background preloader

Le transfert dans les relations

Le transfert dans les relations
B. Histoire de noeuds: constance et similitude Jérôme est un cadre supérieur dans une entreprise de services informatiques. C'est un homme très intelligent, réservé, articulé et couvert de diplômes. Il a gravi les échelons de l'entreprise qui l'a pris à son service dès sa sortie de l'université, grâce à son désir d'excellence et à sa capacité d'abattre une somme monstrueuse de travail en un temps record. Bien qu'il soit admirablement performant sur beaucoup de terrains, Jérôme est déprimé. Concernant son travail, Jérôme parle toujours comme s'il s'était fait à l'idée de cet état de fait, mais au fond, il est déçu lorsqu'il fournit une performance remarquable et que son directeur n'en fait aucun cas. Il n'est toutefois pas question d'avouer ce souhait au patron. Jérôme se trouve exigeant et trop dépendant. Avec son épouse, Jérôme vit aussi une insatisfaction profonde, sur un aspect en particulier. La vie de Jérôme n'est pas réellement empoisonnée par ce tiraillement avec sa femme. Related:  alimentationL'amourPsy

Thierry Janssen : changer notre approche de la santé | Kaizen magazine © Pascal Greboval Saupoudrer quelques bonnes pratiques type yoga, méditation ou alimentation biologique sur notre vie quotidienne ne suffit pas à transformer en profondeur la relation au corps. Dans ce domaine, changer de paradigme à l’échelle individuelle nécessite d’accepter de nouvelles priorités. Cette évolution s’apparente davantage à un chemin spirituel qu’à l’application de recettes. Thierry Janssen en sait quelque chose lui qui, dans les années 1990, a bouleversé sa vie en tournant le dos à une brillante carrière de chirurgien pour se vouer aux médecines complémentaires et alternatives. Devenu psychothérapeute spécialisé dans l’accompagnement des malades atteints de pathologies somatiques, il nous livre son analyse et nous donne quelques clés pour trouver soi-même sa propre « solution intérieure[1] ». Kaizen : Quels sont les facteurs qui conduisent l’individu à ce déni de soi-même ? Kaizen : Le système de santé participe-t-il à cette déresponsabilisation des individus ? À lire :

La fabrication de mon confort affectif | Parler depuis le silence Dans le domaine du confort affectif j’ai longtemps cru qu’en dehors de la famille et des amis, il n’y avait qu’un horizon indépassable : le couple. Que c’était le couple le plus grand pourvoyeur de confort affectif dans la vie (et aussi d’inconfort parfois). Comme beaucoup de gens j’ai donc cherché à faire couple. En me séparant du père de mon fils, je savais qu’il ne fallait surtout pas que je me remette en couple rapidement, que j’avais besoin absolument d’un temps seule. Mais l’idée, quelque part, était quand même de connaître à nouveau ce confort affectif du couple. Cela fait trois ans que je vis en solo, en ayant des relations affectivo-sexuelles. Et depuis quelques mois je m’interroge. Donc je suis tiraillée entre une envie d’appariement (non conventionnel) et la curiosité de voir comment ce maillage que je suis en train de tisser (de laisser se tisser) peut évoluer et suffire à mon confort affectif sur du plus long terme. Publié dans Aimer | Mots-clés : confort affectif, couple

Une théorie du vivant 1- Les caractéristiques du vivant a) La tendance actualisante Un fait ressort clairement de l'étude de tout organisme vivant, c'est sa tendance inhérente à maximiser sa propre vie. Lorsque les circonstances sont favorables, l'organisme cherche à se développer davantage, à atteindre un degré d'harmonie et d'intégration supérieur, quitte pour y arriver à ébranler temporairement ses acquis antérieurs. Si les circonstances (internes ou externes) sont défavorables, l'organisme tend naturellement à protéger sa vie, à empêcher sa destruction. Dès 1974 (Larivey et Garneau) nous étions activement engagés dans une recherche clinique visant à identifier ce qui distinguait de tous les autres, les clients dont la démarche débouchait sur un changement durable. Nous croyons donc que les étapes que nous avons décrites (Garneau et Larivey 1979) rejoignent un processus vital, fondamental. b) Le système d'auto-régulation La tendance actualisante est une caractéristique des êtres vivants.

Le pouvoir de changer Bien souvent, nous croyons que notre état cérébral commande nos émotions, nos comportements, nos pensées. Mais la recherche démontre que l’esprit peut modifier notre cerveau. © Harting Kopp-Delaney Alors qu’il visitait un hôpital aux Etats-Unis, le Dalaï Lama assista à une opération du cerveau. Le cerveau de Bouddha l’acte méditatif semble pouvoir nous déconditionner de certains automatismes cérébraux. Notre pouvoir sur les émotions , telle était l’hypothèse de Davidson. La force de la compassion D’autres expérimentations suivirent, impliquant Matthieu Ricard et d’autres méditants très expérimentés (ayant de 10 000 à 50 000 heures de méditation). Les expérimentations révélèrent que , rapporte Sharon Begley. Enfin, la zone du cortex préfrontal gauche s’activa remarquablement. , en conclut Davidson. Ces découvertes sont porteuses de bien des bouleversements. D'autres ont aimé... Sur le même thème...

Attendre | Parler depuis le silence Est-il possible d’aimer sans rien attendre en retour ? Sans rien attendre de l’autre ? Cette question m’a longtemps habitée. Elle s’invite encore parfois à l’occasion. Attendre. A-tendre, non tendre. J’ai appris à ne plus attendre, même inconsciemment, un plus grand confort d’un autre, d’une relation amoureuse. Si quelqu’un s’invite dans ma vie pour apporter plus de joie et de tendresse, j’en suis heureuse. Publié dans Aimer | Mots-clés : aimer, attentes La jalousie amoureuse B- Caractéristiques de l'existence jalouse L'existence jalouse est une sorte d'existence "morte" et sans issue à cause des deux conduites qui la caractérisent: le camouflage du vécu et le contrôle du partenaire. Dans certains cas, on retrouve ces comportements à la fois chez le jaloux et son conjoint. Ce dernier se fait plus ou moins volontairement, complice de cette existence jalouse, comme l'est Martine dans l'exemple qui suit. Voyons à travers cet exemple, en quoi consistent ces deux caractéristiques. Martine ne sait plus quoi faire devant la jalousie de Richard. 1. Même si elle est rigoureusement fidèle, elle se reproche quand même intérieurement de ne pas aimer son mari davantage. Elle ne regarde pas vraiment les autres hommes, mais elle sait qu'elle ne regarde pas vraiment Richard comme un homme. Elle sait aussi qu'elle s'est longtemps consacrée aux enfants pour éviter d'être trop souvent en relation avec lui. Sa culpabilité la rend vulnérable aux reproches de Richard. 2. 5.

La science du bonheur INFOGRAPHIE - Le bonheur n'est pas seulement dans le pré, il est surtout dans la tête. Les neurosciences dévoilent la chimie de cet état de grâce et s'invitent dans un débat jusqu'alors réservé aux philosophes et aux poètes. Paradoxalement, c'est en étudiant les mécanismes impliqués dans la douleur, la dépression ou les troubles bipolaires que les chercheurs ont découvert certaines sources du bonheur. L'amour, le plaisir, le bien-être, la plénitude, facteurs que l'on considère comme des composants du bonheur, ont des constituants biologiques. Les neurobiologistes ont pénétré les structures cérébrales qui interviennent lorsque les émotions nous envahissent, ils ont observé les rouages mis en jeu dans la régulation des humeurs et décrypté les processus qui s'enchaînent pour nous remplir d'un sentiment de bonheur... ou nous plonger dans celui du malheur.Ces travaux se succèdent depuis les années 1970, grâce aux progrès des techniques d'investigation biologique et de l'imagerie cérébrale.

Ce qu’aimer veut dire | Parler depuis le silence Je conçois la relation amoureuse comme une expérience qui m’oblige à sortir vers le monde, l’autre, les autres, me mettant en danger tout en me permettant un retour à moi, une découverte de moi et de l’autre et la construction de quelque chose qui n’est ni moi, ni l’autre mais la conjugaison des deux. Je conçois aussi l’amour comme un don, de moi, de mon amour, qui devient puissant par le contre-don et par les échanges que je peux avoir avec l’autre. J’essaie de mettre en pratique les fondamentaux qu’Erich Fromm décrit dans son Art d’aimer : sollicitude, responsabilité, respect et connaissance. Et je crois que j’y arrive pas trop mal d’ailleurs (même s’il m’arrive d’être mauvaise) parce que ces fondamentaux correspondent à des valeurs fortes pour moi. Pour moi l’amour est toujours difficile, exigeant, autant qu’il est lumineux et permet de tutoyer le sublime. Quand j’aime (et suis aimée en retour), je suis dans un état d’ouverture aux possibles, à l’autre.

La lettre du Psy Vol. 11, No 2 Une nouvelle formule : Les capsules Psy ! Dans ce numéro de La lettre du Psy, nous vous offrons un contenu sous une forme toute nouvelle : Les capsules Psy ! Vous y trouverez des informations qui touchent divers sujets : les émotions, la culpabilité, etc. L’évolution de Ressources en développement depuis le départ de ses fondateurs. La vie change et nous devons y réagir positivement ! La fréquence de La lettre du Psy : Besoin d’auteurs ! Ces derniers temps, nous n'avons pu fournir un contenu de qualité au même rythme qu’avant. Nous constatons que la plupart des psychothérapeutes spécialisés en Auto-développement ont peu de disponibilité pour écrire, trop engagés dans leurs multiples occupations. Nous savons que plusieurs d’entre vous êtes professionnels de la santé psychologique. Intéressés à partager vos textes ? Formation d'un nouveau groupe de psychothérapeutes Nous avons opté pour aborder le problème à sa base : former davantage de ressources en Auto-développement.

"La méditation de pleine conscience a changé ma manière de soigner" - Spiritualité Après l'Angleterre, l'Allemagne et la Suisse, voici que la méditation devient sujet d'étude universitaire en France. Quel est l'objectif de ce diplôme ? J'ai voulu proposer aux personnes du monde de la santé, médecins, psychologues, chercheurs en neurosciences, une nouvelle approche de la médecine du corps-esprit avec une validation scientifique. Et cela sur la base des résultats d'un programme qui a fait ses preuves depuis 30 ans aux USA. La MBSR (Mindfullness based stress reduced) ou la réduction du stress basée sur la méditation de pleine conscience est un programme de huit semaines qui a été formalisé par Jon Kabat-Zinn. Ce professeur de biologie moléculaire convaincu a laïcisé la méditation bouddhiste pour lui permettre d'entrer dans les hôpitaux et cliniques américaines, avec un programme très pédagogique d'exercices et de pratique quotidienne pour apprendre à vivre en pleine conscience et retrouver son potentiel de vie, au delà de la maladie. Avec qui allez-vous commencer ?

Pour plus de créativité en amour | Laura Ingalls 2.0 Plus j’y réfléchis et plus je me dis qu’on n’est vraiment pas créatif en amour. Dans un monde où on nous barbe avec la créativité à tire-larigot, je suis souvent effarée qu’on y mette si peu dans notre vie sentimentale. C’est comme s’il ne pouvait y avoir qu’un seul chemin possible qui pourrait grosso-modo se résumer de la sorte : Rencontre -> Flirt -> Rencards -> Couple -> Cohabitation -> …Se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Bien sûr certaines étapes sont optionnelles et les ruptures restent potentielles, notamment lorsqu’on se rend compte qu’on ne pourra pas passer à la suivante ensemble. Bon, il reste quelques exceptions mais bien codifiés quand-même : le « plan-cul », l’amant(e), le sex friend, etc. Pourtant il me semble qu’il y a autant de façons de s’aimer que de combinaisons possibles entre les amoureux. « Mais il faudra bien que tu choisisses un jour entre les 2 ?! « En fait c’est quoi votre relation ? « Profites tant que tu es célibataire. « Is it going somewhere ?

Paralysie du sommeil Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La paralysie du sommeil est un trouble du sommeil, ou plus précisément une parasomnie selon la Classification internationale des troubles du sommeil, qui se caractérise par le fait que le sujet, sur le point de s'endormir (paralysie hypnagogique) ou de s'éveiller (paralysie hypnopompique) mais tout à fait conscient, se trouve dans l'incapacité d'effectuer tout mouvement volontaire. À cette sensation d'immobilisation sont couramment associées des hallucinations auditives, kinesthésiques ou visuelles ainsi que des impressions d'oppression, de suffocation, de présence maléfique et de mort imminente. Le sujet, dans l'impossibilité d'articuler les sons et de prévenir l'entourage, éprouve le plus souvent un sentiment d'anxiété et de frayeur. Ce trouble du sommeil est dû à des intrusions du sommeil paradoxal et de l'absence de tonus musculaire qui l'accompagne lors des transitions entre veille et sommeil.

Related: