background preloader

NEUROLOGIE. Comment l’éducation modifie la structure du cerveau - Sciencesetavenir.fr

NEUROLOGIE. Comment l’éducation modifie la structure du cerveau - Sciencesetavenir.fr
À la naissance (à terme), les 80 à 100 milliards de neurones du bébé sont arrivés à destination, les fibres conductrices (substance blanche) sont en place. Puis des ramifications vont croître et des connexions se former à une vitesse phénoménale jusqu'à 3 ans. Ce réseau dense sera ensuite élagué, les connexions les moins utilisées étant éliminées. À 4 ans, le réseau, débarrassé du superflu, est efficace. Toutes les zones cérébrales sont alors actives mais encore lentes. Les fibres doivent à présent devenir matures, c'est-à-dire s'entourer d'une couche isolante (myéline) qui va accélérer la transmission électrique. La pollution nuit gravement au neurodéveloppement Près de 100 % des femmes enceintes présentent des traces de polluants, comme les phtalates, dont on sait que l’exposition in utero à ces substances est corrélée à une baisse du QI chez l’enfant (1), ou les pyréthrinoïdes (insecticide), suspectés de nuire au développement cognitif (2).

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/neurologie-comment-l-education-modifie-la-structure-du-cerveau_110847

Related:  MémorisationcerveauVISION

Apprendre avec les neurosciences : reconsidérer la notion d'intelligence et le regard de l'adulte Pascale Toscani est maître de conférences en psychologie cognitive. Depuis le début de sa carrière, elle lutte contre l’idée reçue, avant tout dans le domaine scolaire, que tout serait joué avant l’âge de six ans. Elle s’est spécialisée en neurosciences de l’éducation, un domaine de recherche qui a pour but d’aider les enseignants à intégrer dans leur pratique professionnelle les connaissances sur le cerveau. Elle s’intéresse particulièrement au concept de « plasticité cérébrale« , c’est à dire la capacité qu’a le cerveau de s’adapter en permanence à son environnement.

Cerveau du bébé : 5 idées reçues sur les premiers apprentissages - Sciencesetavenir.fr 1. L'aider à marcher avant 1 an, c'est bon pour son développement Non. De la rétine au Cerveau Vue gauche de l'encéphale ( Logiciel Oeil) Source : Bordas première ES/L Etude du document : Information de base à maîtriser : Le champ visuel est divisé en deux parties, le champ visuel temporal situé côté "tempe" et le champ visuel nasal situé côté nez (plus petit car le nez gène la vision). C'est pourquoi le champ visuel de chaque oeil est divisé en deux parties.

Intégrer la programmation créative à l'école Ce n’est plus un secret pour personne, l’évolution effrénée des technologies au cours des dernières décennies a plongé la société dans l’ère numérique. L’économie, la médecine, l’ingénierie, la communication : cette nouvelle ère redéfinit toutes les sphères du génie humain, y compris le domaine de l’éducation. Le programme de formation de l’école québécoise (PFEQ) abonde dans ce sens et son premier défi en témoigne : « préparer des jeunes différents à vivre dans un monde en changement ». Plusieurs estiment qu’on ne peut surmonter ce défi sans l’apprentissage de la littératie du 21e siècle : la programmation. Flickr / Pasco County Schools Margarida Romero, professeure et chercheuse à l’Université Laval se préoccupe depuis plusieurs années du développement des compétences des technologies de l’information et de la communication (TIC) et elle se spécialise dans l’intégration de l’apprentissage de la programmation dans le milieu scolaire.

Neuromythes et enseignement De récentes études ont montré que les enseignants croient souvent à des neuromythes, c’est-à-dire à de fausses conceptions sur le fonctionnement du cerveau,. Ces neuromythes peuvent s’avérer problématiques pour la réussite des élèves, parce qu’ils peuvent orienter les pédagogues vers des pratiques d’enseignement qui ne sont pas entièrement compatibles avec le fonctionnement du cerveau de leurs élèves. Pour cette raison, dans cet article, les trois neuromythes les plus fréquents en éducation sont présentés et discutés. Le premier concerne les styles d’apprentissage, le deuxième est lié à la notion de« cerveau gauche et cerveau droit » et le troisième touche aux exercices de coordination visant l’optimisation du fonctionnement cérébral. Neuromythe 1 : Les élèves apprennent mieux lorsqu’ils reçoivent l’information dans leur style d’apprentissage préféré (ex. auditif, visuel ou kinesthésique).

Un “neurone géant” déterminant dans l'émergence de la conscience ? - Sciencesetavenir.fr NEUROLOGIE. Comme une “couronne d'épines” entourant le cerveau. C'est ainsi que l'équipe du Pr Christof Koch du Allen Institute for Brain Science (Maryland, États-Unis) décrit le “neurone géant” englobant l'ensemble du cerveau découvert chez la souris grâce à une technique d'imagerie innovante. C'est à l'occasion d'une présentation au congrès BRAIN Initiative à Bethesda (Maryland) le 15 février 2017 que les chercheurs ont annoncé cette surprenante découverte. Ils émettent notamment l'hypothèse que cette cellule nerveuse d'un genre inédit chez un mammifère puisse expliquer d'où émerge la conscience dans le cerveau. Pour deux raisons : d'abord parce que cette couronne neuronale a la particularité d'être très densément connectée aux deux hémisphères du cerveau.

Les illusions de mouvements Le capitaine Art continue de marcher tout en nous expliquant les différentes propriétés des illusions de couleur quand il entra dans une partie isolée de la salle illusoire . Cette salle était remplie de fresques colorées qui nous données l'impression de ne cesser de bouger. C'est alors que le capitaine repris la parole en semblant amusé de nous voir comme des enfants en regardant ces fresques avec une tête hagard . Il nous expliqua qu'en réalité aucunes de ces fresques ne bougeaient, ces illusions sont appelées illusions de mouvements. Elles sont en règle générale dues à la structure même de la rétine et au fonctionnement des cellules visuelles, les cônes et bâtonnets. Les substances photosensibles que contiennent ces dernières mettent un certain temps à se décomposer sous l'action de la lumière, cette période, comprise entre l'arrivée du rayon lumineux au fond de l'œil et le départ de l'influx nerveux vers le cerveau, est appelée temps de réaction.

10 méthodes pour réviser, mémoriser et apprendre Dans les situations d’apprentissage, le bachotage est décrié et tous les enseignants conseillent à leurs élèves de relire leur leçon le soir-même pour mieux mémoriser. Mais, pour les élèves, les questions demeurent les mêmes : comment faire pour relire efficacement ?comment éviter de bachoter ?comment mémoriser durablement ?

Cognition de l’apprenant : quelle place pour le numérique ? Cette conférence s’est tenue le 10 mars 2017 lors du séminaire académique « Numérique et neurosciences », au Salon Eduspot, Palais des Congrès - Porte Maillot - Paris. L’évolution du système scolaire se situe au carrefour de plusieurs axes : quelques dysfonctionnements pointés par les enquêtes internationales, un désir fort des enseignants d’interroger leurs pratiques, un consensus grandissant des chercheurs en neurosciences cognitives sur le fonctionnement du cerveau de l’apprenant, et le développement des outils numériques. Pour chacun, une posture réaliste se situe entre audace et raison. Le changement viendra des praticiens de la formation qui expérimenteront des modalités novatrices, aussi modestes soient-elles dans le cadre d’établissements-apprenants.

S’arrêter de respirer sans le savoir © Pixabay Des neurochirurgiens américains ne s’y attendaient pas. Ils ont fait en 2015 une observation déroutante chez un patient souffrant d’une épilepsie réfractaire à tout traitement. Celui-ci doit subir l’ablation chirurgicale du foyer épileptogène à l’origine de ses crises à répétition. Afin d’identifier la zone à retirer et de délimiter précisément ses contours, les chirurgiens procèdent à des stimulations du cerveau du malade lors d’une évaluation pré-chirurgicale. Il faut dire que leur patient est des plus coopératifs. Le cerveau produit la plus grande complexité à 25 ans Avec plusieurs collègues, le mathématicien et psychologue Nicolas Gauvrit a développé de nouveaux outils pour évaluer la complexité d’une suite de chiffres. Or en demandant à des patients de produire des suites complexes, on peut évaluer certaines de leurs fonctions cognitives. Le chercheur nous explique ces travaux et leurs résultats. Comment la notion de complexité joue-t-elle un rôle en neurosciences ? Nicolas Gauvrit : Prenons les deux suites de chiffres « 12121212 » et « 12212111 ».

L'optimisme expliqué par la neurologie - Sciencesetavenir.fr Même si vous êtes un grand râleur, soyez rassuré. Les scientifiques estiment que l'homme a tendance à surestimer la probabilité d'un événement positif dans un avenir proche et à sous-estimer le négatif. Partant de ce postulat, une équipe de chercheurs de l'Inserm et de l'Ecole normale supérieure (ENS) menée par Stephano Palminteri, a voulu en savoir plus sur ce phénomène et en comprendre l'origine. Jusqu'à en proposer une explication neuropsychologique dans une étude publiée le 20 mars 2017 dans Nature Human Behaviour. Cerveau : la révolution des nouveaux traitements Des électrodes greffées dans un crâne. L'image renvoie aux heures sombres d'une médecine apprentie sorcière prompte à ouvrir les cerveaux. L'image est dépassée.

Related: