background preloader

Michael C. Behrent » Blog Archive » Pourquoi les pauvres votent-ils contre leurs intérêts économiques ?

Michael C. Behrent » Blog Archive » Pourquoi les pauvres votent-ils contre leurs intérêts économiques ?
Depuis au moins une décennie, la politique américaine se caractérise par un paradoxe fondamental : les inégalités et la pauvreté augmentent, mais sans que celles-ci ne déclenchent un mouvement politique en faveur de la redistribution. Bien au contraire : la politique fiscale n’a jamais autant favorisé les plus riches (notamment par le biais des « Bush tax cuts » de 2001 et 2003, reconduits l’année dernière par Barack Obama). Plus étrange encore est le fait que le parti républicain, la force politique derrière ces réductions d’impôts, a souvent obtenu un soutien populaire, que ce soit en 2004, lorsqu’il a en même temps privilégié les dossiers « culturels » (la religion, le mariage homosexuel), ou en 2010, lorsqu’il succomba à l’antiétatisme forcené du Tea Party. Dans un article récemment paru dans le New York Times, deux économistes proposent une explication insolite à ce paradoxe. Kuziemko et Norton avancent une explication tout autre. Related:  ÉconomieLa gauche et la France populaire

Impôt sur le revenu 2016 : barème, tranches et calcul En 2017, les seuils des tranches du barème seront revalorisés et jusqu'à 20% de réduction d'impôts seront accordés à certains contribuables. [Mise à jour du lundi 27 mars 2017 à 10h35] La date limite de déclaration d'impôts a été dévoilée par l'administration fiscale. Qui paie l'impôt sur le revenu ? Qui paie les impôts sur le revenu (IR) en France ? En 2015, la part des foyers fiscaux imposés était de 45,6%, soit 17,1 millions des 37,4 millions de foyers fiscaux. Cette baisse du nombre de foyers imposés s'explique par les mesures prises en 2014 et 2015 pour alléger la charge des contribuables "modestes" : réindexation du barème de l'IR sur l'inflation et mise en place d'une réduction d'impôt exceptionnelle en 2014, suivies d'une réforme du bas du barème de l’impôt sur le revenu en 2015. Quand il n'y en a plus, il y en a encore. Ainsi, la remise d'impôt sera de : Barème de l'impôt 2017 Le barème de l'impôt 2015 avait été modifié par la loi de finances 2015 comme suit : Calcul de l'impôt 2017

Le triomphe de la gauche aux sénatoriales cache son divorce avec le peuple Atlantico : Les résultats des élections sénatoriales symbolisent-ils une situation politique où la gauche triomphe sur le plan local, quand la droite reste depuis des années victorieuse lors des élections nationales? Christophe Guilluy : De fait c'est ce qui se passe. Mais avec la manière dont vous posez la question, on a l'impression qu'il s'agit d'une répartition consciente, voulue. Évidemment, ce sont les événements qui font que cela se passe ainsi. Dans les faits, c'est toutefois exact : le PS gère le local et l'UMP gère le national. Avec cette idée de fond que ce sont les grands partis qui gèrent et le local, et le national. Mais le plus intéressant, selon moi, c'est la façon dont la gauche gagne les élections depuis 10 ans. Or, dimanche la gauche a remporté le Sénat, c'est-à-dire l'Assemblée, de fait, la plus éloignée du peuple. Ainsi, quand j'entends les dirigeants crier victoire, à mon avis, ils vont un peu vite en besogne. Bien-sûr.

La direction du PS oublie encore les jeunes et catégories populaires. haha, voilà une information parue dans le Figaro, ça me rappelle des éléments de langage entendus dans la bouche de blogueurs pro-Hollande, qui me disent que nous nous faisons des illusions sur le vote des catégories populaires. Voire même qu’on invente ou fantasme la chose. Là ce sont des anonymes proches de Martine Aubry (la liste est courte) : Lamy, Bartholone, Hamon, Fabius ou autre qui n’ont rien d’autre à faire que de se répandre en petites phrases anonymes. En réalité, ses rivaux ne croient pas une seconde à la possibilité d’une percée de Royal. L’hypothèse les fait même sourire. Et voilà donc l’information: pour ces anonymes , le vote des jeunes, des milieux populaires ne compte pas. Et pour la présidentielle, iront-ils chercher ces jeunes et milieux populaires ? Ca pourrait vous dégouter, vous faire dire “tiens qu’ils se fassent dégommer la gueule à la présidentielle, qu’on entendre plus parler de cette bande de pénibles donneurs de leçons” ?

JECO 2016 : Revenus des ménages, pouvoir d’achat, patrimoine… Comprendre et interpréter les chiffres Ce « café économique », co-organisé par les Cafés économiques de Bercy et La finance pour tous , qui s’est tenu dans le cadre des Journées de l’économie de Lyon le 9 novembre 2016, a permis à de nombreux étudiants et à leurs enseignants, de faire le point, en compagnies d’experts, sur des indicateurs économiques régulièrement traités dans l’actualité, mais qui restent parfois peu accessibles. Revenus des ménages, salaire moyen, inflation… Ces grands indicateurs nous permettent-ils d’avoir une vision claire de notre environnement économique et financier ? Et comment les interpréter, sachant que, sur la seule question du pouvoir d’achat, la perception des ménages diffère sensiblement des chiffres « officiels » ? Or, ces baromètres sont essentiels pour que chacun d'entre nous puisse véritablement comprendre les enjeux et les objectifs des politiques économiques mises en place. Faire le point sur l’ensemble des revenus Déterminer un « niveau de vie » Un revenu « médian » de 1 650 € par mois

Le PS peut-il reconquérir les classes populaires? Le 30e anniversaire de l'accession au pouvoir de François Mitterrand donne des envies et des idées au Parti socialiste en vue de la campagne présidentielle de 2012. Comme en 1981, de nombreux cadres du PS estiment que la victoire passe par la reconquête des classes populaires. Reconquête, car, oui, les classes populaires se sont tournées vers Nicolas Sarkozy en 2007, et le FN aujourd'hui. Loin de la gauche. Pourtant, le divorce entre la gauche et les classes populaires ne date pas d'hier. Un divorce progressif Ancien numéro trois du Parti communiste dans les années 80, Pierre Juquin explique qu'il y a "une déception considérable des classes populaires pour les partis de gauche (PS et PC) qui n'ont pas réussi à changer durablement la société et qui sont aujourd'hui décrédibilisés dans leur défense d'un projet alternatif et égalitaire". Le contexte géopolitique explique également cette mutation du vote ouvrier. Opération reconquête

Pensions de retraite : les difficultés sont à venir Départ des baby-boomers à la retraite, allongement de la durée de vie et recul du taux de fécondité sont autant de facteurs démographiques qui réduisent inévitablement le nombre d’actifs pour financer les pensions des retraités. Résultat : pour éviter d’alourdir encore les charges pesant sur les actifs, on joue sur les pensions des retraités, qui devraient baisser dans les années qui viennent – au moins en pourcentage des revenus d’activité. Tour d’horizon, en images, des principales données concernant les pensions de retraite. Un financement des pensions de retraite par les salariés de plus en plus difficile En 2014, le Ministère des Affaires Sociales recensait près de 17 millions de retraités percevant une pension, dont 1,1 million uniquement via une pension de réversion Définition Pension versée au survivant d’un couple dont le conjoint est décédé, correspondant à une fraction de la pension dont il bénéficiait ou aurait bénéficié.

Conf. "La politique : un jeu réservé aux riches", avec Michel et Monique Pinçon-Charlot, Mairie du IIIè, mar 7 juin, 19h Baisse de l'impôt sur le revenu, allègement de l'ISF, bouclier fiscal... : depuis une dizaine d'années, les mesures favorisant les citoyens les plus aisés se sont multipliées. L'affaire de l'EPAD, du voyage en Tunisie de Michèle Alliot-Marie... : les collusions d'intérêts ont fait, à plusieurs reprises, la Une des journaux. La France serait-elle gouvernée par les riches et pour les riches ? Comment les classes populaires peuvent-elles agir ? Michel Pinçon et Monique Pinçon-charlot sont sociologues et auteurs de "Le président des riches ?" Le mardi 7 juin, à 19h Conférence organisée en partenariat avec la Revue Esprit, le Magazine Alternatives Economiques et la Mairie du IIIème. Informations pratiques :

Les 7 chiffres marquants de la croissance de la fin d'année 2015 LE SCAN ÉCO - Hormis les dépenses de consommation des ménages qui ont diminué au quatrième trimestre de 2015, la production, les investissement, les stocks, les exportations et importations ont augmenté. La croissance du Produit intérieur brut (PIB) en France affiche 0,3% pour le quatrième trimestre de 2015, a indiqué ce vendredi matin l'Insee. Pour l'ensemble de l'année 2015, la croissance française atteint donc 1,1%. Au quatrième trimestre 2015, le PIB en volume croît de 0,3%, soit la même progression qu'au troisième trimestre. Les dépenses de consommation des ménages se replient (−0,2% après +0,5% au troisième trimestre 2015). Les exportations rebondissent (+1% au quatrième trimestre après −0,6% au troisième) du fait des matériels de transport. Les importations accélèrent (+2,5% au quatrième trimestre après +1,7% au troisième) notamment en matériel de transport. La production totale accélère au quatrième trimestre de 2015 (+0,6%) contre +0,3% au trimestre précédent.

La gauche, entre le populo et le bobo... - Idées Pendant l'affaire DSK, la bataille des idées continue à gauche. Un nouveau front s'est ouvert, c'est même un début de polémique sur une question en effet pour la gauche essentielle : son rapport aux classes populaires. D'où vient la polémique ? En fait le raisonnement suivi dans cette note est assez simple : les classes populaires ont basculé culturellement à droite. Voyez-vous, nous explique-t-on, depuis les années 70, les valeurs de la gauche ne sont plus celles du monde ouvrier. Mais revenons au raisonnement développé : que faire devant ce constat d'un divorce culturel ? Eh bien, c'est peu ou prou la stratégie qui est retenue. Bref, si l’on voulait être sévère, on dirait qu’entre les bobos et le populo, le PS de Terra Nova a choisi. Je le disais, les critiques pleuvent sur ce texte qui en a choqué plus d'un. N'est-ce pas plutôt une certaine politique menée par le PS au pouvoir, notamment ses choix économiques, qui explique l'éloignement des classes populaires ?

Plus de 75% des Français travaillent désormais dans le secteur tertiaire LE SCAN ÉCO - L'Insee offre un tableau complet des 28,6 millions de Français actifs. On y apprend que plus des trois quart travaillent dans le secteur tertiaire, que presque 90% des actifs sont salariés, et que les trois-quarts sont en CDI... Dans les «Tableaux de l'économie française 2016» publiés ce mardi, l'Insee consacre une partie de sa vaste étude sur l'emploi en France, et sa répartition par activité. On y apprend notamment que la France est devenue plus que jamais un pays de service. • 25,8 millions de Français occupent un emploi en France Sur les 50,8 millions de Français de plus de 15 ans (en 2014), 28,6 millions sont «actifs» au sens du Bureau international du travail. • 75,2% des Français «occupés» travaillent dans le secteur tertiaire Sur les 25,8 millions de Français «occupés», plus des trois-quarts travaillent dans le secteur tertiaire, tandis que l'industrie ne représente plus que 13,9% des emplois, la construction, 6,6%, et l'agriculture, 2,8%.

Avec Terra Nova, la machine à perdre repasse à gauche Louison La proximité géographique crée-t-elle des affinités idéologiques ? On pourrait se le demander, à lire la dernière note de la Fondation Terra Nova. Rappelons la thèse de ses trois auteurs, Bruno Jeanbart, sondeur professionnel, Olivier Ferrand, (ex-)strauss-kahnien convaincu, et Romain Prudent. Le PS, parti des « insiders » ? Du même auteur En somme, le peuple virant de bord, il conviendrait de le changer au plus vite, comme l'avait suggéré Brecht au gouvernement de la RDA. Notons d’abord que le constat de l’affaiblissement numérique de la classe ouvrière est quelque peu impressionniste. En réalité, la notion d’ouvrier ou de classe ouvrière doit être sortie de l’ornière théorique dans laquelle l’avait plongée un certain marxisme dogmatique qui distinguait « l’ouvrier productif » – le « cœur de la classe » – du travailleur des transports, par exemple, considéré à l’époque comme périphérique ! La défaite en chantant ? lac-bac (Flickr - cc)

Où va l’argent de l’Etat ? Visualisez en un coup d’œil le budget 2017 Pour la première fois depuis cinq ans, l’éducation nationale sera en 2017 le premier poste de dépenses de l’Etat. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maxime Vaudano Le gouvernement a procédé mercredi 28 septembre au rituel annuel de la présentation de ses grandes orientations pour le projet de loi de finances 2017, c’est-à-dire du budget de l’Etat pour la dernière année du mandat. Lire : Budget 2017 : le gouvernement maintient son objectif d’un déficit public ramené à 2,7 % du PIB Pour vous permettre de vous faire une idée des grandes masses de ce budget, nous l’avons représenté sous la forme de 100 petits carrés : avec un peu plus de 50 milliards d’euros, l’école (ou, plus précisément, l’« enseignement scolaire »), représente presque 13 % du budget. Le gouvernement veut utiliser les moyens supplémentaires dégagés cette année pour l’école, avec en ligne de mire la concrétisation de la promesse présidentielle de créer 60 000 postes avant la fin du quinquennat.

Les classes populaires sont de retour en France LE MONDE | • Mis à jour le | Par Christophe Guilluy, géographe En quelques décennies le Front national est devenu le porte-voix d'une part croissante des catégories populaires. Cette évolution n'est pas la résurgence d'un populisme ancien ou la conséquence d'une droitisation de l'opinion, mais il s'agit d'un processus contemporain lié à une recomposition sociologique et politique sans précédent. Le retour des classes populaires est ainsi corrélé à l'implosion de la classe moyenne tandis que la dynamique frontiste est d'abord le fruit de la fin de la bipolarisation. L'éclatement de la classe moyenne a libéré un nouveau "champ sociologique" qui rend de nouveau visibles les catégories populaires. Le surgissement dans le débat public de catégories, hier oubliées au profit des classes moyennes, est un indicateur essentiel de la nouvelle donne sociale. Ces nouvelles classes populaires sont-elles de droite ? Mais ce n'est peut-être pas le plus important.

Related: