background preloader

NBIC, Les nouvelles frontières de la pensée

NBIC, Les nouvelles frontières de la pensée
lundi 4 mai 2009, par Rémi Sussan Nanotechnologies, biologie synthétiques, informatique et cognition. Les récentes avancées de la recherche sont suffisamment impressionnantes pour apporter leur lot d’idées et de mythes.Illustrations : DK./ PHOTOS D’ENTREPRISES L’Annuel des idées-Février 2009 « Puissiez-vous vivre des temps intéressants », dit une ancienne malédiction chinoise. On ignore encore si les fabuleux développements technologiques qui sont en train de s’accomplir aujourd’hui méritent ou non d’être qualifiés de « malédiction ». L’internet, les OGM, le clonage même n’apparaissent plus que comme des amuse-gueule avant la présentation du plat de résistance, connu sous l’acronyme mystérieux de NBIC.Derrière ces quatre lettres se cachent diverses disciplines, certaines nouvelles, d’autres un peu moins, dont la combinaison risque de s’avérer particulièrement explosive dans les prochaines années. B comme biologie. I comme informatique évidemment. Quoiqu’il en soit le problème est vaste.

http://www.lesinfluences.fr/NBIC-Les-nouvelles-frontieres-de.html

Related:  NBIC et big dataTechnoscienceLes mythes, l'imaginaire

Exosquelettes, nanorobots, intelligence artificielle : la technologie aux frontières de l'humain Intelligence artificielle, biotechnologies, robotique, nanotechnologies... Les progrès tous azimuts dans ces disciplines permettent de décupler l'efficacité des thérapies, mais aussi d'imaginer un basculement vers une amélioration de nos performances ou un allongement de notre longévité. Les théoriciens du "transhumanisme", qui rêvent d'un homme "augmenté", imaginent de les faire converger pour doper les capacités de l'espèce humaine, voire pour supprimer la mort. Une idéologie contestable et controversée, que soutiennent désormais certains géants américians du numérique, au premier rang desquels vient Google. Et si l'homme « augmenté » ne relevait plus du domaine de la science-fiction ? En puisant dans les prometteuses technologies NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), les chercheurs mettent au point des innovations de rupture pour corriger les faiblesses du corps humain.

La convergence des sciences (1/3) : Un choix de société « Si les cogniticiens peuvent le penser Les spécialistes de la nano peuvent le construire Les biologistes peuvent le développer Les informaticiens peuvent le surveiller et le contrôler. » Y a-t-il une convergence des sciences ?, se demandait, en décembre dernier, Jean-Michel Cornu, auteur de Prospectic : Nouvelles technologies, nouvelles pensées, en reprenant les mots de William A. Wallace, du Rensselaer Polytechnic Institute, qui participa aux séances de préparation du célèbre rapport de la National Science Foundation (NSF) américaine sur les technologies convergentes pour l’amélioration des performances humaines (.pdf). En 2002, il faisait de la convergence des nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives (plus connues sous l’acronyme NBIC) le nouvel horizon scientifique, et technologique, de ce XXIe siècle. Le problème, c’est qu’il existe de nombreuses divergences d’interprétation de ce qu’est, ou non, la convergence.

Mythologie Les automates selon la tradition judéo - kabbalistique : Le golem, qui signifie " embryon ", ou toute chose qui n'est pas entièrement développée, prend généralement la forme d'un automate. Dans la Torah (Psaumes CXXXIX, 16) et dans le Talmud, le terme fait référence à une substance informe. Le sens moderne du mot Golem: "être artificiel à forme humaine, animé par un texte biblique fixé sur son front", apparaît en hébreu médiéval (XIIe s.). L'histoire du golem la plus connue est celle du Rabbi Loew (env. 1525-1609) de Prague. Beaucoup de gens à Prague détestaient les personnes différentes. Ce qu'il faut retenir des 50 ans de la loi de Moore Gordon Moore, créateur de la loi éponyme, et co-fondateur d'Intel. (crédit : D.R.) 50 ans après sa création, la loi de Moore continue à servir de référence aux fabricants informatiques pour concevoir des ordinateurs plus petits, plus rapides et moins chers.

La convergence de sciences (3/3) : Une question politique plus que scientifique La convergence des nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives (plus connues sous l’acronyme NBIC) est souvent présentée comme le nouvel horizon scientifique, et technologique, de ce XXIe siècle. Le problème, c’est qu’il existe de nombreuses divergences d’interprétation de ce qu’est, ou non, la convergence. Un échange passionnant, à lire en complément de nos précédents articles La convergence des sciences : un choix de société, et La religion de la technologie, qui démontre que l’on est encore très loin d’avoir une vision claire de ce vers quoi les nanosciences et nanotechnologies en particulier, et la convergence NBIC en général, va nous amener. Et qu’il est donc urgent de se saisir de la question.

Prométhée Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Généalogie[modifier | modifier le code] Mythe de Prométhée[modifier | modifier le code] D'après le pseudo-Apollodore, Prométhée aurait créé les hommes à partir d'eau et de terre[5]. La loi de Moore Suivant la loi de Moore, l'évolution technologique a progressé de façon constante au cours des dernières décennies. Cela concerne autant les micro-ordinateurs que les superordinateurs. Ainsi, en 2004 le superordinateur le plus rapide était le NEC SX-8 présenté ci-dessous capable d'effectuer 65 mille milliards d'opérations par seconde, ce qui représente une puissance de calcul de 65 teraFLOPS. Le SX-8R fut notamment loué pour 3.8 millions d'euros/an à Météo-France pour le modèle Arome. Le SX-8 fut également utilisés par le CEA et l'Académie des Sciences et Humanités de Bavière (LRZ). Mais en 2010, ce superodinateur n'était déjà plus listé dans le TOP500 des superordinateurs les plus rapides, replacé par le NEC SX-9 et bien d'autres beaucoup plus performants.

La convergence des sciences (2/3) : La religion de la technologie La convergence des nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives (plus connues sous l’acronyme NBIC), nouvel horizon scientifique, et technologique, de ce XXIe siècle, fait divergence et divise les observateurs. Pour les uns, elle ouvre la porte à « une ère d’abondance au cours de laquelle la pauvreté sera abolie », pour les autres, elle risque d’« altérer considérablement l’homme, la société, et même l’environnement terrestre ». Dans tous les cas, elle poserait un véritable problème de civilisation (voir La convergence des sciences (1/3) : Un choix de société). « L’alliance de plus en plus étroite des sciences et des techniques, dès lors appelées technologies, vise à donner une image globale des activités de l’homme, du monde, de l’existence. Le récit des nouvelles technologies tend à leur redonner du sens. (…)Il serait par ailleurs intéressant d’étudier plus précisément les différences culturelles vis-à-vis des NBIC.

Thanatos Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mythe[modifier | modifier le code] Les Éléens et les Lacédémoniens l'honoraient d'un culte particulier, mais on ne sait rien concernant le culte qu'ils lui rendaient. Les Romains lui élevèrent aussi des autels. Voici à quoi va ressembler «le deuxième âge de la machine» Dans un livre stimulant, deux chercheurs du MIT décrivent la société dans laquelle nous sommes entrés et donnent à voir notre futur Dans Le Deuxième Âge de la machine - travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique, un livre stimulant paru en français chez Odile Jacob, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, deux chercheurs du MIT (le fameux Massachusetts Institute of Technology de Boston) décrivent de façon passionnante la société dans laquelle nous sommes entrés. Les technologies numériques ont désormais bouleversé tous les pans de notre industrie et les paramètres de notre société comme l’avaient fait au XVIIIe siècle la vapeur et l’électricité lors de la Révolution industrielle, c’est-à-dire lors du Premier Âge de la machine. Alors, à quoi ressemble –et va ressembler– le Deuxième Âge de la machine? Visite guidée en dix points.

Pourquoi nous ne pouvons pas ignorer le "BANG" (Bits, Atomes, Neurones, Gènes) - Ritimo La convergence des technologies qui utilisent les sciences de l’information, les assemblages atomiques à l’échelle nanométrique, les sciences cognitives et les biotechnologies, lancée comme un programme prioritaire par les Etats-Unis en 2003, a été désignée par certains par le terme de petit ‘BANG’ (Bits, Atomes, Neurones, Gènes). Il s’agit d’une manipulation de la matière à l’échelle des atomes et des molécules, et comme à cette échelle, l’inerte ne se distingue plus du vivant, la combinaison des deux devient ainsi envisageable. Pour ceux qui observent le développement des biotechnologies, le ’BANG’ apparaît comme un prolongement presque linéaire de la tendance réductionniste qui domine la recherche dans ce domaine depuis un demi-siècle. Ici, il semble que nous touchons le fond de la déconstruction de l’organisation du vivant en briques élémentaires, les bio-briques, pour expliquer son fonctionnement et imaginer sa reconception.

I, Philip ARTE Creative 1 Février 2016 I, Philip est un court-métrage de 14 minutes qui propose aux spectateurs une expérience immersive à 360° et en réalité virtuelle. ​

Related: