background preloader

Contaminations : nous avons navigué sur "l'océan de plastique"

Contaminations : nous avons navigué sur "l'océan de plastique"
Related:  Océans et mondialisationDéchets plastiques

La piraterie dans le golfe d'Aden Proposé par Institut national de l’audiovisuel Date de diffusion : 27 mars 2009 Contexte historique Les actes de piraterie se sont multipliés sur les mers de la planète depuis les années 1990. L'essor de la piraterie au large de la Corne de l'Afrique est principalement dû à la situation politique de la Somalie. Leurs attaques suivent généralement le même mode opératoire. La recrudescence de la piraterie au large de la Somalie a poussé les acteurs du commerce maritime international et les États à prendre des mesures. Ces actions militaires ont fait diminuer les actes de piraterie dans le golfe d'Aden. Toutefois, si elle a baissé dans le golfe d'Aden, la piraterie a connu une augmentation dans d'autres régions du monde. Éclairage média Ce sujet est extrait d'un reportage diffusé dans Thalassa, le magazine de la mer sur France 3 le 27 mars 2009. Cet extrait se compose de deux séquences. La deuxième séquence vise quant à elle à rendre concrète la lutte contre la piraterie.

On vous explique pourquoi le recyclage du plastique est en train de créer une crise mondiale des déchets "Nous exhortons les pays développés à cesser d'expédier leurs déchets dans notre pays". En Malaisie, le ministère de l'Environnement se lance dans une véritable traque contre les déchets venus de l'étranger. Dans un contexte diplomatique tendu, ce petit pays d'Asie du Sud-Est a annoncé, mardi 28 mai, qu'il allait renvoyer 3 000 tonnes de déchets en plastique dans leurs pays d'origine, notamment en France et aux Etats-Unis. "Je souhaite que, à l'échelle européenne, on se donne comme règle que nos déchets, on les recycle en Europe", a réagi, mardi 4 juin, le ministre français de la Transition écologique, François de Rugy, dans une vidéo du média en ligne Konbini News. Voilà des années que le continent asiatique accueille les ordures d'une vingtaine de pays développés, dans des conditions environnementales catastrophiques. Comment le recyclage des déchets était-il géré jusqu'ici ? Pourquoi les plastiques sont-ils particulièrement exportés ? Quel est le problème avec ces plastiques ?

Microplastique au fond du St-Laurent: parmi les pires cours d'eau étudiés www.quebecscience.qc.ca is using a security service for protection against online attacks. This process is automatic. You will be redirected once the validation is complete. Une étude révèle que la pollution microplastique au fond du fleuve Saint-Laurent s’apparente à celle de cours d’eau près de villes densément peuplées en Chine. On appelle «microplastiques» les fibres, billes et morceaux de moins de 5 millimètres utilisés dans certaines industries et produits de nettoyage ou encore issus de la fragmentation d’objets de plastique, d’emballages, de sacs et de vêtements synthétiques. Ces morceaux souvent invisibles à l’œil nu étaient dans la mire d’une équipe de l’Université McGill. Fragments fluorescents Les chercheurs ont trouvé en moyenne 832 morceaux de plastiques par kilo de sédiments secs. Ce résultat place le St-Laurent parmi les pires cours d’eau analysés à ce jour — «dans le top 25%», écrivent les auteurs dans leur article publié dans la revue savante Environmental Pollution.

Taux record de microplastique dans l’océan Arctique Jusqu’à 12 000 particules de microplastique par litre : le chiffre est si colossal qu’on a peine à y croire, mais c’est bien ce qu’ont retrouvé des chercheurs de l’Institut Alfred-Wegener pour la recherche polaire et marine (AWI, Allemagne) en faisant fondre des échantillons de banquise prélevés dans la zone arctique. A bord du Polarstern, leur navire brise-glace de recherche, ils ont mené, entre 2014 et 2015, trois expéditions, collectant des carottes de glace le long de la dérive transpolaire (un courant océanique majeur de l’Arctique) et du détroit de Fram (à la jonction entre l’Arctique central et l’Atlantique Nord), afin d’en caractériser la teneur et la composition en microplastiques. Leurs résultats, publiés le 24 avril dans Nature Communications, sont atterrants : aucune des cinq zones analysées n’était vierge de contaminants. Ces particules ont été transportées là par les courants marins, expliquent les chercheurs. Sylvie Burnouf

Plateformes pétrolières : définition, explications, fonctionnement Construction d’une plateforme Elle commence lorsque des forages de reconnaissance confirment la présence d’un gisement de pétrole et/ou de gaz et lorsque les études économiques s’avèrent favorables. L’assemblage est réalisé sur la terre ferme, la structure est ensuite transportée sur des barges géantes jusqu’au site. La conception de la structure porteuse doit tenir compte de contraintes spécifiques liées au milieu marin (marées, tempêtes, houle, courants, vent), à la corrosion liée à cet environnement et au risque sismique. Des milliers de tonnes de matériaux sont nécessaires, par exemple, 245 000 m³ de béton et 100 000 tonnes d'acier passif ont été nécessaires à la construction de la plateforme « Troll A » en Norvège (plus grande plateforme que l’homme ait jamais déplacée). Fonctionnement Une plateforme pétrolière se compose de deux parties : Le derrick est le point culminant d’une plateforme de forage. Les différents types de plateformes Les plateformes fixes

Dans certains supermarchés, on peut désormais amener sa propre boîte en plastique pour acheter la viande ou le fromage à la coupe Les magasins Carrefour acceptent désormais vos récipents pour les rayons poisson, charcuterie ou fromage. #AlertePollution Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ? Remplacer les sachets plastiques par des boîtes en plastique sorties de nos placards, cela existe déjà dans certains petits commerces, mais la grande distribution s'y met, elle aussi. C'est bien pour réduire la quantité de plastique qui est utilisée et éviter d'en recréer.Un client à franceinfo Depuis mercredi 6 mars, les magasins Carrefour tentent de réduire leurs emballages dans les rayons dits "de vente assistée", pour le poisson, la viande et le fromage à la coupe. Avec un bémol, toutefois : "On n'a pas toujours sa boîte sur soi, c'est ça le problème. Votre avis est précieux. Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire. je donne mon avis

Trente fois plus de plastique au fond des océans ? Une nouvelle étude australienne suggère qu’il pourrait y avoir 30 fois plus de plastique au fond des océans qu’en surface. Cependant, ces données ne tiennent pas compte de la hausse vertigineuse des plastiques à usage unique depuis le début de la pandémie. Tour d’horizon d’une problématique qui contribue également au réchauffement climatique. Publié le 6 octobre 2020 à 20h03 ✓ Lien copié Éric-Pierre Champagne La Presse Grande fosse à ordures ? À partir de données recueillies au large des côtes australiennes au printemps 2017, une équipe de huit scientifiques a estimé que le fond des océans pourrait contenir au moins 14 millions de tonnes de plastique à l’échelle planétaire, soit possiblement 30 fois plus qu’à la surface. > Pour consulter l’étude (en anglais) Partout le plastique Quelle quantité de plastique retrouve-t-on dans l’environnement et dans les décharges ? > Pour lire l’étude américaine (en anglais) Le Canada, mauvais élève ? > Pour lire le rapport d’Oceana 19 millions de tonnes

Y aura-t-il plus de plastique que de poisson dans les océans en 2050 ? Cet article date de plus de cinq ans. En 2014, le ratio tonnes de plastique/tonnes de poissons était de un pour cinq. Il pourrait être de un pour trois en 2025, selon une étude présentée, jeudi, au forum économique et social de Davos. Article rédigé par Publié le 21/01/2016 11:59 Mis à jour le 21/01/2016 12:33 Temps de lecture : 1 min. Les océans abriteront plus de détritus plastique que de poissons en 2050, s'alarme une étude présentée au forum économique mondial de Davos. Selon cette étude, réalisée avec la fondation de la navigatrice Ellen MacArthur et le concours du cabinet McKinsey, le ratio tonnes de plastique/tonnes de poissons était de un pour cinq en 2014, sera de un pour trois en 2025, et dépassera un pour un en 2050. Le forum estime nécessaire "une refonte totale des emballages et des plastiques en général" et la recherche d'alternatives au pétrole comme matériau de base pour leur production. Plusieurs pays tentent actuellement de limiter l'usage des sacs plastique. Partager :

10 curiosités à découvrir au fond des océans Temps de lecture: 4 min Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent. La question du jour: «Quelles sont les choses les plus terrifiantes à propos de l'océan?» La réponse de Jokab, ancien chercheur: 1. En juin 2016, plusieurs personnes ont affirmé avoir entendu un étrange bruit émanant des profondeurs de l'océan Arctique. 2. C'est généralement ce à quoi on pense automatiquement quand on songe aux abysses: les calamars géants. Un calamar géant échoué sur la plage de Newport Beach (Californie) le 19 janvier 2005. | David McNew / Getty Images / AFP 3. On estime que deux tiers des espèces marines restent à identifier. 4. Des villes englouties, il y en a un peu partout dans le monde. 5. Quand une baleine meurt, ses potes ont tendance à ne pas organiser à proprement parler d'enterrement. 6. Et donc probablement les cadavres décomposés de leur équipage. 7. 8. 9. 10. 1. 2.

Auchan, Coca Cola, Danone... De grands groupes signent un "pacte" avec le gouvernement et des ONG pour réduire les emballages plastique Bouteilles, barquettes, films protecteurs... Les emballages représentent un tiers du plastique utilisé, mais près de 60% de celui que l'on retrouve dans la nature et notamment les océans. Treize groupes, notamment de l'agroalimentaire et de la grande distribution, doivent signer jeudi un "pacte" avec le gouvernement et des ONG pour réduire les emballages plastique, a indiqué le ministère de la Transition écologique. De grands groupes signataires. Parmi les signataires annoncés : Auchan, Carrefour, Casino, Coca Cola Europe, Danone, Système U, Franprix, Monoprix, Unilever, L'Oréal, Nestlé France... représentant au moins la moitié du volume d'emballages plastique utilisés en France (pour le conditionnement, le transport ou la protection des produits). Le texte inclut des engagements que l'État, le WWF et la Fondation Tara, agissant comme garants, seront chargés de suivre. Déjà des initiatives pour des emballages recyclables. Moins de plastique pour les fruits et légumes.

Les réserves marines : un dispositif d’atténuation et d’adaptation au changement climatique – Océan pour le climat Le 25 septembre 2019 est paru le Rapport Spécial du GIEC sur l’Océan et la Cryosphère dans le contexte du changement climatique (1). Il traite des interactions entre l’océan, la cryosphère et le climat, et fait un état des lieux de la connaissance scientifique sur divers enjeux relatifs tels que la hausse du niveau de la mer, les vagues de chaleur océaniques, l’acidification, la désoxygénation ou encore les évènements extrêmes. Ces effets du changement climatique ont de lourdes conséquences sur la biodiversité et les communautés humaines. Si le rapport n’a certes pas de visée prescriptive en matière politique, il n’en demeure pas moins que l’atténuation et l’adaptation face au changement climatique apparaissent comme des mesures à mettre en place de toute urgence. L’Accord de Paris a ciblé prioritairement la baisse des émissions de gaz à effet de serre afin de parvenir à un scénario de réchauffement restant inférieur à 1,5°C (2). © Fondation Tara Océan © Fondation Tara Océan

L'agrandissement du canal de Panama Contexte historique Les échanges de marchandises dans le monde n'ont cessé d'augmenter avec la mondialisation. C'est le transport maritime qui assure l'essentiel de ces échanges, principalement entre les trois grands pôles de la Triade : l'Asie de l'Est, l'Amérique du Nord et l'Europe. Certains points de passage constituent ainsi des lieux stratégiques du trafic maritime : il s'agit des canaux (ceux de Suez et Panama) et des détroits (ceux de Gibraltar, Malacca ou Ormuz). Ils permettent tous de relier par le plus court chemin deux océans ou mers et par conséquent de réduire considérablement la durée d'un trajet. Ils concentrent donc une part essentielle du trafic mondial maritime de marchandises. Le canal de Panama est l'un de ces points de passage stratégiques. Le canal de Panama continue aujourd'hui d'occuper une place centrale au sein du commerce maritime mondial. Éclairage média Il a été réalisé sur les lieux même du canal de Panama par des envoyés spéciaux de France 2.

Plastic Odyssey, un projet de catamaran carburant aux déchets plastiques Lutter contre la pollution des océans en faisant le tour du monde sur un catamaran propulsé grâce aux déchets plastiques: c'est le défi du projet Plastic Odyssey, qui vient de mettre son prototype à l'eau. Baptisé "Ulysse", le bateau démonstrateur de 6 mètres de long inauguré il y a quelques jours à Concarneau en Bretagne (ouest de la France) préfigure un catamaran de 25 mètres censé prendre la mer en mars 2020. "Un projet extraordinaire", a salué la secrétaire d'État française à la Transition Écologique Brune Poirson, en baptisant le bateau vendredi. "Vous êtes l'économie de demain", a-t-elle ajouté à l'intention des quatre jeunes hommes de 24 à 30 ans à l'origine du projet. L'idée est née il y a quelques années, à Dakar, au Sénégal, raconte Simon Bernard, 27 ans, officier de la marine marchande. "On a vu du plastique partout et des gens qui cherchaient un petit boulot pour survivre. Le but d'"Ulysse" n'est pas de nettoyer les océans, déjà largement pollués par le plastique.

Surchauffe, acidification, asphyxie, pollution, algues… L’état de l’océan continue de se dégrader à grande vitesse Drôle de pari que de vouloir prendre le pouls de l’océan : tant d’éléments manquent pour établir son état de santé. Les Nations unies (ONU) ont néanmoins passé commande d’un diagnostic le plus complet possible d’un milieu que l’on ne devrait pouvoir ignorer puisqu’il représente 97 % de l’espace physique habitable de cette planète, non pour savoir si celui-ci va bien, mais pour mesurer à quel point il se porte mal. Car, du fond des abysses jusqu’aux littoraux, tout y est bousculé sous les effets conjugués du changement climatique et des activités humaines. C’est désormais un rituel que de le rappeler à l’occasion de la Journée mondiale de l’océan, le 8 juin. En 1 200 pages, l’« évaluation des évaluations » voulue par l’ONU, intitulée The World Ocean Assessment (WOA), synthétise une multitude de recherches scientifiques. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Dans les océans, la pollution chimique menace toute la chaîne alimentaire

Related: