background preloader

Physiocratie

Physiocratie
Page de garde de la Physiocratie, ou Constitution naturelle du gouvernement le plus avantageux au genre humain. La physiocratie est une école de pensée économique, politique et juridique, née en France à la fin des années 1750. Étymologie et définition[modifier | modifier le code] La « physiocratie » est le « gouvernement par la nature ». « l’idée que toute richesse vient de la terre, que la seule classe productive est celle des agriculteurs et qu'il existe des lois naturelles basées sur la liberté et la propriété privée qu'il suffit de respecter pour maintenir un ordre parfait[1]. » Histoire du mouvement[modifier | modifier le code] La fondation[modifier | modifier le code] Les fondateurs de cette école sont François Quesnay et le marquis de Mirabeau qui se rencontrent à Versailles en juillet 1757. Le Tableau économique[modifier | modifier le code] Les Éphémérides du citoyen[modifier | modifier le code] Les idées de l'école physiocratique[modifier | modifier le code] Related:  conceptsEconomistes

Arts & Sociétés En décembre 1824 paraissaît à Paris –très discrètement – un petit pamphlet en forme de dialogue qui allait marquer une étape importante dans la conception moderne du statut social de l’artiste. Intitulé “L’Artiste, le savant et l’industriel” et publié dans le recueil Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, le texte est l’oeuvre d’un aristocrate déchu, Claude-Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon. Durant une vingtaine d’années, Saint-Simon s’était consacré à l’élaboration d’un système politique qui réconcilierait le progrès matériel et l’ordre social, tout en assurant un certain bien-être aux classes les plus défavorisées. La mutation de sa philosophie vers un humanitarisme mystique s’accompagne d’une valorisation des arts qui atteint son expression la plus accomplie en 1824. “C’est nous, artistes, qui vous serviront d’avant-garde; la puissance des arts est en effet la plus immédiate et la plus rapide.

Adam Smith Adam Smith portraituré en 1787. signature Adam Smith (5 juin 1723 - 17 juillet 1790) est un philosophe et économiste écossais des Lumières. Il reste dans l’histoire comme le père des sciences économiques modernes, dont l'œuvre principale, publiée en 1776, La Richesse des nations, est un des textes fondateurs du libéralisme économique. La plupart des économistes le considèrent comme « le père de l’économie politique » ; pourtant, certains, comme Joseph Schumpeter ou Murray Rothbard, l’ont défini comme un auteur mineur, considérant que son œuvre comportait peu d’idées originales et que ces dernières étaient pour beaucoup fausses[1],[2]. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] Adam Smith est né le 5 juin 1723 à Kirkcaldy. Enseignement de la logique et de la morale[modifier | modifier le code] Adam Smith, alors qu’il était professeur de logique, a écrit d’autres ouvrages qui ne seront publiés qu’après sa mort. Voyage en Europe[modifier | modifier le code]

Mercantilisme Le mercantilisme est un courant de la pensée économique contemporaine de la colonisation du Nouveau Monde et du triomphe de la monarchie absolue (depuis le XVIe siècle jusqu'au milieu du XVIIIe siècle en Europe). Il considère que « le prince, dont la puissance repose sur l'or et sa collecte par l'impôt, doit s'appuyer sur la classe des marchands et favoriser l'essor industriel et commercial de la Nation afin qu'un excédent commercial permette l'entrée des métaux précieux »[1]. De nos jours, la discussion de la pertinence et de la validité des idées mercantilistes refait surface, notamment dans le débat contemporain sur la mondialisation. Étymologie[modifier | modifier le code] Le terme vient du latin mercari, « faire du commerce », issu de la racine merx, « marchandise ». Origines du concept[modifier | modifier le code] Pour certains auteurs le mercantilisme n'est pas un courant de pensée en tant que tel. Conséquence de cette rupture : Essor des États-Nations[modifier | modifier le code]

Lectures critiques Notes Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009 (Actuel Marx. Confrontation), 320 p. ; et Didier Eribon, Retour à Reims, Paris, Fayard, 2009 (à venir), 252 p. Un précédent ouvrage d’Elsa Dorlin réunit les traductions des principales contributrices de ce courant : Elsa Dorlin (éd.), Black Feminism. Sur ce même point, voir encore Elsa Dorlin, « Dark Care. Cf. Voir Joan Scott, « L’évidence de l’expérience », dans Théories critiques de l’histoire. Elsa Dorlin (éd.), Black Feminism. Gayatari Chakravorty Spivak et Leon de Kock. « New Nation Writers Conference in South Africa », ARIEL. Voir Elsa Dorlin, La matrice de la race. Laurie Boussaguet, Sophie Jacquot, « Mobilisations féministes et mise à l’agenda de nouveaux problèmes publics », Revue française de science politique, 59 (2), avril 2009, p. 173-181. Jane Jenson, Éléonore Lépinard, « Penser le genre en science politique. « Quelle politique pour les mères en emploi ? P. J. J. J. J. J.

le keynésianisme contre le neolibéralisme Parler d’économie dans podcastscience peut surprendre, surtout pour tous les amateurs de sciences dures. Néanmoins l’économie s’inscrit dans le cadre des sciences humaines, un domaine des sciences que nous avons déjà abordé à quelques occasions dans ce podcast. L’idée m’est venue de revenir sur les thèses fondamentales de l’économie suite au visonnage d’une série de vidéos passionnantes et réellement inspirantes du professeur espagnol Julián Pavón de l’Université Polytechnique de Madrid. Ces vidéos dont je me suis amplement insiprées pour rédiger ce dossier reviennent sur les principes fondateurs de la macroéconomie qui ont été appliqués dans notre histoire récente du XXème siècle et dans la première décennie du XXIème siècle. Le keynésianisme est une école de pensée économique fondée par l’économiste britannique John Maynard Keynes (5 juin 1883 – 21 avril 1946). Un des principe fondamentaux sur lequel repose la politique économique keynésienne est la demande agrégée (notée

La "main invisible" d'Adam Smith Le texte qui suit est issu du texte de référence intitulé "Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations". Publié en 1776 par l'économiste classique de référence Adam Smith (1723-1790), le morceau de texte choisi réfère au chapitre II du tome IV dudit ouvrage où il est notamment question pour la première fois d'un des concepts économiques les plus connus, à savoir la "Main Invisible". Selon cette expression imagée il existe un processus naturel par lequel la recherche par chacun de son intérêt personnel concourt à l'intérêt général. Adam Smith considère ainsi que la poursuite de l'intérêt individuel (ou "la tendance de chaque homme à améliorer sans cesse son sort") entraîne pour chacun un comportement qui a pour effet d'aboutir, au niveau de la nation, à la meilleure organisation économique possible. TOME IV, Chapitre II : Des entraves à l'importation seulement des marchandises qui sont de nature à être produites par l'industrie Pour aller plus loin

L'émancipation comme concept politique dans les luttes féministes et queers Dans ce texte, issu de sa communication au colloque "Penser l’émancipation" en 2014, Cornelia Möser analyse la place du concept d’émancipation dans les luttes féministes et queers, et répond ainsi au texte de Joan Scott précédemment publié par Contretemps en mars 2014 : “Emancipation et égalité : une généalogie critique“. Cornelia Möser est philosophe et chargée de recherche au CNRS. Elle a publié Féminismes en traduction. Théories voyageuses et traductions culturelles paru aux Editions des archives contemporaines en 2013. Pourquoi l’émancipation ? Parler de l'émancipation aujourd'hui peut paraître ringard dans la mesure où c'est un terme peu utilisé dans les luttes politiques et sociales qui cherchent généralement à participer aux institutions de pouvoir où sont privilégiées les expressions suivantes : luttes contre les discriminations, pour une meilleure répartition des richesses ou encore pour plus de participation dans les institutions de pouvoir.

David Ricardo David Ricardo, né le 18 avril 1772 à Londres et mort le 11 septembre 1823 à Gatcombe Park, est un économiste et philosophe britannique, également agent de change et député. Il est considéré comme l'un des économistes libéraux les plus influents de l'école classique aux côtés d'Adam Smith et de Thomas Malthus. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] David Ricardo est le troisième des dix-sept enfants d'une famille bourgeoise de financiers juifs (d'origine portugaise), ayant émigré des Pays-Bas vers l'Angleterre juste avant sa naissance. À quatorze ans, David Ricardo rejoint son père à la Bourse de Londres, où il commence à apprendre le fonctionnement de la finance. Ricardo rejette le judaïsme orthodoxe de sa famille et s'enfuit à l'âge de 21 ans avec une quaker, Priscilla Anne Wilkinson, qu'il vient d'épouser. Financier : praticien et théoricien[modifier | modifier le code] Le député[modifier | modifier le code] L'économiste[modifier | modifier le code]

Diderot, Chardin et la matière sensible Dans ses écrits théoriques sur la peinture, Diderot utilise une distinction qu'il refuse dans sa philosophie : celle du vivant et de l'inanimé. Or cette distinction se trouve au cœur de l'esthétique classique de l'Académie et de la théorie de la hiérarchie des genres, formulée ainsi par Félibien : « Celuy qui fait parfaitement des païsages est au dessus d'un autre qui ne fait que des fruits, des fleurs ou des coquilles. Celuy qui peint des animaux vivans est plus estimable que ceux qui ne représentent que des choses mortes et sans mouvemens ; Et comme la figure de l'homme est le plus parfait ouvrage de Dieu sur la terre, il est certain aussi que celuy qui se rend l'imitateur de Dieu en peignant des figures humaines, est beaucoup plus excellent que tous les autres » [2] André Félibien, Conférences de l'Académie Royale de... [2] . Diderot en est un très grand admirateur mais il semble que ce soit malgré lui, ou en tout cas, malgré ses énoncés théoriques.

Thomas Piketty Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Thomas Piketty Thomas Piketty en 2015. Il a reçu en 2002 le prix du meilleur jeune économiste de France et en 2013 le prix Yrjö Jahnsson. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse et formation (1971–1993)[modifier | modifier le code] Il soutient à vingt-deux ans sa thèse de doctorat en sciences économiques, préparée à l’EHESS et à la London School of Economics, sous la direction de Roger Guesnerie. Parcours (depuis 1993)[modifier | modifier le code] Sa thèse achevée, il part enseigner de 1993 à 1995 au MIT, puis revient en France pour devenir chargé de recherche au CNRS, puis directeur d'études à l'EHESS à partir de 2000. En 2005, Dominique de Villepin lui confie la création d'une nouvelle institution universitaire française « capable de rivaliser avec la London School of Economics »[6], sur laquelle il travaillait depuis 2004. Engagement politique[modifier | modifier le code] Travaux[modifier | modifier le code]

L'œuvre du genre / Rediffusions / mage / Recherche - MAGE Mercredi 15 octobre 2014 Amphi Durkheim, en Sorbonne programme photothèque Rediffusion audio : Ouvertures du colloque Bruno PÉQUIGNOT, GdRI OpuS 2 (Œuvres, publics et société) et Cerlis - Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 - CNRS Margaret MARUANI, MAGE, réseau de recherche international et pluridisciplinaire "Marché du travail et genre" et Cerlis - Université Paris Descartes - CNRS Conférences "Embrasser le genre" - I Claire GIBAULT (Cheffe d’orchestre) : La musique et la direction sont-ils des mots « féminins » ? Présidence : Hyacinthe RAVET, IReMus, Université Paris-Sorbonne - CNRS Conférences "Embrasser le genre" - II Karine SAPORTA (Chorégraphe) : Les gestes du genre Delphine NAUDIER (CSU-Cresppa, CNRS - Université Paris 8), Université Versailles Saint-Quentin) : Écrivaines et dynamiques de genre dans le champ littéraire en France Présidence : Marie BUSCATTO, IDHES, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne - CNRS Conférences "Déployer le genre" Table-ronde "Croiser le genre"

Karl Marx Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Marx. Karl Marx Philosophe occidental Époque contemporaine Karl Marx en 1875 Il est connu pour sa conception matérialiste de l'histoire, sa description des rouages du capitalisme, et pour son activité révolutionnaire au sein du mouvement ouvrier. Biographie[modifier | modifier le code] Maison natale à Trèves, devenue le musée Karl Marx. Études[modifier | modifier le code] Engagement[modifier | modifier le code] À Berlin, il appartient au cercle des « hégéliens de gauche », dénommés aussi « jeunes hégéliens » (avec Bruno Bauer et d'autres) qui cherchent à tirer des conclusions athées et révolutionnaires de la philosophie de Hegel. Le journal d'opposition Rheinische Zeitung[modifier | modifier le code] Au début de 1842, certains bourgeois libéraux de Rhénanie, en contact avec les hégéliens de gauche, créent à Cologne un journal d'opposition au clergé catholique, la Rheinische Zeitung (« Gazette rhénane »).

Le genre dans les sociétés égalitaires Introduction Les représentations populaires des relations hommes-femmes dans les sociétés primitives se résument à l’image de l’« homme des cavernes » de la BD du New Yorker, une massue à la main et tirant sa femme par les cheveux. À un niveau plus élevé, supposé scientifique, les écrits de Robert Ardrey, Desmond Morris et d’autres renforcent cette image. Derrière les éclats de rire que suscite un tel dessin et derrière toutes les images fabriquées à partir d’un bric à brac ethnographique détaché de tout contexte, le message reste essentiellement le même : les êtres humains ont toujours été agressifs et compétitifs, et les hommes, l’étant plus que les femmes, ont toujours été « dominants ». On a beaucoup écrit sur le fait que nos ancêtres primates se tournaient vers la chasse comme complément à la cueillette de produits alimentaires d’origine végétale. Les femmes dans les sociétés sans classes Qu’en est-il du statut social et du rôle des femmes dans les sociétés sans classes ?

Related: