background preloader

Définition : JEUNESSE

Définition : JEUNESSE
JEUNESSE, subst. fém. I. −[Désigne une période de la vie] 1.Période de la vie entre l'enfance et l'âge mûr chez l'homme.Anton. vieillesse.C'est vers trente-cinq ans qu'il faut placer le passage de la jeunesse à l'âge mûr (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 239).Sa jeunesse s'écoula, studieuse et fervente, non loin de l'usine paternelle, au collège de Rouen (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1356): 1. La jeunesse est l'aspect social de l'adolescence, elle se définit par opposition à la génération parvenue à la pleine maturité, elle est le moment du développement où l'être, mis en possession de tous ses moyens, presse ses devanciers de son élan enthousiaste et impatient pour se faire une place au soleil. ♦ Ne plus être de (la) première jeunesse. ♦ La jeunesse n'a qu'un temps, la jeunesse a fait son temps.Aimons et chantons encore : La jeunesse n'a qu'un temps (Murger, Nuits hiver,1861, p. 47): 2. − En partic. ♦ [En fonction de déterm.] SYNT. 2. B. 2. II. 4. 5. − Locutions 6.

http://www.cnrtl.fr/definition/jeunesse

Related:  Jeunesseprof24

Les principales ressources des 18-24 ans Plus de la moitié des 18-24 ans vivent chez leurs parents Au dernier trimestre de 2014, 57 % des jeunes âgés de 18 à 24 ans résident de façon permanente chez leurs parents, proportion parmi les plus faibles d’Europe (bibliographie). Selon l’enquête nationale sur les ressources des jeunes (ENRJ ; sources), un quart des 18-24 ans résident en permanence dans leur propre logement, et près d’un jeune adulte sur cinq habite à la fois chez ses parents et dans un autre logement (figure 1). La cohabitation avec les parents est liée à leur situation d’activité : la non-cohabitation est plus fréquente (36 %) chez les jeunes adultes déclarant occuper un emploi. La semi-cohabitation est plus répandue (32 %) chez ceux qui suivent des études. La cohabitation concerne les trois quarts des jeunes adultes au chômage ou inactifs sortis du système éducatif (soit 21 % des 18-24 ans).

Les jeunes du XXIe siècle changent le visage de la société de consommation Voyages, sorties, expériences : la génération des "millennials" privilégie les services à l'achat de biens matériels et commence à modifier visiblement l'économie. © da-kuk/iStock On sait depuis quelques années maintenant que le portrait-robot économique du millennial, ce jeune né entre les années 1980 et l'an 2000, n'a strictement rien à voir avec celui de ses aînés. Enfant de la crise financière, nourri au lait amer de la désillusion, le millennial est en train de se bâtir un système de valeurs à l'opposé de celui qui faisait jusqu'au XXIe siècle figure de dogme. "Choose life.

Jeunesse Pour la sociologie, le terme jeunesse fait référence au temps entre l'enfance et l'âge adulte. Ce temps s'allonge de plus en plus avec le recul général de l'entrée dans la vie active. Âge de la vie[modifier | modifier le code] La tranche d'âge appelée la jeunesse n'est pas clairement définie. Introduction Comprendre l’activisme de ces jeunes exige de dépasser deux clivages qui marquent encore trop souvent les analyses de la participation sociale et politique : la séparation entre la vie privée et l’engagement public et la dichotomie entre le monde « virtuel » d’internet et des réseaux sociaux d’un côté et une vie et une politique « réelles » de l’autre. C’est dans l’articulation et la fertilisation réciproque entre la vie quotidienne et le politique, entre le monde d’Internet et celui des places publiques, entre les réseaux sociaux et la convivialité des espaces militants qu’émergent des subjectivités politiques, de nouvelles formes de citoyenneté et les acteurs des mouvements sociaux d’aujourd’hui. Devenir acteur de sa vie et de son monde Émeline de Bouver (p. 91) analyse l’étroite articulation entre la construction de soi et l’engagement dans des mouvements écologistes et pour la simplicité volontaire, où discours et pratiques existentiels et militants se conjuguent.

Les jeunes d'aujourd'hui sont paresseux, intolérants et égoïstes Une enquête Ispos pour Le Monde*, publiée mercredi, dresse un portrait lugubre de la jeunesse d’aujourd’hui. Manifestement, la France n’aime pas ses jeunes. Selon l’étude, ils seraient égoïstes (63%), paresseux (53%), intolérants (53%) et pas assez engagés politiquement (64%). Plus difficile d’être un jeune aujourd’hui A quoi rêve la jeunesse mondiale ? La Fondation pour l'innovation politique a interrogé 32 000 jeunes dans 25 pays. De cette gigantesque étude ressort le portrait d'une jeunesse à l'aise dans la mondialisation. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Benoît Vitkine Comment se porte la jeunesse du monde ?

La France sacrifie-t-elle sa jeunesse Dans les manifestations contre la loi travail qui ont émaillé le printemps 2016 en France, nombre de jeunes actifs et d’étudiants ont exprimé leur colère face à ce qu’ils considéraient comme une attaque de plus portée à l’encontre de leur génération. Pendant la même période et à l’instar des « Indignés » espagnols, le mouvement Nuit debout a amené chaque soir et pendant plusieurs semaines des centaines de jeunes hommes et de jeunes femmes à se regrouper sur la place de la République à Paris pour réfléchir à la manière de construire une autre société. Depuis plusieurs années, la forte présence des jeunes dans les mouvements sociaux serait ainsi la conséquence des nombreuses difficultés auxquelles se heurtent les jeunes générations en France. Pour certains, la France sacrifierait sa jeunesse, en raison de politiques publiques et de réformes qui avantageraient les générations plus âgées. Les jeunes générations victimes d’une « double peine » ? « Gérontoclassie »

Génération Quoi: une jeunesse en crise(s) "Jeunesse désabusée, jeunesse individualiste, jeunesse incontrôlable". Autant de clichés qui pèsent sur la génération Y. Mais sont-ils vérifiés ? L’enquête "Génération Quoi" passe ces stéréotypes au peigne fin. D’ampleur européenne, le sondage interroge les jeunes de 18 à 34 ans sur des questions aussi diversifiées que l’emploi, l’école, l’amour, l’avenir ou encore les relations familiales. En Belgique francophone, les jeunes ont massivement répondu à l’appel.

Document Préparatoire au Synode sur les jeunes et la foi « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » est le thème de la XVème Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques d’octobre 2018. Assorti d’un questionnaire, ce Document Préparatoire lance la phase de consultation. Complété par un questionnaire en ligne pour les jeunes, il servira à rédiger l’Instrumentum laboris. Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France définira prochainement la manière de le travailler, en associant notamment des jeunes à sa réflexion. Introduction « Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète » (Jn 15, 11) : tel est le projet de Dieu pour les hommes et les femmes de tout temps et donc aussi pour tous les jeunes hommes et les jeunes femmes du IIIème millénaire, sans exception.

Un métier qui a du sens, premier critère de choix pour les jeunes Un sondage OpinionWay- « 20 Minutes » pour l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) relève, par ailleurs, le pessimisme des 18-30 ans sur l’état du monde de demain. S’ils avaient le choix entre deux emplois, sept jeunes sur dix privilégieraient celui « qui a du sens », selon une enquête réalisée par l’institut OpinionWay et 20 Minutes pour l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES), publié jeudi 7 décembre. Priés de citer quatre critères, les 18-30 ans sondés ont aussi largement évoqué la rémunération (62 %), la conciliation entre vie privée et vie professionnelle (58 %), la situation géographique (42 %), le cadre de travail (32 %) et les valeurs de l’entreprise (31 %). Lire aussi : « Trouver du sens dans son travail n’a rien d’une utopie » Lire aussi : « Le hipster pâtissier est aujourd’hui plus valorisé que le cadre sup’ de la Défense »

Frustrée, la jeunesse française rêve d’en découdre L’enquête « Génération quoi ? », menée auprès des 18-34 ans, dessine le portrait d’une jeunesse éduquée, qui enrage de voir les portes se fermer devant elle. LE MONDE | 25.02.2014 à 12h56 • Mis à jour le 25.02.2014 à 13h28 | Par Pascale Krémer L'autoportrait est sombre.

Related: