image des marques ? 1Le ciblage comportemental consiste à adapter la publicité en ligne à ce que l’internaute recherche. Il est fondé sur le comportement passé de ce dernier et permet de lui proposer une offre adaptée à son profil d’intérêts. Le ciblage comportemental englobe une multitude de techniques et de types de publicités. Au sein de ce marché extrêmement concurrentiel, une technique appelée reciblage ou retargeting fait figure d’eldorado. En effet, alors que les taux de clics sur les bannières n’excèdent pas à 0,1 % [1][1]Source : MédiaMind, juin 2012., ces publicités affichent des taux dits de conversion [2][2]Le taux de conversion se définit comme le pourcentage de… entre 5 et 10 %. Le retargeting consiste, en effet, à récupérer le consommateur pour le ramener sur le site qu’il a quitté sans acheter.

Qu'est-ce que rechercher de l'information ? - Presses de l’enssib Rechercher de l'information dans les bases de données, dans le Web ou même à l'intérieur d'un document, est devenu une activité extrêmement commune dans la « société de l'information ». Autrefois mise en œuvre par des spécialistes, par des professionnels ayant suivi une formation (les documentalistes, les bibliothécaires), elle est aujourd'hui à la portée de tous : de la jeune élève, de l'adolescent, de l'étudiante, de l'adulte ou de la personne âgée, que ce soit dans le cadre académique, professionnel, culturel ou de loisir. comment font-ils ? Quelles sont leurs démarches, leurs difficultés ? Pourquoi procèdent- ils de la sorte ? L'objectif de cet ouvrage est de répondre à ces questions en offrant pour la première fois en langue française un panorama de la recherche internationale sur ces thèmes.

Structure des articles scientifiques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] L'article scientifique dans les sciences de la santé a évolué de la forme d'une lettre et d'un style purement descriptif au XVIIe siècle jusqu'à une structure très standardisée au XXe siècle, connue sous le nom de « introduction, methods, results, and discussion » (IMRAD)[2], ou IMRED en français. Le format IMRED a été adopté par un nombre de plus en plus grand de revues scientifiques depuis la première moitié du XXe siècle. La structure IMRED a été amenée à dominer la publication académique dans les sciences, plus particulièrement dans la biomédecine empirique[3]. Il a été standardisé par l'ANSI en 1972 et 1979[4].

Organisations : Pourquoi vous devez vous préoccuper de la culture "data" de vos collaborateurs Qu'est-ce qui fait que certaines entreprises montrent une réussite économique insolente à l'heure du numérique, notamment à travers une exploitation très poussée des données ? Qu'est-ce qui fait la différence entre Amazon, Facebook, Google et Orange, Renault ou General Motors ? Dans toutes ces entreprises, on trouve des ingénieurs hautement qualifiés. Mais, contrairement aux entreprises plus traditionnelles, les Gafa ont lié leur réussite à une capacité à exploiter très finement les données numériques. Ce sont certes des entreprises de l'informatique, mais cette spécialisation n'explique pas tout. Ce qui est mal documenté, c'est comment ces entreprises ont acquis ce qu'on devrait appeler un "état d'esprit données".

Christine BARATS (dir.) (2013), Manuel d’analyse du Web 1Internet a, depuis plusieurs années maintenant, touché toutes les sphères de l’activité humaine. Au fil du temps, un grand nombre de traces témoignant de divers phénomènes sociaux, culturels, politiques ou anthropologiques et de la vie quotidienne de millions d’individus ont été laissées sur Internet, volontairement ou non. Il n’est donc pas surprenant que, depuis quelques années déjà, Internet soit devenu un terrain de recherche et un outil de travail pour plusieurs chercheurs. Mais comment les chercheurs peuvent-ils transposer leurs stratégies de recherche dans cet univers numérique ? Est-ce possible et souhaitable ?

Related: