background preloader

Quand on demande à Google si l’Holocauste a bien eu lieu...

Quand on demande à Google si l’Holocauste a bien eu lieu...
Revoilà le déjà vieux serpent de mer. Dans la tempête des Fake News et à l’ère de la post-vérité, Google, ou plus précisément son algorithme, est accusé de mettre en avant des résultats de recherche antisémites ou négationnistes. Ce n’est pourtant pas la première fois que « Google cache des juifs... » ni que les algorithmes font preuve de racisme ou que les « intelligences artificielles » s’essaient au fascisme. En quelques mots la clé de ces problèmes est la suivante : les algorithmes produisent une forme de déterminisme (dans la sélection des informations et les choix, nos choix, qui en découlent). Ce déterminisme s’inscrit dans un régime de vérité différent selon chaque plateforme, et quels que soient les différents régimes de vérité des différentes plateformes, tous donnent une prime à la tyrannie des agissants (cf les travaux de Dominique Cardon). Making of Or donc à a question : « L’holocauste a-t-il eu lieu ? Quand on tape « nazi »... Vous avez 2 minutes ? Capture d’écran Comment ?

http://rue89.nouvelobs.com/2016/12/26/quand-demande-a-google-si-lholocauste-a-bien-eu-lieu-265974#link_time=1482751151

Related:  Recherche et vérification informationsFiabilité des sourcesEnseigner l'Histoire géographie avec le numérique :Vérifier l'information

HoaxCrash : manipulations, fausses infos et gros profits L’accélération de la diffusion de l’information concerne aujourd’hui l’ensemble des secteurs d’activités humaines, en particulier l’économie et la finance. En apportant de la fluidité et de la réactivité dans les échanges, cette accélération, de nature systémique, a ouvert de nouveaux espaces d’interaction en mode « haute fréquence » et, corrélativement, a créé de nouvelles vulnérabilités. Si les opérations d’influence et de désinformation ont toujours accompagné l’histoire de la communication depuis l’Antiquité, elles prospèrent désormais sur les infrastructures numériques et se nourrissent du « déluge de données ».

Info ou intox : comment déjouer les pièges sur Internet ? Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} Carte à la une : Tor, cartographier le réseau des sites .onion Internautes : tous tracés ? Tous nos déplacements sur Internet laissent des traces numériques. Depuis les révélations d’Edward Snowden, il est avéré qu’une collecte massive de ces données a été mise en place grâce à la collaboration entre les plus grandes entreprises du web et les services de renseignement des États-Unis. En effet, l’analyse des informations de navigation permet un profilage très fin des internautes à des fins publicitaires ou de surveillance policière.

« Hoax » : l’instit qui apprend à ses élèves à devenir des détectives du Web Sur la vidéo du youtubeur Hygiène mentale (voir ci-dessous, à partir de 5 min 29), les enfants ont les yeux cachés derrière des masques rigolos en papier journal. Au tableau, la maîtresse leur montre une photo : on semble voir des supporters se battre dans les tribunes d’un stade. A leurs côtés, un homme en slip brandit une pelle. « Alors, qu’est-ce que vous pensez de cette image ? » les interroge Rose-Marie Farinella, enseignante. Capture de la photo montrée au tableau

« Il faut réguler le marché de l'information sur Internet » La désinformation, qu'elle soit intentionnelle ou inconsciente, a trouvé avec Internet un puissant moyen d'amplification : des idées fausses se propagent massivement et influencent l'opinion publique, comme l'illustre en France la méfiance qui s'est installée vis-à-vis des vaccins. Le nouveau marché de l'information constitué par le Web et ses « réseaux sociaux » pose ainsi aux sociétés démocratiques un défi majeur. Il est essentiel de comprendre les rouages de ce marché si on veut l'améliorer. Mais comment ?

Il est urgent d'enseigner l'esprit critique à l'école Internet est un outil multi-usages qui sert à la fois l'évasion, la communication, l'art, le commerce, la politique, l'éducation et, bien entendu, la distraction, sous forme de longues heures de contemplation auto-hypnotique de vidéos d'animaux et de documentaires complotistes. Hélas, Internet est également la machine à propagande parfaite qui ne cesse de nous flatter en renforçant nos biais, en valorisant des opinions qui sont déjà les nôtres, et en nous présentant des informations que nous n'avons pas envie de remettre en question. Selon une étude menée durant un an par des chercheurs de Stanford, l'incapacité des jeunes étudiants à discriminer entre vraies et fausses informations est devenue si inquiétante qu'elle constituerait désormais "une menace pour la démocratie". Avec Internet, nous serions-nous tiré une balle dans le pied ? “Certains rédacteurs, journalistes, écrivains sont extrêmement habiles. Image: US Department of Education

L’expansion urbaine va-t-elle nous donner faim? Irrémédiablement, Le Caire grignote les terres agricoles.Google Earth Croissance démographique oblige, les villes vont consommer de plus en plus de terres agricoles. Une menace pour le secteur agricole, l’environnement, notre approvisionnement en denrées alimentaires et la paix sociale. Conspirations, rumeurs, parodies : l'annuaire des sites "d'infaux" Méthodologie: 1. Pourquoi une telle base de données? "C'est quoi ce site?" Face à la profusion d'informations émanant de sources diverses et souvent inconnues du lecteur, il est utile de donner des repères aux internautes. Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans. Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème. La question d’une révolution de la pensée et de l’expertise dans la société de l’information est posée depuis plus de deux décennies. Auteur de la célèbre formule choc des « digital natives » qu’il oppose aux « digital immigrants », Mark Prensky, affirme dès 2001 que « nos étudiants ont radicalement changé. Les étudiants d’aujourd’hui ne sont plus ceux pour qui le système éducatif avait été créé ».

« 93 % des Français prêts à voter Marine Le Pen » : itinéraire d’une intox d’extrême droite Sondage bidon, faux sites d’information, pages Facebook militantes… Voici comment des réseaux favorables au FN fabriquent et diffusent de fausses informations. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat A première vue, la nouvelle semble venir d’un site d’information traditionnel : « Sondage : plus de 93 % des Français sont prêts à voter Marine Le Pen à la présidentielle de 2017 ! », peut-on lire sur le site MyJournal.fr. Des dizaines de comptes Facebook militants ont fait part de l’information ces dernières semaines, contribuant à la diffuser à des milliers d’internautes.

La transition numérique au service des territoires isolés Le think tank Terra Nova vient de réaliser une étude intitulée Que peut le numérique pour les territoires isolés, avec la participation de Google et de AirBnB. Avec un fil directeur : le numérique est une opportunité pour les territoires isolés. Mais si on allait plus loin ? Dans la 1ère partie, l’étude présente de manière précise la notion de territoires isolés.

Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant » Paul Horner possède un petit empire de sites qui lancent des canulars en ligne. Il pense que la différence, après l’apparition du catalyseur Trump, est que les gens croient tout ce qu’ils lisent, même quand on leur prouve que c’est faux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Luc Vinogradoff On a beaucoup parlé ces dernières semaines des « fake news », de faux articles contenant de fausses informations publiés sur des sites obscurs qui sont partagés sur Facebook autant, voire parfois plus, que les articles de médias traditionnels. On sait que de plus en plus de gens partagent ces articles, ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils y croient ou même qu’ils les lisent.

Déconstruire les théories du complot : les limites de l'exercice Illuminatis, reptiliens ou Roswell, les théories conspirationnistes, ou "du complot", foisonnent sur Internet. Une nouveauté apparaît pourtant depuis une quinzaine d'années : tout événement grave est désormais accompagné d'une théorie alternative à l'explication officielle (et complotiste) — théorie toujours basée sur un mensonge d'Etat et une volonté cachée des dirigeants d'arriver à leurs fins. C'est ainsi que les attentats de Charlie Hebdo ont déclenché un emballement conspirationniste — particulièrement chez les plus jeunes — à propos de la couleur des rétroviseurs de la voiture des assassins — et une multitude d'autres détails — poussant à croire que la vérité avait été cachée, que cette opération meurtrière aurait été "commanditée en haut lieu". Le site des Observers de France 24 décrypte et démonte les théories complotistes du drame de Charlie Hebdo.

Related: