background preloader

Inégalité des sexes : « Liberté, Égalité, Adelphité » #DATAGUEULE 71

Inégalité des sexes : « Liberté, Égalité, Adelphité » #DATAGUEULE 71

http://www.youtube.com/watch?v=eAQAN2assMw

Related:  Égalité fille-garçonEgalité Filles-GarçonsConcepts théoriques, généralités sur le genre et l'égalitéÉvolution des droits de la femmes : Olympe de Gouges + Emma Watson (HeforShe, #Metoo, mécanique sexiste, stéréotypes de genre...)

Concours “Mots d’elles” : les gagnantes ! - Magazine Julie - Juliemag.com jeudi 21 septembre 2017 à 17h17 par Mélissa Conté bagieu, concours, culottées, femmes inspirantes, mots d'elles Lancé en avril 2017, le concours “Mots d’elles/Julie magazine” est parrainé par Pénélope Bagieu, auteure de la BD “Les Culottées”. Des centaines de participant-e-s ont pris la plume.

Féminisme, rien n'est acquis ! - Decod'actu On accole beaucoup d’images, et parfois péjoratives derrière le terme « féministe ». Certains n’imaginent souvent qu’un gang de femmes en colère, hurlant leur indignation à qui veut l’entendre. Et pourtant, le féminisme n’est autre qu’un mouvement politique, philosophique et idéologique qui cherche à promouvoir les droits des femmes, dans la vie réelle comme dans la vie publique, afin de gommer les inégalités entre les sexes. C’est à partir du 19e siècle que le féminisme engagé voit le jour en France, en Grande Bretagne ou encore aux Etats Unis. Les féministes, dont font partie de grands noms comme Simone de Beauvoir, les suffragettes anglaises, l’américaine Angela Davis, ou encore Simone Veil, ont remporté de précieuses batailles : comme par exemple le droit de vote, ou le droit à l’avortement. Et pourtant… Ces batailles, aussi récemment remportées soient-elles, ne sont jamais définitivement acquises.

Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et l’espace. Partie 1 : l’occupation de l’espacePartie 2 : le temps de parole et le choix des sujets de conversationPartie 3 : l’expression de la colère Dans cette nouvelle série d’articles, nous nous intéresserons à différents comportements qui sont typiques des dominants (occuper beaucoup d’espace, avoir beaucoup de temps de parole et parler fort, exprimer certaines émotions comme la colère…). Nous verrons également qu’il est considéré comme peu convenable pour une femme de les arborer. Brigitte Laloupe aborde ce thème dans son livre « Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ». Cela m’a passionnée et j’ai voulu approfondir ce point.

Les stéréotypes de genre - Corpus - réseau Canopé Cette séquence peut être utilisée dans le cadre des programmes de 1res S, ES et L.La notion de stéréotypes de genre peut être abordée par un débat précédé d’un questionnement sur la définition d’un stéréotype et sur l’existence de stéréotypes autour de l’identité sexuelle. L’empreinte des femmes dans l’histoire Agnodice Reconnue comme ayant été l’une des premières femmes gynécologues, Agnodice aurait courageusement pratiqué la médecine en Grèce à une époque où les femmes encouraient la peine de mort pour cela. Finalement arrêtée pour ses activités, ses patientes prirent sa défense et lui donnèrent raison. Elle put ainsi continuer à exercer. En dépit des extraordinaires avancées médicales réalisées au cours de l’histoire, plus de 800 femmes meurent encore chaque jour de complications évitables liées à la grossesse et à l’accouchement, dont 99 % dans les pays en développement.

#Balance ton sexisme - Decod'actu Affaire Weinstein, harcèlement au travail, inégalités salariales…, c’est un fait, la parole autour de ces discriminations se libère. En fait, tous ces délits n’existent qu’au travers d’une notion : le sexisme. Le sexisme, qu’est-ce que c’est ? C’est une attitude ou une idéologie discriminatoire basée sur le sexe. Le terme est apparu dans les années 1960 lors de la deuxième vague féministe.

En finir avec l'opposition égalité/équité - Une heure de peine... Vous êtes peut-être déjà tombé sur l'image ci-dessus : sur Facebook, sur Twitter, sur Tumblr, dans un mail qu'un ami vous aura envoyé, sur un blog, un site ou que sais-je encore. Et vous vous êtes peut-être dit "ah ben ouais, pas con, tiens". C'est la force des memes : un message simple, un brin d'humour, l'apparence de l'évidence, et donc un pouvoir de conviction très important par rapport aux efforts déployés. Il y aurait tout une étude à faire sur leurs effets sur les perceptions et les comportements politiques. Mais ce n'est pas le sujet ici. 1791 : DECLARATION DES DROITS DE LA FEMME ET DE LA CITOYENNE DéCLARATION DES DROITS DE LA FEMME ET DE LA CITOYENNEFrance septembre 1791 De son vrai nom Marie Gouze, née en 1748 à Montauban, dans une famille de bourgeois drapiers, Olympe de Gouges affirmera être la fille illégitime du noble et poète Lefranc de Pompignan. Veuve d’un riche négociant, elle s’installe à Paris où elle mène une vie de femme libre et courtisée et se consacre à la littérature, publiant notamment plusieurs pièces et romans qui prennent parti contre l’esclavage, ainsi que, de 1788 à 1793, une soixantaine de pamphlets politiques dont l’un, intitulé Remarques patriotiques, contient un programme économique et social. Pendant la Révolution, elle fréquente le Cercle social, où viennent des révolutionnaires comme Condorcet ou Collot d’Herbois, ainsi que d’autres adversaires des préjugés à l’égard des femmes.

Femmes au cinéma Mes deux articles de mars, cinéphile et #profdoc, auront des thématiques communes. En effet, l’article cinéphile évoquera les femmes au cinéma, alors que l’article #profdoc traitera en grande partie d’une séquence que j’ai commencée le 9 mars avec mon collègue d’histoire-géographie sur les inégalités hommes/femmes, notamment dans l’univers de la culture. Mais j’y reviendrai fin mars. Pour cet article cinéphile, je parlerai tout de même un petit peu de ce projet, car il m’a amenée à faire quelques recherches. J’aborderai trois ouvrages, l’un très récent, les deux autres publiés en fin d’année dernière et en 2016, mais où à chaque fois, les femmes sont à l’honneur. Recherches sur la question

TERRIENNES : Portail sur la condition des femmes dans le monde - TV5monde 01.01.2015En 2014, le nombre estimé des naissances est tombé à 1,001 million au Japon, soit le niveau le plus bas jamais enregistré dans ce pays à la population vieillissante, selon des statistiques officielles publiées jeudi. C'est la quatrième année consécutive que le Japon enregistre un record à la baisse pour le nombre de nouveaux-nés, selon le ministère de la Santé. Parallèlement, 1,269 million de personnes sont mortes en 2014, un chiffre en hausse pour la cinquième année consécutive. D'après la presse locale, qui évoque une marge d'erreur d'un millier de bébés, le nombre de naissances pourrait en réalité être inférieur à un million. La tendance devrait se poursuivre car "le nombre de femmes en âge de se reproduire est sur le déclin", a déclaré un porte-parole du ministère.L'indice de fécondité au Japon plafonne à 1,4 enfant par femme, quand il en faudrait 2,1 pour assurer le renouvellement des générations.

Pourquoi le genre dérange Une décision que les pages idées de _Libération_ résument ainsi en titre: « Valérie Pécresse coupe les bourses au genre ». C’est en effet le nième épisode de cette absurde « chasse aux sorcières », déclenchée dans l’orbite de la Manif pour tous, contre un domaine de recherche extrêmement fécond, transdisciplinaire, né dans la foulée des mises en cause formulées par les mouvements féministes, et qu’on ne peut réduire à ce que ses adversaires désignent comme la « théorie du genre », qui n’est qu’un fantasme, une manipulation idéologique. En gros, cette prétendue « théorie » soutiendrait un « déni manifeste du sexe biologique » et « engendrerait un chaos identitaire et existentiel » avec la fin de la différence des sexes, la transformation des filles en garçons », voire « l’apprentissage de la masturbation à l’école… » D’une certaine manière c’est tout le contraire. Discrimination, ségrégation, la revue de psychanalyse Cliniques méditerranéennes en explore « les figures actuelles »

Related: