background preloader

Addictions

Addictions
Dossier réalisé en collaboration avec Bertrand Nalpas, Directeur de recherche à l’Inserm et chargé de mission Addiction – Décembre 2014 Les addictions les plus répandues concernent le tabac (nicotine) et l’alcool. Viennent ensuite le cannabis et, loin derrière, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Il existe également des addictions liées à des activités (et non à des substances), comme les jeux d’argent, les jeux vidéo, le sexe ou encore les achats compulsifs. Des substances plus ou moins addictives souvent testées à l’adolescence Des dépendances peuvent survenir à tout moment de l’existence, mais la période de 15 à 25 ans est la plus propice à leur émergence. Certaines substances semblent avoir un pouvoir addictif supérieur à d’autres compte tenu de la proportion de personnes dépendantes parmi leurs consommateurs. Part des usagers développant une dépendance à la substance qu'ils consomment. Un diagnostic très normé Des conséquences délétères

https://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/addictions

Related:  La consommation et moi!

Alcool, tabac, cannabis : l'initiation débute au collège S'il fallait choisir un moment pour parler de drogue à son enfant, l'entrée au collège serait sans doute le meilleur. C'est en effet entre la 6e et la 3e que la rencontre avec les produits psychoactifs les plus courants a lieu. Pendant ces années déterminantes, les enfants s'initient au tabac, au cannabis et connaissent leurs premières ivresses alcooliques.

L'addiction à Internet bientôt un trouble psychiatrique reconnu? Tremblez internautes compulsifs! Les psychiatres ont décidé de se pencher sur votre cas, et pourraient bientôt vous diagnostiquer comme atteint d'un trouble mental. La prochaine édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), la bible internationale de la psychiatrie, évoquera un nouveau trouble, le «Internet-use disorder» (littéralement «trouble de l’utilisation d’Internet»), sur lequel les professionnels sont incités à faire des «recherches supplémentaires», rapporte Mashable. Qu’est-ce qu’une addiction ? Les addictions concernent le tabac (nicotine), l’alcool, le cannabis, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Parmi les addictions sans substance, seul le jeu pathologique (jeux de hasard et d’argent) est cliniquement reconnu comme une dépendance comportementale dans les classifications diagnostiques internationales (DSM 5). L’Institut Nord-Américain des drogues, le National Institute of Drug Abuse (NIDA) en donne la définition suivante: L’addiction est une affection cérébrale chronique, récidivante, caractérisée par la recherche et l’usage compulsifs de drogue, malgré la connaissance de ses conséquences nocives .

L’adolescence, une période d’addictions / Ma santé au quotidien / Mag santé L’adolescence est une étape à la fois douloureuse et indispensable, dont le caractère lunatique et paradoxal est attesté par son étymologie latine (adolescens, des verbes adolescere, devenir adulte, et abolescere, se détruire). Cette période, qui s’étend environ de douze à dix-huit ans, est caractérisée par de nombreux changements à la fois biologiques, psychologiques, cognitifs et sociologiques; afin de survivre à ce passage difficile, de nombreux adolescents font actuellement recours à des produits addictifs. Or, il s’avère aujourd’hui que les modifications dont l’adolescent fait l’épreuve rendent l’exposition à ces produits plus risquée, entraînant parfois d’autres problèmes psychiques et physiques durables. Comment déterminer, alors, la gravité de la consommation et le moment où il faut s’en inquiéter? Quelles sont les solutions proposées aujourd’hui, capables d’appréhender un adolescent non pas dans sa seule dimension addictive mais dans son intégralité?

Addiction - tabac Au cours des dernières décennies, le progrès des connaissances neurobiologiques a permis d’aborder la question de l’addiction sous un angle inédit, à la lumière de connaissances nouvelles sur le cerveau et son fonctionnement. Cette évolution a conduit à mettre en avant un modèle médical de l’addiction, considérée comme une pathologie1. Ce modèle médical est né dans un contexte global de guerre contre les drogues, où l’influence américaine a été importante en particulier après la guerre du Vietnam. Il conduit à une révision des représentations et des valeurs généralement attachées aux drogues et à leurs usagers, devenus des « malades », et contribue notamment à lever pour une part la stigmatisation morale qui pèse sur les usagers de drogues souvent considérés, au mieux comme des asociaux manquant de volonté, au pire comme des criminels prêts à tout pour satisfaire leur passion hédonique. Plaisir et dépendance : d’emblée, le contact de l’Europe avec le tabac est ambivalent. Notes :

Addiction Biomédecine et neurosciences vs sciences humaines L'addiction en tant que concept médical C'est une invention assez récente. Sa définition ainsi que son objet ont fluctué au cours du XXe siècle : aux États-Unis, il a longtemps été réservé aux opiacés, avant de s'élargir dans les années 1980 et 1990 pour inclure la cocaïne et la nicotine, puis la marijuana, dans des contextes sociaux et politiques étudiés en détail par les historiens de la médecine et de l'addiction.

INPES - Drogues En France, une personne (15-64 ans) sur 12 a consommé dans l’année une drogue illicite dont 3,8 millions du cannabis, 400 000 de la cocaïne et 100 000 de l’héroïne. Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée dans un contexte de consommation plutôt occasionnelle, rarement abusive et stable dans son évolution L’entrée dans la consommation se situe autour de 15 ans, concerne un quart des 18-25ans (une fois dans l’année) puis diminue avec l’âge. Les jeunes Français sont les plus consommateurs de cannabis d’Europe. Les niveaux d’expérimentation des autres drogues illicites sont nettement plus bas mais en augmentation pour certains stimulants comme la cocaïne (3,8%) et les poppers 11%. Parmi les opiacés, l’expérimentation de l’héroïne est estimée à 1,2% des 18-24 ans. Son usage induit une très forte dépendance physique et psychique.

ARCHIVÉ Série sur la connectivité – Internet influence-t-il l'emploi du temps des Canadiens?, n° 13 Cette étude vise à développer une meilleure compréhension des répercussions sociales liées à l'utilisation d'Internet au Canada. Bien qu'un grand travail ait été fait quant aux aspects de la pénétration et de l'utilisation d'Internet, cette étude se fonde sur les données de l'Enquête sociale générale, cycle 19 Emploi du temps pour mieux comprendre comment l'utilisation personnelle d'Internet cadre dans la vie quotidienne des Canadiens. L'enquête fait état, par l'entremise d'un journal de l'emploi du temps, des activités des répondants sur une période de 24 heures, permettant de comparer en détail la façon dont les grands internautes, les internautes modérés et les non-internautes aménagent leur emploi du temps. Les grands internautes ont passé plus de temps seuls pendant la journée de référence que les non-internautes, même si l'on compare des gens du même contexte social et démographique.

Addictions : quelle prévention à l’adolescence ? Thèmes : Toxicomanie. Le discours de prévention sur les dépendances reste majoritairement focalisé sur les dangers et l’interdit. Ce faisant, il rate sa cible. Alcool et santé : bilan et perspectives Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Mickaël Naassila, directeur de l’équipe Inserm ERI 24, "Groupe de recherche sur l'alcool & les pharmacodépendances" (GRAP) et Bertrand Nalpas, directeur de recherche à l’Inserm et chargé de la mission "Addiction" – mars 2016 © Fotolia La consommation d’alcool diminue régulièrement en France depuis une quarantaine d’années : elle a été divisée par deux entre 1960 et 2009. Les données du Baromètre santé 2014 indiquent qu’environ 13,6% des adultes ne boivent jamais et 9,7% boivent tous les jours (14,6 % des hommes et 4,9% des femmes). Le vin reste de loin la boisson la plus consommée.

Cannabis - Se faire aider pour en sortir Si vous êtes arrivés sur cette page, c’est que vous souhaitez arrêter votre consommation ou aider quelqu’un à le faire. Dans les deux cas : BRAVO ! Se renseigner sur les lieux pour être aidé, c’est déjà s’engager dans une démarche positive pour en sortir. La cyberdépendance touche toutes les tranches d’âge de la société L’antenne, dédiée à la cyberdépendance dans le Haut-Rhin, est située à l’association Le Cap à Mulhouse. L’addiction aux jeux vidéo et aux jeux d’argent connaît une augmentation importante ces dernières années. L’un des psychologues de la structure nous livre son approche de ce phénomène de société. Le 29/08/2012 05:04 par Textes : Sabine Hartmann , actualisé le 22/01/2014 à 11:03 Editions Abonnés - contenu payant Drogues : l'échec des politiques répressives chez les jeunes LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Clavreul Chez les spécialistes des drogues, l'information circulait depuis plusieurs jours: les chiffres révélant le niveau d'addiction des jeunes Français sont mauvais. De fait, selon l'enquête European school survey project on alcohol and other drugs (Espad) qui a été publiée jeudi 31 mai en fin de matinée, la consommation de tabac, d'alcool mais aussi de cannabis des jeunes Français scolarisés de 16 ans s'affiche nettement à la hausse entre 2007 et 2011 (lire l'étude en anglais en PDF). Le classement de la France se détériore par rapport aux autres pays européens, qui contrairement à elle, sont souvent en progrès.

La désintoxication numérique : bienfait ou intox ? Selon une étude réalisée par l’entreprise Nokia, une personne regarde en moyenne son téléphone portable toutes les six minutes, soit 1000 fois par semaine.En Grande-Bretagne, si l’on additionne le nombre d’heures passées quotidiennement par chaque individu sur les médias sociaux, on atteint le score de 62 millions d’heures.Quant aux enfants nés à partir de 2013, on estime qu’à l’âge de 7 ans, ils auront déjà passé l’équivalent d’une année devant les écrans ! Pour certains, cependant, le temps du dernier clic est venu. Des sites internet proposent aujourd’hui des cures de désintoxication numérique, ou “digital detox”. L’idée ? Aller passer quelques jours dans un endroit retiré, sans possibilité d’utiliser son téléphone portable, son ordinateur, sa tablette ou internet.

Article effectivement très fouillé sur les phénomènes d'addiction. On y trouve une description pédagogique des mécanismes neurobiologiques. A noter également : la liste des 12 critères sur lesquels repose le diagnostic de l’addiction, mais aussi une sitographie permettant d'approfondir le sujet. by reminny_groupeb_psy Mar 4

Un article sérieux et très complet sur les phénomènes addictifs mais très accessible aussi. J'apprécie moi aussi particulièrement le schéma sur le circuit de la récompense et les systèmes de neurones intervenant pour le réguler : non seulement il permet de mieux comprendre ce qui se passe d'un point de vue plus mécanique à l'intérieur du corps humain, mais ce schéma ne figure dans aucun autre article dont j'ai pu prendre connaissance. by thomas_a1_psy Feb 9

Bonsoir, Ce schéma est vraiment très bien fait. On se rend bien compte des effets scientifiques ! Merci de l'avoir partagé Pauline by besnehard_groupea_psy Mar 6

Bonjours, Je suis Margarida je cherche un groupe et j ai le même thème Cordialement Margarida by cruz_groupe5_psy Apr 5

Bonjour Merci pour cette ressource très intéressante qui donne un point de vue scientifique solide sur les addictions en général, dont celle d'outils numériques comme les jeux vidéo. Je l'ai utilisé pour compléter notre collection d'équipe. Constance by lecointe_groupe1_psy Apr 1

Ce site institutionnel est celui de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale. On y trouve des dossiers d’informations sur la santé/recherche, de l’actualité médicale, des pistes audios et vidéos. by demetz_groupe1_psy Mar 15

Related:  Sites spécialisés sur l'addictionLes comportements addictifs liés à l'usage numériquejaysonlepogoeltonio9009addiction