background preloader

D’anciens cadres de Facebook expriment leur « culpabilité » d’avoir contribué à son succès

D’anciens cadres de Facebook expriment leur « culpabilité » d’avoir contribué à son succès
Plusieurs anciens collaborateurs de l’entreprise, comme son ex-président Sean Parker, ont fait part de leur inquiétude concernant l’influence grandissante du réseau social. « Je peux contrôler ce que font mes enfants, et ils ne sont pas autorisés à utiliser cette merde ! » C’est un discours sévère qu’a tenu, en novembre, un ancien cadre de Facebook à l’encontre des réseaux sociaux en général, et de l’entreprise de Mark Zuckerberg en particulier. Lors d’une conférence à la Stanford Graduate School of Business, dont la vidéo a été repérée lundi 11 décembre par le site spécialisé The Verge, Chamath Palihapitiya, qui fut chez Facebook vice-président chargé de la croissance de l’audience, exprime ses regrets d’avoir participé au succès de l’entreprise. « Je crois que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social », avance-t-il, confiant se sentir « immensément coupable ». M. « Dieu sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants » M. Un outil d’influence considérable Related:  InternetArticlesMémoire

Facebook garde tout en mémoire - Vidéo allô docteurs confidentialiténewsletters Donnez votre avis Facebook garde tout en mémoire Nouvo Chargement de la playlist en cours... Publié le 04-09-2012 - Mis à jour le 28-09-2015 média Éducation aux médias troisième cinquième quatrième seconde terminale première sixième Facebook sauvegarde toutes les données jamais publiées par ses membres. Producteur : RTS PartagerTweeterPartager Recommandations Le Wall - Parents mode d'emploi, version 2.0 cinquième Rencontres capitales 2013 Info en continu, réseaux sociaux : quelle est la n... troisième Les clés des médias Nous sommes tous médias cinquième Information Fake news : gestes qui sauvent Se méfier des réseaux sociaux Le pluralisme des médias cinquième médias Débusquer un fake Peut-on tout montrer dans les médias ? La publicité dans les médias Les stéréotypes dans les médias Next

Un EPI médias au collège de Saint-Martin-en-Bresse Depuis 2015, Aline Magnien, professeur de français, et Chris Almodovar, professeur documentaliste, ont développé un atelier médias. Ce projet a évolué cette année pour gagner l’ensemble du niveau 4e dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires. trois médias, un choix Chacune des trois classes de 4ème suit l’EPI médias sur la durée d’un trimestre, soit onze semaines dont les premières sont consacrées, en cours de français, à l’étude de la presse écrite et du métier de journaliste. Dans un second temps, les élèves sont répartis selon leur vœu dans trois ateliers visant chacun à approfondir la découverte d’un média : journal télévisé, webradio, film documentaire. le collège, espace de diffusion et de valorisation Ce projet crée une véritable dynamique au sein de l’établissement. Les émissions de radio sont diffusées pendant la pause méridienne dans la cour sur les enceintes de la sonnerie de l’établissement. à la rencontre de professionnels contact article proposé par A.

L'effrayant système de Facebook pour déterminer les «personnes que vous connaissez peut-être» Le système de suggestions de contacts sur Facebook est bien mystérieux, pour ne pas dire carrément flippant. La section «Vous connaissez peut-être» (ou «People you may know» en anglais) vous propose en effet une liste de personnes que vous pourriez avoir rencontrées et souhaiteriez donc ajouter à votre réseau. Pour déterminer les profils qui apparaîtront dans cette fameuse section, le réseau social utilise un algorithme ultra-pointu qui fait l'objet de nombreux fantasmes. Si vous utilisez fréquemment Facebook, il vous est sûrement arrivé de voir, dans vos recommandations de connaissances, une personne totalement improbable. Une lointaine cousine avec laquelle vous n'avez eu aucun contact ces 15 dernières années, un ancien camarade de primaire, un bel inconnu rencontré à une soirée ou encore un match Tinder auquel vous n'avez pas donné votre numéro de téléphone. En théorie, des explications rationnelles Autre facteur déterminant: les contacts en commun. Un sombre système d'espionnage?

Fondements cognitifs des apprentissages scolaires - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 06 janvier 2015 09:30 Le cours 2014 a été consacré aux liens qu’entretiennent ou que devraient entretenir les sciences cognitives avec les sciences de l’éducation. Ces liens sont nombreux et réciproques. Comprendre comment l’éducation parvient à transformer le cerveau humain est l’un des grands problèmes ouverts en neurosciences cognitives, qui soulève de nombreuses questions passionnantes : comment les apprentissages scolaires (langues première et seconde, lecture, écriture, mathématiques) s’inscrivent-ils dans les circuits de notre cerveau ? Au cours des trente dernières années, d’importants progrès ont été réalisés dans la compréhension des principes fondamentaux de la plasticité cérébrale et de l’apprentissage.

Liberté d'expression et réseaux sociaux : ce que je peux dire ou pas Peut-on tout dire sur Internet ? Quelles sont les limites à la liberté d’expression ? Voici quelques conseils pour t’assurer de ne pas enfreindre la loi et déterminer ce que tu peux publier ou pas sur Facebook, Twitter et les réseaux sociaux en général. Après les terribles attentats de début janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo, la liberté d’expression des journalistes a été au centre des débats. Concrètement, la liberté d’expression ne veut pas dire que tu peux dire n’importe quoi. Liberté d’expression : qu’est-ce que cela veut dire ? Le site officiel Eduscol sur sa page Internet Responsable résume bien ce que veut dire ce concept de liberté d’expression : “la liberté d’expression est consacrée dans la plupart des environnements juridiques. Quels sont les limites à la liberté d’expression ? La premier limite est l’atteinte à la vie privée et au droit à l’image d’autrui. Autre limite légale, tenir des propos diffamatoires ou injurieux. Non !

Le CDI, le professeur documentaliste et la notion « d’apprenance » Au début du mois d’avril 2017, François Taddei, Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel ont remis à la Ministre un rapport intitulé “Vers une société apprenante”. L’expression “apprenante” m’avait interpellée. Quelques semaines plus tard, je l’ai retrouvée dans le cadre d’un travail réflexif sur l’autoformation des adultes, et j’ai été amenée à la définir plus précisément. Ayant pris conscience de la montée de la notion “d’apprenance” dans les discours et les prescriptions, j’ai regardé au travers de la “lunette” de ce concept ma réflexion et ma pratique pédagogiques. Le concept d’apprenance a été étudié par Philippe Carré, professeur des universités en sciences de l’éducation, dans la cadre de la formation des adultes(1). Il le définit ainsi : En quoi ce concept peut-il éclairer notre action pédagogique au CDI ? Retour sur les étapes d’une réflexion collective La prise en compte des pratiques informationnelles des élèves et la question du document de collecte.

Cybersécurité : " Je garde ça pour moi " Dans le cadre du mois de la prévention de la fraude, 3 institutions financières, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale et la Banque Laurentienne ont uni leurs forces pour lancer la campagne Je garde ça pour moi dont l'objectif est de sensibiliser la population à la protection des renseignements personnels et bancaires en ligne et à la prévention de la fraude. Le site de la campagne contient ainsi des informations concrètes visant à aider les gens à détecter les différents risques et pièges à éviter. Il s'agit bien sûr de fournir également des outils qui permettent de se prémunir contre les diverses menaces évoquées. Le site s'organise en 3 axes : le premier s'intéresse au vol en ligne, au vol d'identité ainsi qu'aux risques liés à la réputation. Sources Réseaux et médias sociaux

Approche instrumentale et didactiques : apports de Pierre Rabardel 1. Introduction Dans les années 1990, la dénomination d’outil à propos de l’informatique a tendu à se banaliser dans les discours officiels, et cela a été surtout visible dans les situations ayant trait à l’intégration de l’informatique dans le système scolaire. Pour Eric Bruillard (1997), cette appellation est très restrictive vis-à-vis de ce qu’est l’informatique. Selon Bruillard, l’informatique produit des outils et des instruments, c’est-à-dire des effecteurs (outils) et des « capteurs » (instruments) et, sur le plan éducatif, « réduire l’informatique à un outil c’est la cantonner dans des activités de production limitées sans remettre en cause, non seulement les processus de production ou des connaissances qui y sont rattachées, mais aussi la finalité même de ces productions ». Cette notion d’instrument, qui diffère selon les contextes, a été théorisée sous une autre forme dans l’approche instrumentale de Pierre Rabardel. 2. 2.1. 2.2. 2.3. 3. 3.1. 3.2. 4. Références bibliographiques

De Google à Facebook : « si c’est gratuit, vous êtes le produit » Par centaines de millions, par milliards même, les usagers d’Internet visitent quotidiennement YouTube, achètent sur Amazon, font des recherches sur Google, s’envoient des courriels à partir de GMail ou communiquent sur leur intimité sur Facebook. Sans jamais penser que leur navigation, leurs préférences (les likes sur Facebook ou YouTube par exemple), leurs choix, leurs recherches, dévoilent ainsi gratuitement beaucoup de leur choix de consommation à des entreprises privées. Mais alors, comment le système fonctionne ? En pleine guerre froide, diverses œuvres d’anticipation imaginaient un futur effroyable. Qu’il s’agisse de toute une vague de blogs nombrilistes, de Facebook, de la presse voyeuriste dite « People », de la téléréalité ou de la vie privée des dirigeants politiques, de plus en plus exhibée (souvent volontairement), c’est une tendance de fond où communient célébrités et inconnus.

Related: