background preloader

Les grands principes de l’apprentissage - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 20 novembre 2012 10:00

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/symposium-2012-11-20-10h00.htm

Related:  pedagogieetrotinapprentissageNeurosciences et apprentissage

L'attention, ça s'apprend ! À propos du cours L'époque actuelle est caractérisée par une abondance de stimulations de toutes sortes et une intensification des échanges et des informations. L'attention, dont la fonction est de sélectionner à chaque instant ce que le cerveau doit traiter en priorité est donc sursollicitée, avec pour conséquences de plus en plus fréquentes des difficultés de concentration et des manques d'attention. Comme nous ne sommes pas près de revenir en arrière à un monde plus simple et moins sollicitant, mieux vaut comprendre ce qu'est l'attention et ses mécanismes biologiques, pour en déduire de bonnes pratiques permettant de revenir à plus de légèreté et de stabilité. Cet ingénieur a essayé un robot-coiffeur pendant le confinement Sur sa chaîne YouTube Stuff Made Here, l'ingénieur de Formlabs Shane Wighton a créé un robot capable de lui couper les cheveux aux ciseaux. Un exercice périlleux avec un résultat loin d'être parfait, mais impressionnant pour un premier prototype. À l'ère des technologies miniaturisées et quasiment impossibles à désassembler, il serait facile de croire que les inventeurs de garage appartiennent au passé. Ce serait sans compter sur des chaînes YouTube comme Stuff Made Here qui partagent non seulement leurs créations avec le monde entier, mais tout le processus créatif. Dans sa dernière vidéo, Shane Wighton a été inspiré par le confinement pour créer un robot coiffeur.

"Neuropédagogie Le cerveau au centre de l’école" Un livre de M Blay et C Laval "Neuropédagogie. Le cerveau au centre de l’école" de Michel Blay et Christian Laval est publié par les Éditions Tschann & Cie. Michel Henry, administrateur de l'Union Rationaliste, auteur de nombreux ouvrages scientifiques dont "Rationalité en philosophie des sciences", est l'auteur de la recension suivante: Cet ouvrage petit par sa dimension, mais grand par son projet, est écrit par Christian Laval, professeur de sociologie à Paris-Ouest, et Michel Blay, directeur de recherches au CNRS en philosophie et histoire des sciences. Il entend démystifier et dénoncer une campagne idéologique qui nous ramène des dizaines d’années en arrière, à l’époque où l’on prétendait que les enfants sont doués ou non doués de naissance.

Neuromythes dans l'éducation : les risques quand on s'intéresse à la neuro-éducation La science et l’intuition se rencontrent et s’opposent : certains disent qu’il faut se fier à l’instinct (aux sensations, aux émotions, à ce que ça fait à l’intérieur) et d’autres disent que les décisions (politiques, sociétales, marketing, économiques, éducatives) doivent être guidées par les sciences. Aujourd’hui, nous avons la possibilité de nous informer rationnellement pour confirmer ou infirmer les informations envoyées par nos sensations et nos émotions. Pour autant, toutes les informations disponibles qui se réclament scientifiques ne sont pas pour autant dénuées de biais.

Autisme : de l'idiotie au génie Crazy in love en 2006 A lire aussi : La guerre des mondes Avec cette évolution, un nouveau vocabulaire s'est imposé à nous. Réussir une réunion de Brainstorming en 3 étapes Le brainstorming est une technique de résolution créative de problème sous la direction d’un animateur. La technique a été conçue en 1940 par Alex Osborn, vice-président de l’agence de publicité américaine BBDO. C’était à l’origine une méthode de réunion de groupe soigneusement préparée puis tout aussi soigneusement exploitée pour trouver un nombre important d’idées publicitaires et promotionnelles pour les clients et les clients potentiels de l’agence.

Etienne Klein : "La vérité scientifique n’appartient nullement aux scientifiques" La pandémie de Covid-19 semble avoir révélé le statut précaire de la science, considérée par certains comme une simple croyance, voire comme une opinion. Pourtant, comme l'affirme Étienne Klein, la science n'est pas "un récit parmi d'autres". L'auteur se penche sur l'affaiblissement de notre amour de la vérité, un danger pour la démocratie, dans Le goût du vrai (Gallimard, Tracts). Marianne : Qu’entendez-vous par "science" ? Qu’englobe-t-elle ? Étienne Klein : Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas de définition précise de "la" science, car la science n’est pas une.

Le cerveau bousculé par le numérique En 2012 dans Petite Poucette (Le Pommier), le philosophe des sciences Michel Serres ne masquait pas son enthousiasme pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et n’hésitait pas à vanter leurs mérites. « Les sciences cognitives montrent que l’usage de la Toile, la lecture ou l’écriture au pouce des messages (d’où le titre Petite Poucette, NDLR), la consultation de Wikipédia ou de Facebook n’excitent pas les mêmes neurones ni les mêmes zones corticales que l’usage du livre, de l’ardoise ou du cahier. Ils peuvent manipuler plusieurs informations à la fois. Ils ne connaissent, ni n’intègrent, ni ne synthétisent comme nous. Ils n’ont plus la même tête. » En clair, Michel Serres estimait qu’avec la neuroplasticité, cette aptitude de notre cerveau à voir ses neurones modifier en permanence les connexions entre eux en fonction des expériences vécues, les choses allaient bien se passer.

Ce qu'on ne peut pas ne pas savoir sur le cerveau de l'enfant (enseignants, parents, professionnels de l'éducation) Pour Stanislas Dehaene, psychologue cognitiviste et neuroscientifique, les adultes (et en particulier les enseignants) doivent maîtriser un bon modèle informatif et explicatif sur le fonctionnement du cerveau des enfants. Dans ses nombreux livres et conférences, il vise à donner aux enseignants un bagage de principes fondamentaux sur la plasticité cérébrale et les mécanismes de l’apprentissage humain. En revanche, il refuse de conseiller tel ou tel manuel, telle ou telle méthode : ces principes sont compatibles avec une grande liberté liberté pédagogique. Dans son idée, l’enseignant est un expérimentateur. Pour Stanislas Dehaene, les connaissances autour du cerveau de l’enfant s’articulent autour de trois grands axes :

La carte de concepts Lorsque vous préparez une formation, vous devez établir les contenus à faire apprendre. Ces contenus se divisent en trois catégories : Le savoir : Il constitue le contenu théorique que les participants à la 1. formation doivent apprendre pour être en mesure de comprendre. Souvent nommé « théorie » ou « notion », le savoir doit être explicité pour que le formateur puisse le présenter et les apprenants se l’approprier. La partie la plus simple d’un savoir est le mot ou concept. Le savoir est donc composé d’un ensemble de concepts qui va constituer ce que le participant à la formation devra apprendre.

Related: