background preloader

A la rencontre de Watson, l’intelligence artificielle star d’IBM

A la rencontre de Watson, l’intelligence artificielle star d’IBM
Watson peut composer de la musique, conseiller des médecins ou même tenter d’évaluer l’humeur de son interlocuteur. Zoom sur cette célébrité parmi les IA. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual (envoyée spéciale à Austin, Texas (Etats-Unis) « - Je suis ravi de vous rencontrer. D’où venez-vous ? - De France - C’est super ! La discussion commence sur un ton badin, comme n’importe quelle rencontre qui se fait à South by Southwest (SXSW), ce festival consacré aux nouvelles technologies, qui se tient du vendredi 10 au mardi 14 mars à Austin, au Texas. Très vite, les questions de Watson deviennent plus originales et personnelles. « Comment étiez-vous à l’école ? Un résultat digne des tests de l’été de certains magazines féminins. Dans le bâtiment qu’occupe IBM pendant la durée du festival, l’entreprise américaine exhibe fièrement Watson, son produit phare, à travers d’autres installations ludiques très différentes. Une étape dans l’histoire de l’IA Watson et Watson

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/03/12/a-la-rencontre-de-watson-l-intelligence-artificielle-star-d-ibm_5093342_4408996.html

Related:  Matière vivant espritITAI SOLUTIONS - WATSON ALEXA GOOGLE BAIDU ETC

Sur Cérès, des ingrédients propices à l’apparition de la vie De la matière organique a été détectée sur cette planète naine située entre Mars et Jupiter, dans la ceinture d’astéroïdes. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par David Larousserie La vie aurait-elle pu apparaître ailleurs que sur Terre ? C’est une des lancinantes questions que se posent les astrophysiciens et autres exobiologistes. La vie, ou plutôt des molécules complexes carbonées, ils l’ont cherchée et la cherchent encore sur Mars avec un robot comme Curiosity.

Google Earth VR : un tour du monde en réalité virtuelle Puisqu'il est quasiment impossible de voyager dans le monde entier, Google propose de le faire de chez soi, par l'intermédiaire d'un casque de réalité virtuelle, en l'occurrence le Vive d'HTC, et d'une application dédiée, Google Earth VR. L'idée est de pouvoir totalement s'immerger dans un survol virtuel de la Terre, et d'admirer aussi bien les grandes villes que les sites naturels exceptionnels vus du ciel. Google Earth VR permet ainsi un voyage sur quelques 510 millions de km², ce qui offre l'embarras du choix pour profiter durant des heures d'un spectacle véritablement exceptionnel. Une intelligence artificielle affronte des professionnels du poker en direct Pendant une vingtaine de jours, Libratus, un programme développé par des chercheurs américains, va tenter de battre quatre joueurs de poker professionnels. Un tournoi retransmis en direct sur Internet. L’affrontement a commencé mercredi 11 janvier à Pittsburgh, aux Etats-Unis, et devrait se poursuivre jusqu’au 30.

Un nouveau scénario pour la formation de la Lune D’après une étude publiée lundi dans « Nature Geoscience », notre satellite est né de l’agrégation de débris après le bombardement de la Terre par plusieurs mini-planètes. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Barthélémy Elle sera pleine le 12 janvier, sous forme de dernier quartier le 19, nouvelle le 28… Même si les astronomes peuvent déterminer ses éphémérides des siècles à l’avance, la Lune, métronome de nos mois et de nos années, n’a pas toujours accompagné la Terre.

Addiction, concentration, performance… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone La recherche est encore balbutiante sur les effets de l’hyperconnexion aux smartphones, un phénomène récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Céline Mordant Il y a dix ans, le 9 janvier 2007, le patron d’Apple, Steve Jobs, présentait le premier iPhone. Depuis, le « téléphone intelligent » s’est imposé dans notre quotidien, dans nos poches, nos mains. On l’éteint rarement, on ne le quitte plus… Aurait-il refaçonné notre façon de penser ?

La Blockchain, une révolution qui va changer le monde La Blockchain est apparue en 2009 avec la monnaie bitcoin, qui s'est révélée ensuite n'être qu'une des nombreuses utilisations possibles de cette technologie. Elle consiste en un registre public, tel un grand livre de compte, où sont inscrits l'ensemble des échanges effectués entre les utilisateurs de cette Blockchain depuis sa création. Tous ces échanges sont consultables par tout un chacun qui peut en vérifier la validité, et ne sont pas falsifiables. La particularité de la Blockchain réside d'une part dans son fonctionnement sans intermédiaire (ce qui permet par exemple d'éliminer des frais d'infrastructure), d'autre part dans sa sécurité : cette technologie repose en effet sur un grand nombre de noeuds, en lieu et place d'un seul serveur. Pirater une Blockchain nécessiterait en théorie de prendre le contrôle d'au moins la moitié des noeuds, un exploit quasiment hors de portée. L'important n'est cependant pas la Blockchain elle-même, mais ce qu'elle rend possible.

Dans l'IA, la guerre des Gafa se fait à grands coups d'open source Depuis quelques mois, les géants du numérique ont versé à la communauté un grand nombre de moteurs d'apprentissage profond et autres outils d'intelligence cognitive. Entre Google, Facebook ou Amazon, c'est à celui qui versera le plus possible d'outils d'intelligence artificielle en open source. Qu'ont à gagner ces entreprises à rendre accessibles et gratuites des briques aussi sensibles ? Il s'agit tout d'abord de marquer les esprits. Dans ce domaine où il y a encore tout à découvrir, la prime au pionner n'est pas une vaine expression. La révolution des neurones artificiels Traduction automatique, conduite autonome : les progrès de l’intelligence artificielle s’appuient sur les réseaux de neurones, une vieille idée relancée par les géants de l’informatique. LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par David Larousserie L’année 2016 aura été celle des grandes percées en intelligence artificielle. En mars, le programme ­AlphaGo de la filiale de Google DeepMind battait un champion coréen au jeu de go par quatre victoires à une.

Les conséquences pratiques d’AlphaGo Zero La performance de la troisième version d’AlphaGo, dite Zero, annoncée en octobre 2017 en a surpris plus d’un. L’IA de DeepMind, la filiale anglaise de Google, s’entrainait toute seule sans données d’origine humaine autres que les règles de base du jeu de Go. La performance semblait extraordinaire. Elle l’était au regard de la version précédente d’AlphaGo qui s’entrainait en exploitant plus de 150 000 parties de Go jouées par des maitres du jeu et avec un double système de réseau de neurones pour l’évaluation des mouvements et des coups.

A l’école du cerveau Mieux apprendre à lire ou à compter grâce aux progrès des neurosciences, c’est possible. Mais, concrètement, comment passer de la blouse blanche au tableau noir ? LE MONDE IDEES | • Mis à jour le | Par Marion Rousset Son aventure a fait couler beaucoup d’encre. Entre 2011 et 2014, l’institutrice Céline Alvarez a testé des méthodes pédagogiques s’inspirant des découvertes récentes sur le cerveau auprès d’élèves d’une école maternelle de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) classée réseau d’éducation prioritaire. Ce projet braque alors le projecteur sur un concept qui peine à se frayer un chemin dans les établissements : la « neuroéducation » – ou comment améliorer les méthodes d’enseignement en s’appuyant sur les mécanismes cérébraux d’apprentissage décrits par les neurosciences et la psychologie cognitive.

Des intelligences artificielles lisent désormais sur les lèvres DeepMind, qui appartient à Google, a développé un programme informatique capable de lire sur les lèvres de façon plus efficace que les humains. C’est une nouvelle réussite pour Google DeepMind, l’entreprise d’intelligence artificielle londonienne rachetée par Alphabet. En début de semaine, ses chercheurs ont annoncé, avec des scientifiques de l’université d’Oxford, avoir développé un programme capable de lire sur les lèvres plus efficacement que les professionnels humains. Dans une première description de leurs résultats, ils expliquent que cette technologie d’intelligence artificielle réussit à lire sur les lèvres 46,8 % du temps, alors qu’un professionnel ayant dix ans d’expérience, soumis au même test, y parvient 12,4 % du temps. 5 000 heures de vidéo Pour que la machine parvienne à ce résultat, les chercheurs l’ont « entraînée » avec 5 000 heures de vidéos issues d’émissions politiques et d’actualité de la chaîne britannique BBC, couplées à des sous-titres.

Watson mène la révolution de l’intelligence artificielle Conçu comme un assistant pour les salariés, le programme d’IBM Watson va bouleverser la façon de travailler dans les grandes entreprises. L’intelligence artificielle ? Non, elle ne se conjugue pas seulement au futur. De manière presque silencieuse, ces programmes informatiques sont déjà largement sortis des laboratoires de recherche pour s’implanter dans un nombre croissant d’entreprises, aux côtés de milliers de salariés de chair et d’os. La nouvelle banque du groupe Orange, par exemple, lancée le 2 novembre : lorsque les particuliers appellent le service client, ils se retrouvent, pour certaines opérations, en conversation avec Watson, un robot développé par le géant informatique IBM.

Vandana Shiva : « L’idée que nous sommes maîtres de la nature n’est qu’une illusion » Elle est l’auteure de plusieurs livres dénonçant les organismes génétiquement modifiés (OGM) et l’agriculture intensive. L’Indienne Vandana Shiva a fondé en 1991, dans le nord de son pays, le mouvement Navdanya (« Neuf semences ») qui enseigne l’agriculture biologique et a donné naissance à plus d’une soixantaine de banques de semences destinées à préserver les variétés locales. Agée de 64 ans, lauréate du prix Nobel alternatif en 1993, elle discutera, lors du Monde Festival – le 18 septembre à Paris – avec l’astrophysicien Etienne Klein, des relations entre science et progrès. Un débat au Monde Festival : La science peut-elle aller contre le progrès ? D’ici à la fin du siècle, 10 milliards d’humains vivront sur Terre. Or la superficie des terres cultivées ne peut plus être augmentée, ou seulement marginalement.

Related: