background preloader

WIKI : Claude DEBUSSY (1862-1918)

WIKI : Claude DEBUSSY (1862-1918)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Claude Debussy est un compositeur français, né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en-Laye et mort le 25 mars 1918 à Paris. Une part importante de son œuvre est pour piano (la plus vaste de la musique française avec celle de Gabriel Fauré[1]) et utilise une palette sonore particulièrement riche et évocatrice. Claude Debussy laisse l'image d'un créateur original et profond d'une musique où souffle le vent de la liberté. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance[modifier | modifier le code] Maison natale datée du XVIIe siècle, devenue Office de Tourisme au rez-de-chaussée et Musée Claude Debussy à l'étage. Achille-Claude Debussy naît dans la maison familiale au 38, rue au Pain à Saint-Germain-en-Laye, le 22 août 1862[3]. Manuel-Achille rencontre dans les prisons communardes un autre prisonnier, Charles de Sivry, musicien autodidacte (il était notamment chef d'orchestre), et beau-frère de Paul Verlaine. Avant 1879[modifier | modifier le code] Related:  Compositeurs & pièces

Arabesques (Debussy) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Premières mesures de la deuxième Arabesque Les Deux arabesques, L. 66, est une œuvre pour piano seul composée par Claude Debussy. Il s'agit d'une œuvre de jeunesse du compositeur, qui les écrivit entre 1888 et 1891, alors âgé d'une vingtaine d'années. L’œuvre contient cependant nombre de traits caractéristiques du style de composition de Debussy. Ces Deux arabesques comptent parmi les toutes premières œuvres de la Musique impressionniste en France. Suite bergamasque Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Suite bergamasque est une pièce pour piano de Claude Debussy. Elle compte parmi les plus célèbres de ce compositeur et est souvent considérée comme une des plus fascinantes. La Suite bergamasque a été publiée en 1905 et compte quatre mouvements : PréludeMenuetClair de LunePassepied Le Prélude en fa majeur, en tempo rubato, est tout en contrastes, avec un début et une fin particulièrement spectaculaires. La pièce a connu plusieurs transcriptions pour orchestre, dont celles d'André Caplet, de Leopold Stokowski et de Lucien Cailliet. Le Clair de Lune[modifier | modifier le code] Le Clair de Lune est peut-être la pièce la plus connue de la Suite bergamasque pour piano seul, composée en 1890. Au cinéma[modifier | modifier le code] Clair de Lune a été utilisé de nombreuses fois au cinéma : À la télévision[modifier | modifier le code] Dans la publicité[modifier | modifier le code] Dans la danse[modifier | modifier le code]

Gymnopédies (Satie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Gymnopédies sont trois œuvres pour piano composées par Erik Satie, publiées à Paris en 1888. Les Gymnopédies sont des pièces légères mais atypiques qui bravent délibérément de nombreuses règles de la musique classique. Les trois morceaux sont écrits selon un rythme à (3/4) et ont tous un thème et une structure similaires. Les Gymnopédies sont des pièces éthérées qui sont parfois considérées comme des précurseurs de l'ambient. C'est après avoir lu Salammbô de Gustave Flaubert que Satie a l'idée de pièces pour piano inspirées par les danses de l'antiquité grecque[2]. Satie a choisi le terme de « gymnopédies » qui désigne une danse pratiquée par de jeunes danseurs nus à Sparte. Fin 1896, la popularité et la situation financière de Satie étaient au plus bas. Selon Debussy, la 2e gymnopédie ne se prêtait pas à une orchestration, il se consacra donc à la 3e et à la 1re, en inversant leur numérotation : Portail de la musique classique

Erik Satie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Erik Satie Éric Alfred Leslie Satie, dit Erik Satie, né à Honfleur le 17 mai 1866 et mort à Paris le 1er juillet 1925, est un compositeur et pianiste français. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Né de Jane Leslie Anton, d’origine écossaise et de Jules Alfred Satie, courtier maritime normand[1], élevé dans la religion anglicane[1], Erik Satie a passé sa jeunesse entre la Normandie et Paris. En 1879, il entre pourtant au Conservatoire de musique[1]. Après quelques semaines, constatant que l’armée n’est pas pour lui, il se fait réformer en exposant sa poitrine nue au froid de la nuit hivernale au point d’en attraper une congestion pulmonaire. Carrière[modifier | modifier le code] En 1890, il déménage au 6 rue Cortot, toujours à Montmartre, et fréquente le cabaret le Chat noir où il fait la connaissance de Claude Debussy. Maison Satie, à Honfleur, Normandie Pauvreté[modifier | modifier le code]

Sonates pour piano de Scriabine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexandre Scriabine a composé 12 sonates pour piano, dont deux ont été éditées à titre posthume. Alexandre Scriabine et Serge Prokofiev ont su redonner une nouvelle existence à la sonate pour piano au XXe siècle. D'une forme à peu près classique pour les premières, elles vont se resserrer progressivement, les six dernières ne comportant qu'un seul mouvement. Sonate-Fantaisie en sol dièse mineur (posthume)[modifier | modifier le code] Composée en août 1886, elle est publiée en 1940. Sonate en mi bémol mineur (posthume)[modifier | modifier le code] Composée entre 1887 et 1889, cette sonate est une œuvre ambitieuse et longue, son deuxième mouvement est resté inachevé, la page du manuscrit ayant été déchirée, laissant l'interprète libre de ses choix dans une conclusion du deuxième mouvement menant habilement au troisième. Allegro appassionatoAndantinoPresto Sonate nº 1 en fa mineur op. 6[modifier | modifier le code] AndanteFinale : presto

Alexandre Scriabine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Alexandre Scriabine Alexandre Nikolaïevitch Scriabine ou Skriabine (en russe : Александр Николаевич Скрябин) est un pianiste et un compositeur russe né à Moscou le 6 janvier 1872 (25 décembre 1871) et mort à Moscou le 27 avril (14 avril) 1915. Personnalité singulière par le symbolisme flamboyant de son langage musical et atypique par le refus de toute référence au folklore national, il n'en demeure pas moins un compositeur marquant de la musique russe de la fin XIXe siècle. Biographie[modifier | modifier le code] Fils de Nikolaï Scriabine, diplomate, expert en langues orientales, et de Lioubov Petrovna Scriabine, pianiste talentueuse, Alexandre Scriabine est très vite livré à lui-même : sa mère meurt de tuberculose, et son père part pour la Turquie. Au début des années 1880, il entre au corps des Cadets de l’École militaire de Moscou grâce à son oncle. Scriabine décide tout d'abord de devenir pianiste. Accord « synthétique » de Prométhée et si

Sonate pour piano n° 1 de Chostakovitch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Sonate pour piano nº 1 opus 12 et une sonate de Dmitri Chostakovitch. Composée en 1926, elle fut créée le 12 décembre 1926 à Léningrad. Œuvre majeure de sa production pianistique, elle est en un mouvement divisé en six parties enchainées. AllegroMeno mossoAdagioAllegroLentoAllegro Portail de la musique classique Dmitri Chostakovitch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dmitri Chostakovitch Dmitri Chostakovitch (1942). Œuvres principales Dmitri Dmitrievitch Chostakovitch prononciation (en russe : Дмитрий Дмитриевич Шостакович[N 1]), né le 25 septembre 1906 (12 septembre du calendrier julien) à Saint-Pétersbourg en Russie et mort le 9 août 1975 à Moscou en URSS, est un compositeur russe de la période soviétique. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse, formation, débuts[modifier | modifier le code] Dmitri Chostakovitch est issu d'une famille appartenant à l'intelligentsia russe et au passé révolutionnaire : son grand-père Boleslav (en polonais Boleslaw Szostakowicz), lui-même fils d'un révolutionnaire polonais déporté en Russie dans la région de Perm, avait été exilé en Sibérie pour avoir été soupçonné[N 2] d'être impliqué dans la tentative d'assassinat d'Alexandre II de 1866[1]. En février 1922, le père de Chostakovitch meurt d'une pneumonie. La période d'avant-guerre[modifier | modifier le code]

Antonín Dvořák Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Dvorak. Antonín Dvořák Œuvres principales Antonín Leopold Dvořák [/ˈantɔɲiːn ˈlɛɔpɔlt ˈdvɔr̝aːk/Prononciation] est un compositeur tchèque, né le 8 septembre 1841 à Nelahozeves à 40 kilomètres au nord de Prague en Bohême (actuelle République tchèque), et mort à Prague le 1er mai 1904. Biographie[modifier | modifier le code] Maison natale d'Antonín Dvořák Antonín Dvořák quitte l'école à 11 ans pour apprendre le métier de son père, boucher du village, et celui d'aubergiste. Son expérience de musicien d’orchestre lui permet de découvrir de l'intérieur un vaste répertoire classique et contemporain. Dvořák démissionne de l’orchestre en 1871 pour se consacrer à la composition. Statue d'Antonín Dvořák devant le Rudolfinum, à Prague Dvořák tombe amoureux d'une de ses élèves, Josefina Čermáková. Célèbre dans tout le monde musical, il est nommé de 1892 à 1895 directeur du Conservatoire national de New York. Deux sérénades :

Huit humoresques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Huit humoresques opus 101 est un cycle pour clavier d'Antonín Dvořák. Composé en 1894 alors que le compositeur séjourne aux États-Unis, ce cycle était initialement intitulé nouvelles danses écossaises. Chaque titre est une tonalité. Structure[modifier | modifier le code] Mi bémol majeurSi majeurLa bémol majeurFa majeur: d'après Le Chant de Hiawatha du poète Henry LongfellowLa mineurSi majeurSol bémol majeur: s'inspire de la valse en sol bémol majeur de ChopinSi bémol mineur Source[modifier | modifier le code]

Related: