background preloader

La femme moderne selon les magazines féminins

La femme moderne selon les magazines féminins
Temps de lecture: 5 min Pour un garçon, partir en vacances avec une fille implique deux choses: 1) supporter ses interminables séances de bronzage et 2) en profiter pour feuilleter les magazines féminins qui traînent sur le coin de sa serviette. Une lecture appréciée de la plupart des mâles, quoiqu'ils en disent: sous prétexte de se moquer de leurs traditionnels psycho-tests, c'est l'occasion de se rincer l'œil en douce (tous les mecs savent qu'il y a bien plus de demoiselles à poil dans Elle que dans n'importe quel FHM). Mais ça permet aussi de se mettre activement à la place d'une fille pendant quelques minutes. Ah, on nous murmure à l'oreillette que la presse féminine est simplement «frivole» et «pas prise de tête». La vie de la femme moderne n'est qu'un long orgasme Eh oui, les filles, pour pouvoir vous regarder fièrement dans la glace à la fin de l'été, vous avez intérêt à coucher. En vrac: «Où faire l’amour? La femme moderne n’a qu’une obsession: séduire Vous êtes grosse et moche? Related:  Féminisme

Feminism in London :: Home Pourquoi le roller derby est-il un sport (presque) exclusivement féminin? Elles pourraient être les cousines de Tank Girl, elles sont tatouées, boivent de la bière, aiment le rock et la castagne. Elles vont vous parler de quads Riedell, de jams autour d'un rink au milieu d'un pack. Elles, se sont les nanas du derby. Un sport créé aux Etats-Unis dans les années 30 d'abord comme un marathon avec des équipes mixtes puis sous sa forme actuelle dans les années 40 avant de disparaitre dans les eighties. publicité A l'aube des années 00, un escroc texan flaire le filon filles sexy + roller + baston= argent. Elles décident alors de récupérer le roller derby à leur manière et de véhiculer une image libérée. Le French roller derby En France, quatre ligues (Paris, Toulouse, Bordeaux et Montpellier) sont classées dans l'European Interleague. Si la télé par le biais de reportages, comme celui de Tracks en 2004, et Internet ont donné le goût du derby aux précurseurs, c'est le film Bliss (2009) de Drew Barrymore qui attira massivement les moins alternatives des filles.

La femme est-elle l'ennemie de la femme au travail ? Certains témoignages et études suggèrent que la femme est un « loup pour la femme » au bureau. Mais c'est aussi parce qu'on l'espère consensuelle par nature, que l'on supporte moins bien son autorité. Début octobre, une business woman espagnole a suscité l'indignation en expliquant pourquoi elle n'embauchait pas de femmes entre 25 et 45 ans de peur qu'elles ne tombent enceintes ! Mónica Oriol, dirigeante du grand groupe de services Seguriber-Umano a ainsi déclaré devant une table ronde composée d'entrepreneurs qu'il valait mieux se marier avec un fonctionnaire ou avoir un mari qui adore les enfants si l'on voulait envisager une carrière. Cette vision machiste serait fréquente chez les femmes dirigeantes. Deux consultantes américaines en management dans de grandes entreprises ont même consacré un livre au phénomène, intitulé La femme est un loup pour la femme : comprendre et résoudre les conflits entre femmes (Éd.

Des livres jeunesse non-sexistes pour tordre les clichés à la racine Véronique Cochard tient un livre pour enfants véhiculant des clichés sexistes, en mai 2011 à Lille (Marie Kostrz/Rue89). (De Lille) A 9 heures, près de Lille, la bibliothèque de Lézennes est encore déserte. Jusqu’à ce que deux femmes franchissent les portes de l’établissement les bras chargés d’une grosse caisse remplie de livres pour enfants. Certains sont truffés de préjugés sur la place de l’homme et de la femme dans la société. D’autres non. Depuis juillet 2010, Véronique Cochard et Brigitte Kaiser mènent un projet qui a encore peu de doublons en France. Au premier étage de la bibliothèque, douze femmes – pas un seul homme n’est présent – bavardent joyeusement. Après avoir travaillé sur l’égalité homme-femme dans le monde professionnel, puis avec les lycéens et collégiens, Véronique Cochard s’est rendu compte que la sensibilisation devait commencer encore plus tôt. « Le masculin, toujours mieux à même de représenter l’universel » Des livres de la série Martine (Marie Kostrz/Rue89).

101 Everyday Ways for Men to Be Allies to Women | Michael Urbina I’ve considered myself a feminist and male ally to women for quite some time. When I took my first Women’s Studies class two years ago with Professor Denise Witzig, little did I know that it would take me down an unsuspecting, beautiful, and transformative path towards feminism. Below, I’ve complied a list of 101 everyday ways for men to be allies to women. I must acknowledge that this post was written with cisgender, heterosexual men as a possible, target audience due to the lack of support from this group. However, I feel that many of these points are applicable on a broader scale. 1. I’m very intentional in making this point first. 2. In order to be a successful ally, you must make a daily effort to understand privilege. 3. Allies are not perfect by any means. 4. If you’re serious about being an ally, I think this point is somewhat obvious. 5. 6. Another example of street harassment… Look guys, we have been brought up to objectify women. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17. 18.

«La crédibilité de la femme est un enjeu, plus que celle de l’homme» L’abandon des charges contre Dominique Strauss-Kahn confirme une vérité indéniable : aux Etats-Unis, la logique d’un procureur est d’abord politique. Dans cette affaire, il poursuivait sans pitié tant qu’il comptait gagner gros ; dès lors qu’il estime n’avoir qu’à y perdre, il renonce sans états d’âme. Ce qui est vrai aujourd’hui ne l’était pas moins à la mi-mai lorsque la justice s’abattait sur le patron du FMI avec brutalité, ou fin juin quand, pour justifier son revirement, Cyrus Vance Jr. accablait sans vergogne Nafissatou Diallo. On nous demande de faire confiance à la justice ; encore faut-il rappeler qu’elle n’établit pas la vérité, mais une vérité. Il est vrai que, spectateurs de ce drame, nous pouvons céder à la tentation de rétablir la vérité, en reconstituant, selon nos croyances, tel ou tel récit vraisemblable. Dans cette affaire, trois éléments sont venus nous rappeler que l’établissement d’une vérité est indissociable des rapports de pouvoir. Fin de partie ?

Féminisation de la langue: quelques réflexions théoriques et pratiques Les personnes lisant régulièrement ce blog auront sûrement remarqué que j’essaie au maximum d’éviter d’employer le masculin universel (j’explique ci-dessous ce que j’entends par là). Je voudrais tenter d’expliquer pourquoi (c’est le côté théorique) et surtout comment, par quelques réflexions liées à mon parcours sur cette question et à ma pratique comme féministe, blogueuse, mais aussi comme prof de français langue étrangère. Cette pratique est en évolution constante. Alors que j’étais d’abord extrêmement réticente, je me suis habituée à ces graphies à force de lectures et d’échanges militants, et j’aurais du mal aujourd’hui à faire marche arrière. Ces théories et pratiques rencontrent énormément de résistances. J’ai bien conscience que traiter ce genre de sujet va m’attirer plein de remarques sympathiques en commentaire. Une dernière remarque avant de commencer, à propos du titre: le terme de « féminisation » pour désigner ces pratiques n’est pas forcément adapté. Problèmes rencontrés

La Pasionaria, l'Egérie, la Muse, la Mère, la Madone Chroniques Créé le jeudi 9 juin 2011 09:44 Écrit par Béatrice Toulon A l'occasion de nos rencontres autour de la place des femmes dans les médias, ce 9 juin, Marie-Joseph Bertini explique comment les médias remettent les femmes à "leur place". En dépit des évolutions de la société, les stéréotypes perdurent et rendent l'accès au pouvoir impossible pour les femmes. Marie-Joseph Bertini, est philosophe et essayiste sur les médias, la construction des normes de genre et les nouvelles formes de sociabilité. Le rapport Reiser de 2008 sur l’image des femmes dans les médias souligne l’infériorité spectaculaire de leur représentation, que ce soit en terme de présence, de statut social, de statut professionnel. Ce n’est pas une question de « faute » des journalistes mais plutôt de contraintes, d’influences qu’ils subissent par des forces complémentaires et croisées. L’arrivée des femmes journalistes n’a pas changé grand-chose. Dans un livre passionnant et un peu effarant, " Femmes.

Animus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définition en psychologie analytique[modifier | modifier le code] « Chez la femme, à l'inverse, l'élément de compensation revêt un caractère masculin, et c'est pourquoi je l'ai appelé l'animus. Si, déjà, décrire ce qu'il faut entendre par anima ne constitue pas précisément une tâche aisée, il est certain que les difficultés augmentent quand il s'agit de décrire la psychologie de l'animus. (...) Le fait qu'un homme attribue naïvement à son Moi les réactions de son anima sans même être effleuré par l'idée qu'il est impossible pour quiconque de s'identifier valablement à un complexe autonome, ce fait qui est un malentendu se retrouve dans la psychologie féminine dans une mesure, si faire se peut, plus grande encore. (...) D'après Elysabeth Leblanc dans son ouvrage La psychanalyse jungienne, l'Animus, comme l'Anima, comporte de stades selon le niveau psycho-affectif de la femme. « La femme doit veiller sur son animus, sur sa nature.

Related: