background preloader

Bataille de Stalingrad

Bataille de Stalingrad
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La bataille de Stalingrad désigne les combats du 17 juillet 1942 au 2 février 1943, pour le contrôle de la ville, aujourd'hui Volgograd, entre les forces de l'Union des républiques socialistes soviétiques et celles du Troisième Reich et de ses alliés. Ils incluent l'approche de la ville par les armées de l’Axe, les combats urbains pour sa conquête à partir de septembre, puis la contre-offensive soviétique, jusqu'à l'encerclement et la reddition des troupes allemandes. L'ensemble de ces combats, dans et hors de la ville, se sont étendus sur un peu plus de six mois et ont coûté la vie à environ 750 000 combattants[1] et à 250 000 civils parmi six nations, ce qui en fait une des batailles les plus meurtrières de l'histoire. Résumé[modifier | modifier le code] Le 28 juin 1942, l'Allemagne nazie lance sa deuxième grande offensive stratégique en URSS, l'opération Fall Blau, qui vise les pétroles du Caucase. Contexte[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Stalingrad

Related:  Bataille de Stalingrad3. La bataille de Stalingrad et la guerre d'anéantissementStalingradA Classer 5

La bataille de Stalingrad (aout 1942-janvier1943) La mère de toutes les batailles, le tournant de la seconde guerre mondiale, les superlatifs ne manquent pas lorsque l’on en vient à évoquer la bataille de Stalingrad. Par son ampleur, par sa durée, par ses conséquences, cette bataille est effectivement l’un des épisodes les plus marquants de l’histoire militaire du XXe siècle. Magnifiée par les propagandes soviétiques et nazies, elle a engendré une littérature conséquente, où les mythes côtoient souvent les faits. Néanmoins à l’appui de travaux récents et rigoureux il est possible d’en donner une description dépassionnée. Pour ce faire il est indispensable de remonter à l’origine de cet affrontement, à savoir l’offensive allemande de 1942 en direction du Caucase et de la Volga... Le Plan Bleu et la 6ème armée

31 janvier 1943 - Les Allemands capitulent à Stalingrad Le 31 janvier 1943, à Stalingrad, le maréchal Friedrich Paulus (*) signe la capitulation de son armée du secteur sud de la ville. Le 2 février, c'est au tour du secteur nord de cesser toute résistance. Le choc des titans Ayant soumis l'Europe continentale au terme de plusieurs guerres-éclair, Hitler ne trouva que l'Angleterre de Winston Churchill pour lui résister pendant un an. Armée rouge Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, cette armée, tout en gardant le surnom d'Armée rouge, prend le nom officiel d'Armée soviétique (Советская Армия, Sovetskaïa Armia), qu'elle conserve jusqu’à la dislocation de l'Union soviétique en décembre 1991. Les débuts pendant la guerre civile[modifier | modifier le code] 1919 - division de Taman. L'amélioration de l'armée par Trotsky[modifier | modifier le code]

Konstantin Rokossovski Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Konstantin Konstantinovitch Rokossovski (en russe : Константин Константинович Рокоссовский ; en polonais : Konstanty Rokossowski), né le 21 décembre 1896 à Varsovie (selon le recensement de 1920) ou à Velikié Louki (selon son autobiographie), mort le 3 août 1968, est un officier supérieur soviétique qui fut commandant dans l'Armée rouge pendant la Seconde Guerre mondiale et ministre de la Défense en Pologne. Biographie[modifier | modifier le code] Fils de Josef Xavier Rokossovski (1853-1902), inspecteur des chemins de fer, et de Antonina Ovsyannikov (?-1911) enseignante, il est issu d'une famille polonaise ayant perdu ses titres de noblesse au milieu du XIXe siècle mais d'où sont issus plusieurs officiers de Cavalerie.

70 ans après – Dans les tranchées de Stalingrad MOBILISATION — Sans oublier les volontaires soviétiques... Outre les Allemands, les Roumains et les Italiens, à Stalingrad, les forces de l'Axe alignaient également des unités hongroises et croates. Ainsi que des volontaires soviétiques... 22 juin 1941, l'Allemagne envahit l'Union Soviétique. Très vite, cette guerre de conquête impitoyable est présentée par la propagande nazie comme une grande "croisade antibolchevique" qui n'aurait d'autre but que de sauver l'Europe de la menace communiste.

Wehrmacht Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Wehrmacht (prononcé en allemand : [ˈveːɐ̯maxt] (littéralement « force de défense »)) est le nom porté par l’armée allemande dans le IIIe Reich d'Adolf Hitler à partir de la réforme de 1935 et jusqu'en août 1946, quand la capitulation allemande du dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale est formellement reconnue. Elle est issue de la transformation de la Reichswehr, l'armée allemande créée par le traité de Versailles de 1919 consécutif à la défaite allemande dans la Première Guerre mondiale. De 1946 à 1955, il n'y a plus d'armée allemande ; elle est remplacée en Allemagne de l'Ouest par la Bundeswehr en 1955, et l'année suivante par la Nationale Volksarmee en Allemagne de l'Est. La Wehrmacht comporte trois armes :

Front du Don Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Formation[modifier | modifier le code] Il s’agit du nom donné à l’ancien front de Stalingrad à partir du , c'est un des trois fronts qui participent à la contre offensive soviétique lors de la bataille de Stalingrad. Initialement les positions du front barrent l'Isthme Don - Volga et comprennent une tête de pont sur la rive droite du Don. Lors de sa formation il a pour commandant le général Constantin Rokossovski, qui remplace Gordov ancien chef du front de Stalingrad, et pour chef d'état major Mikhail Malinin. Gueorgui Joukov Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gueorgui Konstantinovitch Joukov (en russe : Георгий Константинович Жуков) ( CJ - ) est un militaire et homme politique russe, puis soviétique. Famille et jeunesse (1896-1914)[modifier | modifier le code]

Related: