background preloader

Yann Algan, Construire une société de confiance. Les ERNEST - vidéo dailymotion

Yann Algan, Construire une société de confiance. Les ERNEST - vidéo dailymotion
Related:  Lien social, intégration

Les leçons d'un massacre Le massacre commis par les assassins au siège de Charlie Hebdo a choqué, bouleversé, indigné. Mais il nous interpelle aussi. Il est de la tache de la police de complètement éclaircir les complicités dont les auteurs de ce crime atroce ont pu bénéficier. Ce sera l’objet de l’enquête et, il faut l’espérer, du procès à venir pour ces assassins. L’échec de l’intégration est d’abord le refus de la Nation Ce que révèle les dérives sectaires, certes très minoritaires, mais qui existent néanmoins dans une partie de la jeunesse française, c’est le sentiment d’anomie quant à l’identité. Mais, ces jeunes savent bien qu’ils sont nés quelque part et que leur histoire personnelle est irréversible. L’illusion du religieux, la prégnance du narcissisme. D’autres se tournent vers la religion et peuvent finir dans le fanatisme. Par ce retour au religieux, on croit ainsi se protéger de l’anomie. La trahison des élites et la perte de souveraineté. Sociétés hétérogènes, sociétés denses. Souveraineté et laïcité

Attali - Société démoralisée Selon leurs pères fondateurs, capitalisme et la démocratie ne pouvaient fonctionner sans respecter des règles morales fondées sur la loyauté et la transparence. Ils sont devenus l’un et l’autre des procédures vides de valeurs, vides de sens. L’obsession de la liberté individuelle a en effet conduit à la tyrannie du caprice, et au droit absolu de changer d’avis à chaque instant, sur tous les sujets, y compris sur le respect des contrats ; et donc, in fine, à l’apologie de la déloyauté. On le voit aujourd’hui dans chaque dimension de nos sociétés : plus aucun contrat ne tient. Et comme la morale vise à faire respecter par chacun les droits des autres, la déloyauté produit des sociétés dé-moralisées, au sens propre. Or, la morale est la condition du moral : une société dé-moralisée est une société démoralisée. Les affaires actuelles sont des péripéties de cette lourde évolution. Pour la France, ce n’est vraiment pas le moment de perdre le moral. j@attali.com

Knowledge Management, management des connaissances - La confiance Le rôle de la confiance dans la performance collective Texte de la conférence faite par Jean-Yves PRAX pour l’ouverture du KMForum 2001, le mardi 25 septembre 2001, au Palais des Congrès, Porte Maillot, Paris La confiance est un facteur déterminant de la performance collective et en particulier dans le cas des communautés virtuelles ou/et d’équipes dont la production est à forte intensité immatérielle. Même si, d’expérience ou d’intuition, nous partageons tous cette conviction, les mécanismes de création de la confiance restent énigmatiques et peu maîtrisables : la confiance, qu’est-ce que c’est ? comment la créer ? A quelle rationalité obéit-elle ? Analyser la confiance, c’est aborder l’un des aspects les plus délicat du fonctionnement d’une communauté. La confiance, qu’est-ce que c’est ? La littérature sur le sujet est abondante et les définitions très diverses et variées, par exemple : si je préfère A à B et B à C, alors je préfère A à C ; ils réagissent plus à la forme qu’au fond. 1. 2.

Ressources humaines : La Macif adopte un nouveau modèle social Après 18 mois de négociations, la direction de la Macif et deux organisations syndicales (CFDT et CFE-CGC, représentant près de 70% des salariés du groupe) ont signé simultanément, ce 29 mars, onze accords constitutifs du nouveau modèle social (NMS) de la mutuelle d’assurance. « C’est historique, car pour la première fois, un volet social s’appliquera à l’ensemble des salariés du groupe. Tous bénéficieront désormais d'un socle social harmonisé et équitable », explique Benoît Serre, le DRH de la Macif. Du fait que la mutuelle est constituée d’un archipel d’entités rattachées au groupe au fil du temps, 863 organisations du travail étaient jusqu’à présent possibles dans l’entreprise. « Notre structure compte 10 000 salariés qui n’ont pas le même statut ni les mêmes conventions. Du coup, un sentiment d’iniquité s’était progressivement créé entre les collaborateurs. Nous devions absolument simplifier le système », observe Benoît Serre. Passage...aux 35 heures Mise en oeuvre dans 9 mois

Économie et confiance De quoi parle-t-on quand on parle d'intégration La Grande Table accueille aujourd'hui le sociologue Serge Paugam, directeur de recherche au CNRS et directeur d'études à l'EHESS, à l'occasion de la parution de l'ouvrage collectif qu'il a dirigé, L'Intégration inégale. Force, fragilité et rupture des liens sociaux (PUF, 2014). Serge Paugam travaille sur les inégalités, les ruptures sociales et les formes contemporaines du lien social. La notion de lien social est au coeur de l'ouvrage que Serge Paugam a dirigé. Serge Paugam THB © Radio France Dans cet ouvrage, nous avons voulu revenir à la notion sociologique de base : l'intégration. Le modèle d'intégration repose en grande partie sur le modèle des Trente Glorieuses dont nous ne nous sommes pas débarrassés. On peut distinguer plusieurs paliers de l'intégration pour comprendre les inégalités structurelles à l'origine des tensions sociales actuelles et des formes nouvelles de conflictualité. Écoutez ou réécoutez la première partie de La Grande Table en cliquant ici.

Les Français dans l'ère de la défiance | slate Les Français font plus confiance à leur police qu'à leur justice. C'est l'un des enseignements majeurs du Baromètre de la confiance politique réalisé par TNS Sofres en décembre auprès d'un échantillon de 1.500 personnes. Il donne une image assez saisissante d'une France paradoxalement défiante à l'égard des pouvoirs, des autorités et des experts et dans le même temps confiante dans l'avenir et heureuse. Ainsi, tandis que 7 personnes sur dix déclarent avoir confiance dans la maréchaussée, seulement 6 sur 10 déclarent la même inclinaison envers les magistrats qui, pourtant, sont censés appliquer le droit et défendre la vérité. publicité Un Français sur quatre a confiance dans les partis politiques Ce n'est pas le seul avertissement que livre ce sondage réalisé pour le Cevipof, le laboratoire de recherche de Sciences Po associé au CNRS et centré sur l'étude du monde politique. La représentation nationale ne convainc pas Dans le sondage en question, cette méfiance est récurrente.

Séance publique annuelle 2008. Pour une société de confance, par Michel Albert. séance solennelle du 17 novembre 2008 Le Président de la République a commencé, le 25 septembre, à Toulon, son discours sur la situation financière du monde et de la France par les mots suivants : « une crise de confiance sans précédent ébranle l’économie mondiale. » En effet, cela n’est plus une hypothèse. C’est une certitude : quoi qu’il advienne désormais, l’année 2008 s’inscrira dans l’histoire comme celle de la plus grave crise financière internationale depuis 1929. À ce titre, elle intéresse tout particulièrement l’Académie des sciences morales et politiques. Alain Peyrefitte est né en 1925. thèse principale : « la phénoménologie de la confiance » ; thèse complémentaire : « foi religieuse et confiance ». Quelles sont donc les sources du développement économique et social, du « miracle en économie » pour reprendre le titre de ses leçons au Collège de France ? « La société de confiance », ouvrage toujours actuel, l’est encore davantage depuis quelques mois pour deux raisons.

Related: