background preloader

Les mathématiques de la musique (avec Vled Tapas) — Science étonnante #41

http://www.youtube.com/watch?v=cTYvCpLRwao

Related:  sites à lireMusique - SonMaths et Musiquemusique et sciencesThème 4 : Son et musique

En attendant le retour des concerts, les podcasts pour découvrir de la musique Temps de lecture: 3 min Des analyses de qualité: «Écoute ça!» 83 épisodes, 1h30 Derrière cette injonction, Dam, musicien amateur, propose chaque semaine d'étudier un album plus ou moins connu du grand public. La construction des gammes musicales L’histoire dit que Pythagore s’amusait à faire vibrer des cordes de différentes longueurs et de différentes tensions pour étudier les rapports des sons entre eux. On peut faire la même expérience sur une guitare. Lorsqu’on fait vibrer une corde de guitare, plus la partie vibrante est longue, plus le son est bas et, vice versa, plus elle est courte, plus le son est aigu. Si on appuie sur une corde à la 12e case, le son entendu sera à l’octave du son de la corde à vide; il aura une fréquence deux fois plus élevée.

La musique, art ou science ? Dans l’Antiquité grecque, la musique faisait partie des mathématiques. L’enseignement comportait deux grands domaines, celui des « sciences » - si l’on peut dire - et celui des « lettres », comme aujourd’hui. Plus précisément, les anciens distinguaient ce qu’on a nommé dans la période romaine le quadriuium (arithmétique, géométrie, musique et astronomie) d’une part, le triuium (grammaire, dialectique et rhétorique) de l’autre. Mais si l’on comprend aisément aujourd’hui pourquoi l’arithmétique, la géométrie et même l’astronomie étaient rattachées aux mathématiques, on ne voit guère pourquoi, à priori, la musique était traitée de la même manière. C’est ici que la connaissance des théories pythagoriciennes de la musique devient nécessaire.

Faut-il restreindre l'usage du langage des signes? Chez certaines personnes sourdes, l'implantation cochléaire qu'elles ont subie est peu efficace à leur faire entendre les conversations d'un film doublé ou celles qui ont cours dans la voiture qu'elles conduisent. Et ce n'est pas que leur appareil soit en panne ou pas suffisamment puissant. La raison est plutôt que leur cortex cérébral s'est réorganisé de telle façon que les informations visuelles captent toute leur attention au détriment des sons. Faute de n'avoir jamais entendu de sons, leur cortex auditif s'est converti dans la perception des informations visuelles, notamment des mouvements des lèvres ou des mains de leur interlocuteur. Et ces informations visuelles deviennent si prégnantes chez ces personnes qu'elles interfèrent avec les informations auditives que génère leur implant cochléaire, voire les éclipsent complètement. Cette découverte de François Champoux conduira vraisemblablement les audiologistes à s'interroger sur leur pratique.

MusicMap. Découvrez la musique la plus écoutée dans le monde Article mis à jour le 24 janvier 2018 par Fidel Navamuel MusicMap est un site-découverte qui ressemble à un incroyable juke-box planétaire. Il permet de découvrir les chansons les plus écoutées dans plus de 3000 villes à travers le monde. Montez le son. Vous avez aimé les sites RadioWebsites ou RadioGarden que j’ai eu l’occasion de présenter ici et qui permettent d’écouter les radios à travers le monde ? Vous allez adorer MusicMap. De la musique aux mathématiques... et réciproquement Un exposé de 13 minutes de Marc Chemillier (EHESS) à propos de mathématiques et de musique. De tous temps, la musique a fait apparaître des structures qui intéressent les mathématiciens. On en présente des exemples à travers les séquences asymétriques utilisées dans les rythmes (imparité rythmique africaine, claves afro-cubaines) et dans les gammes (répartition irrégulière des touches noires du clavier). Inversement, les mathématiques fournissent des modèles qui permettent de simuler des musiques existantes (automates finis, chaînes de Markov) et qui sont utilisés dans un logiciel d’improvisation pour imiter le jeu d’un musicien réel en créant une sorte de fantôme musical.

Mars de Gustav HOLST - Lettres d'Arts, littérature et histoire des arts Dans la mythologie latine, Mars est le Dieu de la guerre, il reprend les caractéristiques d'Arès son équivalent grec. Si le troisième mois de l'année porte ce nom, c'est parce qu'il ouvrait le printemps, la saison permettant de partir au combat. L'aspect martial de ce morceau vous sera expliqué dans les lignes suivantes. Écoutez-le ici : Voir des sons, c’est possible - Science-et-vie.com Des aveugles de naissance ont pu "voir" des corps dans l'espace sous la forme de sons qui activaient leur cortex visuel.. Percevoir des informations visuelles en écoutant des sons ? C’est possible, révèle une étude publiée dans la revue Current Biology, menée par deux scientifiques israéliens sur des aveugles de naissance. Au cours de cette expérience, Ella Striem-Amit et Amir Amedi (Université Hébraïque de Jérusalem) ont en effet réussi à communiquer des informations visuelles à ces volontaires non-voyants, en leur faisant écouter des sons bien spécifiques, censés leur « décrire » ce qui se passait autour d’eux. De tels sons composent ce qui s’appelle un « paysage sonore » autour du patient, en lui fournissant des informations acoustiques sur l’espace qui l'entoure.

Fonds sonores Découvert simultanément en 1877 par Charles Cros en France, et par Thomas Alva Edison aux Etats-Unis, le principe de l’enregistrement sonore et de sa restitution fait partie des inventions qui ont révolutionné nos pratiques culturelles. Dès les années 1880, des ethnologues, des linguistes mettent à profit le phonographe pour enregistrer des chants, des musiques, des parlers traditionnels. Ils constituent ainsi des archives sonores, mémoire de l’humanité. Parallèlement, une industrie du disque se met en place dans les années 1890, qui connaît très rapidement ses premières stars et une diffusion mondiale. Petite introduction à la numérisation de données Pe­tite in­tro­duc­tion à la nu­mé­ri­sa­tion de don­nées In­tro­duc­tion Voilà bien long­temps que je n’ai plus écrit d’ar­ticle pour Cuk. Ceux qui suivent un peu la vie du site et le forum sau­ront qu’après avoir ter­miné ma thèse j’ai com­mencé à tra­vailler pour une so­ciété suisse, basée à Ge­nève, et ré­pon­dant au doux nom d’Ac­qi­ris . Cette so­ciété est spé­cia­li­sée dans la nu­mé­ri­sa­tion de don­nées à très haute vi­tesse. En fait, le suc­cès de cette so­ciété était tel que nous avons été ra­che­tés au début de l’an­née par le géant amé­ri­cain Agilent, so­ciété issue du “spin-off” de HP il y a six ans (oui, oui, HP, comme dans Hew­lett Pa­ckard).

Related: