background preloader

Alertons vos Maires!

Alertons vos Maires!

https://sosmaires.org/

Related:  Collapsologie & TransitionLocalismearticlesVille durableDémocratie participative

Sacrée croissance ! Entre les décideurs politiques et une partie de la population réticente à se laisser imposer les doxas libérales, les visions du monde tel qu’il doit être semblent irréconciliables. Lorsque les premiers ne jurent que par la croissance, répétant le terme comme une formule incantatoire, les seconds espèrent en d'autres solutions et réfutent le productivisme et la consommation à tout prix. Les experts intervenant dans le film sont formels : sous la forme qu'elle a connue au XXe siècle, la croissance est terminée et ne reviendra pas. Leur assertion repose sur de nombreux paramètres, dont la fin de l’ère des énergies bon marché ou la dépendance croissante à la dette. Rony Brauman : « Les pandémies font partie de l’existence humaine » Président de Médecins sans frontières (MSF) pendant douze ans, de 1982 à 1994, Rony Brauman, 69 ans, a fait face à de nombreuses épidémies sur le terrain. Ancien professeur à Sciences Po, il a écrit plusieurs livres dont le dernier s’intitule Guerres humanitaires ? Mensonges et intox (Textuel, 2018). Dans la gestion d’une épidémie, il existe « un outil immatériel et essentiel qui s’appelle la confiance », disiez-vous à propos du choléra en Haïti, en 2010.

Marseille : "Coco Velten" un espace qui prépare l’avenir du vivre De gauche à droite Erick-Noël Damagnez, Groupe SOS Solidarités, Sophia Daoud, Yes We Camp et Océane Vilbert, Plateau urbain (Photo Mireille Bianciotto) Lieu d’accueil à dimension sociale, Coco Velten est un projet porté par 3 associations, Yes We Camp, pour la coordination générale, le groupe SOS Solidarités pour la résidence sociale et, Plateau Urbain pour l’animation du volet entrepreneurial. Une synergie pensée pour favoriser la création de liens entre les différents publics et l’insertion des personnes en situation d’exclusion. L’État de façon temporaire prête le bâtiment qui va regrouper à la fois une résidence sociale de 80 chambres, des bureaux ouverts à des associations et des structures... En marge de l’inauguration entretien avec les trois structures porteuses du projet.

Les indicateurs alternatifs au PIB sont de retour Pourquoi critiquer le PIB ? C’est au cours des années 60 que la critique du PIB a commencé à émerger. Des économistes se sont notamment inquiétés du fait que le PIB mesurait mal certaines productions comme les services non marchands produits par des administrations publiques (comment comptabiliser les services de police, de l’éducation nationale ou de la justice puisqu’ils ne sont pas vendus sur un marché ?).

Quelques éléments sur la collapsologie, les collapsonautes et les collapsosophes Depuis un moment avec Dylan Michot et Pierre-Eric Sutter on entend de tout sur la collapsologie. les uns s’enthousiasment et les autres crient au loup et à l’irrationalité écologique. Les uns parlent de Greta Thumberg en marionnette effrayante, les autres en Pythie nécessaire. Des tenants des effondrements possibles réfutent les termes de collapsologie ou d’anthropocène et se critiquent mutuellement en fonction de la chapelle à laquelle ils appartiennent et de la terminologie qu’ils utilisent. Ne soyons pas dupe.

Relocaliser l’alimentation à Pamiers ? – Pamiers-Citoyenne Est-ce possible de relocaliser 80% de notre alimentation avec 100 % de fruits et légumes bio et en diminuant de moitié notre consommation de produits d’origine animale ? La réponse se trouve sur le site PARCEL qui estime les impacts écologiques en fonction de nos choix de changement de régime alimentaire et de part en bio … et c’est OUI !!! En utilisant toutes les surfaces agricoles de la commune de Pamiers réparties en 6 % pour les fruits bio,8 % aux légumes bio,41 % aux céréales et autres cultures consommées directement (pain, lentilles, huiles, etc.),45 % à l’élevage (est intégré l’ensemble des surfaces de cultures destinées à l’alimentation de l’élevage [prairies, céréales, tourteaux, etc.]), divisées en 18 % en viandes et oeufs,et 27 % en produits laitiers. Pour cela seraient nécessaire 410 emplois agricoles :

Michel Aglietta : « La vraie richesse des nations est leur capital public » Entretien. Michel Aglietta est conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), un organisme de recherche indépendant placé auprès du premier ministre. Polytechnicien, professeur émérite de sciences économiques à l’université Paris-Nanterre, membre de l’Institut universitaire de France, il est l’un des « pères » de « l’école de la régulation » qui, depuis le milieu des années 1970, propose une alternative à la théorie économique dominante néolibérale d’inspiration américaine, en insistant sur le rôle des institutions et des rapports sociaux dans le fonctionnement des économies de marché (Régulation et crises du capitalisme, 1976-1997).

« Le jeu et l’amusement sont une clé d’un futur désirable pour nos villes » Tribune. Dans toutes les grandes métropoles, les élus et les responsables d’entreprises, comme Siemens, IBM ou Microsoft investissent dans des systèmes « intelligents » faits de capteurs électroniques, de réseaux de collecte de données et d’algorithmes pour rendre plus efficace la gestion de nos problèmes urbains de transports, de déchets, d’eau ou d’énergie. Mais en opposition à l’efficacité froide de ces villes intelligentes, depuis quelques années se développent des propositions de villes ludiques, où les rues sont à nouveau un bien commun pour tous. Au moins deux idées peuvent êtres défendues. Tout d’abord, les citoyens doivent prendre collectivement le contrôle de leur environnement ; le bien-être des habitants ne doit pas être abandonné aux autorités locales. Ensuite, en encourageant des activités qui apportent de la joie et du plaisir, il est possible de créer des villes plus apaisées et inclusives.

Related: