background preloader

Histoire de la psychologie cognitive

Histoire de la psychologie cognitive
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La psychologie fut jusqu'à la fin du XIXe siècle une branche de la philosophie consacrée l'étude de l'âme (en grec: psukhé). Elle est actuellement une science ayant pour objet l'étude des conduites des organismes. La psychologie moderne s'est peu à peu détachée de différents courants de la pensée philosophique. Elle recourt actuellement à la méthode expérimentale, à la statistique et aux modèles mathématiques de la théorie de la cognition/information. En effet, chaque époque de l'histoire de l'humanité produit une structure explicative de la nature de l'esprit de l'homme. La psychologie et la psychiatrie ont pris la relève dans ce type d'études. Les grands courants de la psychologie moderne[modifier | modifier le code] L'un des courants de la psychologie moderne prend naissance dans l'œuvre de R. Les progrès de la psychologie ont été liés de plusieurs façons à ceux de la physiologie du système nerveux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_psychologie_cognitive

Related:  Psychologie cognitive

La psychologie cognitiviste Patrick Juignet, Philosciences.com, 2010. Pour être précis, nous utilisons ici le terme de "psychologie cognitiviste", car la psychologie cognitive, c'est-à-dire qui concerne la connaissance, n'est pas nécessairement inpirée du cognitivisme. La psychologie cognitiviste, est une reformulation de la psychologie de la connaissance dans le cadre du cognitivisme, c'est à dire en s'inspirant de la théorie de l'information. Elle a eu lieu à partir des années 1950 aux USA et vers 1980 en Europe. Elle s'oppose et succède à la précédente formulation comportementaliste (béhavioriste) longtemps dominante. Psychologie cognitive : qu’est-ce que la psychologie cognitive ? La psychologie cognitive est une sous-discipline de la psychologie clinique, tout comme : La psychologie cognitive s'appuie sur la science de la cognition, à savoir la manière dont les connaissances sont acquises et réutilisées. Psychologie cognitive : origines La psychologie cognitive est née à la fin des années 1950 de la contribution de divers intellectuel du monde de la philosophie, de la psychologie et de la psychanalyse.

WIKI Niveaux logiques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le modèle des Niveaux logiques est formalisé par le consultant et chercheur américain Robert Dilts[1] et que la Programmation Neuro-Linguistiqe a inclus à sa pratique. Ce modèle découle du concept de niveaux logiques issus des travaux de Gregory Bateson sur les niveaux d'apprentissage[2],[3]. Six niveaux logiques[modifier | modifier le code] une brève histoire des niveaux Logiques-1/3 Un article de Robert Dilts, Le coaching qui vise à améliorer la performance, le coaching avec un petit « c », ou encore le coaching performatif est orienté vers le développement de compétences comportementales spécifiques chez le client. Ces méthodes orientées vers la performance impliquent de faire ressortir et renforcer les capacités du client à travers l'observation, l'encouragement, et le feedback. Pour être efficaces, ces coachs observent avec soin les comportements de leurs clients, leur fournissent des astuces et de la guidance sur comment s'améliorer dans des contextes et situations spécifiques, et leur facilitent un accès amélioré à leurs propres ressources internes.

Psychologie cognitive La psychologie cognitive, dans un sens large, est l’étude scientifique de la cognition. L’étude des mécanismes de la perception, la mémoire, l’intelligence, la conscience, etc. en fait partie. Dans un sens plus étroit, elle désigne une approche de l’esprit humain centrée sur le traitement de l’information et l’étude des états mentaux. C’est-à-dire qu’on envisage la mémoire ou le raisonnement comme un processus actif, impliquant des modules spécialisés, chargés de sélectionner, d’organiser, mettre en forme et produire des informations. • La psychologie cognitive est née au début des années 1960. Jusque-là, les chercheurs s’intéressaient plus aux comportements qu’aux états mentaux internes.

L'Anti-Œdipe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Anti-Œdipe est le premier des deux volumes ayant pour sous-titre Capitalisme et schizophrénie (le second sera Mille Plateaux) dans la collaboration entre le philosophe Gilles Deleuze et le philosophe et psychanalyste Félix Guattari[1]. Thèmes[modifier | modifier le code] — L'Anti-Œdipe L'Anti-Œdipe, publié en 1972, se donne pour tâche de revenir sur l'erreur que constitue selon les auteurs le désir conçu comme manque (« l'inconscient n'est pas un théâtre[2], mais une usine, une machine à produire »), et postule que ce n'est pas la folie qui doit être réduite à l'ordre en général, mais au contraire le monde moderne en général ou l'ensemble du champ social qui doivent être interprétés aussi en fonction de la singularité du fou (« l'inconscient ne délire pas sur papa-maman, il délire sur les races, les tribus, les continents, l'histoire et la géographie, toujours un champ social »). Situation et controverses[modifier | modifier le code]

une brève histoire des Niveaux Logiques- 2/3 Le développement des Niveaux Neuro-Logiques, par Robert Dilts, Gregory Bateson a poursuivi sa théorie des types logiques en les appliquant plus généralement à de nombreux aspects comportementaux et à la biologie. Selon sa compréhension, les types logiques constituaient « une loi de la nature », pas seulement une théorie mathématique. Il maintenait par exemple que le tissu, qui est composé d'un groupe de cellules, appartenait à un type logique différent que celui des cellules individuelles - les caractéristiques d'un cerveau ne sont pas les mêmes que celles des cellules qui le composent. Cours de psychologie cognitive La psychologie cognitive étudie les grandes fonctions psychologiques de l’être humain, c’est à dire la mémoire, le langage, l’intelligence, le raisonnement, la résolution de problèmes, la perception et l’attention... La cognition peut se définir comme l'ensemble des activités mentales et des processus qui se rapportent à la connaissance et à la fonction qui la réalise. La mémoire: définition Définition : la mémoire c’est la capacité qu’a notre cerveau d'enregistrer, stocker et récupérer des informations, d'utiliser des connaissances acquises antérieurement. Variable dépendante et indépendante : définition Une variable est quelque chose qui peut être changé, comme une caractéristique ou une valeur.

Psychophysique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] On considère que Gustav Fechner, auteur du Elemente der Psychophysik en 1860, est le fondateur de la psychophysique. Même si on peut faire remonter ses influences aux physiciens allemands comme Johann Friedrich Herbart, Fechner fut le premier à avoir entrepris une mathématisation systématique de la relation entre stimulation et sensation à partir des travaux de Ernst Weber. Élève de Fechner, influencé par les travaux de Hermann von Helmholtz et les théories de la méthode expérimentale dans les sciences naturelles, le physiologiste allemand Wilhelm Wundt va donner à la psychophysique ses fondements méthodologiques et théoriques. Nommé professeur à l'université de Leipzig, il crée le premier laboratoire de psychologie expérimentale dans lequel viendront étudier de nombreux psychologues européens et américains.

une brève histoire des niveaux logiques-3/3 Les Niveaux Neuro-Logiques et le système nerveux, un article de Robert Dilts En 1988, j'ai mis sous la forme des « niveaux neuro-logiques », ce concept qui lie les niveaux de processus de Bateson avec le système nerveux. Bateson (dans Vers une écologie de l'Esprit) déclarait que nous pouvions nous attendre à trouver - devions trouver - « dans le cerveau télencéphale» (la partie la plus récente du cerveau qui inclut le cortex) une hiérarchie composée des différents niveaux d'apprentissage qui correspondrait aux « hiérarchies dans la structuration des circuits ». Puis il poursuivait en disant : « Nous pouvons espérer que la classification ou la hiérarchie des structures neurophysiologiques sera isomorphe à la [structure des] niveaux d'apprentissage ». Le niveau de neurologie mobilisé lorsqu'une personne reçoit un challenge au niveau de la mission et de l'identité est remarquablement plus profond que le niveau engagé lorsque la même personne bouge la main. Robert Dilts

Loi de Weber-Fechner Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En psychophysique, la loi de Weber-Fechner ou de Bouguer-Weber décrit la relation entretenue par la sensation avec la grandeur physique d'un stimulus. Énoncé de la loi de Weber-Fechner[modifier | modifier le code] Selon cette loi, l'intensité de la sensation perçue répond à la formule suivante : où

Au début était le sociocognitif J’enseigne dans une UE d’initiation à la psychologie cognitive. L’UE, en FOAD, rassemble des étudiants de métropole et d’outre-mer qui, a priori, ne se connaissent pas et ne se rencontreront peut-être physiquement jamais. J’ai donc mis en place un dispositif qui encourage les interactions pour combattre l’isolement et la solitude dans l’effort.

Related: