background preloader

Guide pratique des réseaux sociaux

Guide pratique des réseaux sociaux
Ce guide s'adresse en priorité aux animateurs de communautés (« community managers » en anglais) des établissements culturels, qui sont amenés à utiliser les réseaux sociaux dans un cadre professionnel. Il s'adresse aussi plus généralement à tous ceux qui s'intéressent ou pratiquent la communication digitale. Les réseaux sociaux présentent, selon les auteurs du guide, plusieurs opportunités pour les établissements culturels : c'est en effet « l'occasion de se montrer sous un nouveau jour et de compléter son positionnement institutionnel en jouant la carte de la proximité, de la transparence et de la réactivité vis-à-vis des publics ». Le guide constitue un outil pédagogique utile, agrémenté d'un glossaire et de ressources, conçu pour différents niveaux de lecture et dans un format numérique consultable aussi bien sur tablette que sur smartphone. Sources et références complémentaires Guide pratique : Lumière sur les réseaux sociaux - Animation des communautés connectées Related:  internet citoyenDossier de l'équipe MGAJSM

Des didacticiels pour gérer sa présence numérique L’Internet SOCiety (ISOC), association de droit américain à vocation internationale engagée dans la promotion de « l'interconnexion ouverte des systèmes et de l'Internet », publie via sa plateforme en ligne un ensemble de 9 modules pédagogiques visant à faciliter la compréhension et la gestion des traces internautiques. Les différents thèmes abordés s'organisent autour de 3 axes principaux : l'économie (le rôle des cookies à l'origine des traces, les effets de la connectabilité, la publicité et le modèle économique des services dits gratuits, le traçage commercial, la monétisation), les risques (la protection de la vie privée, les traces générées via les appareils nomades, la gestion induite) et les contextes (les dynamiques à l'œuvre dans le monde des empreintes numériques, les questions relatives au consentement et aux accords transfrontaliers sur les transferts de données). Chaque module s'accompagne d'une version texte intégrale téléchargeable au format PDF.

Pratiques des adolescents sur Internet et les médias sociaux L'article de la Revue Française des Sciences de l'Information et de la Communication prend appui sur certains des résultats de l’étude JAMES (Jeunes/Activité/Médias/Enquête suisse) menée en 2012, en partenariat avec les Universités de Zürich, de Lugano et de Genève. Cette enquête visait à mesurer les usages des médias et réseaux sociaux par les adolescents et, à l’échelle suisse, à combler un manque en matière de recherche sur les pratiques médiatiques des adolescents. Les auteurs du présent article s'appuient notamment sur un questionnaire fermé et standardisé, soumis à un échantillon de 1169 élèves âgés de 12 à 19 ans, et fréquentant des écoles (écoles de commerce, collèges) ou établissements professionnels (places d’apprentissage). Usages des médias chez les adolescents L'étude relève que les « 15-19 ans » ne sont que 16 % en France à lire la presse (gratuite et payante) tous les jours en 2009. Pratiques informationnelles des adolescents Sources et références complémentaires

En savoir plus • Internet Sans Crainte Dans la rubrique «Conseils» - Comment choisir son pseudo, faire passer le bon message, gérer son profil, publier des photos ou des vidéos, ne pas se laisser faire ? Dans la rubrique «Réseaux Sociaux» - Qu’est-ce qu’un réseau social? Quels sont les réseaux sociaux les plus populaires en France ? • CNIL - Commission nationale de l’informatique et des libertés Pour en savoir plus sur le rôle et les missions de la Commission Nationale de l’Informatique et des libertés, consulter la brochure « La CNIL en bref » « Questions - Réponses » accessibles à la rubrique « En savoir plus » du site de la CNIL (FAQ) • CNIL - Espace J • Ctoutnet, Mémotic «Echanger, s’exprimer en ligne» Agissez.

Comprendre et utiliser Internet : Questions-réponses Mis à jour le 19/11/15 par CANOPÉ académie d'Amiens Le respect du droit d’auteur La première question à se poser avant de télécharger un contenu sur Internet : est-ce légal ? Est-ce que je respecte le droit d’auteur ? En effet, la plupart des contenus (images, musiques, livres, films…) en ligne sont protégés par des droits d’auteur. Ils ne peuvent être téléchargés gratuitement sans l’accord de l’auteur. Respecter le droit d’auteur, c’est permettre aux auteurs d’être rémunérés et respecter leur travail. Les différents types de téléchargement Le téléchargement légal (payant ou gratuit) : > payant : s’il est autorisé par son auteur et proposé sur un site de vente d’œuvres en ligne. > gratuit : quand l’auteur de l’œuvre autorise son téléchargement sans contrepartie financière. Le téléchargement illégal : il est fait sans l’autorisation de l’auteur de l’œuvre concernée. Le téléchargement gratuit et légal : > Gratuit ne veut pas dire légal… C’est même souvent le contraire. Attention ! Cas pratiques

Pratiques des médias sociaux chez les collégiens et lycéens : l'exemple de Facebook Cette enquête a été menée auprès de 4 004 collégiens de 102 établissements (ruraux, urbains ou périphériques)des quatre départements de l’académie de Dijon. Pour les lycées, la démarche a été différente car associée à un questionnaire sur le cyber harcèlement lancé par le CAVL (Conseil Académique de la Vie Lycéenne) et la Vie scolaire puis relayé en particulier par les CVL (Conseils de la Vie Lycéenne). Au total, l'échantillon de réponses en collège s'élève à 4004 et à 1463 en lycée. Résultats de l'enquête Collège Selon le sondage 65% des collégiens questionnés disposent d'un compte Facebook. La situation en lycée Le pourcentage de comptes Facebook est légèrement plus élevé en lycée (70%) et on retrouve des chiffres quasi-similaires concernant la connaissance de l'existence d'un profil par les parents, le matériel utilisé pour la consultation, la mise en ligne des informations ainsi que les usages (communication, moyen d'information).

La recherche et la veille avec les réseaux sociaux Delicious est basé sur la recommandation, on peut supposer qu’un lien enregistré par un grand nombre de personnes est intéressant. De plus, chaque usager peut tagger les liens qu’il enregistre (inconvénient cependant de l’indexation libre : redondance, non-uniformisation des termes, fautes...) ce qui permet par exemple de s’abonner à des alertes quand le tag sélectionné apparaît (c’est-à-dire quand il est associé à une ressource). Delicious peut également permettre de sauvegarder ses favoris en les classant grâce aux tags. Le site de microblogging Twitter est un bon outil pour rechercher des avis, des tendances, pour faire de la veille et la diffuser. Le principe est le partage d’information en temps réel avec son réseau de “followers” : on peut suivre les personnes qui nous intéressent (followings) et être suivi par des personnes que vous intéressez (followers). La fonction hashtag (#motclé) peut être utile pour suivre un sujet ou un colloque par exemple.

Travailler sur les réseaux sociaux en collège : retours d'expérience sur Académie de Rouen Pourquoi cet enseignement ?Les équipes de Vie scolaire doivent régulièrement faire face à des conflits qui commencent ou se terminent sur des réseaux sociaux, Facebook notamment. Il est donc important d’informer les élèves sur les lois encadrant la liberté des échanges et la publication sur le Net. Synthèse des expériences : Public visé Tous les niveaux peuvent être concernés, mais en l’occurrence ces expériences visaient des élèves de la 5ème à la 3ème. Organisation des séances Un questionnaire anonyme préalable (papier ou en ligne sur le site du collège) permet à l’élève de mobiliser ses connaissances et d’en voir les limites. Temps nécessaire Le temps de préparation des questionnaires est important, mais on peut désormais largement s’inspirer de questionnaires disponibles en les adaptant à son public. Principal obstacle rencontré Les collègues de discipline accueillent très favorablement le projet, mais sont plus frileux pour laisser du temps-élèves. Intérêt de la démarche

IFOP : Observatoire des réseaux sociaux Le palmarès 2012 de l'observatoire des réseaux sociaux établi par l'Ifop affiche des résulats sensiblement identiques au vu des enquêtes précédentes : Facebook demeure le réseau social le plus connu des internautes en France (95%), devançant YouTube (94%), Twitter (89%) et Windows Live Messenger (89%). L'étude précise que 55 réseaux ou medias sociaux ont été étudiés, dont 26 sites nouvellement testés : Instagram, Ptch, Overblog, Pinterest, Tumblr, Glancee, Mashable, BiTWiiN, Worker, Linkeol, SoundCloud, Scoop.it!, Wat.tv, Spotify, Socl, Nuji, Skyblog, InvitYou, Path, Ban.jo, Tokkoro, Expeert, JobGo, Muxi, Deezer et Vimeo. Une fréquentation en hausse A l’instar des vagues d’enquête précédentes, l'enquête indique que Facebook est de nouveau cette année le réseau social le plus connu des internautes français (95%). Au final, 82% des internautes interrogés déclarent être membre d'au moins un réseau social. Les média sociaux et les divertissements

Mise en place d'une page Facebook pour promouvoir les actions culturelles locales à destination des adolescents Entretien avec Anne Sandoval, enseignante-documentaliste au collège Jules-Ferry de Mérignac. Pourquoi vouloir créer une page Facebook pour promouvoir les activités culturelles locales? Quels sont les objectifs généraux de l’activité pédagogique ? Les actions culturelles à l'attention des adolescents de la ville de Mérignac sont méconnues des collégiens. Pour promouvoir ces actions culturelles, il a été jugé opportun de travailler sur un outil de communication très utilisé des jeunes. Objectifs : développer le partenariat avec les associations de quartier et des associations (loi 1901) qui ont travaillé avec le collège (ou en cours) ;diffuser l'information culturelle pour les adolescents, aux adolescents ;intégrer les collégiens dans un projet de citoyenneté (cf. socle commun ) : apprendre à utiliser des outils numériques en respectant le droit à l'image et le droit d'auteur (demande auprès de toutes les structures l'autorisation d'utiliser leur logo, leurs écrits). 1.

Agence des Tice : Jeux serieux pour internet responsable Origine du projet Nous nous sommes intéressés aux « serious games » en 2009, lors de la proposition du jeu « 2025 exmachina » par Internet sans crainte pour la semaine « Safer Internet Day », accompagnant des propositions d’actions autour de la thématique « Tu publies, tu réfléchis… ». Le collège de Banon a alors postulé pour une expérimentation académique autour de divers jeux sérieux et notamment « 2025 exmachina ». Problématique et objectifs Déroulement de l’activité L’autonomie des élèves est un élément facilitant le bon déroulement de l’activité. le joueur a réussi à rétablir la réputation du personnage, il obtient une étoile il a failli, auquel cas une analyse de ses erreurs ainsi que des conseils lui sont proposés. Une correction collective est proposée, dans laquelle des situations et des mots sont explicités. Implication des élèves Les classes engagées dans le projet sont les deux classes de 4e du collège. Apports des TICE Compétences mises en œuvre Conclusion

Les jeunes de 16 à 24 ans passent 4h en moyenne devant leur téléphone : et vous ? Un récent sondage indique le temps passé par les jeunes de 16 à 24 ans a doublé en un an, atteignant désormais presque 4 heures. Les jeunes de 16 à 24 ans passent de plus en plus de temps les yeux rivés sur leur téléphone portable, soit près de quatre heures au total par jour, deux fois plus qu'il y a un an, selon un sondage OpinionWay rendu public mercredi. Le temps passé par ces jeunes devant un téléphone portable atteint désormais 3 heures et 46 minutes, selon le 12e Baromètre de la santé visuelle réalisé pour le compte de l'association nationale pour l'amélioration de la vue (Asnav) qui regroupe l'ensemble de la filière (fabricants, opticiens, ophtalmologues, etc.). Le temps global accordé par les 16-24 ans à des activités sollicitant la vue a lui aussi augmenté, passant de 7 heures et 54 minutes l'an dernier à 9 heures et 24 minutes cette année, soit une hausse de 16%, qui s'explique principalement par une consultation accrue du portable. A lire également :

Réseaux sociaux et présidentielle : cinq bonnes raisons d’être prudent Aujourd'hui, les réseaux sociaux constituent la première source d’information pour plus de 40% des jeunes électeurs en France, selon les résultats du baromètre annuel de nos confrères de La Croix (contenu payant). Une partie du scrutin se joue désormais sur ces réseaux et ce sera de plus en plus le cas. Résultat : tous les candidats ont investi ce champ, avec de multiples stratégies pour conquérir toujours plus d'audience. franceinfo donne cinq bonnes raisons de se méfier avant de s'informer sur les réseaux sociaux. 1La popularité des publications est parfois trompeuse La manipulation de l’opinion commence d'abord avec la "gonflette" des chiffres de popularité des posts, des vidéos, des articles, etc. Sauf que les chiffres peuvent se révéler bidon et leur déformation est devenue une véritable industrie. 2Les pages officielles ne sont pas toujours crédibles 3Les contenus sont parfois manipulés 4Certaines influences sont (presque) invisibles

Related: