background preloader

Approfondir - Mutations urbaines la ville est à nous !

Approfondir - Mutations urbaines la ville est à nous !
Des films de l'exposition Villes d’aujourd’hui, villes de demain ? Des habitants témoignent de leur quotidien et de leur ressenti personnel.Dans l'exposition sont présentées quatre villes emblématiques, florissantes ou en déclin, qui préfigurent autant d’avenirs possibles : Détroit, Medellín, Copenhague et Songdo. Une animation sur la croissance urbaine Paris 2050 : les cités fertiles La ville de Paris a l’ambition de réduire de 75 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Habiter la mer : les cités flottantes Dans les décennies à venir, le niveau de la mer monterait de un mètre. Des vidéos sur Universcience.tv Les réponses de chercheurs Dans l'exposition, une borne permet aux visiteurs de poser des questions auxquelles un réseau d'experts répond en différé. Consulter les réponses des chercheurs Visite + Vous avez visité l'exposition "Mutations urbaines" ? Accéder à "Visite +" Programme européen

http://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/expos-temporaires/mutations-urbaines-la-ville-est-a-nous/approfondir/

Related:  GéographieSur Détroit et la décroissance urbainedetroit

Océan Arctique : des frontières maritimes à l'épreuve d'une nouvelle donne climatique Cinq pays sont riverains de l'océan Arctique : les États-Unis (via l'Alaska), le Canada (dont le territoire inuit du Nunavut), le Danemark (via le Groenland [1]), la Norvège, dont l'archipel du Svalbard (ou Spitzberg) et la Russie. Compte tenu des conditions climatiques et océanologiques générales, l'espace arctique n'a longtemps intéressé qu'à travers les expéditions à caractère sportif et/ou scientifique dont il était le théâtre, ou par ses enjeux géostratégiques, principalement dans le contexte de la guerre froide. Mais, les effets des changements climatiques sur ces espaces extrêmement sensibles d'une part, les ressources naturelles, potentielles ou prouvées, qu'ils pourraient receler d'autre part, ont changé la donne au début du XXIe siècle. Évolutions récentes des températures et de la banquise de l'océan Arctique

Detroit : la destruction plutôt que la rénovation L'ancienne capitale mondiale de l'industrie automobile est aujourd'hui une ville délabrée. En effet, Detroit compte aujourd'hui 70 000 édifices en ruine. Pour l'heure, la municipalité a déjà rasé 3 000 bâtiments. L'objectif : éliminer les maisons poubelles qui polluent le paysage. Certains quartiers résidentiels ont été désertés par leurs habitants qui ont fui la ville, la crise et le chômage. la forêt amazonienne En Amérique du Sud, le bassin amazonien s’étend sur 7,3 millions de km². La forêt elle-même compte environ 6 millions de km2 et s’étend sur neuf pays, essentiellement le Brésil (avec 60 % de la forêt), mais aussi l’Équateur, la Colombie, le Venezuela, la France (via le département de la Guyane), le Surinam, le Guyana, la Bolivie et le Pérou. Située sous l’Équateur, l’Amazonie a un climat chaud et humide qui en fait le domaine d’une forêt tropicale dense.

308. "Maggot Brain" ou les prémices du lent et long déclin de Detroit. Detroit connaît depuis plus de cinquante ans un lent et long déclin dont les origines sont multiples. L'hyper-spécialisation industrielle de Motor City a rendu la ville très vulnérable au renversement de conjoncture économique. Aussi les difficultés des grands constructeurs automobiles américains, tous installés dans le Michigan, précipitèrent la cité dans la crise. Les politiques urbaines aberrantes retenues par les édiles locaux pendant des décennies aggravèrent encore les maux d'une métropole devenue au fil des ans une ville dysfonctionnelle, fracturée et ségréguée.

Brest. La métamorphose de la ville en trois dimensions - #Dataspot - LeTelegramme.fr / Vincent Lastennet / A la question, Brest s’est-elle métamorphosée depuis 2000, plus de 95 % des 400 internautes que nous avons sondés ont répondu par un oui franc et massif, certains s’interrogeant même sur le bien-fondé de la question, tant il s’agissait à leurs yeux d’une évidence. Il suffit en effet de se balader quelques minutes en ville pour croiser un tramway et observer par la même occasion le principal projet mené à terme en ce début de siècle. « C’est la colonne vertébrale du développement urbain de Brest au cours de ces 15 dernières années », reconnaît Jean-Philippe Lamy. Le tramway, omniprésent Le directeur du pôle de développement économique et urbain de Brest Métropole rejoint la collectivité en 2003. A l’époque, le projet de « transport en site propre » sur « une ligne est-ouest » était déjà d’actualité.

Shrinking city Le terme de "shrinking city", traduit par ville rétrécissante, désigne un phénomène de rétrécissement urbain qui touche les villes sur trois plans : démographique, par la perte de population ; économique, par la perte d'activités, de fonctions, de revenus et d'emplois ; et social, par le développement de la pauvreté urbaine, du chômage et de l'insécurité. Les shrinking cities sont d'abord associées au "déclin urbain" ou encore à la "décroissance urbaine" des villes industrielles états-uniennes et allemandes (schrumpfende Städte) dans les années 1970-1980 et touchent désormais un certain nombre de grandes villes du monde, d'abord européennes et, depuis les années 1990, des pays émergents. Ainsi, par exemple les shrinking cities de la Rust Belt sont marquées depuis les années 1970 par la perte d'activités, de revenus et d'emplois, ainsi que par le déclin démographique, tant au profit des suburbs que des villes de la Sun Belt.

Chronique du futur : les cités bioniques de Vincent Callebaut Ses projets sont souvent qualifiés de « futuristes », voire estampillés comme de la science-fiction. Des bâtiments ou des quartiers produisant leur énergie et leur nourriture et recyclant leurs déchets, des navires dépollueurs, des dirigeables géants, des libellules de verre à Manhattan ou des villes flottantes en baie de Monaco : les idées de Vincent Callebaut, architecte né en Belgique, peuvent en effet sembler promises à un avenir lointain. Et pourtant... « En 2020, en France, le règlement imposera que tous les nouveaux bâtiments aient un bilan d’énergie positif » aime-t-il à rappeler. Et à Taipei, son projet Agora Garden de tour résidentielle végétalisée, en forme de spirale, avec vergers et potagers suspendus, est en chantier depuis 2012 et livrable en 2016. Quant à la science-fiction, le terme ne convient pas vraiment, car les techniques à l'œuvre ou envisagées sont connues.

Nos villes sont mortelles ! (Pour écouter l'émission, cliquez ici. Invitées : Emmanuèle Cunningham-Sabot, maître de Conférences en Aménagement à l'Université de Rennes 2 et Hélène Roth, maître de conférences en géographie à l'Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand). N'hésitez pas de nous envoyer vos questions et/ou commentaires dans la rubrique "Votre commentaire" en bas de page. Déclin urbain et Shrinking cities : le concept Type de décroissance et d'environnement régional ©Hermès Sciences & Lavoisier Le retour des tours dans les villes européennes La Potsdamer Platz à Berlin © Manuel Appert ▼ Voir le sommaire du dossier ▼ En région parisienne, tant qu’ils étaient cantonnés à la Défense, les projets de tours ne suscitaient pas de polémiques, jusqu’à ce que la proposition de tour Triangle aux confins du 15e arrondissement ne vienne rappeler la sensibilité des Parisiens aux immeubles de grande hauteur (IGH). Ce projet, tout comme celui du nouveau palais de justice aux Batignolles, dans le 17e arrondissement, est devenu l’épicentre d’une saga dont les rebondissements médiatiques révèlent une nouvelle politisation du débat sur les tours dans la capitale. Bien au-delà de la politique politicienne qui a pu structurer les positions au Conseil de Paris, ce sont des mobilisations collectives à plusieurs échelles qui ont alimenté les débats, témoignant d’une montée en expertise des acteurs, aussi bien des professionnels, des collectivités que des universitaires et associations. Une verticalisation des villes européennes sans précédent

Dans les coulisses des villes qui rétrécissent “Shrinking cities”, villes de crises Le rétrécissement des villes, du moins dans son acception récente, décrit un processus urbain vieux de quelques décennies et indubitablement lié à la crise économique post-industrielle. Le terme “shrinking city”, littéralement « ville rétrécissante », a d’abord été utilisé pour décrire certaines villes nord-américaines suite aux crises pétrolières des années 1970. Gentrification à la Goutte d’Or : ça résiste ! – Edith Canestrier Un ouvrage collectif de chercheurs qui jette un pavé dans la mare. Non, l’arrivée des «bobos » dans un quartier populaire et immigré n’engendre pas forcément un processus de remplacement des anciens par les nouveaux arrivants. En clair, la gentrification d’un quartier n’est pas – ou pas toujours – un processus inéluctabled’éviction des classes populaires par les classes moyennes. Un exemple ? La Goutte d’Or.

Ré-enchanter la ville par le cinéma ? Avec entre autres Lost River de Ryan Gosling, ou Only lovers left alive de Jim Jarmush, Détroit est devenue, depuis quelques années, un magnifique terrain de jeu pour les cinéastes. Filmée comme apocalyptique, la ville y est abandonnée des pouvoirs publics ou de toute forme d’organisation collective. Les personnages vivent dans des maisons délabrées aux allures de squats, errent toute la nuit en voiture, dansent dans des théâtres abandonnés ; le tout dans une esthétique éminemment poétique, qui donne à voir des lieux enchantés et donne envie d’aller visiter Détroit comme une exposition d’art contemporain. Détroit au cinéma : vers un goût de liberté et de renouveau Après avoir été le berceau de l’industrie automobile, Détroit a connu depuis les années 1960 un déclin économique progressif, et a été déclarée en faillite en 2013.

VIDÉO. Pourquoi les villes européennes et américaines sont-elles si différentes? Dans l'esprit de nombre d'Américains, New York est une ville dont la densité de population est bien plus importante qu'à Paris, ou que dans n'importe quelle ville européenne. Dans les faits, pourtant, la réalité est toute autre. La chaîne YouTube Wendover Productions s'est attachée à déconstruire cette idée reçue. La vidéo débute par une donnée statistique pour le moins éloquente: quand Paris abrite près de 22.000 personnes au kilomètre carré, New York n'en contient qu'un peu moins de la moitié, soit 10.500 personnes au kilomètre carré. «Pour trouver une densité équivalente à New York en Europe, il faut descendre à la sixième place du classement, jusqu'à Lyon», explique la vidéo. Wendover Productions se penche, par ailleurs, sur les disparités démographiques et économiques qui opposent une grande partie des métropoles européennes et américaines.

Related: