background preloader

Articles

Facebook Twitter

« L’allergie nationale au fait religieux est une erreur intellectuelle et une faute politique » Tribune.

« L’allergie nationale au fait religieux est une erreur intellectuelle et une faute politique »

Face aux attentats islamistes qui frappent notre pays croît la tentation de déclencher une guerre symbolique contre l’islam. Tel est le piège que nous tendent les terroristes, aidés en cela par une faiblesse spécifiquement française : la difficulté congénitale de la République à donner une place au fait religieux, toutes confessions confondues, comme si les religions constituaient en soi une menace contre la paix civile. Les raisons historiques de ce malaise remontent, au-delà de la Révolution, à la querelle gallicane.

Nos voisins européens n’ont pas ces mêmes préventions. L’église est chez nous moins sacrée que l’école. Délicatesse pédagogique Ainsi, le 21 octobre, en réponse à l’assassinat du professeur Samuel Paty, les hôtels de région de Toulouse et de Montpellier projetèrent sur leur façade des caricatures de Charlie Hebdo visant les religions, notamment l’islam. Dans toute cette affaire, il convient de raison garder. Pourquoi certains mythes sont communs à l’humanité entière. Pourquoi les mythes présentent-ils des similarités d’un bout à l’autre du globe ?

Pourquoi certains mythes sont communs à l’humanité entière

Anthropologues, philosophes et psychanalystes ont d’abord supposé qu’ils révélaient des invariants psychologiques, des représentations mentales communes à toute l’humanité. Des spécialistes de la mythologie ont pourtant formulé une autre hypothèse : ces mythes se sont diffusés, soit avec de très anciennes migrations, soit par des échanges entre cultures. Ainsi, comment expliquer que l’on ait découvert, de part et d’autre du détroit de Béring, des récits oraux quasi identiques ? Les peuples d’Amérique et du continent eurasiatique ont été presque entièrement séparés entre la préhistoire et la colonisation. A sa suite, de nombreux anthropologues, et non des moindres, comme Franz Boas ou Claude Lévi-Strauss, se sont interrogés sur des cas comparables. Ces recherches peuvent servir à reconstruire une histoire des croyances depuis le Paléolithique supérieur.

France-Allemagne : deux démocraties à l’épreuve de la pandémie. Sombre tableau que celui donné de la France, ces temps-ci, par la presse allemande. « Le coronavirus met le système de santé français en état d’alerte.

France-Allemagne : deux démocraties à l’épreuve de la pandémie

Comment en est-on arrivé là dans un pays qui met tant d’argent dans ce secteur ? », s’interrogeait, le 1er avril, la Frankfurter Allgemeine Zeitung, de sensibilité libérale-conservatrice. A gauche, la tonalité est la même. « La crise du coronavirus a eu pour première conséquence le discrédit de l’Etat français, écrivait le quotidien berlinois Tageszeitung, le 2 mai. De même que la France s’était imaginée en sécurité derrière la ligne Maginot avant la seconde guerre mondiale, la majorité de ses citoyens a été éduquée en croyant à un pouvoir central protecteur.

L’illusion est tombée. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Jens Spahn : « Pourquoi l’Allemagne surmonte relativement bien cette crise » Sur la situation politique, le constat est tout aussi sombre. Lire aussi Coronavirus : tirer les leçons de l’exemple allemand. Michel Aglietta : « La vraie richesse des nations est leur capital public » Entretien.

Michel Aglietta : « La vraie richesse des nations est leur capital public »

Michel Aglietta est conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), un organisme de recherche indépendant placé auprès du premier ministre. Polytechnicien, professeur émérite de sciences économiques à l’université Paris-Nanterre, membre de l’Institut universitaire de France, il est l’un des « pères » de « l’école de la régulation » qui, depuis le milieu des années 1970, propose une alternative à la théorie économique dominante néolibérale d’inspiration américaine, en insistant sur le rôle des institutions et des rapports sociaux dans le fonctionnement des économies de marché (Régulation et crises du capitalisme, 1976-1997).

Au cours de sa carrière, Michel Aglietta, né en 1938, a ainsi étudié le mode de régulation du capitalisme américain (objet de sa thèse en 1974), les crises financières (Crise et rénovation de la finance, avec Sandra Rigot, Odile Jacob, 2009), le modèle chinois (La Voie chinoise. Alertons nos Maires! Rony Brauman : « Les pandémies font partie de l’existence humaine »

Président de Médecins sans frontières (MSF) pendant douze ans, de 1982 à 1994, Rony Brauman, 69 ans, a fait face à de nombreuses épidémies sur le terrain.

Rony Brauman : « Les pandémies font partie de l’existence humaine »

Ancien professeur à Sciences Po, il a écrit plusieurs livres dont le dernier s’intitule Guerres humanitaires ? Mensonges et intox (Textuel, 2018). Dans la gestion d’une épidémie, il existe « un outil immatériel et essentiel qui s’appelle la confiance », disiez-vous à propos du choléra en Haïti, en 2010. Est-ce vrai dans l’absolu ? Je le disais à propos des Etats, mais aussi de l’Organisation mondiale de la santé [OMS] et je le redis aujourd’hui. Lire aussi Coronavirus : 4,6 milliards de personnes toujours appelées à rester chez elles.