background preloader

La ville de l'avenir sous le crayon des collégiens - Manon Boisseau, Léopold Marchand, Thomas Brault, Claire Kjerulf, Aela Guet, Agathe Prébet, Amaëlle Kelfoun, Elsa Masson, Élise Cocault, Lisa Paimparé, Marie Masson et Olivier Godard

1 -Neptunia, verte et bleue Carte et texte de Manon Boisseau, classe de sixième, Paris. « Depuis le réchauffement climatique, certains continents comme l’Amérique, l’Océanie et l’Antarctique ont disparu, mais quelques îlots de terre sont restés émergés. Les habitants de la Terre ont été obligés de s’adapter à de nouvelles façons de vivre : il n’y a plus de voitures, il n’y a plus d’usines polluantes... Voici un grand archipel composé de cinq petites îles. Les trois qui se trouvent à l’est sont consacrées à l’élevage et à l’agriculture. La quatrième et la cinquième sont situées à l’ouest. L’archipel central regroupe les logements des habitants. Pour se déplacer, les habitants vont à pied sur des passerelles ou circulent dans des tubes sous-marins, à vélo, en roller ou en bateau pour aller d’une île à l’autre. L’électricité est stockée dans des cabanes en fer. Sous l’eau, on peut rejoindre le centre commercial et des salles de sport avec piscine, patinoire, gymnase... Tout est bien séparé.

https://visionscarto.net/la-ville-de-l-avenir

Related:  G4 - Villes et développement durableGéopoétique

Notion à la une : la ville durable Bibliographie | citer cet article Depuis les années 1990–2000, la ville durable est à la mode : tout nouveau projet urbain doit être « durable » ou « éco - ». Mais que cela signifie-t-il véritablement, au-delà de l’effet de marketing territorial ? Si l’on suit les premières définitions, une ville durable serait une ville qui accueille dignement populations et activités sans exporter ses coûts sur d’autres temps ou d’autres territoires. Économiquement viable, socialement vivable et respectueuse de l’environnement, cette version urbaine du développement durable reprend les trois piliers de ce dernier, en y ajoutant la participation citoyenne. Cependant, après la profusion d’écrits et de projets sur la ville durable, on peut se demander ce qu’il reste de durable dans la ville durable.

Les cartes magiques de Jerry Gretzinger On ne devient jamais tout à fait par hasard géographe, cartographe ou encore grand voyageur. Comme Nicolas Bouvier le raconte dans L’Usage du monde (1963), ce sont bien toutes ces journées passées couché sur le tapis, dans son enfance, le nez vissé dans de grands atlas, qui l’ont incité quelques années plus tard à partir en voyage. Jerry Gretzinger aussi, à sa manière, est « parti en voyage ». Lui aussi, depuis son enfance, est fasciné par les cartes, celles que son père – ingénieur chargé de la maintenance de réseaux d’eau – lui rapportait à la maison, et qu’il scrutait avec passion ; celles aussi que les compagnies pétrolières offraient gratuitement dans les années 1950 [1]. Dans les stations services, elles débordaient des présentoirs. À chaque fois que ses parents s’y arrêtaient pour faire le plein d’essence, Jerry, lui, en profitait pour faire le plein de cartes.

Athosland, l'univers fabuleux de Michael Golz - Alice Hertzog En cette fin d’été, je profite des quelques heures de temps libre devant moi pour visiter une exposition au musée d’art brut de Lausanne. Lorsque je demande mon billet pour l’exposition du cartographe, la caissière a un moment d’hésitation : — Vous voulez dire « Michael Golz » ? Cartographie et imaginaire Compte rendu du Café géo « Cartographie et imaginaire » du 1/10/2015 à Saint-Dié-des-Vosges ( FIG 2015) avec Olivier Godard et Christian Grataloup. Le café géo « Cartographie et Imaginaire » est animé par Christian Grataloup, professeur émérite, et Olivier Godard, de l’association « Cartographier au Collège ». Cette association, fondée il y a quatre ans par Olivier Godard et Marie Masson à Angers, réunit aujourd’hui une vingtaine de professeurs d’une quinzaine de collèges de 5 académies (Nantes, Rennes, Versailles, Paris, Créteil). L’objectif de l’association est de faire créer des cartes aux élèves de collège (10 à 15 ans environ). A travers la manipulation du langage cartographique, leur faire mieux appréhender le monde.

Canicule : "La végétalisation est une des meilleures solutions pour rafraîchir la ville" On note jusqu'à 12 degrés de différence entre un centre-ville et sa périphérie, constate sur franceinfo une ingénieure de l'Ademe. La solution : planter des arbres car un arbre qui respire équivaut à cinq climatiseurs qui tourneraient pendant 20 heures, explique-t-elle. Avec la canicule, les températures grimpent, surtout en ville. KENNETH WHITE ET LA G OPO TIQUE Texte inaugural de l´Institut international de géopoétique Ce qui marque cette fin du XXè siècle, au-delà de tous les bavardages et de tous les discours secondaires, c´est le retour du fondamental, c´est-à-dire du poétique. Toute création de l´esprit est, fondamentalement, poétique. Il s´agit de savoir maintenant où se trouve la poétique la plus nécessaire, la plus fertiles, et de l´appliquer. Si, vers 1978, j´ai commencé à parler de "géopoétique", c´est, d´une part, parce que la terre (la biosphère) était, de toute évidence, de plus en plus menacée, et qu´il fallait s´en préoccuper d´une manière à la fois profonde et efficace, d´autre part, parce qu´il m´était toujours apparu que la poétique la plus riche venait d´un contact avec la terre, d´une plongée dans l´espace biosphérique, d´une tentative pour lire les lignes du monde. Depuis, le mot a été repris, ici et là, dans des contextes divers.

Pour les vacances : un jeu de sept familles sur les villes imaginaires Le site pop-up urbain propose, en pdf imprimable, les cartes d'un jeu de sept familles inspirées des villes imaginaires de la littérature, de la bande dessinée et du cinéma. Le fichier PDF contient en pénultième page les conditions d'utilisation et en dernière page les références des œuvres citées. >>> Télécharger le PDF Tactiléo Map Chercheur : Eric SANCHEZ Enseignants : Jean CAZES, Frédérique CORDIER, Ludovic DELORME, Jérôme STAUB Maskott : Michaël BERTHOIX, Georges KALMPOURTZIS IGN : Romain VIALLE Tactiléo Map est une application de géomatique créée pour l'accompagnement des élèves en sortie terrain. Elle fonctionne sur des équipements individuels mobiles (EIM : tablettes et smartphones) équipés du système d’exploitation Android.

L'empreinte carbone des villes dans le monde selon le modèle GGMCF Il s'agit d'une estimation de l'empreinte carbone par habitant à travers 189 pays. L'étude est présentée dans un article scientifique de Moran, D., Kanemoto K; Jiborn, M., Wood, R., Többen, J., and Seto, K.C. (2018), Carbon footprints of 13,000 cities, Environmental Research Letters. Le modèle GGMCF (Global Gridded Model of Carbon Footprint), établi à partir d'un quadrillage de 250 m de résolution, intègre également des modèles existants pour les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l'Union européenne. Top 100 des villes qui ont la plus forte empreinte carbone dans le monde Sur la base de ce modèle, il est possible d'observer qu'à l'échelle mondiale, les empreintes carbone sont fortement concentrées dans un petit nombre de villes denses : 100 villes contribuent à elles seules à 18% des émissions mondiales de carbone.

Related: