background preloader

Pourquoi la violence faite aux femmes

Pourquoi la violence faite aux femmes
Qui exerce ces violences à l'encontre des femmes ? Françoise Héritier tient à clarifier cette question. Lorsque nous parlons de la violence, des violences exercées à l’encontre des femmes, il ne vient à l’idée de personne de dire par qui… Mais les violences exercées à l’encontre des femmes, et bien il faut le reconnaître, dans toute l’histoire de l’Humanité et encore maintenant, ce sont des violences exercées par l’autre moitié sexuée de l’Humanité. Bien sûr il y a des femmes qui exercent des violences contre d’autres femmes (…) mais généralement ce sont des violences masculines. Est-ce dans la nature de l'homme d'être violent ? La réponse sans équivoque de Françoise Héritier. On nous parle d’une nature, d’une nature qui serait plus violente chez les hommes, qui serait fondamentalement dominatrice, et on nous parle aussi d’accès de bestialité. Un débat enregistré en 2014. Catherine Deschamps, co-auteur avec Christophe Broqua de "L'échange économico-sexuel" Éliane de Latour, IRIS/EHESS

https://www.franceculture.fr/conferences/hesam-universite/pourquoi-la-violence-faite-aux-femmes

Related:  Violences, harcèlement, viol et féminicideCulture du viol, violences

Repères statistiques Zoom sur ANNA et ELISA : 2 outils pédagogiques à destination des professionnel-le-s Tous nos zooms Autres repères Consentir avec Geneviève Fraisse Dans le cadre dans la journée spéciale #ViolencesSexistes : et maintenant ?, La Grande Table reçoit la philosophe Geneviève Fraisse, dont l'ouvrage Du consentement reparaît, augmenté d'un épilogue, aux éditions du Seuil. Les femmes ont obtenu beaucoup de droits. Mais au fond, est-ce que ça change le réel ? Geneviève Fraisse L'Homme: "La seule espèce dont les mâles tuent les femelles" - Sciencesetavenir.fr Françoise Héritier est anthropologue, professeure émérite au Collège de France. elle travaille notamment sur la parenté, les systèmes d'alliances et la question du genre. elle est l'auteure de Masculin/Féminin: dissoudre la hiérarchie. (Photo Xavier Romeder pour Sciences et Avenir) Que dit-on de l'Homme ?

(2) Menaces sur Nadia Daam : la bassesse à la barre Menaces sur Nadia Daam : la bassesse à la barre Lngtmps, sn tt prmr gst mtnl t d ssr sn smrtphn. Ps, n prfssnnll cnscncs (t n p ccr), d’vrr sn cmpt Twttr pr rttrpr vl ls drnèrs nfs d l nt. «t l, l prmr trc q t ls, c’st : "T vs crvr sl pt" "Scd-t"», s svnt Nd Dm, ntr dx bffs d nctn. n nvmbr, n pln mvmnt #MT, l jrnlst d 39 ns t vctm d’n dfrlmnt d hn lndmn d s chrnq mtnl sr rp 1. ll y dnnçt l vlnc - 20 000 mssgs d’nslts n qlqs hrs - dnt nt ft l’bjt ls mltnt()s fmnsts llt Lprs t Clr Gnzls, près vr cr n nmr d prtbl «ntrl» pr prtgr ls fmms d hrcèlmnt d r. n prtn hstl clrnn pr ds mmbrs d frm «Blbl 18-25» d st Jxvd.cm, pprtnnt l pltfrm Wbd.

#MoiAussi... Coupable Un poing bien serré en plein dans le ventre. Ca fait mal, et pourtant ce n’est pas le premier. Elles nous en ont mis déjà des claques les copines, les connaissances, les sœurs, les militantes, les amies, les amies d’amies. Pas assez faut croire. Ca piquait toujours un peu. Parfois on se sentait con. Un troussage de domestique Depuis la destruction des tours jumelles du World Trade Center de New York, l’"affaire DSK" est l’événement qui a reçu la plus large couverture médiatique en France. La nouvelle de l’interpellation de Dominique Strauss-Kahn et de sa garde à vue à la Special Victims Unit de Harlem le 14 mai, suivie de son inculpation le 15 mai, est un « coup de tonnerre » pour les chefs de file et les dignitaires du Parti socialiste. Ils ne peuvent pas croire, ne veulent pas croire qu’en quelques heures le Parti socialiste a perdu son « candidat en or ».

Violeur au-delà du périph’, séducteur en deçà Dans le traitement médiatique du « troussage de domestique », les journalistes français ont, pour les moins personnellement affectés d’entre eux, voulu faire preuve de « retenue ». Ainsi, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a-t-il, dès le 17 mai, engagé les télévisions à ne pas diffuser d’images de l’accusé menotté, conformément à une présomption d’innocence médiatique dont ne jouissent que trop rarement les inculpés de banlieue. Selon donc que vous soyez un jeune Noir de cité ou un vieux politicien blanc, les jugements médiatiques vous rendront sans la moindre retenue odieux violeur ou – « avec retenue » – séducteur malheureux.

Le droit criminel, la justice transformatrice et la violence faite aux femmes : regards croisés - Ligue des droits 16 septembre 2015 Revue Droits et libertés, Vol. 34, numéro 1, printemps 2015 Rachel Chagnon, Professeure au département des sciences juridiques de l’UQAM et directrice de l’Institut de recherches et d’études féministes Liliane Côté, intervenante sociale et juriste, consultante en violence conjugale et militante féministe Virginie Mikaelian, étudiante à la maitrise en communication internationale et interculturelle, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Violences sexuelles: l’école peine à imposer les cours d’éducation Dans un lycée parisien, la rumeur bruisse depuis quelques jours. Une jeune fille de Terminale aurait subi un viol par un élève du même lycée, hors des murs de l’établissement, au cours du week-end précédent. Bilel* y exerce la fonction d’assistant d’éducation et ne s’attendait pas à une telle méconnaissance de la loi parmi les élèves dont il a la responsabilité. Alors qu’il s’enquérait de la situation pour éclaircir un peu l'affaire, il a demandé à un groupe s’il s’agissait d’un viol. L’un des jeunes a répondu : « Non, il l’a juste forcée à le sucer. » Un autre, alors que Bilel expliquait que c’était ce dont il s’agit précisément au regard de la justice, a rétorqué avec nonchalance : « Ah oui, j’y avais pas pensé. » Le pire, soulève Bilel, mi-inquiet, mi-consterné, c’est que ce lycée abrite aussi des sections STS en sciences médico-sociales et que même ceux qui sont issus de ces filières ne maîtrisent pas les bases de l’éducation sexuelle.

Related: