background preloader

Aurore

Aurore
Related:  ADDICTIONEspace

«La Tunisie a accueilli près de 320 000 réfugiés» Kamel Deriche est un Algérien en poste à Amman (Jordanie), où il s’occupe du hub d’appui pour le programme du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) en Irak.Ses 23 longues années d’expérience managériale dans l’action humanitaire, et plus d’une vingtaine d’opérations d’urgence qu’il a dirigées dans le monde lui ont valu d’être désigné comme Team leader (chef des opérations) du HCR pour le gouvernorat de Tataouine (Tunisie). A l’occasion de la Journée mondiale du réfugié, célébrée le 20 juin, Kamel Deriche livre dans cet entretien comment il vit aux côtés de 60 000 réfugiés libyens ayant fui la guerre depuis deux mois. Dans quel cadre êtes-vous actuellement en Tunisie ? En raison de la situation tragique en Libye ayant entraîné l’afflux de plus de 60 000 réfugiés libyens en Tunisie, ma direction m’a demandé de venir en mission d’urgence afin de superviser les opérations du HCR dans le sud de la Tunisie. Quel est justement votre programme d’action ?

Santé, justice et addictologie | Fédération Addiction atelier-malte-martin.net La Chorba - Association humanitaire laïque, aide aux sans domiciles fixe - Accueil Fiches pédagogiques pour la prévention du jeu excessif chez les adolescent·e·s et les jeunes adultes | SoS Fiches pédagogiques pour la prévention du jeu excessif chez les adolescent·e·s et les jeunes adultes En tant qu’enseignant·e, vous pouvez apporter votre pierre à l’édifice avec l’aide de ces fiches pédagogiques. Celles-ci visent à renforcer les connaissances de vos élèves sur les jeux d’argent et leurs compétences psychosociales (notamment la pensée critique et la prise de décision). Les contenus des fiches ont été réalisés avec plusieurs de vos collègues enseignant·e·s du secondaire II de Suisse romande. Documents à télécharger Arbeitsblätter auf Deutsch Français Deutsch Service list Contact details

« Notes sur l'asphalte, une Amérique mobile et précaire, 1950-1990 » 1La saison 2017 du Pavillon Populaire de Montpellier offre au public l’occasion de plonger dans la photographie américaine à travers un cycle de trois expositions offert par le directeur artistique Gilles Mora comme un voyage au cœur de l’Amérique, entre 1950 et 1990. Tandis que le deuxième et le troisième volets sont consacrés respectivement au photographe autodidacte William Gedney (en première mondiale à Montpellier) et à l’œuvre Trilogie de l’artiste new-yorkais Ralph Gibson (dont l’apport à l’édition photographique fut essentiel dans les années 1970), l’exposition introductive « Notes sur l’asphalte, une Amérique mobile et précaire, 1950-1990 » révèle les travaux de six chercheurs dans les champs de l'architecture, de l'urbanisme et du paysage : Donald Appleyard, John Brinckerhoff Jackson, Allan Jacobs, Chester Liebs, Richard Longstreth et David Lowenthal. Fig. 1 Le Pavillon Populaire de Montpellier, photographie de l’auteure Fig. 6-7 Donald Appleyard, Kevin Lynch, et John R.

36 rue Botzaris : Les squatteurs tunisiens arrêtés C'est officiellement pour des dégradations commises dans la nuit du 21 au 22 juin qu'ils se sont faits arrêtés par la police mercredi matin. « Ils », ce sont la trentaine de Tunisiens qui squattaient depuis le jeudi 16 juin le parc des Buttes Chaumont, dans le XIXe arrondissement de Paris. Se protégeant tant bien que mal du froid et de la pluie, les migrants souffraient surtout des « descentes » de CRS. Les policiers parisiens étaient déjà intervenus lundi 20 juin et avaient violemment détruit leur campement de fortune, déchiré leur sac de nourriture, piétiné leurs médicaments. Arrêtés mercredi vers 11 heures, ils ont été conduits au commissariat du XIXe. La preuve des exactions du clan Ben Ali en France Ces hommes avaient tout quitté, après la révolution tunisienne, avec l'espoir de refaire leur vie en Europe. Des conditions de vie dramatiques Le 7 juin, la police expulse les squatteurs. Arnaud Aubry et Thibaut Chevillard

BITS Test A quoi ça sert ? Ce test permet d'approcher progressivement un mal-être qui ne s'exprime pas grâce à 4 questions banales. Il alerte sur la nécessité de poser la question des idées suicidaires ou des automutilations. Sur quoi est-il fondé ? Il est construit à la base sur une relation statistique entre la fréquence des antécédents d'idées ou d'actes suicidaires ou des automutilations (déclarés par des adolescents) et une somme de réponse sur des éléments de leur vie quotidienne . Il a pris la suite du test TSTS-cafard en l’améliorant. Comment fonctionne-t-il ? Découvrez ou exercez-vous à la pratique de ce test en posant et en répondant aux questions. (2) Binder P, Heintz AL, Haller DM, et al. En cliquant sur les thèmes du BITS test, posez les 4 questions en deux temps. À partir d'un score de 3 points, il convient d'aborder avec l'adolescent la question d'éventuels idées ou actes suicidaires, ou de scarifications.Évoquer le suicide n’augmente pas le risque de survenue d’idées suicidaires.

A la découverte de Nova 7 à Lyon Jeudi 29 octobre en fin de matinée, Emile Hooge – consultant directeur associé et de l’aventure Nova 7 depuis le début – a reçu trois aventuriers dans les locaux feutrés de l’agence Nova 7. Ici pas de salle de créativité ni d’effervescence extravagante (mais plutôt une ambiance sereine et bienveillante qui flotte au sein de l’agence, situé dans le 7ème arrondissement de Lyon. L’agence NOVA 7 est une agence d’étude et de conseil pour les entreprises et les collectivités, spécialisée dans le champ de l’innovation de services, de la prospective et des stratégies territoriales. Elle travaille notamment sur la ville intelligente et l’économie collaborative comme moteur de développement des territoires. « Réinjecter de l’humain dès que possible » Au gré de la discussion, on prend conscience rapidement que Nova 7 et ses équipes disposent d’une grande expérience des secteurs publics et qu’ils contribuent au développement de l’innovation publique depuis déjà plus de 25 ans( !)

Bataille pour les archives parisiennes de Ben Ali Jeudi matin, la police a encerclé le 36 Botzaris, l'ancien QG secret du parti de Ben Ali. La veille, une avocate franco-tunisienne avait récupéré une partie des documents présents sur place, au nom d'un comité de sauvegarde. Ce jeudi 16 juin peu avant 9h00, des CRS se sont déployés autour du sanctuaire parisien des réseaux clandestins du régime de Ben Ali. Un immeuble de trois étages situé au 36 de la rue Botzaris dans le XIX° arrondissement, quartier général des activités occultes menée en France par l’ancienne dictature tunisienne. Depuis le début de la semaine, comme nous avons pu le constater sur place, la tension ne cessait de croître aux abords de ce bâtiment, en raison des archives qu’il renfermerait, retraçant de multiples opérations illicites ordonnées par les lieutenants de Ben Ali, avec parfois peut-être la bienveillance des services français. Outre cet imbroglio juridico-politique, Me Taboubi explique avoir été le témoin d’allées et venues suspectes. Crédits photo: OWNI.fr

Accueil drogbox

Related: