background preloader

Comment les jeunes défavorisés s'informent

Comment les jeunes défavorisés s'informent
A l'initiative des Apprentis d'Auteuil, la sociologue Monique Dagnaud a mené une enquête d'ampleur qui montre notamment l'importance de Facebook, des courtes vidéos en ligne et de l'humour pour ces 16-25 ans. Précisions d'Eric Chaverou. Plus de 500 jeunes pris en charge par les Apprentis d’Auteuil ont été interrogés dans toute la France. Avec des réponses comparées à celles de 1.000 jeunes de tous horizons. Un rapport en a montré les grands enseignements l’an dernier et Monique Dagnaud en tire un article pour "l’agence intellectuelle" Telos ce lundi. Directrice de recherches au CNRS, cette spécialiste des médias et de la jeunesse a découvert des 16–25 ans en décrochage scolaire 3 fois moins habitués aux sites d’information que les autres jeunes (8% au lieu de 24%), mais rivés à leur smartphone et deux fois plus amateurs de courtes vidéos (44% d'entre eux). Écouter Quelle information intéresse les jeunes défavorisés ? Des jeunes défavorisés plus présents sur les réseaux sociaux.

http://www.franceculture.fr/medias/comment-les-jeunes-defavorises-sinforment

Related:  Recherche et vérification informationsFace Au Complotisme / DésinformationPratiques numériques et informationnelles des jeunesAdos et réseaux sociauxLes jeunes et le numérique

Savoir évaluer la fiabilité d'une information Suite aux attentats de Paris, de nombreux collègues se sont aperçus que les élèves prenaient souvent pour argent comptant les informations récoltées sur les réseaux sociaux ou internet en général. Certains se sont donc tournés vers moi pour proposer des séances sur le sujet de la fiabilité des informations. Voilà la séance que j'ai montée pour les 3e. Il s'agit d'un travail par groupe : chaque groupe est chargé d'un cas précis.

Un kit pédagogique pour en finir avec les théories du complot L’agence de presse Premières Lignes, ancienne voisine des locaux de “Charlie Hebdo”, a mis en place des vidéos simples et efficaces à destination des professeurs et des collégiens pour démonter les théories du complot. Un outil mis en place en mars, dont il est bon de se souvenir au lendemain du drame survenu à Nice. Le 11-Septembre monté de toutes pièces. L'attaque de Charlie Hebdo et les attentats du 13 novembre aussi. Les théories du complot ont le vent en poupe partout sur Internet. Une starlette des réseaux sociaux nous rappelle que les images savent mentir Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Gabriel Coutagne Essena O’Neil est l’une de ces nombreuses starlettes que les réseaux sociaux ont fait émerger. Mardi 3 novembre, son compte Instagram totalisait plus de 700 000 abonnés, avant d’être supprimé, le 4 novembre. Dans le fil des images qu’elle avait l’habitude de publier, de nombreuses photos mettaient en valeur ses repas, ses baignades, son physique ou ses bijoux. D’autres montrent des images d’animaux, accompagnées de messages appelant à leur protection. Le « quotidien » idyllique d’une adolescente australienne de 18 ans, qui rêvait de célébrité…

Les enfants du numérique à la recherche d’informations Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans. Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème. Le jeu vidéo : Nouvel outil moderne de la propagande globale et du quotidien ? - Actualités Le jeu vidéo est un objet malléable complètement connecté à son temps. Populaire, divertissant, volubile et surtout convivial, ce néo-média est aussi à la croisée des chemins entre un passé technologique sclérosant et un futur à vocation participative. C'est un fait, aujourd'hui, cette plateforme idéologique érigée à l'autel du gameplay est un modèle d'interaction homme/machine.

L’histoire « aberrante » d’un jeune Québécois qui avait découvert une cité maya LE MONDE | • Mis à jour le | Par Violaine Morin Depuis quelques jours, l’histoire de William Gadoury tourne sur beaucoup de sites d’information (ici, ici, ici ou ici au hasard) et de journaux télévisés français, mais aussi dans la presse anglo-saxonne. William, un jeune homme de 15 ans passionné par les étoiles, a découvert une cité maya jusqu’ici inconnue grâce aux constellations. En étudiant « l’astronomie des mayas », mais aussi l’emplacement des grandes cités de cette civilisation, lui vient l’idée de comparer les positions des étoiles avec la géographie des villes, dont les vestiges sont pour la plupart situés au Mexique, au Guatemala et au Belize. Le Journal de Montréal, tabloïd québécois qui a été repris comme seule source de cette merveilleuse découverte, assure que le garçon est devenu « une petite vedette à la NASA, à l’Agence spatiale canadienne et à l’Agence spatiale japonaise », en découvrant, grâce à une carte des constellations, qu’il « manquait » une cité.

Complots et conspirations :apprends à reconnaître les vrais des faux… un vidéo-kit pédagogique proposé par PREMIERES LIGNES et France Télévisions en partenariat avec le CLEMI - Ministère de l’Education nationale Lancement dans toute la France à l’occasion de la semaine de la presse à l’école du 21 au 26 mars Une idée originale de Paul Moreira, produite par Luc Hermann La communication numérique dans les cultures adolescentes Le besoin humain d’avoir des contacts sociaux et de nouer des relations amicales revêt deux formes : le besoin d’un public devant lequel mettre à l’épreuve les différents personnages que l’on se flatte d’incarner, et le besoin d’équipiers avec lesquels établir des rapports d’intimité complices (Goffman, 1973, p. 195). 1Cette phrase de Goffman illustre parfaitement le propos qui sera développé ici, tant le travail en équipe et le besoin d’un public semblent être une nécessité à l’adolescence. En partant du principe qu’à cet âge de la vie, l’imbrication entre culture et sociabilité est particulièrement forte, surtout à l’ère numérique, Allard a raison de décrire la culture du remix comme le « passage d’une culture comme bien à une culture comme lien » (2005, p. 162). On cherchera donc, ici, à comprendre ce que le numérique a pu transformer dans l’organisation des pratiques communicationnelles et culturelles des jeunes.

Related: