background preloader

Le néolibéralisme est un fascisme

Le néolibéralisme est un fascisme
Le temps des précautions oratoires est révolu ; il convient de nommer les choses pour permettre la préparation d’une réaction démocrate concertée, notamment au sein des services publics. Le libéralisme était une doctrine déduite de la philosophie des Lumières, à la fois politique et économique, qui visait à imposer à l’Etat la distance nécessaire au respect des libertés et à l’avènement des émancipations démocratiques. Il a été le moteur de l’avènement et des progrès des démocraties occidentales. Le néolibéralisme est cet économisme total qui frappe chaque sphère de nos sociétés et chaque instant de notre époque. C’est un extrémisme. Le fascisme se définit comme l’assujettissement de toutes les composantes de l’État à une idéologie totalitaire et nihiliste. Je prétends que le néolibéralisme est un fascisme car l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques mais aussi chaque parcelle de notre réflexion. Déformation du réel Culte de l’évaluation La Justice négligée

http://www.lesoir.be/1137303/article/debats/cartes-blanches/2016-03-01/neoliberalisme-est-un-fascisme

Related:  FaAOD - Horizons diversGéopolit. - Conflits VCapitalismo, liberalismo, neoliberismo, neoconservatorismoULTRALIBERALISMEArticles/ docus

Texte intégral de la Constitution du 4 octobre 1958 en vigueur Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789| Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946| Charte de l'environnement de 2004| Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu'aux droits et devoirs définis dans la Charte de l'environnement de 2004.

Les tensions azéri-arméniennes. Un nouveau front dans la guerre hybride ? (2/2) Suite de la premiere partie que vous trouverez ICI. Par Andrew Korybko – Le 4 avril 2016 – Oriental Review Le Stratagème: L’auteur a publié une analyse en juin 2014, dans laquelle il expose le concept géostratégique du Reverse Brzezinski, qui est essentiellement un retour aux années 1980 quand les États-Unis utilisaient la stratégie afghane, où ils organisaient des bourbiers dans lesquels la Russie s’affaiblissait, stratégie qui peut également être appliquée contre d’autres grandes puissances comme la Chine. Le projet américain est que certains scénarii de déstabilisation géopolitique peuvent être créés de toute pièce dans et autour de la zone post-soviétique.

Vivre en troupeau en se pensant libres, par Dany-Robert Dufour (Le Monde diplomatique, janvier 2008) L’individualisme n’est pas la maladie de notre époque, c’est l’égoïsme, ce self love, cher à Adam Smith, chanté par toute la pensée libérale. L’époque est à la promotion de l’égoïsme, la production d’ego d’autant plus aveugles ou aveuglés qu’ils ne s’aperçoivent pas combien ils peuvent être enrôlés dans des ensembles massifiés. Et c’est bien d’ego qu’il s’agit, puisque les gens se croient égaux alors qu’en réalité ils sont passés sous le contrôle de ce qu’il faut bien appeler le « troupeau ». Celui des consommateurs, en l’occurrence. Vivre en troupeau en affectant d’être libre ne témoigne de rien d’autre que d’un rapport à soi catastrophiquement aliéné, dans la mesure où cela suppose d’avoir érigé en règle de vie un rapport mensonger à soi-même. Et, de là, à autrui.

Comment pense la classe dirigeante (La Jornada) La crise continue de révéler tout ce qui était caché en temps normal. Cela inclut les projets stratégiques de la classe dirigeante, leur façon de voir le monde, le principal pari qu’ils font pour demeurer une classe dominante. C’est, en gros, son objectif principal, celui qui subordonne tout le reste, y compris les modes de production capitalistes dans l’économie. Vous pensez peut-être que la crise est juste une parenthèse après laquelle tout redeviendra plus ou moins comme avant. Pas du tout. La crise n’est pas seulement un révélateur, mais le reflet de ceux d’en haut qui remodèlent le monde.

L’impasse du citoyennisme L’impasse citoyenniste Les thèses rassemblées ici n’ont pas la prétention de dire le dernier mot sur le sujet dont elles traitent. Elles sont plutôt un ensemble de pistes dont certaines pourront être suivies, approfondies, et d’autres peut-être simplement abandonnées. Si nous parvenons à donner quelques points de repères (historiques, entre autres) à une critique qui se cherche encore, nous aurons pleinement atteint notre but. Nous pensons également que ni ce texte ni aucun autre ne pourra, par la seule force de la théorie, abattre le citoyennisme. La véritable critique du citoyennisme ne se fera pas sur le papier, mais sera l’oeuvre d’un mouvement social qui devra forcément contenir cette critique, ce qui ne sera pas, loin s’en faut, son seul mérite.

Envoyé spécial. Perturbateurs endocriniens : des cocktails parfois explosifs Au supermarché, les perturbateurs endocriniens sont présents dans tous les rayons. "Envoyé spécial" s'est arrêté devant les produits de cosmétique et d'hygiène et s'est d'abord penché sur la composition d'un shampoing : il contient de la benzophénone 4, un filtre solaire fortement soupçonné d'agir en perturbateur endocrinien qui, ici, est destiné à protéger les cheveux colorés des rayons UV. La benzophénone est aussi utilisée dans les après-shampoings, les gels douche et les vernis à ongles, particulièrement pointés du doigt.

Brésil, Europe, Iran, US, Arabie Saoudite - Retour du souverainisme national : Vers un nouveau baroud d’honneur des états-nations ? La crise systémique globale compose depuis bientôt 10 ans un impressionnant « canon »[1] symphonique où crise financière, crise économique, crise sociale, crise politique, crise idéologique et crise géopolitique, toutes de nature globale, jouent des lignes mélodiques semblables mais s’enchaînant de manière différée. Nous le disons depuis de nombreux mois désormais : c’est l’aspect politique de la crise qui domine actuellement l’agenda global de façon impressionnante et très préoccupante. L’affaiblissement des Etats sous le coup de ces crises politique, combiné aux chocs géopolitiques ou économiques auxquels sont exposés ces Etats, aboutit actuellement à un repli national qui n’augure rien de bon pour la démocratie sur le plan intérieur ni pour la paix sur le plan international.

NEOLIBERALISME ET FEODALISME Imaginons un instant que nous soyons allé jusqu’à l’extrême logique libérale : tout est privatisé. Par exemple, la sécurité. C’est-à-dire que dans ce domaine (comme dans tous les autres), vous devez souscrire un contrat d’assurance auprès d’une entreprise privée qui en retour se charge d’assurer votre sécurité. Bien évidemment, l’enfant de pauvres n’a pas ce luxe.

Je lutte donc je suis - film 2015 De Grèce et d’Espagne, un vent du sud sur l’Europe, contre la résignation. Dans les villes et les campagnes, dans les îles et les montagnes, au cœur des luttes et des alternatives en actes, des femmes, des hommes, mais aussi des enfants refusent de baisser les bras. Une même devise résume leur courage de résister, leur joie de créer et leur persévérance à toute épreuve : "JE LUTTE DONC JE SUIS" (prononcer "AGONIZOMAI ARA IPARKO" en grec et "LUCHO LUEGO EXISTO" en espagnol). Quelques mots pour vivre debout, parce que rester assis, c’est se mettre à genoux.

Related: