background preloader

RADIO France Inter - Y a-t-il encore des livres dans les bibliothèques ?

RADIO France Inter - Y a-t-il encore des livres dans les bibliothèques ?
Face à la montée d’Internet et à la diversification des usages, les bibliothèques traversent une crise identitaire et tentent de redéfinir leurs missions. Cours de yoga, de langues, prêts de DVD et de jeux vidéo, le modèle de la bibliothèque troisième lieu semble intéresser de plus en plus d’établissements. Véritables lieux de vie, centres culturels communautaires, ils fédèrent leurs usagers autour de projets culturels et sociaux. Peut-on encore parler de bibliothèques ? Quelles sont les solutions pour renouveler ces lieux et les rendre moins poussiéreux ? A quoi ressemble le métier de bibliothécaire aujourd’hui ? Avec Mathilde Servet , Conservateur à la BPI, Spécialiste de la bibliothèque 3e lieu, et par téléphone, Virgile Stark , auteur de l'essai "le crépuscule des bibliothèques" aux éditions les belles lettres. Un reportage de Raphaëlle Mantoux

https://www.franceinter.fr/emissions/un-jour-en-france/un-jour-en-france-29-janvier-2016

Related:  Actualité des bibliothèquesEvolutionLa lectureLes bibliothèques et les nouvelles pratiques de lecture

Pourquoi les étudiants ont plus que jamais besoin des bibliothèques Chuuuuuuuuut. Chut! Merci de respecter le silence de ces lieux. Merci de ne pas apporter de boisson et de nourriture. Ah, la bibliothèque! Bibliothécaire - Bibliothécaire - Site internet du Centre national du livre Bibliothèques municipales Médiathèque municipale Louis Aragon de Martigues : projet 2015 de développement de collections adaptées pour les malvoyants et les malentendants, pour des animations, notamment des ateliers et des lectures destinées à des personnes porteuses d’un handicap mental. La médiathèque a recruté 3 agents entièrement dédiés à l’accueil des publics empêchés, elle a adapté également ses bâtiments avec une signalétique spécifique pour les différents types de handicap.

Être bibliothécaire, demain Ciclic inaugure sa nouvelle série thématique, "métiers du livre de demain". Pour ce premier dossier consacré à la profession de bibliothécaire, l'agence a fait appel à Éléna Da Rui, directrice des médiathèques de Créteil, remarquée pour son intervention à la journée professionnelle "Transition, innovation, prospective : Réinventer les politiques publiques". Elle nous livre sa réflexion sur le devenir du métier bibliothécaire. Né dans l'Antiquité ce métier a en effet connu une évolution constante, s'est adapté aux nouvelles pratiques et besoins des usagers, s'est approprié les nouvelles technologies et a intégré les mutations sociétales.  On compte en France environ 7 100 bibliothèques et 9 200 points d’accès au livre, soit 16 300 lieux de lecture publique qui permettent à plus de 80 % des Français un accès au livre dans leur commune.

L'expérience du conte en bibliothèque « La rêverie n'est-elle pas respiration commune du rêveur et du monde ? On n'a jamais bien vu le monde si l'on n'a pas rêvé ce que l'on voyait ». Gaston Bachelard « ... « Bibliothèque et numérique : vers des espaces de création et de participation » Après un premier rassemblement autour d'un café, la journée a commencé de façon dynamique, puisque les participants étaient invités directement à participer à un atelier ou à visiter les stands sur le forum. La main à la pâte : des ateliers pour démystifier la « technique » L'atelier « grainothèque » a fait prendre conscience aux sceptiques de l'intérêt pour les bibliothèques de s'emparer de la problématique des semences, qui n'est qu'un des aspects de la lutte pour le partage et la réappropriation par les citoyens de ce qu'on appelle les « biens communs ».

Enquête Ipsos - Les jeunes et leur rapport aux livres et à la lecture en 2016 Si le livre reste le premier bien culturel des Français et la lecture l’une de leurs activités préférées, il n’en demeure pas moins que l’un comme l’autre voient leurs poids s’amenuiser, en particulier chez les plus jeunes. Pourtant, l’importance de la lecture dès le plus jeune âge, pour nourrir le futur adulte et citoyen, est primordiale. Le livre et la lecture ouvrent le chemin vers la connaissance, invitent à la découverte, aux rencontres et, en cela, offrent une véritable chance de comprendre le monde et de l’appréhender. Ils sont donc essentiels à la construction de l’individu. Dans ce cadre, le CNL s’attache à mieux connaître le secteur dans lequel il évolue, en interrogeant ses professionnels sur leurs enjeux, leurs mutations, leurs préoccupations ou leurs attentes, mais également en s’intéressant au public, point de jonction de l’ensemble des acteurs en aval de la chaîne du livre. En général :

Les réseaux d’échanges de compétences en bibliothèque C’est sur et par les réseaux sociaux que ce billet « boîte à outils » a germé. D’un mot posté, début septembre, par Michel Briand au groupe Facebook Bibliothèque créative est née l’envie de creuser l’expérience de la médiathèque de Languidic (Morbihan) avec la start-up rennaise Steeple. Steeple, c’est quoi ? Steeple est un réseau social créé par deux étudiants de l’ESC Rennes : Jean-Baptiste de Bel-Air et Nicolas Malœuvre (une fois sorti de l’INSA). Steeple (clocher, en anglais) propose aux membres d’une même communauté (école, entreprise, bibliothèque…) de partager un objet, un service ou une compétence sur une plateforme commune.

Promotion de la lecture loisir : les actions qu'un professeur-documentaliste peut mener seul - Doc pour docs Il aura fallu que j’attende mes 18 ans de doc pour m’avouer à moi-même que je pouvais être légitime dans l’organisation de projets lecture pour les classes, en dehors de l’enseignement du français. Je pense d’ailleurs que mes collègues l’ont accepté avant moi. Pour autant, les moyens utilisés ne peuvent pas être les mêmes, et certaines règles doivent être respectées. Sur le sujet de la collaboration avec nos collègues de lettres, je vous renvoie à un article que j’ai publié sur Docs pour Docs, sur la différenciation des projets lecture. Je vais essayer ici de m’intéresser uniquement aux projets qu’on peut légitimement mener seuls, ou lancer seuls en s’assurant de la complicité de collègues (pas nécessairement de lettres, d’ailleurs), dans l’objectif très spécifique de faire de nos élèves des « lecteurs pour toujours ».

Vous ne connaissez rien au merchandising (et vous avez tort) Les bibliothécaires ont une culture professionnelle forte. C’est souvent un atout mais cela peut être un handicap lorsque nos œillères nous empêchent de regarder ce qui se passe ailleurs. Depuis le boom de la notion de troisième lieu par exemple, l’aménagement de l’espace est devenu un sujet important en bibliothèque. Bibliothèques hors les murs Toucher des enfants – mais aussi des adultes – qui n’ont pas de contact avec le livre…, donner une image positive de la lecture et de la bibliothèque 1… Voilà pourquoi, depuis deux ans, des bibliothèques de la ville de Paris mettent en place durant l’été des « bibliothèques hors les murs » (ou BHLM, un nouveau sigle…), conçues comme des lieux de rencontre et d’échange gratuits et libres 2. C’est un bilan de ces activités estivales qui fut présenté, en cette matinée du 31 janvier 2002, à la bibliothèque Buffon (5e arrondissement), à tous les bibliothécaires, médiateurs du livre et lecteurs parisiens ou franciliens. Échanges et discussions permirent aux participants de faire part de leurs observations et de leurs expériences et de réfléchir sur l’avenir. Description concrète Qu’est-ce qu’une « bibliothèque hors les murs » ?

"On ne peut plus penser la bibliothèque de façon isolée" - Fleur Pellerin Alors qu’il a décrété 2014 « année des bibliothèques », le ministère de la Culture et de la Communication a pris l’initiative d’organiser des Assises des bibliothèques le 8 décembre à Paris. Une manifestation très attendue par les professionnels, qui souhaite un débat sans détour avec les élus. Sommaire Pourquoi organiser ces Assises ? Les bibliothèques jouent un rôle fondamental dans l’accès de tous, les plus jeunes et les plus âgés, à la lecture, à cette richesse intérieure qu’elle apporte, pour le plaisir comme pour l’étude. C’est pour cela que mon ministère a fait de l’année 2014 l’année des bibliothèques, en reconnaissance de ce statut si particulier dans la vie de nos concitoyens.

Related: