background preloader

Schème (psychologie)

Schème (psychologie)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le schème est une structure ou organisation des actions telles qu'elles se transforment ou se généralisent lors de la répétition de cette action en des circonstances semblables ou analogues[1]. Il s'agit d'un noyau ou squelette de savoir-faire, adaptable à un grand nombre de situations. Cette construction propre n'est donc pas un pur automatisme car elle est adaptable. Les unités élémentaires de l'activité intellectuelle ne sont pas des sensations, des perceptions ou des actions mais des schèmes. Schème de réunions : l'enfant rassemble des cubes/classe les gommettes...Schème de succion.Schème réflexes. Les schèmes se transforment en devenant plus généraux (exemple : succion d'autres objets), plus nombreux et donc deviennent plus « mobiles ». Related:  Psychologie cognitive

Coël - Modes de pensée Les modes de penser Selon Piaget, l'individu passe depuis sa naissance jusqu'à un âge postérieur à 12 ans par différents stades de développement intellectuel. Au dernier stade, le stade opérationnel formel qui suit le stade opérationnel concret, l'individu est capable de faire des opérations mentales sur des abstractions. Ces deux stades correspondent à des activités intellectuelles différentes et à des langages différents. Au stade opérationnel concret, le concept est concret de faits passés, il est construit à partir d'une image de la chose plus ou moins dépouillée de ses particularités mais située parmi d'autres choses plus ou moins définies. Au stade opérationnel concret, la chose est décrite par son utilisation, par qui l'utilise et dans quelles circonstances, à quoi elle sert par rapport à d'autres choses. - Qu'est ce qu'un marteau? - Qu'est-ce qu'un nombre? - Qu'est-ce qu'un escalier en colimaçon? "Le chameau est un herbivore". "Le chameau est un animal". Qu'est-ce qu'un être?

Schème (philosophie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un schème (du grec σχῆμα (skhêma) "esquisse") est, dans la philosophie d'Emmanuel Kant, un procédé ou moyen par lequel un concept pur devient effectif par l'implication d'une intuition. Selon Kant, il est possible de distinguer : Le schème de la quantité est le nombre.Le schème pur de la réalité est sensation et renvoie à ce dont le concept implique une existence dans le temps.Le schème de la substance est la permanence du réel dans le temps.Le schème de la cause est la succession réglée;Le schème de la communauté est la simultanéité réglée.Le schème de la possibilité est l'accord de la synthèse des représentations avec les conditions du temps.Le schème de la nécessité est l'existence en tous temps. Portail de la philosophie

Maths : Pour S Dehaene, nous sommes tous doués en maths.. C'était le thème de la conférence d'ouverture des journées de l'APMEP le 18 octobre à Toulouse. Selon S Dehaène, les recherches actuelles en neurosciences permettent de démontrer que nous sommes tous doués en maths. De quoi répondre à tous ceux qui pensent que « les maths ne sont pas faites pour eux » ? Stanislas Dehaene est chercheur en psychologie cognitive. Guidé par sa passion pour les mathématiques (il a étudié cette discipline à l'ENS) il étudie notamment les bases cérébrales de l'arithmétique et de la numération en utilisant les techniques d'imagerie cérébrale. Il est d'ailleurs l'auteur de « La Bosse des maths » paru en 1996 chez Odile Jacob. Une représentation du nombre innée Plusieurs expériences ont permis de montrer qu'il existe une prédisposition précoce pour le nombre. Une autre expérience menée cette fois sur des bébés de quelques mois a permis de montrer qu'il existe également une intuition arithmétique : les bébés ont une idée de ce qu'est une addition ! Laure Etevez

Jean Piaget Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(avril 2015). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Jean Piaget en 1967-1968. Jean William Fritz Piaget, né le 9 août 1896 à Neuchâtel en Suisse et mort le 16 septembre 1980 à Genève, est un biologiste, psychologue, logicien et épistémologue suisse connu pour ses travaux en psychologie du développement et en épistémologie à travers ce qu'il a appelé l'épistémologie génétique (ou structuralisme génétique). L'éclairage qu'il apporte sur l'« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l'adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d'évolution de celle-ci chez l'enfant et sa théorie de l'apprentissage exerceront une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Estimations :

Programmation neuro-linguistique Techniques variées issues de la Modélisation PNL. Leurs usages coordonnés et intégrés permettent d'explorer le « vécu subjectif », objet de la PNL. La programmation neuro-linguistique (abrégée « PNL » en français, et « NLP » en anglais) est une pratique pseudo-scientifique de médecine alternative élaborée dans les années 1970 aux États-Unis, à l'origine par John Grinder et Richard Bandler[1] (qui a déposé la marque en 1976)[Note 1], puis développée par de nombreux autres contributeurs dont Robert Dilts. La PNL se présente comme l'étude des processus comportementaux acquis, considérés comme une Programmation Neurologique représentée par la Linguistique[3]. S'intéressant exclusivement aux informations émises sans interpréter les causes[4], la PNL formalise des protocoles permettant l'exploration et l'évolution de ces structures comportementales. Divers domaines d'application de la PNL ont été explorés depuis 1980 : créativité, sport, management, pédagogie et communication.

Gestion des connaissances Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La gestion des connaissances (en anglais knowledge management) est une démarche managériale pluridisciplinaire qui regroupe l'ensemble des initiatives, des méthodes et des techniques permettant de percevoir, identifier, analyser, organiser, mémoriser, partager les connaissances des membres d'une organisation – les savoirs créés par l'entreprise elle-même (marketing, recherche et développement) ou acquis de l'extérieur (intelligence économique) – en vue d'atteindre un objectif fixé. Définition[modifier | modifier le code] Actuellement, nous sommes submergés d'informations. Les entreprises, les scientifiques ou même les particuliers sont maintenant obligés d'appliquer une stratégie dans le traitement et la transmission de l'information dans les activités de tous les jours : voter, travailler, chercher un emploi, gagner des marchés, etc. D'après des praticiens et des académiciens tels que R. Historique[modifier | modifier le code] SI MARIÉ(?

une brève histoire des niveaux logiques-3/3 Les Niveaux Neuro-Logiques et le système nerveux, un article de Robert Dilts En 1988, j'ai mis sous la forme des « niveaux neuro-logiques », ce concept qui lie les niveaux de processus de Bateson avec le système nerveux. Bateson (dans Vers une écologie de l'Esprit) déclarait que nous pouvions nous attendre à trouver - devions trouver - « dans le cerveau télencéphale» (la partie la plus récente du cerveau qui inclut le cortex) une hiérarchie composée des différents niveaux d'apprentissage qui correspondrait aux « hiérarchies dans la structuration des circuits ». Le niveau de neurologie mobilisé lorsqu'une personne reçoit un challenge au niveau de la mission et de l'identité est remarquablement plus profond que le niveau engagé lorsque la même personne bouge la main. Un environnement spécifique est composé de facteurs tels que le cadre externe, les conditions météorologiques, la nourriture, le niveau sonore, etc., qui entourent un individu ou un groupe. Robert Dilts

Web des données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Cela permet d'interroger automatiquement les données, quels que soient leurs lieux de stockage, et sans avoir à les dupliquer[1]. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

une brève histoire des Niveaux Logiques- 2/3 Le développement des Niveaux Neuro-Logiques, par Robert Dilts, Gregory Bateson a poursuivi sa théorie des types logiques en les appliquant plus généralement à de nombreux aspects comportementaux et à la biologie. Selon sa compréhension, les types logiques constituaient « une loi de la nature », pas seulement une théorie mathématique. Il maintenait par exemple que le tissu, qui est composé d'un groupe de cellules, appartenait à un type logique différent que celui des cellules individuelles - les caractéristiques d'un cerveau ne sont pas les mêmes que celles des cellules qui le composent. Les deux peuvent s'influencer mutuellement à travers un feedback indirect. Dans son cours sur « l'écologie de l'Esprit », Gregory Bateson m'a inculqué la nécessité primordiale de considérer l'existence des types logiques et des niveaux dans tous les aspects de l'expérience et de la vie. Tout ceci semblait bien concorder avec la notion, proposée par Bateson, d'une « hiérarchie » de niveaux logiques. a.

Ontologie (informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Par analogie, le terme est repris en informatique et en science de l'information, où une ontologie est l'ensemble structuré des termes et concepts représentant le sens d'un champ d'informations, que ce soit par les métadonnées d'un espace de noms, ou les éléments d'un domaine de connaissances. L'ontologie constitue en soi un modèle de données représentatif d'un ensemble de concepts dans un domaine, ainsi que des relations entre ces concepts. L'objectif premier d'une ontologie est de modéliser un ensemble de connaissances dans un domaine donné, qui peut être réel ou imaginaire. Les ontologies sont employées dans l'intelligence artificielle, le Web sémantique, le génie logiciel, l'informatique biomédicale ou encore l'architecture de l'information comme une forme de représentation de la connaissance au sujet d'un monde ou d'une certaine partie de ce monde. Une des définitions de l'ontologie qui fait autorité est celle de Gruber[2] : Notes

une brève histoire des niveaux Logiques-1/3 Un article de Robert Dilts, Le coaching qui vise à améliorer la performance, le coaching avec un petit « c », ou encore le coaching performatif est orienté vers le développement de compétences comportementales spécifiques chez le client. Ces méthodes orientées vers la performance impliquent de faire ressortir et renforcer les capacités du client à travers l'observation, l'encouragement, et le feedback. Pour être efficaces, ces coachs observent avec soin les comportements de leurs clients, leur fournissent des astuces et de la guidance sur comment s'améliorer dans des contextes et situations spécifiques, et leur facilitent un accès amélioré à leurs propres ressources internes. Un des outils primordiaux du coaching de performances efficaces est l'établissement de buts et d'objectifs bien formulés. La notion de niveaux logiques En tant qu'exemple simple, considérons le taux de changement ou la «vitesse» d'une voiture. Les niveaux logiques d'apprentissage et de changement Contexte historique

Related: