background preloader

Comment enquêter sur les algorithmes

Comment enquêter sur les algorithmes
C’est pourquoi, petit à petit, les enquêtes journalistiques s'attaquent aux nouvelles problématiques liées à la révolution numérique – et non plus seulement aux champs politique et financier. Les journalistes d'investigation s'intéressent en effet aux coulisses des différents pouvoirs, enquêtant pendant des mois voire des années pour dévoiler des scandales et demander des comptes aux puissants. Le code de nombreux algorithmes est protégé par le secret des affaires Enquêter sur les algorithmes, c'est aussi s’intéresser à un ingrédient clé de la réussite des nouveaux géants de l'économique mondiale, les fameux GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple. Là aussi, leur pouvoir est très largement opaque. « Aucun outil, aucune procédure, aucun garde-fou, aucune régulation n’existent pour l’instant pour contrôler les algorithmes », note Eric Scherer, qui appelle les journalistes à s'emparer de ce terrain d'investigation. Related:  algorithmeCompétence numérique2Internet

Note sur les algorithmes déterminants l’accès à l’information Les Français accèdent de plus en plus à l’information depuis internet. Les grandes plateformes numériques (Facebook, Google, Twitter, Youtube, …) sont devenues des points d’entrée non négligeables pour l’accès à l’information. Ces plateformes ont développé des algorithmes, dit « algorithmes de recommandation », qui proposent des contenus à leurs utilisateurs, en fonction de leur comportement passé et du comportement d’autres utilisateurs au profil similaire. Pour des raisons notamment de propriété industrielle, le fonctionnement de ces algorithmes est opaque, alors que leur influence sur l’accès à l’information ne cesse de grandir. Les algorithmes de recommandation utilisés par les plateformes peuvent porter atteinte au droit à l’information. Le droit à l’information est une notion apparue après la Seconde Guerre Mondiale et qui s’appuie sur la jurisprudence. Il existe également une asymétrie d’information entre ces plateformes et leurs utilisateurs.

LE gros chantier de 2018 : réduire la dette numérique Voilà maintenant près de 5 ans que nous parlons de transformation digitale, ou plutôt que le terme est utilisé. Aujourd’hui, tout le monde est à peu près d’accord pour reconnaitre qu’il se passe quelque chose et qu’il y a urgence, mais force est de constater que chacun y va à son propre rythme. Le problème est que la phénomène de transition numérique est inexorable, il se poursuit quels que soient les secteurs d’activité et ne semble pas ralentir. Si jusqu’à présent la plupart des entreprises et marques ont plutôt bien tenu le choc du numérique en bricolant des projets à droite et à gauche (boutique en ligne, pages Facebook, hackathons…), elles ont surtout profité de l’inertie du marché pour pouvoir retarder l’échéance. Jusqu’ici tout va bien… À mesure que leur rente de situation s’amenuise, ces entreprises accumulent petit à petit un retard, un peu comme quelqu’un qui s’endette tous les mois sans trop y faire attention, jusqu’à ce qu’il se retrouve en situation d’insolvabilité.

Les algorithmes seront-ils tondus à la libération ? Revoilà le déjà vieux serpent de mer. Dans la tempête des Fake News et à l'ère de la post-vérité, Google, ou plus précisément son algorithme, est accusé de mettre en avant des résultats de recherche antisémites ou négationnistes. Ce n'est pourtant pas la première fois que "Google cache des juifs ..." ni que les algorithmes font preuve de racisme ou que les "intelligences artificielles" s'essaient au fascisme. En quelques mots la clé de ces problèmes est la suivante : les algorithmes produisent une forme de déterminisme (dans la sélection des informations et les choix, nos choix, qui en découlent). L'holocauste a-t-il vraiment eu lieu ? Or donc à a question : "L'holocauste a-t-il eu lieu ?" Vous avez 2 minutes ? La même requête ("Nazi") mais sur la version allemande du moteur, donnait pendant très longtemps comme premier résultat le site du musée de l'holocauste (elle donne aujourd'hui uniquement une compil des pages Wikipédia sur le nazisme). Comment ? Deux cent fois la vérité par jour.

« Recommandé pour vous » : les algorithmes, ennemis de la découvrabilité ? | Meta-media | La révolution de l'information Par Alexandra Yeh, France Télévisions, Direction de la Prospective Quel est le point commun entre le comté de Berkeley en Caroline du Sud, Hamina en Finlande et Jurong West à Singapour ? Ce sont quelques-uns des nombreux sites qui accueillent les célèbres « data centers » de Google. Résultat : nous nous bousculons tous sur les mêmes sites, les mêmes plateformes, les mêmes contenus. Cette problématique, c’est celle de la « découvrabilité », un néologisme bien connu au Canada où les médias ont depuis longtemps saisi qu’elle était certainement le nouveau challenge des éditeurs. De la communication de masse aux médias de précision : petite histoire de la surabondance Si, dans ce contexte de surabondance, l’enjeu de la découvrabilité prend depuis quelques années une ampleur inédite, il n’est pourtant pas neuf. Puis Tim Berners-Lee a inventé le web et, avec lui, une nouvelle façon de découvrir et consommer les contenus. Quand la techno hacke notre esprit Vers l’informatique affective

Au-delà du mur : l’algorithme de Facebook mis à l’épreuve Le News Feed (fil d’actualité) de Facebook célèbre ses onze ans avec deux milliards d’utilisateurs. Pourtant, beaucoup de mystères et de polémiques entourent son fonctionnement. Pour aider nos étudiants à mieux comprendre cette boîte noire, nous avons mené une expérimentation pédagogique inédite, au sein de l’Académie du journalisme et des médias de l’Université de Neuchâtel. Comment Facebook opère sa sélection parmi des milliards de contenus pour nourrir le fil d’actualité de chacun de ses utilisateurs ? Comme formateurs, il nous paraît indispensable que de futurs journalistes puissent mesurer les effets, puissants et complexes, de l’action des algorithmes sociaux sur la diffusion de l’information. Trois défis ont guidé notre réflexion : l’allant de soi : comment transformer une pratique quotidienne, intégrée et aussi évidente que l’utilisation de Facebook en un questionnement ? Dans la peau d’un militant Voici résumé en six points l’essentiel du protocole : Décortiquer l’algorithme

Décodex : des extensions pour vérifier l’info directement dans votre navigateur Internet Grâce à nos extensions pour les navigateurs Chrome et Firefox, vous pourrez en un coup d’œil savoir si vous consultez un site plutôt fiable ou non. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs « C’est quoi, ce site ? » Vous pourrez désormais accéder à la réponse en un coup d’œil, directement depuis la page que vous consultez. Il suffit pour cela d’installer notre extension sur votre navigateur (Google Chrome ou Firefox). Cet outil, entièrement gratuit, va vous permettre d’accéder en permanence à l’annuaire des sources du Décodex. Accéder au Décodex en cliquant ici 1. Pour profiter de ce service, il suffit de se rendre sur la page de téléchargement : Une fois sur la page d’installation, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur « ajouter à Chrome » ou « ajouter à Firefox » et le tour est joué. Précision utile : notre extension n’enregistre ni n’envoie aucune donnée de navigation de ses utilisateurs. 2. 3. Besoin d’aide ?

Typologie des réseaux sociaux Eléments descriptifs communs Caractéristiques communes Compte et profil utilisateurMoyen de recherche parmi les utilisateursMoyen de mise en communication et de contact entre utilisateurs, en ligneMoyen de partage et de diffusion des donnéesMoyen de structuration identitaireOutil d’apprentissage collaboratif Exemples d'usages / objectifs Se faire des relations et constituer un réseauRetrouver ses anciens amisPartager de l’information, des liens et de créer du contenu qui sera ainsi partagé.Assurer/partager une veille (trouver de l'information (différente, plus vite, plus ciblée, en utilisant le pouvoir de la recommandation sociale)Distribuer et rendre visible son activitéDévelopper le social learningRecruter et se faire recruter (aide au sourcing)Augmenter la visibilité et l’influence de son entreprise, ou de ses contenusProspecter : rencontrer des clients potentiels, des homologues, rendre visible son offre commerciale...Améliorer la communication et le marketing au sein de son entreprise

La mise en scène de la vie privée en ligne par les adolescents Sphère privée, vie privée et intimité 1Que recouvre la notion de vie privée dans les pratiques de sociabilité adolescente médiatisée ? Comment les adolescents fabriquent-ils une représentation de leur vie privée sur les réseaux sociaux, et selon quelles logiques ? Quelles sont les corrélations existant entre la mise en scène de la vie privée et la distribution du prestige social entre pairs adolescents ? L’objectif de cet article est de répondre à ces questions, en s’appuyant sur différents terrains d’enquête, relevant des médias sociaux, et en mettant l’accent sur la relation qui existe entre les notions de vie privée, d’intimité et d’exclusivité. 2Pour ce faire, il faut commencer par distinguer la notion de vie privée de la notion de sphère privée. Les adolescents et leur vie privée 1 Oremus, W. « Facebook Has Totally Changed Its Stance On Privacy. » Business Insider, 26 juillet 201 (...) 6Deux précautions s’imposent toutefois lorsque l’on parle du capital social des adolescents.

La face cachée des algorithmes de Facebook et Google dévoilée Hally nous tient à l’oeil, mais Hally nous veut du bien. En tout cas davantage que son cousin HAL... Développé par le laboratoire d’innovation de la CNIL (LINC) avec la designer Victoria Duchatelle, cet assistant veut montrer comment les algorithmes structurent nos interactions sur deux réseaux sociaux très fréquentés et un moteur de recherche que vous utilisez probablement tous les jours... Mieux, Hally donne ensuite accès à des conseils pour s’extraire des calculs algorithmiques qui réduisent notre horizon numérique. « 9 heures, te voilà juste à temps pour le petit-déjeuner. Présentations faites, il faut installer le plug-in afin que l’ « oracle » puisse accompagner notre navigation. Grattez maintenant Hally prend alors la forme d'un Black Jack amélioré : on gratte. N’utilisez pas les émoticônes Waouh et Grr Pour échapper à la gouvernance algorithmique, désactivez vos annonces personnalisées ou réglez vos paramètres Twitter Image à la Une : Victoria Duchatelle

PIX, la nouvelle plateforme d’évaluation et de certification des compétences numériques, tout public ! – Ludovia Magazine 1 Share Share Tweet Email PIX n’est pas un acronyme alors ne cherchez pas à quoi rattacher ces 3 lettres ! De manière plus ciblée, c’est aussi un formidable outil de formation pour les enseignants et autres membres de la communauté éducative comme l’explique Benjamin Marteau, directeur du projet PIX, dans l’interview ci-contre. PIX est développée selon la méthodologie agile des « Startups d’Etat » dans le cadre d’un partenariat entre tous les acteurs du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et la Recherche, le Conseil national éducation-économie et le secrétariat général à la modernisation de l’action publique. PIX débarque après les pionniers que sont le B2i et le C2i et profite des expériences acquises « pour faire un nouveau dispositif qui va rassembler tout le monde », souligne Benjamin Marteau. PIX, le résultat de plusieurs constats « L’idée de départ du projet PIX est plurielle », déclare Benjamin Marteau. PIX, pour qui ? PIX, pourquoi ? PIX, avec quels outils ?

Les réseaux sociaux au CDI Un réseau social est « une communauté d'individus ou d'organisations en relation directe ou indirecte, rassemblée en fonction de centres d'intérêt communs, par exemple les goûts musicaux, les passions ou encore la vie professionnelle » (Journal du net). L’axe du réseau peut être un besoin commun identifié. Mais un réseau peut aussi être centré autour d’une personne ou d’un thème.L’article d’Encyclopaedia Universalis « Réseaux sociaux, internet » donne les indications suivantes : “Danah Boyd et Nicole Ellison, définissent les sites de réseaux sociaux comme « des services Web qui permettent aux individus de construire un profil public ou semi-public dans le cadre d'un système délimité, d'articuler une liste d'autres utilisateurs avec lesquels ils partagent des relations et de voir et de croiser leurs listes de relations et celles faites par d'autres à travers la plate-forme ».

Louise Merzeau - Dans le domaine public en 2018 Nous allons commencer le calendrier en allant à l’encontre des règles énoncées, tant il est vrai que pour comprendre le cadre, il faut parfois aller toucher ses bords. Notre première auteure n’est pas décédée en 1947. C’est avec beaucoup d’émoi que nous proposons cette première entrée inaugurale du Calendrier de l’Avent 2018, inhabituelle parce qu’un grand pan de son oeuvre se trouve déjà dans le domaine public ou sous licence Creative Commons. Universitaire reconnue pour ses travaux, photographe aguerrie et engagée dans les Communs et la promotion du domaine public, Louise Merzeau nous a quitté.e.s cette année alors même qu’elle a participé très activement au Collectif SavoirsCom1. Elle était encore parmi nous lors des ateliers de préparation de cette édition du Calendrier. Petit (et juste) retour sur sa vie et son œuvre. Le 8 novembre 1963 est née Sylvie Merzeau. Pourtant, ce n’est pas uniquement par ses titres et ses fonctions que se définissait Louise. Les traces de Louise....

Le jeu l’Oracle du Net indique comment les algorithmes vous calculent en ligne! Comprendre comment les algorithmes modèlent et influencent nos actions en ligne, c’est aujourd’hui essentiel. Le jeu gratuit l’Oracle du net est un projet interactif, une création inédite, fruit d’une collaboration entre le Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL (LINC) et la designer Victoria Duchatelle. A l’aide d’un simple navigateur et d’un plug in, l’objectif de l’expérience pour tous en ligne, baptisée l’Oracle du Net est de créer des interactions avec les internautes et de les inviter à s’interroger sur la manière dont les algorithmes les calculent lorsqu’ils surfent sur le Web. Jeu en ligne pédagogique sur les algorithmes et calculs L’Oracle du Net, c’est d’abord un personnage, Hally, qui prend par la main les internautes dans leur navigation sur les réseaux sociaux et moteurs de recherche, afin de révéler le fonctionnement des algorithmes et enjeux qui y sont associés. Les 3 étapes du jeu l’Oracle du Net L’expérience de l’Oracle du Net se déroule en 3 étapes distinctes :

Qu’est-ce que le digital labor, par Dominique Cardon et Antonio Casilli – Le guide des égarés. Voici un livre court et synthétique et peu onéreux qui prend naissance dans le cadre des ateliers de l’INA animée pendant plusieurs années par Louise Merzeau qui signe d’ailleurs la préface de cette édition. Il faut reconnaître l’efficacité de l’ouvrage qui juxtapose deux interventions, la première d’Antonio Casilli, la seconde de Dominique Cardon. Les deux conférences se suivent et se répondent ce qui forme un objet éditorial opportun. L’ouvrage répond à pleins de questions actuelles et correspond à mon avis à beaucoup de cursus qui évoquent les questions numériques et notamment mon cours d’intelligence collective où je vais le faire figurer au programme, car il éclaire de façon intéressante les tensions actuelles avec la mise en avant des concepts autour du travail et du digital labor, qu’on peine finalement à traduire en français. Antonio Casili resitue la question du digital labor et l’évolution du concept ces dernières années. Le modèle éditorial est intéressant.

Related: