background preloader

En 2016, luttons contre les clichés sexistes : No More Clichés

En 2016, luttons contre les clichés sexistes : No More Clichés
Related:  Des vidéos, des podcastssexismeAnalyser (et déconstruire) les stéréotypes de genre dans les médias

Les médias sont-ils sexistes ? (vidéo) par Un collectif d’Acrimed, À l’occasion du 8 mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, Acrimed revient, en vidéo, sur la question de la place des femmes dans les médias. NB : Cette vidéo a été publiée pour la première fois sur notre site le 8 mars 2016. Elle est – malheureusement – toujours d’actualité. Sources des documents :- Chiffres issus du rapport 2015 du Global Media Monitoring Project ;- Le Talk Orange – Le Figaro, 17/09/2013 ;- L’interview de Daniel Schick – Europe 1 – 23/07/2012 ;- Déshabillons-les – Public Sénat – 04/07/2012 ;- Le Grand Rendez-Vous – Europe 1 – 15/03/2015 ;- C dans l’air – France 5 – 18/12/2013 ;- Le Parisien, 14/05/2015 ;- L’Express, 06/03/2013 ;- L’Express, 10/10/2012 ;- Femme Actuelle, 27/01/2016 ;- Metronews, 03/12/2013 ;- L’Opinion, 01/03/2016 ;- L’Express, 20/04/2012 ;- L’Express, 19/03/2014 ;- Public, 04/01/2016 ;- La Meuse, 24/10/2014 ;- Elle, 31/01/2013 ;- Voici, 03/12/2014. Pour poursuivre :

Droits des femmes et FLE - Les dessins de Plantu et les femmes en cours de français Comme dit le poète : « La femme est l'avenir de l'homme. » S’interroger sur le rôle du dessinateur de presse à travers le thème de la condition féminine dans le monde. Le dessinateur, Plantu Dans ce dessin-là, alors évidemment, je reprends la phrase « Alors, heureuses ? ». Et c’est vrai que c’est la phrase un peu cliché qu’on donne en général sur les rapports hommes-femmes. Et pis, finalement, « Alors, heureuses ? », quand on voit qu’il y a d’autres pays où la femme est mieux traitée à l’Assemblée nationale. Le dessinateur, Plantu « Toi, plus tard à l’Assemblée nationale ? Le dessinateur, Plantu La fille, elle dit : « J’ai un BTS secrétariat, un diplôme de sténotypiste, une licence en droit, un DEUG d’allemand, une maîtrise d’anglais, et un doctorat de japonais… », « Parfait, allez me préparer un café ».

Mesdames & Messieurs, webdocumentaire « Mesdames & Messieurs », un webdocumentaire pédagogique propose un voyage dans la vie des femmes sur quatre générations. Pour les enfants du numérique, née dans les années 90, l’égalité homme-femme est un acquis. Que connaissent les jeunes de vingt ans de cette conquête pourtant récente ? Conçoivent-ils que dans de nombreux domaines, il y a encore beaucoup à faire ? Voir la bande-annonce Cinq thématiques composent « Mesdames & Messieurs » pour permettre à l’internaute de naviguer dans des fresques chronologiques d’hier à aujourd’hui ou de passer de l’une à l’autre, au hasard de sa curiosité : la vie publique, La vie familiale , La vie professionnelle, La vie à l’école et La vie intime. Des intervenants et experts décryptent et conceptualisent les situations (historiens, sociologues, psychiatres..).

Ecrire un article "genré": l'exemple proposé par Libération Les médias, Libération inclus malgré sa vigilance, n’échappent pas aux clichés sexistes lorsqu’ils écrivent sur les femmes politiques. Voici le portrait - volontairement outrancier - d’un homme politique, à la manière de ceux qu’on lit trop souvent sur ses homologues féminines. Précision : toutes les expressions utilisées ici sont tirées d’articles de la presse nationale décrivant des femmes au pouvoir. Elles ont seulement fait l’objet d’une adaptation masculine. À lire aussi notre enquête «Femmes en politique, un match contre les machos» C’est un vent de fraîcheur qui souffle au gouvernement. Ce jeune énarque, que personne ne connaissait il y a deux ans, a su croire à sa bonne étoile. Le ministre est sympathique et pro jusqu’au bout des boutons de manchettes de chemise, qu’il porte dorés. Quelques heures plus tard, on l’accompagne dans les couloirs de l’Assemblée, où Christiane Taubira déambule déjà, dossiers sous le bras. Sonya Faure , Johanna Luyssen Sonya Faure , Johanna Luyssen

Matilda «Nous, femmes journalistes politiques et victimes de sexisme...» Nous ne sommes pas la Génération Giroud. Au tournant des années 70, la cofondatrice et rédactrice en chef de l’Express, première femme à diriger un grand hebdomadaire généraliste, avait mis le pied à l’étrier d’une flopée de ses jeunes et belles congénères. Entre cliché machiste et efficacité éditoriale, Françoise Giroud était alors persuadée que les hommes politiques se dévoileraient plus facilement face à des femmes. Quarante ans plus tard, nous, la génération de femmes journalistes chargées de couvrir la politique française sous les présidences Sarkozy et Hollande, vivons au quotidien cette ambiguïté, souvent entretenue par les hommes politiques. Aux «Quatre-Colonnes», la petite salle où circulent députés et bons mots au cœur de l’Assemblée nationale, c’est un député qui nous accueille par un sonore : «Ah mais vous faites le tapin, vous attendez le client.» Les textos, classiques, récurrents, insistants Aucun droit à l’impunité

Stéréotypes hommes - femmes : 6 clichés démontés - Sciencesetavenir.fr "ABCD". En février 2012, Sciences et Avenir faisait sa une sur les différences entre hommes et femmes. Un sujet plus que jamais d'actualité du fait des récentes polémiques sur l'expérimentation ABCD de l'égalité à l'école. L'occasion de revenir sur un certain nombre de clichés encore trop couramment entendus : 1) "Les femmes ne savent pas lire les cartes routières" Les garçons réussiraient mieux les tests d'aptitudes spatiales (Kimura, 1999 MIT Press, Voyer, Voyer & Bryden, Psychological Bulletin, 1995), et emploieraient des stratégies différentes pour établir un itinéraire (Choi & Silverman, 1996) clament ces deux études. D'où l'idée que les femmes ne savent pas lire les cartes routières. Mais Jing Feng, du département de psychologie de l'université de Toronto (Canada) a montré que 10 heures d'entraînement à un jeu vidéo d'action dans lequel il faut rapidement retrouver son chemin éliminaient les différences ! 2) "Les hommes sont monotâche" 3) "Les femmes sont plus intuitives"

Les enfants féministes dans les pubs, c'est chouette Temps de lecture: 5 min Si elle arrive bien tard, l'inclusion récente de thématiques féministes dans la publicité est évidemment heureuse. La plupart du temps, il s'agit de publicités anglo-saxonnes, ou, quand elles concernent l'Europe, elles sont essentiellement destinées au net et plus rarement diffusées à la télévision, aux heures de grand audimat. Ce phénomène s'accompagne surtout d'une tendance à intégrer des enfants dans ces séquences, voire à en faire les principaux vecteurs de la pensée féministe (comme dans la dernière publicité Goldie Blox ci-dessus). De nombreuses associations européennes luttent contre le marketing genré adressé aux enfants ou contre les clichés sexistes. Mais nos écrans continuent à diffuser majoritairement des publicités dans lesquelles les petites filles fabriquent des mini bijoux, et des petits garçons jouent au foot (avec un maillot que seule la maman va devoir laver). Reste que l'utilisation d'enfants dans ces campagnes pose bien quelques questions.

entretien avec Nadine Boehringer Merci à Nadine Boehringer, Sandra Boehringer, Aude Bernhard et Valérie Niddam de nous avoir confié leur vidéo : « Le genre, c’est pas que de la théorie ! (mais aussi un peu) » (2014) Réalisation : Aude Bernhard et Sandra Boehringer (Université de Strasbourg) Montage et son : Valérie Niddam Cette vidéo a été réalisée pour servir de support pédagogique dans le cadre d’une séance de formation, à l’ESPE de Strasbourg, destinée aux futurs professeurs des écoles et consacrée à l’apport des études de genre aux pratiques pédagogiques (égalité filles-garçons, lutte contre les discriminations, contre le sexisme et l’homophobie, sensibilisation aux multiplicités des parcours de vie et des formes de famille). Nadine Boehringer, professeure des écoles dans le département du Vaucluse, répond aux questions de Sandra Boehringer, maîtresse de conférences à la faculté des sciences historiques, et d’Aude Bernhard, doctorante en sciences sociales, à l’Université de Strasbourg. Contenu :

En France aussi, l'excision est une réalité Binta Diallo et Anita Traoré, deux jeunes Françaises d'origine guinéenne, militent pour que l'on parle de l'excision à l'école, pour briser le tabou et ainsi anéantir cette pratique qui touche encore 53.000 femmes et filles en France. Leur pétition a été signée par plus de 100.000 personnes, poussant la ministre de l'Education à leur répondre. C’est avec beaucoup de pudeur, surmontée par son engagement, qu’Anita Traoré nous a parlé de sa lutte contre l’excision, et de son expérience personnelle. Cette jeune femme de 24 ans, française originaire de Guinée, a elle-même été victime, à l’âge de 8 ans, de cette mutilation génitale féminine (MGF) qui touche quelque 53.000 femmes en France et 200 millions dans le monde. Tout comme ses sœurs, et ses cousines. Sa mère n’était pourtant pas pour. Anita Traoré a fondé, en avril 2014, l'Association Chance et Protection Pour Toutes. Les complications liées à l’excision sont quotidiennes Najat Vallaud-Belkacem a répondu à leur pétition

Le sexisme dans la publicité, le retour en 50 affiches Dans Star Wars il y a eu le retour du Jedi, sur le blog il y aura le retour du sexisme. En effet, hier très bonne surprise que de voir l'article initial : Le sexisme et la publicité en 45 affiches étonnantes devenir : le plus lu, le plus twitté et le plus "aimé" du blog. Cet article sera donc la suite de l'article premier et va le compléter tout en l'étayant. On va donc voir du sexisme certes, mais de 1940 à nos jours, quand la femme est tour à tour mère au foyer, cruche, objet sexuel ... De 1940 à 1970 : La femme est la maîtresse de maison. A l'époque les campagnes sont considérées comme légitimes et ne choquent pas. Le sexisme entre 1960 et 2010 a évolué entre : soumission, domination, sexe et provocation .... 1960 : Véridique - Extrait d'un spot Dacron, une marque qui cultive la soumission Mère au foyer, modèle et typique - Bon Ami "Mettez du fun entre vos jambes !" Au service du mari, un peu cruchasse, toujours souriante : La FEMME (En 1954, 56, 58 et 60) Bon bah au moins c'est direct.

Related: