background preloader

Laisser les GAFA seuls maîtres de notre avenir ? Hum… Comment dire

Laisser les GAFA seuls maîtres de notre avenir ? Hum… Comment dire
Et si les GAFA n’étaient pas la solution, mais désormais plutôt le problème ? En galopins, au début, ils amusaient ; en barbares, ensuite, ils étonnaient ; en monstres, aujourd’hui, ils effraient. Et demain ? Demain, quand, omnipotents, sans contre-pouvoir, sans cadre éthique, plus puissants que des Etats, ils seront les seuls à posséder et maîtriser les bases des infrastructures du 21ème siècle, c’est-à-dire les données accumulées de milliards de personnes, les machines, les plateformes logicielles, les intelligences et les compétences pour en profiter, mais aussi la richesse … Ces plateformes réussiront-elles à imposer leur vision du monde ? A rester cachées derrière des buzzwords, des avocats et des lobbyistes ? (NYTimes) En ligne, et de plus en plus dans le monde réel Avec enfin le sentiment que ça va trop vite, que personne ne comprend vraiment comment marchent ces plateformes créées par une poignée d’ingénieurs et d’informaticiens qui ne semblent plus maîtriser l’ensemble. Eric Scherer

http://www.meta-media.fr/2017/11/12/laisser-les-gafa-seuls-maitres-de-notre-avenir-hum-comment-dire.html

Related:  Identité numérique, traces, donnéesCulture numériqueTransformation digitale & Social Good Techtexte reflexion

Google sait tout de vous : voici comment effacer vos traces Sur le web, Google est partout. Il voit tout, sait presque tout de vous, et collecte un nombre incalculable de données… officiellement pour votre bien, officieusement pour le sien. On vous explique comment consulter, supprimer et limiter la collecte de vos données personnelles par le géant californien. L’innovation, sociale avant d’être numérique Le caractère innovant d’un projet, même lorsqu’il intègre une forte composante technologique, repose d’abord sur une multitude de critères sociaux. Démonstration via les réflexions de l’Institut Jean-Baptiste Godin et l’exemple de Reconnect, service de « cloud solidaire ». Cet article est le premier d’une série, en janvier, février et mars 2018, à l’occasion de la sortie en librairie du numéro 2 de la revue Visions solidaires pour demain, dont il est issu. Reconnect est un « coffre-fort numérique » pour les sans-abri. L’enjeu, plus crucial qu’il n’y paraît, est d’abord de leur permettre de conserver leurs documents d’identité et autres pièces essentielles au chaud dans des serveurs informatiques, accessibles de partout sous forme digitale via les bons identifiants. Plus de papiers égarés au fil des rues et des campings de fortune.

theconversation En juillet dernier, le gouvernement présentait son plan climat ; parmi les mesures, un objectif de « 100 % des plastiques recyclés à l’horizon 2025 ». La France, avant-dernière des 28 pays de l’Union européenne en matière de recyclage du plastique, est pressée d’améliorer son piteux classement. Dans le même temps, la Chine, première terre d’accueil de nos détritus plastiques, ferme ses frontières aux déchets étrangers. Des vortex géants de plastiques s’installent au cœur de nos océans et, comble de malheur, d’invisibles particules de déchets plastiques s’invitent, c’est officiel, dans nos assiettes. Décodex : notre kit pour vérifier l’information à destination des enseignants (et des autres) « Le Monde » s’engage dans l’éducation à l’information en mettant à disposition des contenus pédagogiques pour tous. Avec le Décodex, nous vous proposons de nombreux outils pour vérifier l’information en ligne. Nous souhaitons également apporter de nombreux conseils pratiques pour permettre à tous de s’interroger sur les informations qui circulent sur Internet. Il s’agit d’une démarche active d’éducation à l’information, que Le Monde souhaite porter auprès de ses lecteurs, mais aussi dans les classes, par le biais d’interventions en concertation avec des enseignants, ainsi que la mise à disposition de contenus pédagogiques pour tous.

La mise en scène de soi sur internet - COLLEGE DE LA DOMBES Suite à l’intervention de la BPDJ au collège, les documentalistes ont poursuivi le travail avec les élèves sur la question de l’identité numérique en proposant à tous les élèves de 5e un cycle de réflexion sur la mise en scène de soi sur internet et les représentations. 6 séances en classe entière sont prévues au CDI ou en salle informatique : Séance 1 : Qu’est ce qu’internet me donne à voir ? Vos empreintes numériques Vos empreintes numériques sont censées refléter votre personnalité. Assurez-vous que c’est bien le cas grâce à nos didacticiels faciles à suivre. Chaque jour, que nous le voulions ou non, nous alimentons notre profil en ligne, un profil qui est sans doute plus ouvert au public que nous ne l’imaginons. Grâce à ce profil, des entreprises envoient des contenus ciblés à des marchés et des consommateurs spécifiques ; des employeurs peuvent fouiller votre passé ; des annonceurs suivent vos recherches sur d’innombrables sites web.

Freelancing et management : Repenser le temps et l’espace de travail Le temps de travail, une notion à redéfinir ? Historiquement, le salariat a marqué une transformation du rapport au temps puisqu’il signifie la fin de la rémunération “à la tâche” au profit de la rémunération en fonction du temps. Le salarié ne vend plus le fruit de son travail en tant que tel ; il monnaie son temps, mis à disposition de l’employeur. Ce nouveau rapport au temps a d’abord concerné les ouvriers et les travailleurs moins qualifiés, mais il s’est ensuite étendu à l’essentiel des travailleurs. Cyber harcèlement : Une adolescente trouve un moyen de peut-être en finir avec les insultes, moqueries et menaces en ligne RÉSEAUX SOCIAUX - Chez les jeunes, le harcèlement par messages postés sur internet est un véritable problème qui a été mis en exergue il y a quelques années par le suicide d'Amanda Todd. Indignée par la situation, Trisha Prabhu, une élève de 14 ans, a créé un système inédit qui pourrait bien permettre d'y remédier. Son concept est simple mais apparemment efficace: "Rethink" (que l'on pourrait traduire par "pense-y à deux fois") est une interface qui demande aux adolescents de relire un message désagréable avant de l'envoyer tout en présentant les conséquences néfastes que ce dernier pourrait avoir sur son destinataire. Trisha a testé son invention sur 533 élèves âgés de 12 à 18 ans.

"Des choix de société s'imposent pour décider de ce que nous voulons faire de nos données" À qui s'adresse l'exposition Terra Data ? Serge Abiteboul (SA) : Elle s'adresse à tous ceux qui vivent dans un monde numérique, entourés et confrontés à des données, ou qui se posent des questions sur les données personnelles et publiques qu'ils utilisent. Elle intéressera tous les gens qui pensent manquer de compétences techniques ou scientifiques sur ces domaines, tels que les collégiens, les lycéens, mais aussi bien sûr les adultes, les personnes âgées et les enfants plus jeunes.

"Je sais qui tu es" : la nouvelle obsession des ados sur Instagram - 7 juin 2017 Oublier le #BlackHairChallenge ou le récent "The Floor is lava", la nouvelle obsession des adolescents français sur Instagram se nomme le "je sais qui tu es". Le principe est apparue discrètement à la mi-mai sur le réseau social, avant de se répandre chez les moins de 18 ans. Des comptes, identifiés par des noms évocateurs comme "je sais qui tu es" ou "je sais à quoi tu penses", proposent à leurs abonnés de deviner des informations sur leur vie privée. La suite après cette publicité Sommes-nous réductibles à de la donnée ? C’est la grande question à laquelle certains prophètes et autres bonimenteurs du numérique répondent avec un grand oui. Ici et là, on entend dire que « nous sommes notre cerveau » et notre cerveau serait… du code. C’est-à-dire que toute notre personnalité (notre âme pour les croyants), ou notre logiciel interne (pour d’autres genres de croyants) tiendrait dans une somme de calculs à l’intérieur de ces 1400 cm3 de boîte crânienne. Toute réduction peut bien sûr être grossière, imprécise, voire dangereuse. Personne n’aime être réduit à un compte bancaire, à une ethnie ni à une statistique.

Les start-up dans le maquis des aides à l’innovation La France dépense chaque année 10 milliards d’euros d’argent public d’aide à l’innovation. Le nombre de dispositifs a doublé en quinze ans et s’y retrouver relève du parcours du combattant. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Sandrine Cassini La trentaine à peine, Gonzague Gridel fait déjà le tour des plateaux télé pour présenter sa start-up, MIP Robotics, et ses robots industriels. Il y a trois ans, ce diplômé de l’Edhec, une grande école de commerce française, a quitté un confortable emploi de cadre au Crédit mutuel pour se lancer dans l’entrepreneuriat. « J’avais rencontré un ingénieur qui voulait lancer des robots à bas coûts pour les PME », explique l’entrepreneur en herbe.

Related:  Identité numérique, traces, données