background preloader

Physiocratie

Physiocratie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La physiocratie est une école de pensée économique et politique, née en France vers 1750, qui contribue de manière décisive à forger la conception moderne de l'économie et à placer la réflexion et la pratique de l'économique dans un cadre de référence plus autonome. Elle connaît son apogée au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Étymologie[modifier | modifier le code] La « Physiocratie » est le « gouvernement par la nature ». Le terme est forgé par Pierre Samuel du Pont de Nemours qui le crée en associant deux mots grecs : phusis (la Nature) et kratein (gouverner). Historique[modifier | modifier le code] François Quesnay On s'accorde à penser que le fondateur de cette école est François Quesnay, qui en devient le chef de file incontesté après la publication du Tableau économique en 1758, par lequel il décrit la circulation des richesses dans l'économie. Les principes de l'école physiocratique[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Physiocratie

Related:  Philosophie du commerceEconomistes

Mercantilisme anglais Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mercantilisme est une conception de l'économie qui prévaut entre le XVIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle en Europe. Les penseurs mercantilistes prônent le développement économique par l'enrichissement des nations grâce au commerce extérieur qui permet de dégager un excédent de la balance commerciale grâce à l'investissement dans des activités économiques à rendement croissant. Le mercantilisme anglais, appelé aussi « commercialisme » voit dans le commerce extérieur la source de la richesse d'un pays, ce commerce étant par ailleurs fondé sur une solide base industrielle qu'est la construction des navires pour la Royal Navy, qui elle-même sera la base de la puissance militaire de l'Angleterre qui fondera en retour sa puissance commerciale.

Commerce Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le commerce moderne, s'inspirant de méthodes industrielles, après avoir engendré les supermarchés et hypermarchés, et les centres commerciaux a produit un véritable "urbanisme commercial" dédié Un petit commerce d'alimentation générale. Mercantilisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mercantilisme est un courant de la pensée économique contemporain de la colonisation du Nouveau Monde et du triomphe de la monarchie absolue (depuis le XVIe siècle jusqu'au milieu du XVIIIe siècle en Europe). Il considère que « le prince, dont la puissance repose sur l'or et sa collecte par l'impôt, doit s'appuyer sur la classe des marchands et favoriser l'essor industriel et commercial de la Nation afin qu'un excédent commercial permette l'entrée des métaux précieux[1] ». Cette croyance se généralise et plaide en faveur d'une vision dynamique de la politique de l'économie nationale. Les tenants du mercantilisme prônent le développement économique par l'enrichissement des nations au moyen d'un commerce extérieur convenablement organisé en vue de dégager un excédent de la balance commerciale. Étymologie[modifier | modifier le code]

Échange à trois : les dessous romanesques de la Lettre sur le commerce de la librairie1 Texte intégral en libre accès disponible depuis le 29 octobre 2010. Dans leur introduction à La Lettre au xviiie siècle et ses avatars, Georges Bérubé et Marie-France Silver soulignent le caractère protéiforme et interdisciplinaire de l’épistolarité au temps des Lumières : « Au xviiie siècle, la lettre, comme phénomène d’écriture, se généralise et envahit toute une série de discours, du récit de voyage aux ouvrages philosophiques, en passant par les romans, les traités scientifiques et même la peinture »2. De fait, cette pratique qu’est avant tout la lettre oscille entre une vocation communicative et un destin littéraire, rendant toute tentative de formalisation malaisée. Les travaux respectifs de Janet Altman et d’Anne Chamayou permettent cependant d’appréhender l’écriture par lettres de manière structurelle et dynamique, sans exclure de leur champ d’analyse des textes que leur origine ne désigne pas à première vue comme foncièrement littéraires, ni même épistolaires3.

Louis Pinto, Le commerce des idées philosophiques 1Le commerce des idées philosophiques est un ouvrage issu des travaux du groupe ESSE (« Pour un Espace des Sciences Sociales Européen ») animé par Louis Pinto. Autour de ce dernier, sept chercheurs en philosophie et sciences sociales (Dominique Bourel, Aloïs Hahn, Xavier Landrin, Stefania Maffeis, José Luis Moreno Pestaña et Romain Pudal) ont prêté leur plume pour établir un cadre commun d'études sociale de la philosophie dont cet ouvrage fait le recueil. Prévoyant d'adopter l'angle d'une lecture de la philosophie comme une sociologie des biens culturels, le ton adopté est principalement historique et sociologique plus que purement philosophique. Il s'agit d'un point de vue original et rare dans la littérature scientifique sur la philosophie contemporaine. 3Le texte de Xavier Landrin est relativement représentatif de l'angle adopté et manifesté par l'ouvrage.

Avoir commerce : Spinoza et les modes de l’échange 1 Descartes, Lettre à Balzac du 5 mai 1631, Œuvres philosophiques, t. I, éd. F. Alquié, Paris, Garnie (...) « […] en cette grande ville où je suis, n’y ayant aucun homme, excepté moi, qui n’exerce la marchandise, chacun y est tellement attentif à son profit que j’y pourrais demeurer toute ma vie sans être jamais vu de personne. Problématique : les pratiques éthiques dans la relation du vendeur à l’acheteur ont-elles une histoire MEMOIRE – La place de l’éthique dans la relation du vendeur à l’acheteur Sommaire Introduction L’Entreprise et l’éthique

Related: