background preloader

Les grandes théories pédagogiques revisitées par les Nouvelles technologies

Les grandes théories pédagogiques revisitées par les Nouvelles technologies
Skinner et le behaviorisme : des souris et des hommes Disciple de Pavlov, Skinner va modifier le conditionnement classique mis en évidence par Pavlov pour définir un conditionnement opérant en expérimentant d’abord ses principes sur des souris. Le réflexe ne tient plus alors à une réaction de l’organisme mais à des facteurs extérieurs au sujet. Les pensées et les motivations internes n’entraînent pas l’apprentissage d’un comportement. Or pour Skinner, enseigner revient à susciter chez l’élève une nouvelle forme de comportement. Seules les causes externes du comportement doivent être prises en compte. Et c’est ainsi qu’apparaît le processus d’apprentissage linéaire « stimuli-réponse-renforcement (ou punition) », dans lequel chaque notion doit être maîtrisée avant de passer à la suivante, schématisé ici : En 6 minutes (en anglais), Skinner explique le principe de sa machine à apprendre et de l’enseignement programmé : Il introduit les notions de :

https://digital-learning-academy.com/theories-de-lapprentissage-technologie-evolution-revolution/

Related:  ThéoriesTICEpédagogies particulieres

Co-construction du savoir : une nouvelle façon d’apprendre et d’enseigner Co-construction du savoir : une nouvelle façon d’apprendre et d’enseigner | Co-construire l’Avenir Contrairement à l’idée dominante qui assimile l’apprenant à une cruche vide qu’il suffirait de remplir, la recherche de pointe en éducation a depuis longtemps démontré que la participation active de l’apprenant était une condition fondamentale de l’acquisition effective d’un savoir. Cette vision constructiviste de l’apprentissage – qui concentre son attention sur l’activité cognitive individuelle et les différentes façons de la stimuler – considère l’apprenant comme un sujet actif et préconise une véritable #co-construction du savoir 1 Transmettre ou co-construire le savoir ? Partagez sur les réseaux sociaux :

Le Numérique à l’école : comment intégrer une pédagogie numérique en contexte scolaire Le Numérique à l’école : comment intégrer une pédagogie numérique en contexte scolaire image : JF Tavernier : 1. LE CONTEXTE GENERAL : une éducation tout numérique ? Le coenseignement pour favoriser la différenciation pédagogique Traditionnellement, les élèves en difficulté recevaient un soutien individualisé de la part de l’orthopédagogue à l’extérieur de la classe. Cette individualisation présentait certaines lacunes; elle était la plupart du temps insuffisante pour remédier aux difficultés de l’élève, et le transfert des apprentissages n’était pas garanti. Pour pallier les lacunes de ce type d’intervention, ainsi que pour adapter l’enseignement au contexte d’inclusion scolaire, les écoles tendent vers une collaboration plus étroite de l’orthopédagogue et de l’enseignant. L’une des façons d’accroître cette collaboration consiste à instaurer un système de « coenseignement ». Shutterstock / Pressmaster

Ce que la recherche nous dit sur les styles d’apprentissage (ou retour sur un neuromythe) La recherche sur les styles d’apprentissage, dont les origines remontent aux années 1930, a vu le jour en Europe occidentale et aux États-Unis et a réellement pris son essor depuis cinq décennies. Durant cette période, la densité des travaux de recherche a été fluctuante, mais connaît depuis plusieurs années un renouveau, sans doute lié à l’engouement pour la psychologie cognitive. La psychologie y tient toujours une grande place, comme pour les premières recherches, mais aussi la médecine, le management, l’industrie, la formation professionnelle.

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. Pourquoi le numérique éducatif fait-il tant débat autour des bénéfices que l'on peut en attendre ? Plusieurs raisons peuvent conduire à cela : la première raison révèle un manque de maîtrise du numérique éducatif et une indisponibilité des outils et équipements nécessaires ; la deuxième raison porte sur les évidentes contradictions des études scientifiques sur le sujet. En effet, il est difficile de s’y retrouver entre les enquêtes mettant en avant les succès du numérique pour apprendre et celles montrant des échecs flagrants[1]. Comment expliquer cette disparité d’avis des scientifiques sur le numérique en éducation ?

Qu'est-ce que la gamification ? - Prim à bord Les jeux vidéo se sont imposés dans l’ensemble des sphères de la vie de tous les jours comme un véritable phénomène de société. Les prédispositions humaines au jeu ont été investies dans de nombreux milieux professionnels pour impliquer les acteurs dans l’acquisition de compétences. Ces jeux dit « sérieux » sont ainsi proposés pour favoriser l’engagement à acquérir de manière plus ludique des savoirs, savoir-faire, liées à une activité professionnelle. Ainsi, le terme de gamification, directement tiré de l’industrie des jeux vidéo est apparu en 2008 " Ce néologisme désigne l’application des principes et mécanismes du jeu dans des situations non ludiques. " (cf le glossaire des médiafiches de Créteil). L’idée est donc de capter l’attention de l’utilisateur pour essayer de le retenir le plus longtemps possible.

L’approche par compétence Je vous propose un résumé des excellents travaux de M. Henri Boudreault professeur à L’UQAM (Canada). Il est question d’un modèle d’apprentissage basé sur le développement des compétences dans un contexte de formation professionnelle et technique. L’écart est souvent grand entre la formation dispensée au sein des établissements de formation et le milieu du travail. Cet article qui n’est qu’un modeste résumé des travaux de M.

Cerveau et apprentissage — Enseigner avec le numérique La Fondation La main à la pâte publie en ligne le site satellite Cerveau et apprentissage dont l'objectif est d’éclairer les pratiques éducatives et d’inspirer les professionnels de l’éducation en ce qui concerne les fonctions cognitives. Cet espace web est conçu dans un esprit de partage de connaissances visant à rapprocher le monde de l’enseignement et le monde de la recherche. Il s'agit notamment, pour reprendre la présentation du site, de favoriser des échanges afin de développer une compréhension plus profonde et utile des mécanismes impliqués dans l’apprentissage, et de relier des contenus scientifiques théoriques (ce que les enseignants doivent savoir sur les fonctions du cerveau de l’enfant, sur son développement cognitif, sur l’apprentissage sans ou avec difficultés) à des activités à faire en classe. Le site met à disposition des acteurs de l’éducation trois types d’outils : Sources Cerveau et apprentissage :

« Bon mais, concrètement, ça marche comment ta classe ?  Voilà une phrase que j’entends souvent, et je comprends bien pourquoi. Sur le blog je vous parle de plein de petites choses. Séparément elles ne permettent pas toujours d’appréhender l’intégralité du dispositif (mélange de pédagogie institutionnelle et de numérique) en place qui est plutôt complexe. Je me suis donc dit que j’allais essayer de vous faire un descriptif d’une semaine type dans ma classe. Avant tout, il faut avoir quelques documents de référence pour bien comprendre comment tout s’emboite. D’abord, l’emploi du temps.

Qu'est-ce que la e-Éducation ? - Prim à bord Dans le cadre du plan numérique et afin de proposer des contenus et méthodes d’enseignement utilisant les technologies, le ministère a lancé plusieurs appels à projets ; la création de ces nouvelles solutions pédagogiques répondent ainsi au développement, dans le milieu éducatif, du concept de "e-Éducation". En effet, ce terme est utilisé pour désigner des scénarios pédagogiques faisant intervenir des outils ou services technologiques. Le « e » renvoyant à « électronique » ou « en ligne » permet d’inclure divers formats d’enseignement notamment des médias déposés dans des parcours en ligne ou des services numériques mis à disposition des élèves.

Méthodes et modèles pédagogiques Frédéric Haeuw :"L’irruption massive des technologies et des réseaux dans la formation des jeunes et des adultes fait ressurgir de vieux débats sur les méthodes pédagogiques. Les Massive Open Online Courses, par exemple, sont généralement distingués en « xMOOC » plutôt basés sur une pédagogie transmissive de savoirs clairement identifiés dans des référentiels fermés, et en « cMOOC » dont les objectifs d’apprentissage sont plus ouverts et qui se basent sur le principe que ce sont les participants qui créent le contenu. On parle alors de méthodes pédagogiques, classées généralement en méthodes déductives (démonstrative, expositive …) ou inductives (active ou expérientielle), et l’on considère souvent que la méthode dépend de l’objet à construire ou à transmettre : les savoirs académiques se prêteraient davantage à une méthode déductive et les compétences à une méthode inductive. Les constructivistes répondent à cette question de manière radicalement opposée.

Contes et légendes de la neuropédagogie On le dit souvent ici : il ne faut pas hésiter à utiliser les neurosciences pour faire évoluer la pédagogie. Les avancées scientifiques sur la compréhension de notre cerveau et les mécanismes d’apprentissage nous donnent en effet des clés essentielles pour adapter la pédagogie. Mais attention : certains professeurs, pleins de bonne volonté, se font prendre au piège des neuromythes. Un neuromythe est une idée fausse que l’on se fait sur le cerveau. Une telle idée se base généralement sur une véritable découverte scientifique, mais dont une interprétation erronée a été diffusée auprès du public.

Related: