background preloader

« Tout est mis en place pour que ça dégénère

« Tout est mis en place pour que ça dégénère
Comment analysez-vous les violences policières qui ont marqué les dernières manifestations contre la loi El Khomri ? Alexandre Langlois Tout est mis en place pour que les manifestations dégénèrent. Côté renseignement, on constate depuis une dizaine d’années une double évolution, avec des manifestants beaucoup plus pacifiques qu’avant, mais des casseurs toujours plus violents, organisés de manière quasi paramilitaire. Certains de ces groupes sont identifiés avant qu’ils intègrent les manifestations. Mais aucune consigne n’est donnée pour les interpeller en amont. Vous parlez d’une « volonté délibérée » que les manifestations dégénèrent. Alexandre Langlois Prenons l’exemple du 9 avril. Au-delà des casseurs, comment expliquez-vous les ruptures de cortèges, l’usage systématique de gaz lacrymogènes, voire les brutalités policières gratuites ? Alexandre Langlois C’est important de rappeler que, dans les manifestations, tous les collègues sur le terrain n’interviennent que sur ordre.

http://www.humanite.fr/tout-est-mis-en-place-pour-que-ca-degenere-606373

Related:  Lutte

Vandalisme, épigraphie C’est sur l’espace d’un mur - vertical, solide, public, universellement visible - que le Pouvoir a commencé à brandir sa Parole et son Droit ; la loi a commencé à se publier sur les murs. C’est sur ce même espace que, pendant des siècles, on a enregistré les mesures, les pric, les règlements commerciaux. C’est sur les murs que le temps, solaire et astronomique, est devenu mesurable, et c’est encore sur les murs que, depuis toujours, se sont conservés la mémoire du temps vécu, les noms des morts, leurs derniers mots. La même « chose » qui assurait à la ville (antique ou moderne) sa forme et sa réalité, a toujours été utilisée pour enregistrer son histoire, pour glorifier ses héros, pour célébrer le rosaire des noms du pouvoir et représenter la guirlande des empereurs, des gouverneurs, des rois et des dieux.

Un CRS témoigne : "J’ai l’impression d’être devenu un pion politique" Le JDD a recueilli le témoignage d'un CRS. (Reuters) "J’ai de la chance, j’habite près d’une grande forêt." Vissé sur son canapé, Pascal (le prénom a été modifié), la quarantaine, une taille de géant, se fige un court instant. Puis confesse : "J’y vais souvent me promener en famille. NUIT DEBOUT : VERS UN MONDE D’ÉGALITÉ ? – Féministes Debout Était-ce une grande surprise ? La pré-culture patriarcale nous avait devancé, depuis de longs siècles, partout où nous portons nos pas. Partout, elle a déroulé ses tentacules, corrompu les comportements et répandu la culture du sexisme et du viol, au travail, au foyer, dans les sphères de la citoyenneté… et jusqu’au sein du mouvement social qui se veut humaniste et émancipateur. Alors oui, quand, ce 31 mars, les citoyennes et les citoyens de Nuit Debout ont décidé d’occuper la place de la République à Paris, puis d’autres dans je ne sais combien de villes, ils n’avaient pas encore de contre-poison.

Mouvement contre la Loi Travail : Il y aura bien des morts - Revolution et Libertes Les capitalistes et les néolibéraux se mobilisent de plus en plus pour faire passer la “loi El-Khomri” en force. Les adeptes des coutumes et des traditions XIXème siècle n’ont pas véritablement changé sur le plan social et culturel. Alors que nous fêtions la journée et la fête internationale des travailleurs, dont l’origine remonte au massacre de Haymarket Square et à la fusillade de Fourmies, le gouvernement fêtait la “fête du travail” créée par le maréchal Pétain pendant la période dite de “collaboration”. La violence de la répression du 1 mai 2016 pousse nos camarades à s’interroger sur la répression dans sa globalité et de la stratégie utilisée par les forces du Capital. Saint-Malo : onze enfants blessés après l'évacuation musclée du collège Surcouf FRANCE 3 BRETAGNE  Intervention musclée de la police à Saint-Malo ce jeudi pour évacuer l'entrée du collège Surcouf, occupée par des élèves, des parents et des enseignants, qui menaient une action depuis le matin, pour manifester leur opposition à la décision de fermeture de l'établissement à la rentrée 2017. Par Krystell VeillardPublié le , mis à jour le

Le syndicat Alliance doute des consignes données aux policiers face aux casseurs "L'Etat doit prendre ses responsabilités, ne pas nous laisser attendre des heures face à des casseurs identifiés." Cette demande émane ce 5 mai au matin de Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat de police Alliance. Celui qui organise le 18 mai un rassemblement place de la République des policiers mécontents de "la haine anti-flics" - "A nous d'être debout place de la République !", indique le slogan - raconte par ailleurs sur France Info que ses "collègues sur le terrain" se posent des "questions" sur la gestion des casseurs en marge des manifestants anti-loi Travail : "Lorsque vous voyez des casseurs détruire les vitrines, saccager des panneaux publicitaires, se servir des tubes néons à l’intérieur pour attaquer les forces de l’ordre et que des policiers mobilisés sont en face d’eux et qu’ils doivent attendre une heure en face d’eux pour intervenir (…) on se demande bien pourquoi.​"

Place de la franchise Il paraît qu’il y a eu des «dégâts» place de la République ; les riverains, comme on les appelle désormais, se plaignent des vitrines cassées, des agences bancaires dévastées, de la baisse du commerce et du tort à l’image : c’est étonnant cette mode des riverains, auxquels on demande toujours leur avis (qui est toujours négatif) dès qu’il y a un début de kermesse, un départ de feu, une étincelle de révolte sous leurs fenêtres. Des riverains qui vivent place de la République mais ne veulent pas entendre parler de la République. D’ailleurs, ils n’ont pas complètement tort. Elle ne s’appelle plus République depuis longtemps, elle porte tant d’autres noms. Si on la prend par la côte Est, elle s’appelle d’abord Quick. Quick veut dire rapide : quand on mange vite un plat fait rapidement, on meurt plus vite.

La police française est-elle plus violente que les autres? Impossible d’être passé à côté. Le 29 avril 2016, les forces de l’ordre parisiennes faisaient évacuer, dans la violence, la place de la République jusqu’alors occupée par les manifestants du mouvement Nuit Debout. Une vidéo du Parisien montrait l’intervention musclée de certains CRS sur une foule en majorité pacifique. Dès lors, de nombreux internautes ont dénoncé ces dérapages sur les réseaux sociaux, y décelant un nouveau palier de la violence policière. Rennes : la police charge en voiture des manifestants, et les blesse par Michel Soudais et AFP La violence policière a franchi un nouveau seuil, cet après-midi à Rennes. Il est en effet totalement inédit que les forces de l'ordre chargent des manifestants à l'aide de véhicules de police. Alors que la manifestation « officielle » contre la loi travail s'était terminée sans incident notable devant la préfecture en début d'après-midi, plusieurs centaines de manifestants ont continué à défiler en se dirigeant vers la rocade de Rennes.

G20 : à Hambourg, la police a été battue Malgré un déploiement spectaculaire, la police allemande a été mise en échec par les manifestants anti-G20 mobilisés à Hambourg. Le soir du 7 juillet 2017, pour la deuxième fois d’affilée, environ 20 000 policiers armés des meilleurs technologies de maintien de l’ordre ont complètement perdu le contrôle du centre-ville d’Hambourg. La nuit précédente avait déjà été difficile pour eux, avec des affrontements et des attaques décentralisées se poursuivant après l’aube ; ce 7 juillet, ils ont été obligés de se retirer complètement du quartier de Schanze pendant plusieurs heures, alors que des barricades brûlaient à plusieurs carrefours et que des milliers de personnes de tous horizons fêtaient joyeusement l’existence d’une zone sans police. Le maire, qui a invité le G20 à Hambourg, demande maintenant la fin des violences qu’il a démarrées.

Caen: distribution de larves de coccinelles gratuites pour remplacer les pesticides dans votre jardin - France 3 Basse-Normandie FRANCE 3 BASSE-NORMANDIE  Comme chaque année, depuis 33 ans, la ville de Caen met gratuitement à la disposition des habitants des larves de coccinelles mais aussi des chrysopes distribuées gratuitement tous les vendredis matins au Jardin des Plantes, et ce jusqu'au début de l'été. Par Elise Ferret Publié le 24/04/2015 | 18:48, mis à jour le 24/04/2015 | 18:59 © Wikipedia commons "Elle perfore sa proie pour y injecter sa salive chargée de suc digestif.

Lettre à la France (par des étudiants de Sciences Po) Le monde est en constante évolution. Notre peuple, vivant autrefois dans la violence et l’isolement, a muté jusqu’à devenir une civilisation consciente et solidaire. Cette transformation s’est effectuée par spasmes brusques et contractions spectaculaires. Cependant, à mesure qu’approche une telle avancée, des forces profondément enracinées surgissent, tentant d’étouffer le mouvement.

Related: