background preloader

La religion égyptienne, dieux et déesses (A)

La religion égyptienne, dieux et déesses (A)
Related:  egypte

Le Mobilier en Égypte Antique Accueil >> Vie quotidienne Egypte antique La qualité et la profusion de meubles étaient bien entendu soumise à la richesse du propriétaire. Les paysans ne disposaient que d’une petite maison à 2 ou 3 pièces. Le mobilier était très succinct : un ou deux coffres tressés, quelques tabourets, nattes posées à même le sol et une banquette. La présence d'une étagère était déjà une preuve d'aisance. Chez les riches, c'était bien différent. Dans la cuisine on trouve beaucoup de vaisselle en terre cuite pour tous les jours et de la vaisselle en schiste noir ou bleue décorée pour recevoir. Fauteuils tabouret Dans les chambres on trouve des lits décorés aussi Mais l’on trouve aussi des repose-pieds Cependant dans toutes les maisons on trouvait un naos destiné à recevoir la statue d'un dieu Article écrit par Myriam

Le tombeau mythique d'Osiris, dieu de l'au-delà, a été découvert en Egypte Le tombeau mythique d’Osiris, dieu de l’au-delà , a été découvert en Egypte A l’origine Osiris était le Dieu de la Fertilité et du développement végétal puis il est devenu le Dieu des Morts et le Dieu de la Résurrection à la Vie Eternelle. Osiris était le maître, le protecteur et le juge du défunt. Il est dit aussi : Il était un dieu égyptien, plus souvent identifié comme le dieu de l’au-delà, des enfers, et des morts, mais de manière plus appropriée, il est le dieu de la transition, de la résurrection, et de la régénération. D’autres sources disent : Ramsès lié au dieu Osiris, le dieu des enfers et se réfère à la nature éternelle du pharaon. Cette semaine, nous pouvons vous annoncer qu’une incroyable découverte a été faite en Egypte. Le tombeau a été construit autour de la statue d’émeraude d’Osiris, qui se trouve dans la chapelle voûtée centrale. Découvert pour la toute première fois en 1887 par Philippe Virey, ce tombeau fait désormais l’objet de toutes les convoitises.

Le panthéon égyptien Sa sœur Isis, considérée par les Egyptiens de l’Antiquité comme la première des déesses, était représentée sous les traits d’une jeune femme, portant sur la tête le signe hiéroglyphique asèt, qui signifie « le trône. » Isis fut aussi parfois affublée des attributs de la déesse bovine Hathor (le disque solaire, les cornes, etc.), divinité de l’amour et des festivités. Statue de la déesse Isis, I° siècle avant Jésus Christ, Petit Palais, Paris. Seth, divinité du désert, de la foudre et de la guerre, était lui aussi un dieu anthropomorphique. Cependant, l’animal représentant Seth n’a toujours pas été identifié aujourd’hui avec certitude. Statuette à l'effigie du dieu Seth, musée du Louvre, Paris. Nephtys, associée à la lune, était l’épouse du dieu Seth, mais leur mariage fut stérile. Statue de la déesse Nephtys, règne d'Aménophis III (1391 à 1353 avant Jésus Christ), XVIII° dynastie, musée du Louvre, Paris. Statuettes à l'effigie du dieu Ptah. Représentation du dieu Anubis.

Habitat dans l'Égypte antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'habitat des égyptiens de l'antiquité varient selon la position sociale. Les maisons des paysans sont faites de murs de briques crues structurées avec des colonnes de roseaux liés. Les artisans possédent des maisons également en briques crues mais à un ou deux niveaux. Les demeures des notables sont plus luxueuses et plus grandes, avec un étage. Les palais royaux sont au cœur de véritables villes avec des résidences distinctes pour Pharaon et sa famille, un temple avec une maison de vie associée, une caserne pour l'armée. Habitat sur Toutankharton.

La religion égyptienne : Bastet Son lieu de culte principal se trouvait à Bubastis, l'actuelle Tell Basta dans le Delta, en égyptien Per-bastet, "la maison de Bastet". C'est là qu'avaient lieu des fêtes dont Hérodote ne retint que l'aspect trivial. Ces cérémonies organisées au moment de l'Inondation étaient accompagnées de réjouissances populaires où les participants dansaient, chantaient, jouaient de la musique et consommaient énormément de vin, l'ivresse étant un moyen d'apaiser la déesse afin qu'elle ne se transforme pas en lionne destructrice. Les cimetières de chats découverts à Bubastis et à Saqqarah, les centaines de statuettes, de momies ou d'amulettes de chattes retrouvées dans les sanctuaires prouvent qu'elle jouissait d'une faveur toute particulière auprès des Égyptiens et que, de déesse locale, elle acquit une importance nationale.

Divinités égyptiennes Les dieux et déesses de l’Égypte antique représentent une foule considérable de plus d'un millier de puissances surnaturelles ; divinités cosmogoniques, divinités provinciales, divinités locales, divinités funéraires, personnification de phénomènes naturels ou de concepts abstraits, ancêtres déifiés, démons, génies, divinités étrangères importées, etc. Le terme égyptien pour dieu est netjer et son plus ancien hiéroglyphe représente vraisemblablement un mat enveloppé de bandelettes de tissu. Pour désigner le concept de la divinité, les glyphes alternatifs sont le faucon sur un perchoir et un personnage accroupi. D'autres termes existent pour désigner une divinité, tel baou ou sekhem mais leur diffusion a été de moindre importance. Terminologie[modifier | modifier le code] Netjer[modifier | modifier le code] Déclinaisons[modifier | modifier le code] Étymologie[modifier | modifier le code] Les tentatives pour donner l'origine du mot netjer se sont montrées jusqu'à présent peu convaincantes.

Métiers dans l'Égypte antique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Parmi les métiers dans l'Égypte antique qui existaient à l'époque, il nous vient généralement à l'esprit les agriculteurs, à la base de la société, les scribes et les prêtres. Si telle avait été la société aujourd’hui il nous serait impossible de contempler les imposantes pyramides, les grands temples dédiés aux dieux ou encore les splendides trésors, tel que celui de Toutânkhamon, par exemple. Nous ignorons souvent ces catégories de la population qui, par un travail souvent long, difficile, ou même, dans certains cas, très dangereux ont participé activement au développement de l'Égypte antique, de sa société, de son art et de son architecture. Les fonctionnaires[modifier | modifier le code] Les militaires[modifier | modifier le code] Les scribes[modifier | modifier le code] Les prêtres[modifier | modifier le code] Penmaât, prêtre d'Amon - Vignette du livre des morts de Penmaât (-950) Les agriculteurs[modifier | modifier le code] (cf.

La religion égyptienne : Amon L'origine d'Amon Pour certains, il serait un dieu de l'air, de l'atmosphère, du vent et des bateliers vénéré en thébaïde. Les deux plumes qui ornent sa coiffure rappelleraient son caractère céleste. Pour d'autres enfin, il s'agirait d'une divinité de Thèbes créée politiquement par les princes locaux. Les caractères d'Amon Le culte d'Amon se développa autour du temple de Karnak où le clergé lui constitua une théologie en lui octroyant les fonctions d'autres dieux pour en faire un dieu universel. Quant à ses fonctions de démiurge, elles proviennent de la combinaison d'éléments issus de la cosmogonie d'Héliopolis, de Memphis et surtout d'Hermopolis, enrichis d'apports originaux. Durant la XVIIIe dynastie, Amon devient ainsi un dieu national, dynastique, universel et créateur. Sous Thoutmosis III, le culte d'Amon sort des frontières égyptiennes et est implanté au Gebel Barkal sur la IVe cataracte du Nil où il fut accepté par les populations locales. Les représentations d'Amon Le temple de Karnak

Related: