background preloader

Compétences : une définition

Compétences : une définition
Related:  CAFFAadl98

Dix conseils pour bien gérer les relations parents-enseignants "L’école n’apparaît plus comme l’élément structurant d’un futur réussi quand ceux qui sont exclus précocement comme ceux qui ont mené leurs études jusqu’au bout se trouvent discriminés dans l’accès à l’emploi". Dans cette situation, comment recevoir les parents d'élèves ? Jean-Louis Auduc, ancien directeur d'IUFM, analyse toutes les situations et donne des conseils concrets. Une fiche à ne pas égarer alors que les premières réunions parents - enseignants s'annoncent... Des parents angoissés pour le futur Nous sommes aujourd’hui dans une situation où aucun parent n’est assuré que son enfant vivra dans le futur mieux que lui. Cette perspective était un élément fondateur d’un projet collectif, d’une confiance dans l’école. Les parents sont souvent plus désemparés que démissionnaires. Nous sommes passés : - d’une société fondée sur des PROMESSES matérielles dans lesquelles l’école jouait un rôle clé en délivrant des diplômes reconnus sur le marché du travail a) Qui a provoqué le rendez-vous ?

Montessori, Freinet… au secours des enseignants | Montessori ? Freinet ? L'école heureuse A la suite des attentats du 7 janvier, on a demandé tout-à-trac aux enseignants de l’Éducation nationale de faire de l’éducation civique. Certains se sont retrouvés dans des situations réellement pénibles. Contestation violente, refus d’observer une minute de silence, insultes… Même dans les cas où aucune opposition ne s’est manifestée, je serais très étonnée que cette intervention ponctuelle ait servi à quoi que ce soit. Et c’est tout à fait logique. Parmi les meilleures solutions évoquées dans les discussions et les propositions qui fleurissent une semaine après les attentats, on parle d’apprendre aux enfants « la compétence au dialogue ». La pédagogie active (Montessori, Freinet et tant d’autres) ne cherche pas seulement à développer des compétences. Photo Vanessa Toinet.

Panel de pédagogies Le principe de la classe inversée consiste, dans sa forme la plus simple, à demander aux élèves de prendre connaissance en dehors de la classe de notions nouvelles, en utilisant une variété de supports pédagogiques (ex : textes, photos, vidéos), de telle sorte que les séances en classe puissent être consacrées à des exercices, des travaux pratiques avec l’enseignant. Ce dispositif prend aujourd’hui d’autres formes dans lesquelles les élèves n’ont pas à s’approprier seuls des connaissances, mais plutôt à explorer un domaine nouveau, chercher des ressources, préparer une présentation ou une activité, le temps de classe étant ensuite dédié à des débats, des travaux de groupes, des phases d’analyse et de synthèse (note Lebrun, Cnesco, 2017). Si certaines des pédagogies présentées précédemment peuvent s’avérer bénéfiques aux apprentissages des élèves, la recherche montre également que d’autres formes de différenciation pédagogique peuvent conduire au creusement des inégalités scolaires.

Référentiels en Info-documentation Repères pour la mise en œuvre du parcours de formation à la culture de l'information Ce document publié par le ministère de l'éducation nationale et coordonné par Jean-Louis Durpaire, IGEN EVS et Mireille Lamouroux, CRDP de l'académie de Versailles, est le fruit d’un groupe de travail composé de professeurs documentalistes, d’enseignants chercheurs et d’IA IPR EVS. Pour la première fois, un parcours de culture de l'information et de formation à l'information (Pacifi) est institué. Il doit permettre à l'élève de se forger des compétences en matière d'information, selon une progression appuyée sur des situations de complexité croissante, du collège au lycée. Ces 10 fiches "Repères" thématiques présentent des activités susceptibles de développer les compétences info-documentaires des élèves, des capacités et attitudes, toutes inscrites dans le socle commun de connaissances et de compétences.

Quelques repères sur la pédagogie de projet Qu'est-ce que la pédagogie de projet? Le mot "projet" est beaucoup utilisé en pédagogie, souvent avec des significations plus ou moins variables. Pour certains enseignants, travailler à partir d'un centre d'intérêt est un projet. Pour Meirieu, la mise en projet est une approche pédagogique qui donne une finalité, un but aux apprentissages rencontrés, mais touche aussi de manière plus vaste au projet personnel que peuvent construire les élèves. Par ailleurs, le "project based learning" ou apprentissage par projet se définit comme tourné vers un produit final à créer avant une certaine échéance et qui se destine à un public. Ce qui entendu dans ce module lorsqu'il est question de "pédagogie de projet" est le fait de viser avec un groupe d'élèves un produit final à créer dans un laps de temps donné. A quoi ça sert? Dans le but d'une meilleure "efficacité", l'école compartimente les matières et établit un programme qui définit ce qui doit être enseigné et dans quel ordre. Ph.

Célestin Freinet Célestin Freinet "Nous savons, nous, que nous ne sommes ni des hommes universels, ni des demi-dieux, que nous sommes loin de tout connaître, tout comme le commerçant moderne qui n'a point dans l'esprit les caractéristiques et les prix de tous ses articles. Mais nous avons cette supériorité que nous sommes en mesure de procurer rapidement aux enfants les réponses et la documentation qu’exigent leur désir de s’instruire et leur curiosité." Cette déclaration sonne résolument moderne, n’est-ce pas ? Biographie 1896 : Naissance à Gars, Alpes-Maritimes. Contexte historique Célestin Freinet est un Provençal qui a fait le choix de l'enseignement très tôt : les études qu'il a choisi de suivre l'ont conduit en ligne directe vers les salles de classes. Célestin Freinet a été profondément marqué par l'expérience de la guerre de 14. Les piliers de la pédagogie Freinet « Toute méthode est regrettable qui prétend faire boire un cheval qui n’a pas soif. Principes La coopération dans l'apprentissage. 01.

Cartographie des courants pédagogiques Le site formateur du web propose une cartographie des courants pédagogiques réalisée par Olivier Legrand, concepteur pédagogique multimédia. Cette heuristique synthétise les grandes théories sur la pédagogie : constructivisme, cognitivisme, béhaviorisme et socio-constructivisme. Pour chaque courant, cette carte mentale présente le principe de construction de l’apprentissage, le rôle de chaque partie, l’enseignant et l’apprenant dans cette construction. Par ailleurs, le document analyse les points forts et les faiblesses de chaque courant et expose des exemples et des références d’applications. Consultez la Carte mentale des courants pédagogique Commentaires commentaires

IV. Réflexions sur l'évaluation Dans cette partie ne sont proposées que des pistes de réflexion données à titre d'exemple. A) Pourquoi évaluer ? En s'inscrivant comme médiateur dans un projet lecture, le professeur documentaliste peut vouloir analyser son dispositif pour en mesurer l'efficacité sur les compétences des élèves et l'améliorer à l'avenir sachant qu'un dispositif pédagogique est toujours perfectible. Le professeur documentaliste peut vouloir mesurer chez les élèves les différents degrés de maîtrise des compétences sur un projet centré sur l'évolution du lecteur en proposant sur la durée, des activités de systématisation, réactivation, renforcement, réinvestissement. Nous rappelons ici les compétences visées pour amener le lecteur au plaisir de lire, lui faire connaître les joies de l'identification, celle de l'empathie, de l'égarement, du jeu du narrateur avec son lecteur, du plaisir esthétique du texte et la réflexion critique sur la visée du texte : C) Quel est le périmètre d'évaluation ? D) Comment évaluer ?

Bernard Rey : "les compétences, oui, mais..." Vous êtes un des meilleurs connaisseurs des "compétences". Le mot est désormais partout, mais le sens en est souvent polymorphe... Quelle est votre approche ? Parler des compétences, c’est à la fois à la mode et assez ancien. Peut-on mettre de l'ordre dans ce qu'on appelle les compétences ? Je propose d’établir un certain nombre de distinctions. L’idée de « compétence générale » repose sur plusieurs idées à discuter : - la structure commune d’un « problème » ou d’une « hypothèse »- la capacité des individus à repérer ce qui serait commnu dans des structures diverses- que la même opération mentale soit à l’œuvre pour traiter ces situations diverses.Les résultats de la recherche en psychologie cognitive vont dans le sens d’un refus de ces trois suppositions. Les compétences spécifiques sont beaucoup plus dans la tradition scolaire, dans chaque discipline. Que peut-on faire ?

Présentation / Explications J’ai mis à profit mes 3 premières semaines de vacances, sans enfant et sans soleil (ou presque !), pour mettre au point des ateliers de manipulation et d’expérimentation de type Montessori, comme ceux que j’avais pu voir sur Ecole Petite Section. Ces ateliers seront proposés aux enfants de Petite Section et Moyenne Section pendant des temps définis (principalement au moment du réveil échelonné) et selon un protocole précis, qu’il faudra mettre en place en début d’année : - chaque enfant prend 1 tiroir de son choix, l’emporte pour s’installer à sa place, - il réalise l’activité seul (on ne fait pas à 2) en s’aidant des consignes illustrées, mais peut solliciter l’aide de l’enseignant ou de l’ATSEM. - quand il a terminé l'acticité, il range le matériel dans le tiroir en s’aidant de la photo et remet le tiroir dans le meuble. Du point de vue matériel, j’ai investi dans 3 meubles en plastique de 8 tiroirs chacun, ce qui me permet de proposer 24 ateliers (pour 22 élèves cette année) :

Related: