background preloader

Home Page - Directory of Open Access Repositories

Home Page - Directory of Open Access Repositories
The Directory of Open Access Repositories - OpenDOAR Search for repositories | Search repository contents | List of repositories | Repository Statistics OpenDOAR is an authoritative directory of academic open access repositories. Each OpenDOAR repository has been visited by project staff to check the information that is recorded here. This in-depth approach does not rely on automated analysis and gives a quality-controlled list of repositories. OpenDOAR has also been identified as a key resource for the Open Access community (K.B.Oliver & R.Swain, 2006 - PDF) and identified as the leader in repository directories in a study by Johns Hopkins University.

http://www.opendoar.org/index.html

Related:  culture numérique

Les archives ouvertes Une archive ouverte est un site où les documents sont en libre accès (Open access). Les chercheurs y déposent leurs articles en texte intégral dans le respect des droits d’auteur ou leurs références bibliographiques. L’expression « archive ouverte » traduite de l’anglais Open Archive, peut être employée au singulier ou au pluriel (Open Archives). On parle aussi souvent de « réservoir » ou d’« entrepôt de documents » (traduction de l’anglais Repository).Les archives ouvertes suivent le protocole d’échange des données OAI-PMH « The Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting ».

Face à la crise de la presse, quels modèles résistent ? Le point autour d’un cas d'école : BuzzFeed, le site d'information américain débarqué en France en 2013. En ouverture, hommage à Umberto Eco, disparu vendredi. Et Dieu, dans tout ça...? Je résume les résultats de l’enquête de Guillaume d’Alessandro pour le mook WE DEMAIN : « en 2000 la mémoire immédiate permettait de capter un message durant douze secondes. En 2013, cette durée chute à huit secondes. L’attention d’un poisson rouge est estimée, elle, à neuf secondes »… Il semble bien que l’usage intensif d’internet provoque un déficit de l’attention et de la concentration, du fait de la profusion d’informations, de messages et de signaux mitraillés sans rémission par « le business de la distraction ». Lequel se trouve du coup face à un insoluble dilemme : « comment vendre du temps de cerveau disponible aux publicitaires si la cible est déconcentrée ? » L’envoyé spécial en zone numérique est allé recueillir la bonne parole auprès du psychanalyste et agitateur d’idées Miguel Benasayag, qui pointe un autre effet pervers de ce papillonnage neuronal : une synchronie permanente sans mémoire, ni même oubli s’employant dans le secret de l’inconscient à engrammer la trace.

Biens communs de la connaissance et de l’information : Dossier complet La notion de biens communs de la connaissance et de l’information n’est absolument pas nouvelle mais depuis plusieurs années, elle connaît une nouvelle jeunesse dans le discours et les actions de projets numériques d’associations et collectivités territoriales voire d’entreprises. Des projets de ressources pédagogiques comme biens communs De plus en plus d’EPN et projets qui produisent, collectent et diffusent des ressources et cherchent à définir ce qui fait lien et partage de ces données, réalisations pédagogiques, créations… Dans ce cas, la notion de biens communs fait sens car elle souligne l’organisation de ces ressources par une gestion à plusieurs avec des décisions collectives. Les EPN (espaces publics numériques) ne sont-ils pas déjà des Maisons des biens communs ? Dossier complet sur les (biens) communs

Numérique : Il faudra bien que les élèves l'utilisent ! Si l'on veut que le numérique soit présent dans l'école, il faut que les élèves l'utilisent "vraiment" ! En d'autres termes, comment éduquer au numérique si on n’éduque pas avec le numérique, mais seulement par le numérique ? Ce questionnement, posé ici-même lors de l'annonce de la stratégie numérique proposée par Vincent Peillon en 2012, reprochait l'impasse sur le "avec". En d'autres termes, nous disions déjà que éduquer "au et par numérique" était insuffisant pour engager une véritable évolution dans la prise en compte du "fait social total" qu'est le numérique dans l'éducation. L'étude publiée par la DEPP en janvier 2016, à la suite de celle de 2015, sur les collèges connectés, conforte nos interrogations (l'étude de 2016 et celle de 2015). Un quart seulement des enseignants, en moyenne, mettent les élèves en activité avec des moyens numériques dans des collèges équipés.

Grand entretien avec danah boyd Une émission spéciale aujourd’hui. Sans plongée dans son ordinateur, sans lecture de la semaine. Mais avec danah boyd (elle tient aux minuscules, comme elle l'explique là), l’ethnographe américaine que Claire Richard a rencontré il y a quelques semaines à New York. Depuis 5 ans que j’officie à Place de la toile , je rêve de rencontrer danah boyd (blog ; twitter et sur internetactu.net).

danah boyd, anthropologue de la génération numérique Enfant d'Internet, l'Américaine a fait de cette passion le lieu de ses recherches sur la vie connectée des adolescents. Au début des années 1990, on disait que le Web était peuplé de freaks, geeks et queers, bref, de gens à la marge. danah boyd, qui a découvert Internet à cette époque, aime à rappeler que c'est l'endroit idéal pour elle, qui est tout cela à la fois. C'est sur Internet que la chercheuse de 37 ans s'est construite à l'adolescence, avant d'en faire son métier. Aujourd'hui, ses études sur la vie connectée des jeunes ont fait de cette anthropologue une universitaire respectée. Les freaks sont les gens différents.

theconversation Avec NuitDebout, la société civile française, malgré son hétérogénéité, s’inscrit dans l’axe des nouvelles militances issues du tournant participatif pris par le numérique à partir des années 2005-2007 avec l’arrivée des réseaux sociaux. Elle avait eu du mal à le faire avec le mouvement Occupy en 2011, du fait du triple sens du verbe « occuper » : trouver une occupation (à l’heure de la précarisation) ;investir des lieux de pouvoir (symbolique ou politique) ;envahir militairement un pays, ce qui en France, ne pouvait pas « prendre », tant les mauvais souvenirs historiques sont forts. L’usage astucieux de l’adverbe « debout » fait allusion à une résistance implacable, sans compter les partages thématiques facilités par ce mot-clé facilement mis en hashtag : BiblioDebout, 1001nuitsdebout, Banlieuesdebout… Les effets structurants des réseaux informatiques Elle a donné lieu à la création d’une avalanche de productions médias, difficiles à négliger par les médias institutionnels.

Votre attention est rare, et chère Comment il faudrait faire de notre attention un bien commun... Il y a de ça quelques jours, j’ai eu un rendez-vous avec un homme qu’on pourrait qualifier de pouvoir, disons pour aller vite le dirigeant d’une entreprise qui, si elle n’est pas énorme, est au moins prestigieuse. L’heure et demie que nous avons passée à deviser agréablement m’a laissé une impression étrange, que je n’ai pas réussi à qualifier tout de suite. Il a fallu que je raconte ce rendez-vous à Florent Latrive, qui dirige le numérique ici-même à France Culture, pour que je comprenne ce qui m’avait frappé.

Hervé Le Crosnier : « Le réseau est devenu un des nouveaux lieux de la lutte des classes » – Le Comptoir Ancien conservateur de bibliothèque, Hervé Le Crosnier est actuellement enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la documentation à l’Université de Caen Basse-Normandie. Également éditeur chez C&F éditions, il publie des ouvrages sur des sujets divers – les utopies d’Internet, l’évaluation de l’information en ligne, l’adolescence ou encore le moteur de recherche Google –, tous liés à la problématique du numérique et son impact sur nos sociétés. Influencé par les travaux de la politologue et économiste américaine Elinor Ostrom (1933-2012), il a fait des biens communs, et en particulier des communs de la connaissance, son cheval de bataille. Partisan des travaux collectifs comme Wikipédia, promoteur du libre sur Internet et observateur des phénomènes contemporains d’expropriation du commun, il se fait un point d’honneur à adopter un discours accessible et à mettre à disposition ses travaux en ligne. Un autre exemple : les luddites, en Angleterre, au début du XIXe siècle.

Le numérique et nous (1/4) : Comment je me suis raconté : ma vie numérique Voir et être vu : que racontent les réseaux sociaux de nos vies ? Un documentaire de Marie Chartron et Vincent Decque Nos profils, qu’ils soient maîtrisés ou alimentés de manière désordonnée, sont devenus l’extension fluctuante de nous-mêmes. Que disons-nous, que cachons-nous que mettons-nous en scène à quel point sommes-nous visibles ?

S’ENGAGER (3/5) : Passages à l’acte numériques Troisième épisode d’une semaine consacrée à l’engagement. Aujourd’hui, nous parlons d’un éclatement des formes de l’engagement politique sur la toile. Avec Adrienne Charmet-Alix , jeune militante. Après avoir été Présidente puis Directrice des programmes de Wikimédia France, elle devient coordinatrice des campagnes de La Quadrature du Net, où elle s’oppose activement au projet de loi relatif au renseignement. Au téléphone : Laurent Chemla , informaticien, ingénieur du web. C & F Éditions Pouvez-vous parler à ma mère ? Lui dire que je ne fais rien de mal sur internet ? Pour répondre aux angoisses des adultes devant les médias sociaux, danah boyd est partie à la rencontre des adolescents.

Serge Abiteboul : Sciences des données, de la logique du premier ordre à la Toile Comment les moteurs de recherche sont-ils devenus des bibliothèques numériques à l’échelle de la planète ? Comment l’interaction, hommes, machines, informatique et bases de données construit une « intelligence collective » ? « Juxtaposition de milliards d’individus », le web permet « à chacun d’apporter sa contribution personnelle au patrimoine ». « Après les réseaux de machines, les réseaux de contenus, nous atteignons les réseaux d’utilisateurs. » Comment donner du sens aux documents en ligne, comment construire un web sémantique ?

Related: