background preloader

Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas

Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas
Dans le cadre d’une série sur le « pari éducatif high-tech » (dans laquelle notamment plusieurs experts américains tentent d’apporter leur vision sur ce à quoi ressemblera l’école dans 10 ans), Matt Richtel, pour le New York Times s’est rendu dans le district scolaire pilote de Kyrene en Arizona : un secteur où tous les élèves utilisent des tableaux blancs interactifs et des ordinateurs à l’école. Depuis 2005, le district a investi 33 millions de dollars pour moderniser ses écoles. Ici, c’est la nature même de la classe, du rapport à l’enseignant qui a été transformé : l’enseignant circule entre les élèves qui apprennent à leurs rythmes sur leurs ordinateurs. Au profit de qui se fait la surenchère technologique à l’école ? Image : Le graphique de l’évolution des dépenses et des résultats du district de Kyrene dans l’Arizona réalisé par le New York Times. La poussée des dépenses technologiques intervient alors que les écoles doivent faire de durs choix financiers. Les métriques en question

http://www.internetactu.net/2011/09/21/dans-la-salle-de-classe-du-futur-les-resultats-ne-progressent-pas/

Related:  buckfastvie numérique

{sciences²} Le non-lieu décidé aujourd'hui par la Cour d'Appel de Paris dans l'affaire Pellerin suscite de nombreux commentaires. L'ancien responsable du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI) Pierre Pellerin était le seul mis en examen pour "tromperie aggravée" en 2006 dans cette affaire. Ce qui est assez surprenant étant donné qu'il n'a fait que conseiller un gouvernement qui a pris les décisions. Décisions consistant... à ne pas prendre de précaution particulière pour la consommation de produits alimentaires lorsque Pellerin l'a informé de l'arrivée de l'air contaminé par l'accident nucléaire. ►Dans la zone proche de la centrale, en Ukraine, Bielorussie et Russie, la réponse est oui. Plus exactement,

Et si l’on autorisait les bacheliers à se connecter à l’internet L’internet à l’école, c’est bien. Mais au bac, et lors des examens ? Le Danemark a décidé d’autoriser, à titre expérimental, les lycéens à accéder au Net pendant leurs examens. Une mesure qui, si les tests sont concluants, pourrait être généralisée en 2011. “Quand vous faites un devoir à la maison vous avez accès à Internet. Quelles utilisations des jeux sérieux pour l’apprentissage de la langue française ? Le 7 décembre, deux enseignantes du GREID lettres sont venues travailler sur la question de l’apprentissage de la langue française à l’aide de jeux vidéo. A partir d’un court rapport préliminaire, présenté ci-dessous, utilisé pour ouvrir un débat et fournir quelques réflexions concernant l’utilisation des jeux dans leur cadre pédagogique, plusieurs pistes ont été explorées. Deux d’entre elles ont notamment émergé : La première concerne le versant « création » (adaptation, réinterprétation de textes existants, comme des contes, des fables, … avec des logiciels de création de fiction interactive).La seconde concerne le versant « rédaction » (tenir un journal de bord, rédiger une autobiographie, en se basant sur son expérience au sein du jeu). La suite du travail va s’organiser autour d’une veille des jeux à potentiel pédagogique, et par le suivi des expérimentations sur ces thématiques. Sommaire

Le TBI en mathématiques au primaire De nos jours, les technologies de l’information et de la communication occupent une place de plus en plus grande au sein de notre société. Même la plupart des écoles primaires intègre maintenant certaines de ces technologies dans les classes. Le tableau blanc interactif est une de ces nouveautés technologiques qui fait son apparition de façon graduelle dans les classes. L’essai qui suit portera donc sur l’usage du TBI en classe par rapport aux mathématiques. Rapid e-learning : Tout pour séduire XEnvoyer cet article par e-mail Rapid e-learning : Tout pour séduire XEnvoyer cet article par e-mailRapid e-learning : Tout pour séduire Vite fait, bien fait ? Permettant au formateur de produire rapidement des modules, et à l'apprenant de les assimiler dans des délais là aussi très courts, le rapid e-learning apparaît comme une solution idéale pour l'apprentissage de savoirs précis et circonstanciés. Mais trop souvent corrélée à une notion d'économie, cette technique peut conduire à la diminution du rôle du formateur dans le processus d'apprentissage.

REGARDS SUR LE NUMERIQUE: Blog - C’est quoi, un Etat moderne ? Les réflexions de Vivek Kundra RSLNmag est édité par Microsoft et se consacre à l’analyse et au décryptage du monde numérique.. C’est un papier à mille lieues d’une publication universitaire traditionnelle. Imaginez un patron d’administration centrale français diffuser, trois jours après son départ de la fonction publique, un long texte très personnel, détaillant les dix dernières années passées au service de l’Etat. Le tout à la première personne, mixant anecdotes personnelles, satisfaction du travail bien fait – et craintes ouvertes pour la suite, également. Toutes choses égales par ailleurs, c’est exactement ce que vient de faire Vivek Kundra, le premier « DSI » de la Maison Blanche, interviewé en mars sur RSLN, qui a quitté - comme prévu - la Maison Blanche, ce vendredi 12 août, pour rejoindre la fac d’Harvard, avec un poste de chercheur rattaché au Berkman Center for internet and society et la Harvard Kennedy School, sorte d’ENA des Etats-Unis. Télécharger le texte de Vivek Kundra en cliquant sur l'image ci-dessous :

Outils de visualisation Un Doodle pour l'indépendance de l'Uruguay Google Uruguay fêtait son indépendance, officiellement déclarée le25 août 1825. Ce logo Google contraste singulièrement avec ce qui nous a été donné de voir jusqu'à maintenant ! Alors finalement, les Tice ne vont pas nous sauver ? Je ne sais pas si vous avez remarqué mais en ce moment, les Tice en prennent plein la tête (cette expression familière remplaçant celle à laquelle je pense mais que je n’oserai jamais écrire dans un blog hébergé par Educpros). Ou plutôt ce sont les évangélistes des Tice qui en prennent plein la tête (deuxième et dernière parenthèse : le substantif « évangéliste » nous venant tout droit des Etats-Unis, ce qui n’étonnera personne, compte-tenu du fait que nous en avons beaucoup moins qu’eux sur nos chaînes de radio et de télévision). Il me semble que c’est Hubert Guillaud qui a réussi le plus beau feu d’artifice, avec son dernier article sur InternetActu, dans lequel il commente une étude américaine et ses répercussions dans la blogosphère éducative de ce pays.

Les objectifs pédagogiques en formation à distance Sur le blogue eLearning News, animé par une société américaine fournissant des environnements de formation à distance aux professionnels de la santé, on pouvait lire à la toute fin du mois d'août, un intéressant billet intitulé « eLearning in the enterprise vs.eLearning in education ». L'auteur y dressait un bilan de l'implantation de la formation à distance dans le secteur de l'éducation académique et dans celui de la formation en cours d'emploi, avant de dresser un tableau permettant de repérer ressemblances et différences entre les deux univers. Son constat initial est plutôt sombre : « Beaucoup d'argent a été consacré au eLearning, à la fois dans les entreprises et dans les milieux académiques, mais les succès sont rares. Un autre obstacle est celui de l'intégration du système de eLearning dans les infrastructures habituelles de travail ou d'étude. Pour suivre des cours, l'employé ou l'élève doit utiliser les mêmes outils que ceux qu'il utilise déjà pour son activité habituelle.

Cet article montre un visage pas tout à fait positiviste sur l’introduction des TICE dans l’éducation formelle. On y conclut que la technologie n’a pas d’effet en tant que tel, mais il faut construire une base pédagogique pour que les EVA et les autres outils technologiques pour l’apprentissage aient du succès. by camilojin Dec 11

Related:  Education 2.0environnement apprentissageMédias sociaux : débats et usagesInformatiqueEducation in FrenchRéflexions autour du manuel numérique